Le façadisme et ses abus

Proposé par
le

Le façadisme consiste a conserver la façade d'un bâtiment historique et rénover l'intérieur, mais parfois la loi est détournée et le résultat est désastreux : à Londres, les promoteurs peuvent garder seulement la façade suspendue dans le vide et construire un bâtiment neuf un mètre derrière.

À Paris, on pouvait conserver la façade pour garder le COS historique, c'est à dire la surface habitable de l'ancien bâtiment alors que l'on n'aurait pas eu le droit de construire une aussi grande surface avec les nouvelles règles dans un bâtiment entièrement neuf. Ou on peut aussi être obligé de conserver une façade classée. Mais les règles sont plus strictes et ne peuvent pas être autant détournées : la façade ancienne doit être intégrée dans le nouveau bâtiment, et on ne peut pas arriver à des aberrations comme les façades anciennes détachées du nouveau bâtiment, comme on peut le voir à Londres.


Commentaires préférés (3)

Anecdote très intéressante.
Je suis étonné de voir que malgré cet "abus" sur la loi des façade, la loi anglaise n'ai pas été modifiée pour éviter que aberrations.

Par ailleurs, une petite photo aurait été parfaite pour accompagner l'anecdote ;-)

Au Portugal, il arrive même que l'on construise un bâtiment bien plus grand auquel on incorpore une façade protégée et cela donne parfois des résultats assez particulier.

Ce procédé est également très utilisé au Luxembourg. (www.wort.lu/fr/luxembourg/horizon-2022-pour-le-nouveau-siege-de-post-5d9b5350da2cc1784e34d1f4 / photo à la fin de l'article).

Personnellement, je trouve que ce procédé va à l'encontre de toute démarche de conservation du patrimoine. Soit on conserve le bâtiment complet et on le rénove, soit on le détruit et on le reconstruit à l'identique si on veut garder une unité dans la rue. Soit on accepte que la société évolue et que de nouveaux bâtiments avec une nouvelle architecture puissent prendre la place des anciens. Gardez la façade me fait penser aux décors de disney. On réduit les bâtiments historiques à leur aspect extérieur alors qu'architecturalement c'est bien plus qu'une simple façade.

Il ne nous viendrait pas à l'idée de détruire le château de Chambord en gardant la coque extérieur afin de construire un bâtiment tout neuf derrière. Pourquoi le fait-on avec les façades historiques des villes.

Pour illustrer l'anecdote je vous invite à aller ici :
en.wikipedia.org/wiki/Facadism

Vous verrez le bon exemple "madie in France" avec les règles strictes : les bureaux de la BNP qui utilise la maison dorée et qui ont prolongé le tout avec du moderne. La maison dorée est pleinement intégrée au nouveau batiment et les fenêtres que vous voyez sont "utiles".

Puis vous avez les exemples anglo-saxons et la... S'en est ridicule de mauvaise foi. On a clairement un mur vide et une grosse tour qui en sort. L'Espagne aussi a des batiments aberrants.


Tous les commentaires (21)

Anecdote très intéressante.
Je suis étonné de voir que malgré cet "abus" sur la loi des façade, la loi anglaise n'ai pas été modifiée pour éviter que aberrations.

Par ailleurs, une petite photo aurait été parfaite pour accompagner l'anecdote ;-)

Au Portugal, il arrive même que l'on construise un bâtiment bien plus grand auquel on incorpore une façade protégée et cela donne parfois des résultats assez particulier.

Ce procédé est également très utilisé au Luxembourg. (www.wort.lu/fr/luxembourg/horizon-2022-pour-le-nouveau-siege-de-post-5d9b5350da2cc1784e34d1f4 / photo à la fin de l'article).

