Le froid extrême n'est pas toujours fatal

Proposé par
le

Certaines personnes ont survécu plusieurs heures à un froid extrême. Ce fut le cas de Jean Hilliard, qui tenta de rejoindre le domicile d’une amie après un accident de voiture, de nuit. Elle fut retrouvée « congelée » à quelques mètres de la porte de son amie, après avoir passé six heures dehors, alors que la température était descendue à -30 °C. Elle s’en sortit avec seulement quelques gelures.

Son amie indiqua que le corps était solidifié par le froid lorsqu’elle le trouva. À l’hôpital, les médecins constatèrent que les yeux étaient effectivement gelés, mais que la rigidité du corps semblait être due à la contraction musculaire. Son pouls était descendu à 12 pulsations par minute et sa température était trop basse pour être prise au thermomètre.


Commentaires préférés (3)

Et pour compléter l'anecdote.
Il semblerait qu'elle ait survécu grâce à l'alcool dans son corps qui aurait empêché le sang de geler.
Mais les médecins ne sont pas complètement certains.

Oui elle était complètement saoule d'où son accident de voiture.

Ça me rappelle l'histoire de cet Islandais (un film a été réalisé sur cette histoire d'ailleurs) qui a survécu dans des conditions de froid extrêmes :
Guðlaugur Friðþórsson (né le 24 septembre 1961) est un pêcheur islandais. Il est connu pour avoir réussi, à la suite du naufrage de son bateau de pêche le 11 mars 1984, à regagner Heimaey dans l'archipel des îles Vestmann, le port d'attache du navire après avoir nagé sur 6 km pendant six heures dans une eau à 5 degrés. (citation de Wikipedia).

Dans le même genre :

"Au Danemark, un groupe de douze enfants est parti en mer lors d'une excursion scolaire. Leur embarcation chavire à plusieurs centaines de mètres du rivage et tous tombent dans une eau à 2°.

7 d'entre eux sont déclarés morts mais les médecins essayent quand même de les sauver. Ils décident alors d'augmenter leur température corporelle d'un degré toutes les dix minutes. Après six heures à l'arrêt, le coeur des 7 enfants recommence à battre. Après plusieurs jours de coma, les enfants se réveillent, ils semblent n'avoir aucune séquelle. Leurs scans du cerveau sont absolument normaux. "

A chaque fois dans ces histoires, les médecins réchauffent les patients très progressivement.
En même temps, la conservation par le froid, c'est presque ce qu'on recherche avec la cryogénie non ? ^^


Tous les commentaires (53)

Et pour compléter l'anecdote.
Il semblerait qu'elle ait survécu grâce à l'alcool dans son corps qui aurait empêché le sang de geler.
Mais les médecins ne sont pas complètement certains.

Oui elle était complètement saoule d'où son accident de voiture.

Ça me rappelle l'histoire de cet Islandais (un film a été réalisé sur cette histoire d'ailleurs) qui a survécu dans des conditions de froid extrêmes :
Guðlaugur Friðþórsson (né le 24 septembre 1961) est un pêcheur islandais. Il est connu pour avoir réussi, à la suite du naufrage de son bateau de pêche le 11 mars 1984, à regagner Heimaey dans l'archipel des îles Vestmann, le port d'attache du navire après avoir nagé sur 6 km pendant six heures dans une eau à 5 degrés. (citation de Wikipedia).

Elle fut retrouvée ou il (Jean) fut retrouvé ? Je suis perdu !

a écrit : « lorsqu’elle LA trouva » Pas forcément, si on parle du corps.

a écrit : Elle fut retrouvée ou il (Jean) fut retrouvé ? Je suis perdu ! Jean, prononcé "gin". Prénom anglo-saxon féminin.
Comme Jean Grey dans les X-men.

Dans le même genre :

"Au Danemark, un groupe de douze enfants est parti en mer lors d'une excursion scolaire. Leur embarcation chavire à plusieurs centaines de mètres du rivage et tous tombent dans une eau à 2°.

7 d'entre eux sont déclarés morts mais les médecins essayent quand même de les sauver. Ils décident alors d'augmenter leur température corporelle d'un degré toutes les dix minutes. Après six heures à l'arrêt, le coeur des 7 enfants recommence à battre. Après plusieurs jours de coma, les enfants se réveillent, ils semblent n'avoir aucune séquelle. Leurs scans du cerveau sont absolument normaux. "

A chaque fois dans ces histoires, les médecins réchauffent les patients très progressivement.
En même temps, la conservation par le froid, c'est presque ce qu'on recherche avec la cryogénie non ? ^^

a écrit : Pas forcément, si on parle du corps. Il n'y a même pas de question à se poser, qu'est ce qui est gelé ? Le corps ; pas d'autres sujets dans la phrase ...

