Attention à la combustion spontanée des huiles d'entretien

Proposé par
le

Si vous utilisez de l'huile de lin pour entretenir vos meubles ou faire du bricolage, attention aux combustions spontanées. Les vapeurs de l'huile peuvent réagir avec l'air ambiant et chauffer. Si ces vapeurs sont emprisonnées dans un chiffon en boule par exemple, la chaleur peut aller jusqu'à enflammer le chiffon. Pour éviter ce problème, il suffit de rincer les chiffons ou les éponges utilisés avec de l'eau.


Commentaires préférés (3)

On a mis longtemps avant de comprendre pourquoi certaines momie égyptienne étaient partiellement calcinées. Or c'est l'association huile de lin et bandelette qui est responsable. Si vous utilisez ce produit, faites très attention chez vous il y a un réel risque d'incendie.

Posté le

android

(85)

Répondre

Dès que je vois les mots "combustion spontanée" je pense à un épisode de South Park et je n'arrive pas à les associer à autre chose...
(Désolé pour ce partage inutile, bonne journée)

Posté le

android

(50)

Répondre

Étudiant en ébénisterie à Montréal pendant 4 ans, notre professeur de finition nous a à maintes reprises prévenus quant à ce problème. L’école Marquette qui est notre école concurrente, à l’école d’ébénisterie d’art, est d’ailleurs passée au feu il y a quelques années de cela à cause d’une guenille imbibée d’huile de lin abandonnée sur un plan de travail.

Comme précisé dans l’anecdote la procédure était de passer les guenilles sous l’eau dans un premier temps puis de les regrouper ensemble dans un sac poubelles que nous vidions complètement de son air en appuyant dessus, bien fermé nous pouvions par la suite en disposer dans le container à déchets. L’une des nombreuses manipulations qui demandaient une attention particulière quand j’y repense, le travail du bois is no joke.


Tous les commentaires (9)

On a mis longtemps avant de comprendre pourquoi certaines momie égyptienne étaient partiellement calcinées. Or c'est l'association huile de lin et bandelette qui est responsable. Si vous utilisez ce produit, faites très attention chez vous il y a un réel risque d'incendie.

Posté le

android

(85)

Répondre

Dès que je vois les mots "combustion spontanée" je pense à un épisode de South Park et je n'arrive pas à les associer à autre chose...
(Désolé pour ce partage inutile, bonne journée)

Posté le

android

(50)

Répondre

a écrit : Dès que je vois les mots "combustion spontanée" je pense à un épisode de South Park et je n'arrive pas à les associer à autre chose...
(Désolé pour ce partage inutile, bonne journée)
C est une note de musique
Peut-être une guitare avec des cordes de lin

Étudiant en ébénisterie à Montréal pendant 4 ans, notre professeur de finition nous a à maintes reprises prévenus quant à ce problème. L’école Marquette qui est notre école concurrente, à l’école d’ébénisterie d’art, est d’ailleurs passée au feu il y a quelques années de cela à cause d’une guenille imbibée d’huile de lin abandonnée sur un plan de travail.

Comme précisé dans l’anecdote la procédure était de passer les guenilles sous l’eau dans un premier temps puis de les regrouper ensemble dans un sac poubelles que nous vidions complètement de son air en appuyant dessus, bien fermé nous pouvions par la suite en disposer dans le container à déchets. L’une des nombreuses manipulations qui demandaient une attention particulière quand j’y repense, le travail du bois is no joke.

C'est encore pire avec l'huile de teck

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Étudiant en ébénisterie à Montréal pendant 4 ans, notre professeur de finition nous a à maintes reprises prévenus quant à ce problème. L’école Marquette qui est notre école concurrente, à l’école d’ébénisterie d’art, est d’ailleurs passée au feu il y a quelques années de cela à cause d’une guenille imbibée d’huile de lin abandonnée sur un plan de travail.

Comme précisé dans l’anecdote la procédure était de passer les guenilles sous l’eau dans un premier temps puis de les regrouper ensemble dans un sac poubelles que nous vidions complètement de son air en appuyant dessus, bien fermé nous pouvions par la suite en disposer dans le container à déchets. L’une des nombreuses manipulations qui demandaient une attention particulière quand j’y repense, le travail du bois is no joke.
Afficher tout
Même à la lecture, j’adore ton accent :)

C'est un problème connu dans les métiers du bois. Une solution rationnelle est de ranger les étoupes imbibées dans un pot en fer blanc bien fermé hermétiquement . Pas assez d'oxygène pour que le processus de combustion spontanée se produise et surtout on peut les réutiliser à volonté.

Posté le

android

(9)

Répondre

On parle d'auto-inflammation : tous les produits prennent feu spontanément à une température bien précise (exposé à l'air et son oxygène).

Pour le papier, c'est 232 °C, soit 451 °F, d'où le titre du livre Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, où le scénario fait état d'un monde où les livres sont bannis et brûlés.

Si la température d'auto-inflammation est proche de la température ambiante, alors ça peut prendre feu dans la vie courante. L'huile de lin est dans ce cas. Le phosphore blanc aussi. Le plutonium également, dans l'air humide.

Posté le

android

(13)

Répondre

a écrit : Dès que je vois les mots "combustion spontanée" je pense à un épisode de South Park et je n'arrive pas à les associer à autre chose...
(Désolé pour ce partage inutile, bonne journée)
Moi, c’est à Spinal Tap que je pense immédiatement.