Personnellement, je trouve que ce procédé va à l'encontre de toute démarche de conservation du patrimoine. Soit on conserve le bâtiment complet et on le rénove, soit on le détruit et on le reconstruit à l'identique si on veut garder une unité dans la rue. Soit on accepte que la société évolue et que de nouveaux bâtiments avec une nouvelle architecture puissent prendre la place des anciens. Gardez la façade me fait penser aux décors de disney. On réduit les bâtiments historiques à leur aspect extérieur alors qu'architecturalement c'est bien plus qu'une simple façade.

Il ne nous viendrait pas à l'idée de détruire le château de Chambord en gardant la coque extérieur afin de construire un bâtiment tout neuf derrière. Pourquoi le fait-on avec les façades historiques des villes.

Pour illustrer l'anecdote je vous invite à aller ici :
en.wikipedia.org/wiki/Facadism

Vous verrez le bon exemple "madie in France" avec les règles strictes : les bureaux de la BNP qui utilise la maison dorée et qui ont prolongé le tout avec du moderne. La maison dorée est pleinement intégrée au nouveau batiment et les fenêtres que vous voyez sont "utiles".

Puis vous avez les exemples anglo-saxons et la... S'en est ridicule de mauvaise foi. On a clairement un mur vide et une grosse tour qui en sort. L'Espagne aussi a des batiments aberrants.

À Bucarest, le siège de l'union des architectes est une tour qui sort de l'ancien siège de la securitate (police politique du régime communiste). La maison a été criblée de balles lors de la révolution et seule la façade à été conservée. À travers les fenêtres on peut voir les premiers étages de la tour construite à l'intérieur de la maison, et au dessus les derniers etages, bien plus hauts que le bâtiment d'origine.


upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/6f/Union_of_Romanian_Architects_Building_Bucharest.jpg/220px-Union_of_Romanian_Architects_Building_Bucharest.jpg

Posté le

android

(12)

Répondre

Pour avoir habité en Écosse (j'ai l'impression que c'est plus fréquent au Royaume-Uni) c'est assez perturbant des fois. Par exemple une façade de brique rouge accolée à un building entièrement vitrée en plein centre ville.

Pour les habitations, ça rend aussi l'isolation thermique un peu désastreuse parfois.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Au Portugal, il arrive même que l'on construise un bâtiment bien plus grand auquel on incorpore une façade protégée et cela donne parfois des résultats assez particulier.

Ce procédé est également très utilisé au Luxembourg. (www.wort.lu/fr/luxembourg/horizon-2022-pour-le-nouveau-siege-de-post
-5d9b5350da2cc1784e34d1f4 / photo à la fin de l'article).

Personnellement, je trouve que ce procédé va à l'encontre de toute démarche de conservation du patrimoine. Soit on conserve le bâtiment complet et on le rénove, soit on le détruit et on le reconstruit à l'identique si on veut garder une unité dans la rue. Soit on accepte que la société évolue et que de nouveaux bâtiments avec une nouvelle architecture puissent prendre la place des anciens. Gardez la façade me fait penser aux décors de disney. On réduit les bâtiments historiques à leur aspect extérieur alors qu'architecturalement c'est bien plus qu'une simple façade.

Il ne nous viendrait pas à l'idée de détruire le château de Chambord en gardant la coque extérieur afin de construire un bâtiment tout neuf derrière. Pourquoi le fait-on avec les façades historiques des villes.
Afficher tout
Pour défendre ce procédé - en France en tout cas - ces vieux batiments étaient avec le temps devenu insalubres avec un haut risque d'incendie. Les habitants les fuyaient et les antiquaires et autres amateurs de belles choses venaient désosser le batiment en prenant les cheminées, les mosaiques, les lustres etc. Ces batiments devenaient des coquilles vides avec rien à l'intérieur - mais vraiment rien pour en avoir visité.

En France cela permet de remettre aux normes ces batiments et de garder le seul éléments de valeur qui restait : la façade. La maison dorée de la BNP est un très bon exemple. C'est complètemet intégré au nouveau batiment, ce n'est donc pas vraiment un décor "à la Disney".
Bref, l'intérieur étant devenu un ensemble de mur vide et sans ame, supprimer tout et juste garder la façade qui sera complètement intégré est une bonne idée selon moi.