La dernière phrase de l'anecdote me perturbait mais effectivement les thermomètres médicaux même les plus précis commencent presque tous à 30-32°C. J'imagine que les médecins sur place n'en possédaient pas d'autres.

a écrit : Pas forcément, si on parle du corps. Tu peux enlever le "si" dans la phrase, c'est l'amie qui trouve effectivement LE corps.

Ce qui me surprend c'est l'absence de température même "approximative". Je suppose que la température extérieure du corps devait être en négative pour que les "yeux gèlent".

Donc certains sont plus choqués par une faute (qui n'en est pas une) plutôt que par le fait d'être congelé mais toujours en vie ? C'est pourtant incroyable.

Posté le

android

(57)

Répondre

a écrit : Donc certains sont plus choqués par une faute (qui n'en est pas une) plutôt que par le fait d'être congelé mais toujours en vie ? C'est pourtant incroyable. C'est l'effet pizza moitié prix.

a écrit : « lorsqu’elle LA trouva » Heureusement que tu es là pour voir les fautes qui n'en sont pas unes et que les autres ne voient pas..

Sinon quelqu'un a trouvé des sources qui donneraient les conséquences une fois rétablie ? Vu la deuxième source je pense qu'elle a trouvé la foi (blague) mais genre elle était aveugle ?(yeux gelés) d'autres conséquences ?(en plus des coups de poignards au Grevisse que l'anecdote suscite visiblement)

a écrit : Donc certains sont plus choqués par une faute (qui n'en est pas une) plutôt que par le fait d'être congelé mais toujours en vie ? C'est pourtant incroyable. Ah mais certains doivent garder leurs doigts collés à l'écran de leur smartphone ou à leur clavier H24 donc même s'il n'y a rien à dire, certains trouvent encore le moyen de chipoter. Pour ramasser quelques likes peut-être? Paraît que c'est bon pour le moral et pour l'estime de soi..

a écrit : Et pour compléter l'anecdote.
Il semblerait qu'elle ait survécu grâce à l'alcool dans son corps qui aurait empêché le sang de geler.
Mais les médecins ne sont pas complètement certains.

Oui elle était complètement saoule d'où son accident de voiture.
Du coup, peut-on dire que l'alcool lui a sauvé la vie ? Ou l'alcool a mis en danger sa vie ? Ou les deux ?

a écrit : « lorsqu’elle LA trouva » Je suis d’accord avec vous : LA trouva. On a cité Jean dans le paragraphe précédent donc on sait de qui on parle. Elle a survécu donc c’est inapproprié de dire que son amie a trouvé son corps.

a écrit : Je suis d’accord avec vous : LA trouva. On a cité Jean dans le paragraphe précédent donc on sait de qui on parle. Elle a survécu donc c’est inapproprié de dire que son amie a trouvé son corps. Non mais ce n’est pas une question de morale, d’éthique ou de savoir si c’est approprié ou non. Dans la phrase précédente, on parle du corps, c’est bien le sujet en question, donc c’est « le ».

On peut tout à fait parler de son corps sans lui manquer de respect, surtout que là elle était à priori en état de mort apparente, donc c’est même approprié vu le contexte. Son amie la pensait morte.

a écrit : Dans le même genre :

"Au Danemark, un groupe de douze enfants est parti en mer lors d'une excursion scolaire. Leur embarcation chavire à plusieurs centaines de mètres du rivage et tous tombent dans une eau à 2°.

7 d'entre eux sont déclarés morts mais les médecins essayent quan
d même de les sauver. Ils décident alors d'augmenter leur température corporelle d'un degré toutes les dix minutes. Après six heures à l'arrêt, le coeur des 7 enfants recommence à battre. Après plusieurs jours de coma, les enfants se réveillent, ils semblent n'avoir aucune séquelle. Leurs scans du cerveau sont absolument normaux. "

A chaque fois dans ces histoires, les médecins réchauffent les patients très progressivement.
En même temps, la conservation par le froid, c'est presque ce qu'on recherche avec la cryogénie non ? ^^
Afficher tout
Il est en effet très important de réchauffer très progressivement (entre 0,5 et 1 degré par heure), pour éviter un collapsus de réchauffement ou « after drop ».

Le collapsus de réchauffement va favoriser les fibrillations ventriculaires (mouvements qui précèdent l’arrêt cardiaque). Ce collapsus est favorisé par un réchauffement trop rapide (les vaisseaux des extrémités se dilatent et le sang froid atteint le cœur trop vite), ou par des mouvements brusques. Quand on retrouve une victime d’hypothermie, il faut donc la mobiliser avec précaution si elle n’est pas en arrêt cardiaque (mais bradycardie extrême), parfois c’est justement ce qui est difficile à voir, certains rythmes très lents peuvent faire penser à une asystolie.
Il faut éviter de lui poser des sondes nasogastriques ou des cathéters veineux centraux par exemple car c’est trop prêt du cœur. On la réanime en respectant l’état de bradycardie et de léthargie dans lequel se trouve son organisme, en la réchauffant progressivement pour que les fonctions vitales reprennent doucement.