Sur l'année, plus de 100 degrés d'écart de température

Proposé par
le

La plus forte amplitude thermique sur une année complète a été mesurée à Verkhoïansk en Sibérie Orientale en 1892. Au plus fort de l'été, la température est montée à 36,7°C tandis qu'en hiver, la température s'est abaissée jusqu'à -67,7°C soit une amplitude thermique de 104,4°C.

Cette ville située au-dessus du cercle arctique à environ 4 660 km au nord-est de Moscou détient également un record plus récent. Le samedi 20 juin 2020 a été mesurée une température de 38°C soit la plus haute température jamais observée au-delà du cercle polaire.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Qui a parlé de réchauffement climatique ? Ben... Toi ?

Posté le

android

(49)

Répondre

a écrit : comment peut on être sur avec une telle précision des températures de l'époque ? Les appareils ne cessent d'évoluer pour calculer les températures actuelles. Les thermomètres à mercure étaient déjà très précis, et ce bien avant 1892, je pense aux grands modèles de presque un mètre de long, pas aux petits bidule qu'on accroche contre le mur de la baraque, bien sur! :)

Pour l'anecdote, c'est ça, un climat continental. Dur! Dur!!!

Les chiffres présentés dans cette anecdote, sont tous à caractère Météorologique.
Ils ne peuvent pas, en soi, servir de base pour une interprétation d'ordre Climatique, vu que cette Science travaille sur des données qui sont au minimum, d'ordre interannuel.

Il est néanmoins à noter que les vagues de chaleur sous des latitudes hautes - tel comme le cas récent cité dans le second paragraphe - sont de plus en plus fréquentes, durant ces dernières décennies.
Ces changements semblent avoir leur source dans une diminution des superficies à fort effet albedo : les surfaces enneigées et glacées. Par conséquent, les surfaces plus sombres de la terre, ainsi que celles des étendues d'eau (toutes deux à effet albedo moindre) ont une influence certaine sur la modification des températures saisonnières.
Une variation, fusse minime de ces superficies, couplée à une fonte plus printanière, a un effet multiplicateur ...qui rétroalimente les mécanismes de réchauffement à niveau local et/ou régional.
De fait, la modification de la température moyenne annuelle de ces régions arctiques, est bien supérieure au reste du monde. Elle se situe entre deux et neuf degrés, comparé au 1degré moyen, au niveau global.

Curieusement, c'est dans le Sud-Est de l'Espagne, proche de Almería, que se note une baisse de la température moyenne annuelle. La cause est connue depuis 2008 : un effet albedo accru... de par les étendues de serres agricoles s'étendant à perte de vue.
La température moyenne annuelle est inférieure de 0,8 °C aux municipalités voisines.
Cette étendue de serres agricoles est même visible depuis l'espace, et appréciable sur Google Earth.

Posté le

android

(57)

Répondre


Tous les commentaires (16)

a écrit : Qui a parlé de réchauffement climatique ? Ben... Toi ?

Posté le

android

(49)

Répondre

comment peut on être sur avec une telle précision des températures de l'époque ? Les appareils ne cessent d'évoluer pour calculer les températures actuelles.

a écrit : comment peut on être sur avec une telle précision des températures de l'époque ? Les appareils ne cessent d'évoluer pour calculer les températures actuelles. Les thermomètres à mercure étaient déjà très précis, et ce bien avant 1892, je pense aux grands modèles de presque un mètre de long, pas aux petits bidule qu'on accroche contre le mur de la baraque, bien sur! :)

Pour l'anecdote, c'est ça, un climat continental. Dur! Dur!!!

Wouah c'est chaud d'habiter là-bas !!! Enfin, j'me comprends !

Posté le

android

(0)

Répondre

Les chiffres présentés dans cette anecdote, sont tous à caractère Météorologique.
Ils ne peuvent pas, en soi, servir de base pour une interprétation d'ordre Climatique, vu que cette Science travaille sur des données qui sont au minimum, d'ordre interannuel.

Il est néanmoins à noter que les vagues de chaleur sous des latitudes hautes - tel comme le cas récent cité dans le second paragraphe - sont de plus en plus fréquentes, durant ces dernières décennies.
Ces changements semblent avoir leur source dans une diminution des superficies à fort effet albedo : les surfaces enneigées et glacées. Par conséquent, les surfaces plus sombres de la terre, ainsi que celles des étendues d'eau (toutes deux à effet albedo moindre) ont une influence certaine sur la modification des températures saisonnières.
Une variation, fusse minime de ces superficies, couplée à une fonte plus printanière, a un effet multiplicateur ...qui rétroalimente les mécanismes de réchauffement à niveau local et/ou régional.
De fait, la modification de la température moyenne annuelle de ces régions arctiques, est bien supérieure au reste du monde. Elle se situe entre deux et neuf degrés, comparé au 1degré moyen, au niveau global.

