Qu'est-ce que le marnage ?

Proposé par
le

Le marnage désigne la différence de niveau entre la marée haute et la marée basse d'une marée. En Europe, c’est en France que l’on trouve le plus important marnage, jusqu’à 14m dans les îles Chausey. Les points où le marnage est de zéro (pas de variation entre les marées) sont dits amphidromiques.


Commentaires préférés (3)

Il y a plusieurs manières de s'adapter au marnage dans les ports car, bien sûr, il ne faut pas que le bateau se retrouve suspendu au quai par ses amarres lorsque la marée descend ! La manière la plus pratique ce sont les pontons flottants qui coulissent sur des poteaux : on peut amarrer le bateau très serré et il ne bougera pas par rapport au ponton ; la pente de la rampe d'accès entre le quai et le ponton est parfois impressionnante à marée basse quand il y a un fort marnage ! On peut aussi laisser le bateau s'échouer à marée basse, et on installe des béquilles sur les côtés si c'est un quilllard pour qu'il ne se couche pas. On peut mouiller sur une bouée à un endroit où il y a assez de profondeur et accéder au rivage avec un petit bateau annexe. Ou, dans les zones à fort marnage il peut y avoir un mur qui ferme l'entrée du port pour conserver de l'eau dans le port à marée basse et donc le port n'est accessible qu'à marée haute en passant au-dessus de ce mur ! Dans ce cas, il faut consulter des tables ou il peut y avoir un affichage visible de loin qui indique la hauteur d'eau au-dessus du mur pour que les bateaux sachent quand ils peuvent passer, en fonction de leur tirant d'eau.

Posté le

android

(103)

Répondre

C'est d'ailleurs tout proche, que se trouve l'usine marémotrice de La Rance, profitant de ce grand marnage, pour produire de l'électricité.

Dans les années 50 et 60, il fut également contemplé la construction d'une autre usine marémotrice de proportions gigantesques, enfermant la Baie du Mont Saint-Michel, proverbiale pour ses très grandes amplitudes de marées.
Une digue longue de 40 kilomètres, aurait rejoint la Pointe du Grouin, près de Cancale, et la Pointe du Roc, à Granville.
Ce projet n'a jamais abouti, même s'il fut relancé, suite au choc pétrolier de 1973.
www.persee.fr/doc/ingeo_0020-0093_1954_num_18_4_1407
www.legi.grenoble-inp.fr/web/spip.php?article298&lang=fr

Posté le

android

(20)

Répondre

a écrit : Les marnages les plus importants au monde sont dans la baie de fundy, (Canada je crois) 16 m entre marée haute et basse
Le phénomène induit par une marée certainement le plus curieux est le courant d euripe
C est un courant dans un étroit détroit, parfois très rapide
Provoqué par les marées, en médit
erranée, certains jours il y a quasiment pas de courant, certains jours il s inverse jusque à 14 fois ! Aujourd'hui encore ça n est pas pleinement compris, on sait que la topographie locale joue Afficher tout
Le phénomène des seiches est bien décrit et compris. Il y a plusieurs facteurs qui font que l'eau ne se déplace pas forcément toujours dans le sens de la marée et qu'il y a fréquemment des inversions de courant : c'est dû au vent et à la différence de température des masses d'eau en présence. Mais ce n'est pas parce qu'on a compris comment ça marche qu'on peut prédire le résultat, c'est comme avec les masses d'air : en faisant de nombreuses mesures sur les masses d'air et en utilisant beaucoup de puissance de calcul, la météorologie peut prévoir à peu près comment la situation va évoluer mais il y a tellement de paramètres qui entrent en jeu qu'on ne peut pas tout mesurer et tout modéliser pour pouvoir obtenir une précision parfaite à long terme.