Par contre les pays Anglo-saxons... La c'est du Disney et encore... même à Disneyland c'est mieux fait. Les batiments ne sont pas intégrés, c'est grossier et de mauvaise foi.

a écrit : Au Portugal, il arrive même que l'on construise un bâtiment bien plus grand auquel on incorpore une façade protégée et cela donne parfois des résultats assez particulier.

Ce procédé est également très utilisé au Luxembourg. (www.wort.lu/fr/luxembourg/horizon-2022-pour-le-nouveau-siege-de-post
-5d9b5350da2cc1784e34d1f4 / photo à la fin de l'article).

Personnellement, je trouve que ce procédé va à l'encontre de toute démarche de conservation du patrimoine. Soit on conserve le bâtiment complet et on le rénove, soit on le détruit et on le reconstruit à l'identique si on veut garder une unité dans la rue. Soit on accepte que la société évolue et que de nouveaux bâtiments avec une nouvelle architecture puissent prendre la place des anciens. Gardez la façade me fait penser aux décors de disney. On réduit les bâtiments historiques à leur aspect extérieur alors qu'architecturalement c'est bien plus qu'une simple façade.

Il ne nous viendrait pas à l'idée de détruire le château de Chambord en gardant la coque extérieur afin de construire un bâtiment tout neuf derrière. Pourquoi le fait-on avec les façades historiques des villes.
Afficher tout
Tu cherches à ouvrir le débat avec une question rhétorique ou bien tu ne vois aucun, mais alors aucun intérêt au façadisme ?
Pêle-mêle : Le fait de changer le délabré et conserver le restaurable uniquement ; conserver la beauté architecturale en mettant le squelette dissimulé au norme ; conserver une continuité architecturale etc.

Les doctrines ce n'est pas forcément tout détruire et remplacer ou bien tout conserver. Il peut avoir un juste milieux. Pour une fois qu'un domaine tend vers un juste milieu, on va pas se plaindre.
Perso je trouve qu'intégrer l'ancien au moderne est une idée géniale et dont le fond philosophique est admirable : mélanger les époques, liens générationnels, conserver le bon tout en améliorant le moins bon, démarche artistique de mélange de genre, renouveau, rendre l'ancien "utilisable", "lisible", "compréhensible" pour les nouvelles génération...

a écrit : Au Portugal, il arrive même que l'on construise un bâtiment bien plus grand auquel on incorpore une façade protégée et cela donne parfois des résultats assez particulier.

Ce procédé est également très utilisé au Luxembourg. (www.wort.lu/fr/luxembourg/horizon-2022-pour-le-nouveau-siege-de-post
-5d9b5350da2cc1784e34d1f4 / photo à la fin de l'article).

Personnellement, je trouve que ce procédé va à l'encontre de toute démarche de conservation du patrimoine. Soit on conserve le bâtiment complet et on le rénove, soit on le détruit et on le reconstruit à l'identique si on veut garder une unité dans la rue. Soit on accepte que la société évolue et que de nouveaux bâtiments avec une nouvelle architecture puissent prendre la place des anciens. Gardez la façade me fait penser aux décors de disney. On réduit les bâtiments historiques à leur aspect extérieur alors qu'architecturalement c'est bien plus qu'une simple façade.

Il ne nous viendrait pas à l'idée de détruire le château de Chambord en gardant la coque extérieur afin de construire un bâtiment tout neuf derrière. Pourquoi le fait-on avec les façades historiques des villes.
Afficher tout
Au Portugal, où beaucoup de bâtiments historiques ont été laissé à l'abandon pendant l'Estado Novo de Salazar, cette pratique est courante depuis le début du XXI° siècle, suite au boom de l'immobilier touristique. De nombreux bâtiments étaient si dégradés à l'intérieur que seule la façade pouvait être sauvée. Généralement, cela s'est fait dans de bonnes conditions et l'ensemble architectural s'avère harmonieux. Il y a cependant eu quelques excès, certaines façades ne présentant aucun intérêt architectural ni esthétique ayant été conservées uniquement parce qu'un personnage historique avait vécu dans l'immeuble...