Curieusement, c'est dans le Sud-Est de l'Espagne, proche de Almería, que se note une baisse de la température moyenne annuelle. La cause est connue depuis 2008 : un effet albedo accru... de par les étendues de serres agricoles s'étendant à perte de vue.
La température moyenne annuelle est inférieure de 0,8 °C aux municipalités voisines.
Cette étendue de serres agricoles est même visible depuis l'espace, et appréciable sur Google Earth.

Posté le

android

(57)

Répondre

On est en train de se rapprocher d'une nouvelle période glaciaire, mais avant d'y arriver, on va faire les 10-15 000 ans de période tropicale habituelle. L'Antarctique était recouvert d'une forêt tropicale il n'y a même pas 80 millions d'années, alors que le Méditerranée avait disparu il y a 5 millions d’années avant de se remplir à nouveau
Dommage pour les êtres humains, mais va falloir s’adapter ou disparaitre
www.maxisciences.com/planete/decouverte-une-foret-tropicale-en-antarctique-il-y-a-90-millions-d-annees_art44390.html
fr.wikipedia.org/wiki/Mer_M%C3%A9diterran%C3%A9e#Histoire_g%C3%A9ologique

a écrit : Les chiffres présentés dans cette anecdote, sont tous à caractère Météorologique.
Ils ne peuvent pas, en soi, servir de base pour une interprétation d'ordre Climatique, vu que cette Science travaille sur des données qui sont au minimum, d'ordre interannuel.

Il est néanmoins à noter q
ue les vagues de chaleur sous des latitudes hautes - tel comme le cas récent cité dans le second paragraphe - sont de plus en plus fréquentes, durant ces dernières décennies.
Ces changements semblent avoir leur source dans une diminution des superficies à fort effet albedo : les surfaces enneigées et glacées. Par conséquent, les surfaces plus sombres de la terre, ainsi que celles des étendues d'eau (toutes deux à effet albedo moindre) ont une influence certaine sur la modification des températures saisonnières.
Une variation, fusse minime de ces superficies, couplée à une fonte plus printanière, a un effet multiplicateur ...qui rétroalimente les mécanismes de réchauffement à niveau local et/ou régional.
De fait, la modification de la température moyenne annuelle de ces régions arctiques, est bien supérieure au reste du monde. Elle se situe entre deux et neuf degrés, comparé au 1degré moyen, au niveau global.

Curieusement, c'est dans le Sud-Est de l'Espagne, proche de Almería, que se note une baisse de la température moyenne annuelle. La cause est connue depuis 2008 : un effet albedo accru... de par les étendues de serres agricoles s'étendant à perte de vue.
La température moyenne annuelle est inférieure de 0,8 °C aux municipalités voisines.
Cette étendue de serres agricoles est même visible depuis l'espace, et appréciable sur Google Earth.
Afficher tout
La mer de plastique, je connais, spectaculaire, c'est de là que vient toute l'eau en forme de fruits et légumes d'Espagne, je ne pensais pas que ça impactait autant les températures locales!

a écrit : On est en train de se rapprocher d'une nouvelle période glaciaire, mais avant d'y arriver, on va faire les 10-15 000 ans de période tropicale habituelle. L'Antarctique était recouvert d'une forêt tropicale il n'y a même pas 80 millions d'années, alors que le Méditerranée avait disparu il y a 5 millions d’années avant de se remplir à nouveau
Dommage pour les êtres humains, mais va falloir s’adapter ou disparaitre
www.maxisciences.com/planete/decouverte-une-foret-tropicale-en-antarctique-il-y-a-90-millions-d-annees_art44390.html
fr.wikipedia.org/wiki/Mer_M%C3%A9diterran%C3%A9e#Histoire_g%C3%A9ologique
Afficher tout
Pour la forêt tropicale en Antarctique, faut surtout prendre en compte la tectonique des plaques tout comme pour l'assèchement de la Méditerranée (rien à voir avec le climat, quoi), parce que je vois pas comment une forêt tropicale pourrait survivre à 6 mois d'obscurité dont 3 mois de nuit polaire, quelle que soit la température.

Pour ce qui est de la période glaciaire qui inévitablement nous tombera dessus, effectivement, on a le temps de s'autodétruire bien avant que ça arrive! ^^

Beaucoup de gens pensent à torts que la Sibérie est un territoire froid et glaciale. C'est en réalité un territoire d'extrême avec les plus fortes variations. Cela a toujours été un problème: pilotis qui s'effondrent, routes ou pipe line qui éclatent, moustiques/tiques, etc.

a écrit : Pour la forêt tropicale en Antarctique, faut surtout prendre en compte la tectonique des plaques tout comme pour l'assèchement de la Méditerranée (rien à voir avec le climat, quoi), parce que je vois pas comment une forêt tropicale pourrait survivre à 6 mois d'obscurité dont 3 mois de nuit polaire, quelle que soit la température.