Posté le

android

(17)

Répondre


Tous les commentaires (21)

Il y a plusieurs manières de s'adapter au marnage dans les ports car, bien sûr, il ne faut pas que le bateau se retrouve suspendu au quai par ses amarres lorsque la marée descend ! La manière la plus pratique ce sont les pontons flottants qui coulissent sur des poteaux : on peut amarrer le bateau très serré et il ne bougera pas par rapport au ponton ; la pente de la rampe d'accès entre le quai et le ponton est parfois impressionnante à marée basse quand il y a un fort marnage ! On peut aussi laisser le bateau s'échouer à marée basse, et on installe des béquilles sur les côtés si c'est un quilllard pour qu'il ne se couche pas. On peut mouiller sur une bouée à un endroit où il y a assez de profondeur et accéder au rivage avec un petit bateau annexe. Ou, dans les zones à fort marnage il peut y avoir un mur qui ferme l'entrée du port pour conserver de l'eau dans le port à marée basse et donc le port n'est accessible qu'à marée haute en passant au-dessus de ce mur ! Dans ce cas, il faut consulter des tables ou il peut y avoir un affichage visible de loin qui indique la hauteur d'eau au-dessus du mur pour que les bateaux sachent quand ils peuvent passer, en fonction de leur tirant d'eau.

Posté le

android

(103)

Répondre

C'est d'ailleurs tout proche, que se trouve l'usine marémotrice de La Rance, profitant de ce grand marnage, pour produire de l'électricité.

Dans les années 50 et 60, il fut également contemplé la construction d'une autre usine marémotrice de proportions gigantesques, enfermant la Baie du Mont Saint-Michel, proverbiale pour ses très grandes amplitudes de marées.
Une digue longue de 40 kilomètres, aurait rejoint la Pointe du Grouin, près de Cancale, et la Pointe du Roc, à Granville.
Ce projet n'a jamais abouti, même s'il fut relancé, suite au choc pétrolier de 1973.
www.persee.fr/doc/ingeo_0020-0093_1954_num_18_4_1407
www.legi.grenoble-inp.fr/web/spip.php?article298&lang=fr

Posté le

android

(20)

Répondre

Les marnages les plus importants au monde sont dans la baie de fundy, (Canada je crois) 16 m entre marée haute et basse
Le phénomène induit par une marée certainement le plus curieux est le courant d euripe
C est un courant dans un étroit détroit, parfois très rapide
Provoqué par les marées, en méditerranée, certains jours il y a quasiment pas de courant, certains jours il s inverse jusque à 14 fois ! Aujourd'hui encore ça n est pas pleinement compris, on sait que la topographie locale joue

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : Les marnages les plus importants au monde sont dans la baie de fundy, (Canada je crois) 16 m entre marée haute et basse
Le phénomène induit par une marée certainement le plus curieux est le courant d euripe
C est un courant dans un étroit détroit, parfois très rapide
Provoqué par les marées, en médit
erranée, certains jours il y a quasiment pas de courant, certains jours il s inverse jusque à 14 fois ! Aujourd'hui encore ça n est pas pleinement compris, on sait que la topographie locale joue Afficher tout
Le phénomène des seiches est bien décrit et compris. Il y a plusieurs facteurs qui font que l'eau ne se déplace pas forcément toujours dans le sens de la marée et qu'il y a fréquemment des inversions de courant : c'est dû au vent et à la différence de température des masses d'eau en présence. Mais ce n'est pas parce qu'on a compris comment ça marche qu'on peut prédire le résultat, c'est comme avec les masses d'air : en faisant de nombreuses mesures sur les masses d'air et en utilisant beaucoup de puissance de calcul, la météorologie peut prévoir à peu près comment la situation va évoluer mais il y a tellement de paramètres qui entrent en jeu qu'on ne peut pas tout mesurer et tout modéliser pour pouvoir obtenir une précision parfaite à long terme.

Posté le

android

(17)

Répondre

La zone recouverte par la mer à marée haute, située entre les deux points de marnage, est appelée estran.

Dans le cas de l'archipel de Chausey, de quelques dizaines d'hectares de terres émergées à marée haute, l'archipel passe à environ 2 000 hectares d'estran à marée basse.

L'estran étant alternativement recouvert par la mer et exposé à l'air, il est propice à un écosystème spécifique, adapté à la fois aux conditions maritimes et aériennes, capable de résister aux effets de la force des vagues et des courants et marées , ainsi qu'aux effets de la déshydratation et des UV à marée basse.