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Tu cherches à ouvrir le débat avec une question rhétorique ou bien tu ne vois aucun, mais alors aucun intérêt au façadisme ?
Pêle-mêle : Le fait de changer le délabré et conserver le restaurable uniquement ; conserver la beauté architecturale en mettant le squelette dissimulé au norme ; conserver une continuité
architecturale etc.

Les doctrines ce n'est pas forcément tout détruire et remplacer ou bien tout conserver. Il peut avoir un juste milieux. Pour une fois qu'un domaine tend vers un juste milieu, on va pas se plaindre.
Perso je trouve qu'intégrer l'ancien au moderne est une idée géniale et dont le fond philosophique est admirable : mélanger les époques, liens générationnels, conserver le bon tout en améliorant le moins bon, démarche artistique de mélange de genre, renouveau, rendre l'ancien "utilisable", "lisible", "compréhensible" pour les nouvelles génération...
Afficher tout
Je n'ai pas du tout d'avis tranché sur le sujet et je trouve même que certaine intégration de l'ancien vers le neuf avec notamment une conservation des anciennes façades pour les intégrer dans un bâtiment neuf sont particulièrement réussi.

Je déplore simplement le fait de réduire un bâtiment historique à sa façade. Si le bâtiment est en ruine et que seule la façade peut être gardée alors pourquoi ne pas l'intégrer dans un bâtiment neuf. Si le bâtiment est "rénovable", je trouve dommage de le détruire pour construire derrière et ne garder que la façade.

Il y a d'autre fois où j'ai pu constater que le façadisme avait ses limites et l'intérêt historique de conserver certaines façades me paraissait bien flou. A l'inverse, il suffit de se tourner vers le Québec pour voir que le façadisme est exercé à outrance car cela coute moins cher que de rénover. Bref pour moi le façadisme reste une solution de dernier recours qui malheureusement à tendance à nous faire oublier que l'architecture se réfléchit en 3 dimensions et non en 2.

Anecdote intéressante mais je trouve le terme « façadisme » affreusement laid.

a écrit : Je n'ai pas du tout d'avis tranché sur le sujet et je trouve même que certaine intégration de l'ancien vers le neuf avec notamment une conservation des anciennes façades pour les intégrer dans un bâtiment neuf sont particulièrement réussi.

Je déplore simplement le fait de réduire un bâtimen
t historique à sa façade. Si le bâtiment est en ruine et que seule la façade peut être gardée alors pourquoi ne pas l'intégrer dans un bâtiment neuf. Si le bâtiment est "rénovable", je trouve dommage de le détruire pour construire derrière et ne garder que la façade.

Il y a d'autre fois où j'ai pu constater que le façadisme avait ses limites et l'intérêt historique de conserver certaines façades me paraissait bien flou. A l'inverse, il suffit de se tourner vers le Québec pour voir que le façadisme est exercé à outrance car cela coute moins cher que de rénover. Bref pour moi le façadisme reste une solution de dernier recours qui malheureusement à tendance à nous faire oublier que l'architecture se réfléchit en 3 dimensions et non en 2.
Afficher tout
Quand j'étais plus jeune, j'ai appris que la construction de gratte ciels à Paris-centre était quasi interdite, parce que gnagnagna cépabo, BREF! J'ai imaginé acheter un pâté d'immeubles, garder toute les façades et construire à l'intérieur un gratte ciel en forme de pyramide au delà des 6 étages afin qu'il ne soit pas visible de la rue/avenue/boulevard tout en y rajoutant une trentaine d'étages.