Pour ce qui est de la période glaciaire qui inévitablement nous tombera dessus, effectivement, on a le temps de s'autodétruire bien avant que ça arrive! ^^
Afficher tout
C'est aussi ce que je me suis dit, mais je suis allé vérifier.
Il y 80 millions d'années l'Antarctique était quasiment à la même place.

a écrit : La mer de plastique, je connais, spectaculaire, c'est de là que vient toute l'eau en forme de fruits et légumes d'Espagne, je ne pensais pas que ça impactait autant les températures locales! Surprenant, cet effet albedo, n'est-ce pas...

Et pourtant, on ne l'entend que très peu citer, comme moyen de lutte contre le réchauffement global.

La ville de Los Angeles, par exemple, prend des mesures dans ce sens, faisant peindre des chaussées d'une couleur blanche-grise, afin de réduire le pourcentage d'absorption de lumière. Le résultat est très appréciable, car la température ( à niveau très local, certes) baisse de 6 à 7 degrés !
Athènes, capitale de la Grèce, utilise aussi des pavés reconstitués pour ses trottoirs. La composition minérale de ces dits pavés a été étudiée pour que leur potentiel d'absorption de chaleur, soit bien moindre. Jusqu'à 12 degrés en moins !
Le même concept existe en France.
www.ouest-france.fr/meteo/canicule/canicule-paris-ces-cours-de-recre-anti-chaleur-dans-les-ecoles-6417945

On est même en droit de se demander si les panneaux solaires peuvent avoir une influence, certes minime, dans l'effet albedo et/ou la formation d'un îlot de chaleur local. La réponse ne semble pas claire, de part ce que je lis sur le Net.
Pourtant, les panneaux solaires blancs existent.
www.issol.eu/fr/panneau-solaire-blanc/
De plus, ils s'intègrent mieux dans l'esthétique d'un bâtiment.
www.enerzine.com/le-panneau-solaire-blanc-une-revolution-pour-lintegration-architecturale/15896-2014-11

Posté le

android

(6)

Répondre

Le record récent de température est actuellement soumis à débat, au niveau des conditions dans lesquelles il aurait été effectué.
Des analyses sont en cours afin d'homologuer ce record.

www.liberation.fr/amphtml/checknews/2020/06/25/une-temperature-de-38c-a-t-elle-vraiment-ete-enregistree-en-siberie-ce-samedi_1792267

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Les chiffres présentés dans cette anecdote, sont tous à caractère Météorologique.
Ils ne peuvent pas, en soi, servir de base pour une interprétation d'ordre Climatique, vu que cette Science travaille sur des données qui sont au minimum, d'ordre interannuel.

Il est néanmoins à noter q
ue les vagues de chaleur sous des latitudes hautes - tel comme le cas récent cité dans le second paragraphe - sont de plus en plus fréquentes, durant ces dernières décennies.
Ces changements semblent avoir leur source dans une diminution des superficies à fort effet albedo : les surfaces enneigées et glacées. Par conséquent, les surfaces plus sombres de la terre, ainsi que celles des étendues d'eau (toutes deux à effet albedo moindre) ont une influence certaine sur la modification des températures saisonnières.
Une variation, fusse minime de ces superficies, couplée à une fonte plus printanière, a un effet multiplicateur ...qui rétroalimente les mécanismes de réchauffement à niveau local et/ou régional.
De fait, la modification de la température moyenne annuelle de ces régions arctiques, est bien supérieure au reste du monde. Elle se situe entre deux et neuf degrés, comparé au 1degré moyen, au niveau global.

Curieusement, c'est dans le Sud-Est de l'Espagne, proche de Almería, que se note une baisse de la température moyenne annuelle. La cause est connue depuis 2008 : un effet albedo accru... de par les étendues de serres agricoles s'étendant à perte de vue.
La température moyenne annuelle est inférieure de 0,8 °C aux municipalités voisines.
Cette étendue de serres agricoles est même visible depuis l'espace, et appréciable sur Google Earth.
Afficher tout
Je me coucherai vraiment moins con.
J'adore cette section commentaire ^^

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Le record récent de température est actuellement soumis à débat, au niveau des conditions dans lesquelles il aurait été effectué.
Des analyses sont en cours afin d'homologuer ce record.

www.liberation.fr/amphtml/checknews/2020/06/25/une-temperature-de-38c-a-t-elle-vraiment-ete-enregistree-en-siberie-ce-samedi_1792267
Le record a été validé depuis
Pour le contexte de ce record
Juin 2020 arrive à égalité avec juin 2019 pour être les 2 mois les plus chauds jamais enregistrés dans le monde
Avec ces 38, le record d amplitude thermique à des chances de sauter cette année, l adecdote pourra avoir sa mise à jour en com bientôt

Posté le

android

(1)

Répondre