Sources:
fr.m.wikipedia.org/wiki/Estran
fr.m.wikipedia.org/wiki/%C3%8Eles_Chausey

Posté le

android

(14)

Répondre

a écrit : Le phénomène des seiches est bien décrit et compris. Il y a plusieurs facteurs qui font que l'eau ne se déplace pas forcément toujours dans le sens de la marée et qu'il y a fréquemment des inversions de courant : c'est dû au vent et à la différence de température des masses d'eau en présence. Mais ce n'est pas parce qu'on a compris comment ça marche qu'on peut prédire le résultat, c'est comme avec les masses d'air : en faisant de nombreuses mesures sur les masses d'air et en utilisant beaucoup de puissance de calcul, la météorologie peut prévoir à peu près comment la situation va évoluer mais il y a tellement de paramètres qui entrent en jeu qu'on ne peut pas tout mesurer et tout modéliser pour pouvoir obtenir une précision parfaite à long terme. Afficher tout Merci, mais le courant d euripe est different des seiches. Il ne se produit pas dans un lac où un bassin, mais dans un isthme entre 2 îles, dans la mer
C est à priori unique au monde, car cette configuration spatiale est particulière, on ne l assimile pas à un phénomène classique général et observe dan divers endroits
www.ijc.org/fr/ils-viennent-par-vagues-seiches-et-meteotsunamis-dans-les-grands-lacs
Mentionne la confusion seiches/marées
Euripe est bien lié aux marées et non au conditions atmosphériques comme les seiches

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Il y a plusieurs manières de s'adapter au marnage dans les ports car, bien sûr, il ne faut pas que le bateau se retrouve suspendu au quai par ses amarres lorsque la marée descend ! La manière la plus pratique ce sont les pontons flottants qui coulissent sur des poteaux : on peut amarrer le bateau très serré et il ne bougera pas par rapport au ponton ; la pente de la rampe d'accès entre le quai et le ponton est parfois impressionnante à marée basse quand il y a un fort marnage ! On peut aussi laisser le bateau s'échouer à marée basse, et on installe des béquilles sur les côtés si c'est un quilllard pour qu'il ne se couche pas. On peut mouiller sur une bouée à un endroit où il y a assez de profondeur et accéder au rivage avec un petit bateau annexe. Ou, dans les zones à fort marnage il peut y avoir un mur qui ferme l'entrée du port pour conserver de l'eau dans le port à marée basse et donc le port n'est accessible qu'à marée haute en passant au-dessus de ce mur ! Dans ce cas, il faut consulter des tables ou il peut y avoir un affichage visible de loin qui indique la hauteur d'eau au-dessus du mur pour que les bateaux sachent quand ils peuvent passer, en fonction de leur tirant d'eau. Afficher tout Très bon complément, merci beaucoup.
Pour illustrer, je vous invite à allez sur une carte par satellite, sur l’Île de Jersey (île anglo-normande au nord de l’archipel de l’anecdote) dans la ville de Saint-Hélier où toutes les méthodes sont visibles.

‣ Pontons flottants : bien visible à La Colette Marina (au sud du port), où on devine bien les rampes d’accès inclinées ;

‣ Les bateaux échoués : regardez le Vieux Port, ou Old Harbour au centre du port, on voit très bien que le port est à sec et que les bateaux touchent le sol ;

‣ Mur qui permet de garder l’eau : ce sera Elizabeth Marina, à l’ouest du port, on voit très bien le mur.

J’espère que ça vous éclairera !