T'en pense quoi? C'est du génie où ch'uis un abruti? ^^

Si on gardais toujours les villes telles quelles, faut visualiser à quoi ressemblait Paris sous Napoléon: un VASTE MERDIER puant, moche et mal foutu! ^^

a écrit : Anecdote très intéressante.
Je suis étonné de voir que malgré cet "abus" sur la loi des façade, la loi anglaise n'ai pas été modifiée pour éviter que aberrations.

Par ailleurs, une petite photo aurait été parfaite pour accompagner l'anecdote ;-)
Le libéralisme à outrance peut être ?

Posté le

android

(2)

Répondre

On utilise encore cette technique, dans les zones par exemple ou la construction neuve n'est plus autorisée mais ou des anciens bâtiments existants sont a rénover, on "deconstruit" l'ensemble du bâtiment par l'interieure en gardant les facades, et on reconstruit a neuf ce qui permet de qualifier le projet de rénovation et donc autorisable par le code de l'urbanisme. Pas exemple en bord de mer.

Posté le

android

(5)

Répondre

Pour l'anecdote, lorsque la place Vendôme fut construite par Louis XIV et inaugurée en 1699 elle était bordée de façades factices, sans immeuble derrière. C'était une sorte de décor géant pour mettre en scène la statue au centre de la place. Plus tard on construisit les immeubles qui allaient avec les façades.

Sinon à Nice il y a le Palais de Méditerranée.. un bâtiment classé monument historique en 1989 juste avant sa démolition en 1990. Ses 2 principales façades art déco ont été conservées et le reste fut reconstruit en 2004.

Posté le

android

(5)

Répondre

Moi je trouve que ça en jette.
Le mélange d'histoire, de style et de visons. N'est ce pas ça l'art ? Totalement futil et inutile mais finalement absolument indispensable ?
Rien n'est scellé à jamais, plutôt que de sauvegarder à tout prix un moment figé d'une époque, autant s'en inspirer et s'amuser.
Tout est mené à disparaître, alors mélangeons tout ça et ça fera un bordel magnifique !

Ca fait longtemps qu'il y a une façade qui traîne à Boulogne Billancourt, le long de la Seine (proche de la Seine Musicale). Je me demandais pourquoi, j'imagine que c'est la réponse!
Elle est même visible sur google map, avec un historique depuis 2008!
goo.gl/maps/1c9uyN57jbM47PePA

a écrit : Quand j'étais plus jeune, j'ai appris que la construction de gratte ciels à Paris-centre était quasi interdite, parce que gnagnagna cépabo, BREF! J'ai imaginé acheter un pâté d'immeubles, garder toute les façades et construire à l'intérieur un gratte ciel en forme de pyramide au delà des 6 étages afin qu'il ne soit pas visible de la rue/avenue/boulevard tout en y rajoutant une trentaine d'étages.

T'en pense quoi? C'est du génie où ch'uis un abruti? ^^

Si on gardais toujours les villes telles quelles, faut visualiser à quoi ressemblait Paris sous Napoléon: un VASTE MERDIER puant, moche et mal foutu! ^^
Afficher tout
Si tu achètes un pâté d'immeubles à Paris, c'est que tu es sacrément pété d'oseille... et donc tout le monde t'appellera Génie pour être ton pote :)

ça marche aussi, avec une façade de cathédrale, de construire un mètre derrière ?

Ça me rappelle l’affaire de l’hôtel particulier du Cheikh du Qatar sur les Quai à Paris. Il n’a pas eu l’autorisation de rénover comme il le voulait l’intérieur du lieu car le bâtiment était classé. Et l’hôtel particulier a miraculeusement pris feu pendant les travaux...

A Bourges il y a ce cas la avec la façade conservée de l'ancienne maison de la culture (la première de France d ailleurs ) alors que le bâtiment a été détruit car devenu trop.petite. la.nouvelle maison de la culture est en verre et acier et construite... juste à cote pour un coût énorme. Du coup il y a la façade conservée car classée et rien derrière. L'entrée sert de décor pour des artistes

Posté le

android

(1)

Répondre