Des peines d’esclavage abolies en 2020

Proposé par
le

Si l’esclavage est officiellement aboli aux États-Unis depuis 1865, on pouvait encore infliger des peines dites « d’esclavage » en 2020, dans deux états : l’Utah et le Nebraska. Cet anachronisme a pris fin en novembre 2020 à l’occasion d’un référendum.

Aucune peine de ce type n'a été infligée depuis des décennies, mais elles auraient pu légalement être requises pour punir certains délits. Le 3 novembre 2020, les électeurs des deux états se sont exprimés contre, mais sans faire l'unanimité : 19% des électeurs de l'Utah, et 32% du Nebraska y étaient encore favorables !


Commentaires préférés (3)

Ce qui m'avait choqué, quand j'ai lu cette histoire, ce n'est pas tant le fait qu'une loi inepte n'ait pas été abrogée - on a déjà vu ce genre de chose - mais que 32% de personnes d'un Etat aujourd'hui puisse vouloir ne pas abroger une loi sur l'esclavage !
Ça me paraît ahurissant.

a écrit : Ce qui m'avait choqué, quand j'ai lu cette histoire, ce n'est pas tant le fait qu'une loi inepte n'ait pas été abrogée - on a déjà vu ce genre de chose - mais que 32% de personnes d'un Etat aujourd'hui puisse vouloir ne pas abroger une loi sur l'esclavage !
Ça me paraît ahurissant.
Peut-on se dire que, peut-être, une partie de ces résultats peuvent s'expliquer par une réflexion plus du style "de toute façon on l'utilise plus, c'est débile de perdre du temps avec ça" plus que "non, l'esclavage c'est bien" ?
Enfin, j'ose espérer... parce que sinon les résultats font peur.

Les sources ne disent pas du tout en quoi consiste la peine d'esclavage. (Wikipédia ne traite pas de ce sujet, et les articles se contentent de faire du "waouh!").
J'aimerai bien savoir la nuance avec les travaux forcés ou les travaux d'intérêt généraux.
Est ce que la peine d'esclavage se matérialise par un quota d'heure comme des travaux d'intérêt généraux ? Par une soumission complète éternel ou temporaire comme de l'esclavage pur et dur ? Par une mise à disposition du temps de travail pour une durée (genre pour 1 an, le mec taf gratuitement) ?


Tous les commentaires (17)

Ce qui m'avait choqué, quand j'ai lu cette histoire, ce n'est pas tant le fait qu'une loi inepte n'ait pas été abrogée - on a déjà vu ce genre de chose - mais que 32% de personnes d'un Etat aujourd'hui puisse vouloir ne pas abroger une loi sur l'esclavage !
Ça me paraît ahurissant.

a écrit : Ce qui m'avait choqué, quand j'ai lu cette histoire, ce n'est pas tant le fait qu'une loi inepte n'ait pas été abrogée - on a déjà vu ce genre de chose - mais que 32% de personnes d'un Etat aujourd'hui puisse vouloir ne pas abroger une loi sur l'esclavage !
Ça me paraît ahurissant.
Peut-on se dire que, peut-être, une partie de ces résultats peuvent s'expliquer par une réflexion plus du style "de toute façon on l'utilise plus, c'est débile de perdre du temps avec ça" plus que "non, l'esclavage c'est bien" ?
Enfin, j'ose espérer... parce que sinon les résultats font peur.

Les sources ne disent pas du tout en quoi consiste la peine d'esclavage. (Wikipédia ne traite pas de ce sujet, et les articles se contentent de faire du "waouh!").
J'aimerai bien savoir la nuance avec les travaux forcés ou les travaux d'intérêt généraux.
Est ce que la peine d'esclavage se matérialise par un quota d'heure comme des travaux d'intérêt généraux ? Par une soumission complète éternel ou temporaire comme de l'esclavage pur et dur ? Par une mise à disposition du temps de travail pour une durée (genre pour 1 an, le mec taf gratuitement) ?

a écrit : Les sources ne disent pas du tout en quoi consiste la peine d'esclavage. (Wikipédia ne traite pas de ce sujet, et les articles se contentent de faire du "waouh!").
J'aimerai bien savoir la nuance avec les travaux forcés ou les travaux d'intérêt généraux.
Est ce que la peine d
9;esclavage se matérialise par un quota d'heure comme des travaux d'intérêt généraux ? Par une soumission complète éternel ou temporaire comme de l'esclavage pur et dur ? Par une mise à disposition du temps de travail pour une durée (genre pour 1 an, le mec taf gratuitement) ? Afficher tout
Tu as raison de te méfier des mots: "travaux forcés", "esclavage en tant que punition", ou encore "servitude involontaire" comme le désignait la constitution de l'Utah: c'est absolument pareil ! D'ailleurs, d'autres états américains possèdent encore cette peine dans leur système juridique.
Par contre, les travaux d'intérêt général constituent une servitude volontaire. C'est un aménagement de peine qui est proposé aux personnes condamnées en tant qu'alternative à la prison. Libres à elles de refuser.