Posté le

android

(14)

Répondre

a écrit : Il y a plusieurs manières de s'adapter au marnage dans les ports car, bien sûr, il ne faut pas que le bateau se retrouve suspendu au quai par ses amarres lorsque la marée descend ! La manière la plus pratique ce sont les pontons flottants qui coulissent sur des poteaux : on peut amarrer le bateau très serré et il ne bougera pas par rapport au ponton ; la pente de la rampe d'accès entre le quai et le ponton est parfois impressionnante à marée basse quand il y a un fort marnage ! On peut aussi laisser le bateau s'échouer à marée basse, et on installe des béquilles sur les côtés si c'est un quilllard pour qu'il ne se couche pas. On peut mouiller sur une bouée à un endroit où il y a assez de profondeur et accéder au rivage avec un petit bateau annexe. Ou, dans les zones à fort marnage il peut y avoir un mur qui ferme l'entrée du port pour conserver de l'eau dans le port à marée basse et donc le port n'est accessible qu'à marée haute en passant au-dessus de ce mur ! Dans ce cas, il faut consulter des tables ou il peut y avoir un affichage visible de loin qui indique la hauteur d'eau au-dessus du mur pour que les bateaux sachent quand ils peuvent passer, en fonction de leur tirant d'eau. Afficher tout Je dirais même que n’importe quel port soumis à marnage n’est accessible qu’à marée haute, avec ou sans porte ;) A moins d’être munie d’un véhicule amphibie.

Pour ajouter à l’anecdote, la rade de Brest est munie d’un bateau porte qui vient fermer la rade à marée descendante. Il est même tombé sur le côté il y a quelques années et les militaires étaient bien embêté pour remettre debout le caisson de plusieurs tonnes.

De nombreux ports en sont dotés. en.m.wikipedia.org/wiki/Caisson_(lock_gate)

a écrit : Je dirais même que n’importe quel port soumis à marnage n’est accessible qu’à marée haute, avec ou sans porte ;) A moins d’être munie d’un véhicule amphibie.

Pour ajouter à l’anecdote, la rade de Brest est munie d’un bateau porte qui vient fermer la rade à marée descendante. Il est même tombé sur le côté
il y a quelques années et les militaires étaient bien embêté pour remettre debout le caisson de plusieurs tonnes.

De nombreux ports en sont dotés. en.m.wikipedia.org/wiki/Caisson_(lock_gate)
Afficher tout
Tu as sauté la première partie où je parle des pontons flottants en disant justement que c'est la solution la plus pratique : on peut entrer et sortir du port à toute heure et s'amarrer au ponton sans tenir compte des marées, la seule différence entre la marée haute et la marée basse c'est la pente de la rampe d'accès pour marcher jusqu'au quai (et il y a d'ailleurs souvent des petites lattes fixées en travers pour éviter que l'on glisse quand elle est fortement inclinée). Pour être parfaitement précis, ces pontons sont généralement équipés de catways qui sont perpendiculaires au ponton (comme les dents d'un peigne), pour accueillir le plus possible de bateaux (entre les dents du peigne, deux entre chaque dent, amarrés chacun à une dent). Alors que si chacun s'amarrait le long du ponton, le ponton pourrait accueillir moins de bateaux et si on devait amarrer une extrémité au ponton et l'autre à une pendille, on devrait tenir compte de la marée pour ajuster l'amarrage puisque la pendille est fixée au fond.

a écrit : Merci, mais le courant d euripe est different des seiches. Il ne se produit pas dans un lac où un bassin, mais dans un isthme entre 2 îles, dans la mer
C est à priori unique au monde, car cette configuration spatiale est particulière, on ne l assimile pas à un phénomène classique général et observe dan divers end
roits
www.ijc.org/fr/ils-viennent-par-vagues-seiches-et-meteotsunamis-dans-les-grands-lacs
Mentionne la confusion seiches/marées
Euripe est bien lié aux marées et non au conditions atmosphériques comme les seiches
Afficher tout
Sauf que pour le détroit de l'Euripe c'est bien un phénomène de seiche qui se superpose au courant de la marée qui occasionne ces nombreuses inversions. Ca ne veut pas dire que ce n'est pas extraordinaire ni même unique, mais ce n'est pas mystérieux. C'est justement expliqué dans les premières ligne de la page Wikipédia avec toute l'histoire des gens qui ont essayé de comprendre ce phénomène, qui est maintenant bien compris même si on ne s'est pas donné la peine de faire des modèles et des calculs pour le prévoir aussi bien que la météo. fr.wikipedia.org/wiki/Euripe

a écrit : Je dirais même que n’importe quel port soumis à marnage n’est accessible qu’à marée haute, avec ou sans porte ;) A moins d’être munie d’un véhicule amphibie.

