Comment fonctionne un disque vinyle ?

Proposé par
le
dans

Le principe de lecture du disque vinyle ou disque microsillon consiste pour une tête de lecture à suivre un sillon gravé et ainsi la faire vibrer. Les variations dans le sens latéral donnent le signal monophonique et dans le sens vertical la différence entre canaux permettant ainsi la stéréo.

Les premiers "lecteurs" de disque étaient des gramophones. Les vibrations perçues étaient amplifiées mécaniquement grâce à un pavillon en forme de cône. Par la suite, on a remplacé la tête de lecture par une cellule permettant de transformer les vibrations en signal analogique.


Tous les commentaires (25)

a écrit : Je n'ai pas l'impression que vous parlez de la même chose.

Si la question de Musaraigne006, c'est comment on passe d'un sillon sur un disque en vinyle à une musique qui sort des enceintes, il faut comprendre le fonctionnement de la cellule de lecture appelé phonocapteur. Les phonocapte
urs font partie de la famille des transducteur, c'est à dire un dispositif convertissant un signal physique en un autre. Ici on veut convertir une vibration, un déplacement physique en signal électrique.

En théorie, c'est assez simple, on utilise le même principe qui est utilisé dans les moteurs électriques à savoir la variation de champs magnétique. Le plus courant pour les cellule de lecture sont les cellules à aimant mobile. Dans la pointe, on place un aimant. La pointe va se déplacer et faire bouger l'aimant. Dans la tête de lecture on va placer deux bobines. Le mouvement de l'aimant va créer des courants électriques (exactement comme dans un moteur électrique) qui seront ensuite amplifiés pour donner un signal électrique.
Il existe bien entendu d'autres types de phonocapteur (des cellules avec aimant fixe et bobine mobile, des cellules avec aimant fixe bas niveau, des cellules avec aimants fixes haut niveau, etc.).

Si ta question est : comment produire plusieurs instruments avec un seul signal ?
Le signal sur le vinyl ou le signal électrique correspondant contient tous les sons de tous les instruments en même temps. C'est plus du bruit que du son d'ailleurs.
Afficher tout
ah ok merci beaucoup c'est bien ca que je ne comprenais pas, l'histoire du phonocapteur.
autre question qui en découle: comment peut-on obtenir une telle diversité de sons pour un mouvement aussi infime, pour une source mécanique aussi limitée, finalement ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : ah ok merci beaucoup c'est bien ca que je ne comprenais pas, l'histoire du phonocapteur.
autre question qui en découle: comment peut-on obtenir une telle diversité de sons pour un mouvement aussi infime, pour une source mécanique aussi limitée, finalement ?
Je t'invite à regarder sur Google des images d'une gravure sur vinyle au microscope électronique, tu te rendra compte à quel point c'est complexe et simple à la fois.

En fait, quand on grave un disque vinyle, la machine se fiche éperdument du signal, un son arrive jusqu'à la tête de gravure et en vibrant créée des "bosses et des trous", et pour écouter l'enregistrement, on fait le contraire, les "bosses et les trous" font vibrer la tête de lecture et ces vibrations sont transmises en signal électrique et... nom d'un chien, ca marche!
Finalement, c'est comme notre oreille, on a qu'un bête tympan qui capte les vibrations de l'air, mais c'est suffisamment fin pour que notre cervelle fasse la différence entre un violon et un klaxon! ^^
Un spécialiste pourra sans doute expliquer pourquoi ca marche si bien...

Puisqu'on en est à enfoncer des portes ouvertes, je vais proposer des anecdotes sur le fonctionnement de la cassette audio, du téléphone à cadran et, pourquoi pas, du poêle à charbon.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Puisqu'on en est à enfoncer des portes ouvertes, je vais proposer des anecdotes sur le fonctionnement de la cassette audio, du téléphone à cadran et, pourquoi pas, du poêle à charbon. Bah cette anecdote m’a appris qu’il existait de la stéréo sur des vinyles et comment cela fonctionnait donc le deal est rempli, JMCMB.

En revanche j’ai lu tes anecdotes et je connaissais déjà ce qu’elles racontaient du coup jmbpasmb. Est ce que ça veut dire que tes anecdotes enfoncent des portes ouvertes ?

a écrit : Il y a quatre étapes de fabrication pour un vinyle : la première, le Mastering, consiste à transformer les fichiers numériques en fichiers analogiques ; les aigus sont renforcés afin d'éviter la dissolution et les graves maîtrisés pour réduire l'effet stéréo. On corrige ensuite les variations d'amplitude. Le Mastering est l'étape la plus complexe, et nécessite un ingé son.

Ensuite vient la gravure/cutting, donc gravure du signal audio par microsillons sur une matrice en acétate ou en cuivre. Cette étape permet de décider de la vitesse du disque (33 ou 45 tours). Il existe deux méthodes de gravure, la traditionnelle sur laque et la DDM. Celle sur laque est réalisé sur une matrice en alu préalablement recouverte de laque. Un stylet chauffant trace ensuite les microsillons dans l'épaisseur de la laque.
La DDM elle est une méthode plus récente et moins fragile (disque en cuivre), la gravure se fait à l'aide d'un stylet chauffant muni d'un burin en diamant qui trace un sillon hélicoïdal. Cette méthode moderne déplaît à certains puristes, qui trouvent le son de ces nouvelles presses trop froid, dur.

Vient ensuite l'électrolyse, elle permet la réalisation des "moules" pour la futur presse. Il s'agit d'un procédé chimique et métallique, qui consiste à transformer le disque en empreinte, à l'aide d'un bain d'électrolyse à courant continu.

Le pressage constitue la dernière étape : les empreintes face A et B sont disposées sur les mâchoires de la presse. Selon le poids souhaité, on peut ajouter de la polychlorure de vinyle chauffée. Le vinyle subit ensuite une presse de 100 tonnes ! Cette pression permet l'encrage des sillons. Ensuite, le vinyle final est découpé puis contrôlé avant d'être conditionné.

Une petite vidéo : youtu.be/6QkLpNkjHBc
Afficher tout
Si on part d'une information numérique je ne comprends pas du tout l'intérêt de passer sur un support analogique pour stocker le son. Je pensais justement qu'à la base les vinyles étaient appréciés des puristes parce qu'à aucun moment on passait par du numérique, le son était donc plus fidèle.

Posté le

android

(0)

Répondre