Pour ajouter à l’anecdote, la rade de Brest est munie d’un bateau porte qui vient fermer la rade à marée descendante. Il est même tombé sur le côté
il y a quelques années et les militaires étaient bien embêté pour remettre debout le caisson de plusieurs tonnes.

De nombreux ports en sont dotés. en.m.wikipedia.org/wiki/Caisson_(lock_gate)
Afficher tout
Je n'ai jamais vu de port fermé par un caisson, alors je n'ai pas tout vu et je n'ai fréquenté que des ports de plaisance, mais je crois quand même que ce type de fermeture c'est plutôt pour les bassins de radoub (également appelés cales sèches) qu'on ouvre et ferme en fonction des navires à mettre au sec pour les réparer et ça dure donc le temps de la réparation, ce n'est pas fait pour être ouvert et fermé à chaque marée, 4 fois par jour.

a écrit : Sauf que pour le détroit de l'Euripe c'est bien un phénomène de seiche qui se superpose au courant de la marée qui occasionne ces nombreuses inversions. Ca ne veut pas dire que ce n'est pas extraordinaire ni même unique, mais ce n'est pas mystérieux. C'est justement expliqué dans les premières ligne de la page Wikipédia avec toute l'histoire des gens qui ont essayé de comprendre ce phénomène, qui est maintenant bien compris même si on ne s'est pas donné la peine de faire des modèles et des calculs pour le prévoir aussi bien que la météo. fr.wikipedia.org/wiki/Euripe Afficher tout OK merci autant pour moi, je dirai un phénomène de seiche qui se superpose à un courant non régulier produit par des marées, car les inversions de courant et les arrêts de courants sont toujours dans les même périodes de mois lunaires, sinon 21 à 23 j par mois lunaire les courants sont réguliers, et les marées suffisamment puissantes pour que les sèches n influent pas sur le courant induit
Donc oui c est certainement unique au monde, du moins pour ce que l on connait

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Je n'ai jamais vu de port fermé par un caisson, alors je n'ai pas tout vu et je n'ai fréquenté que des ports de plaisance, mais je crois quand même que ce type de fermeture c'est plutôt pour les bassins de radoub (également appelés cales sèches) qu'on ouvre et ferme en fonction des navires à mettre au sec pour les réparer et ça dure donc le temps de la réparation, ce n'est pas fait pour être ouvert et fermé à chaque marée, 4 fois par jour. Afficher tout Oui tu as raison c’est pour les radoubs principalement.

Il existe une autre sorte de ports qui permet de s’affranchir des marées, les ports à sec.

a écrit : Oui tu as raison c’est pour les radoubs principalement.

Il existe une autre sorte de ports qui permet de s’affranchir des marées, les ports à sec.
En effet c'est une solution aussi, mais il faut compter sur une grue (et même réserver à l'avance et respecter des horaires) pour mettre le bateau à l'eau et pour l'en sortir. Avec les autres solutions, le bateau est indépendant même s'il doit parfois attendre plusieurs heures pour entre ou sortir du port en fonction de la marée... Et ce n'est pas le même charme de passer une nuit au port dans un bateau à flot, et dans un bateau sur bers !

a écrit : Tu as sauté la première partie où je parle des pontons flottants en disant justement que c'est la solution la plus pratique : on peut entrer et sortir du port à toute heure et s'amarrer au ponton sans tenir compte des marées, la seule différence entre la marée haute et la marée basse c'est la pente de la rampe d'accès pour marcher jusqu'au quai (et il y a d'ailleurs souvent des petites lattes fixées en travers pour éviter que l'on glisse quand elle est fortement inclinée). Pour être parfaitement précis, ces pontons sont généralement équipés de catways qui sont perpendiculaires au ponton (comme les dents d'un peigne), pour accueillir le plus possible de bateaux (entre les dents du peigne, deux entre chaque dent, amarrés chacun à une dent). Alors que si chacun s'amarrait le long du ponton, le ponton pourrait accueillir moins de bateaux et si on devait amarrer une extrémité au ponton et l'autre à une pendille, on devrait tenir compte de la marée pour ajuster l'amarrage puisque la pendille est fixée au fond. Afficher tout Bonjour , cette solution de pontons flottants n'est valable , SEULEMENT dans ce qu'on appelle un port en eau profonde ...comme le port de cherbourg par exemple , sinon il n'y a tout simplement aucuns intérêts : pas d'eau , pas de sortie....

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Bonjour , cette solution de pontons flottants n'est valable , SEULEMENT dans ce qu'on appelle un port en eau profonde ...comme le port de cherbourg par exemple , sinon il n'y a tout simplement aucuns intérêts : pas d'eau , pas de sortie.... Evidemment, il faut que le port soit suffisamment profond, en fonction du tirant d'eau des bateaux qu'il doit accueillir pour que les bateaux ne se posent pas au fond quand le ponton descend avec la marée ! Mais on peut quand même utiliser des pontons flottants dans un port qui n'a pas de sortie à marée basse parce qu'il y a un mur qui garde l'eau dans le port pour que les bateaux ne s'échouent pas, car c'est quand même bien pratique de pouvoir amarrer son bateau à un ponton qui suit le niveau de l'eau, même si l'eau dans le port ne baisse pas autant que celle de la mer grâce à ce mur et même si on ne peut pas sortir et entrer à toute heure ! Et ce genre de ponton est plutôt utilisé pour la plaisance : dans un port de commerce il y a toujours des marins à bord pour ajuster les amarres en fonction de la marée. Les ports en eau profonde sont destinés à accueillir les cargos lourdement chargés dont le tirant d'eau peut aller jusqu'à 16 mètres ! Rien à voir avec un bateau de plaisance dont le tirant d'eau ne dépasse généralement pas 1,8 m, même pour les plus grands, et donc on ne parle par de port en eau profonde pour un port de plaisance.

a écrit : C'est d'ailleurs tout proche, que se trouve l'usine marémotrice de La Rance, profitant de ce grand marnage, pour produire de l'électricité.

Dans les années 50 et 60, il fut également contemplé la construction d'une autre usine marémotrice de proportions gigantesques, enfermant la
Baie du Mont Saint-Michel, proverbiale pour ses très grandes amplitudes de marées.
Une digue longue de 40 kilomètres, aurait rejoint la Pointe du Grouin, près de Cancale, et la Pointe du Roc, à Granville.
Ce projet n'a jamais abouti, même s'il fut relancé, suite au choc pétrolier de 1973.
www.persee.fr/doc/ingeo_0020-0093_1954_num_18_4_1407
www.legi.grenoble-inp.fr/web/spip.php?article298&lang=fr
Afficher tout
Merci pour tes nombreuses précisions sur pleins de sujets différents. Comment tu fais pour savoir autant de choses ? Bravo à toi

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Merci pour tes nombreuses précisions sur pleins de sujets différents. Comment tu fais pour savoir autant de choses ? Bravo à toi Merci.

Un âge avancé qui m'a permis d'apprendre beaucoup... Et que je continue d'alimenter, principalement au travers d'Internet.
Ensuite, il y a aussi une mémoire un peu inhabituelle en capacité et un QI élevé, (très élevé, en fait).

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Merci.

Un âge avancé qui m'a permis d'apprendre beaucoup... Et que je continue d'alimenter, principalement au travers d'Internet.
Ensuite, il y a aussi une mémoire un peu inhabituelle en capacité et un QI élevé, (très élevé, en fait).
C’est l’inverse d’un chleuasme ?

Pour ajouter un peu de vocabulaire maritime, une marée montante on appelle ça le flot et une marée descendante le jusant. Entre les deux on a l’étale.

Les courants de marée sont souvent très dangereux pour les navires s’ils sont trop près de côtes.