a écrit : Les sources ne disent pas du tout en quoi consiste la peine d'esclavage. (Wikipédia ne traite pas de ce sujet, et les articles se contentent de faire du "waouh!").
J'aimerai bien savoir la nuance avec les travaux forcés ou les travaux d'intérêt généraux.
Est ce que la peine d
9;esclavage se matérialise par un quota d'heure comme des travaux d'intérêt généraux ? Par une soumission complète éternel ou temporaire comme de l'esclavage pur et dur ? Par une mise à disposition du temps de travail pour une durée (genre pour 1 an, le mec taf gratuitement) ? Afficher tout
Quoiqu'elles punissent, ces lois ciblent clairement la population afro-americaine et rien que pour cette raison doivent être abolies. Je pense que la justice américaine a assez de lois pour punir les afros comme les blancs des différents délits ou crimes qu'ils peuvent commettre, sans pour autant en garder des spécifiques pour la population noire. Aux States comme en France d'ailleurs la justice est toujours encore à vitesse variable.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Quoiqu'elles punissent, ces lois ciblent clairement la population afro-americaine et rien que pour cette raison doivent être abolies. Je pense que la justice américaine a assez de lois pour punir les afros comme les blancs des différents délits ou crimes qu'ils peuvent commettre, sans pour autant en garder des spécifiques pour la population noire. Aux States comme en France d'ailleurs la justice est toujours encore à vitesse variable. Afficher tout Bonjour

Effectivement ils ont des lois assez dures parfois. J’ai vu un reportage sur les marches de la honte où des condamnés devaient porter autour de leur cou une pancarte en expliquant dessus ce pourquoi ils avaient été condamnés.

Il y a un type qui avait détourné, avec la complicité de sa femme, 200 000$ d’une fondation. Ils ont pris 6 ans de marche de la honte autour du plus grand hypermarché de la ville ( c’était quelque part dans le texas).
Ils faisaient ça en alternance un week-end sur deux avec sa femme. Sur leur pancarte ils indiquaient qu’ils étaient des voleurs et le montant du vol. En plus de l’amende à payer.

Taux de récidive 10%.

J’ose pas imaginer la même chose ici. Mais finalement le regard des autres est parfois plus dissuasif que le milieu carcéral pour certains délits, car il s’agissait bien de ça et non pas de crimes.

a écrit : Bonjour

Effectivement ils ont des lois assez dures parfois. J’ai vu un reportage sur les marches de la honte où des condamnés devaient porter autour de leur cou une pancarte en expliquant dessus ce pourquoi ils avaient été condamnés.

Il y a un type qui avait détourné, avec la complicité de s
a femme, 200 000$ d’une fondation. Ils ont pris 6 ans de marche de la honte autour du plus grand hypermarché de la ville ( c’était quelque part dans le texas).
Ils faisaient ça en alternance un week-end sur deux avec sa femme. Sur leur pancarte ils indiquaient qu’ils étaient des voleurs et le montant du vol. En plus de l’amende à payer.

Taux de récidive 10%.

J’ose pas imaginer la même chose ici. Mais finalement le regard des autres est parfois plus dissuasif que le milieu carcéral pour certains délits, car il s’agissait bien de ça et non pas de crimes.
Afficher tout
Moi je trouve que c'est une très bonne idée, cruelle peut être, mais effectivement, le regard des autres peut être quelquepart pire que la prison, prison qui peut, elle, ruiner complètement une vie.
Ils payent leur amende, ils se payent une honte difficile à décrire, puis la prison, ca coûte cher au contribuable.

Et puis, si ca marche, et si les condamnés ont le choix entre la prison et la pancarte, moi je dis qu'on devrait faire pareil en France pour certains crimes/délits.

Ca me fait penser à Mc-Lane, avec sa pancarte, dans le Bronx... non, la, c'est du sadisme! ^^

a écrit : Bonjour

Effectivement ils ont des lois assez dures parfois. J’ai vu un reportage sur les marches de la honte où des condamnés devaient porter autour de leur cou une pancarte en expliquant dessus ce pourquoi ils avaient été condamnés.

Il y a un type qui avait détourné, avec la complicité de s
a femme, 200 000$ d’une fondation. Ils ont pris 6 ans de marche de la honte autour du plus grand hypermarché de la ville ( c’était quelque part dans le texas).
Ils faisaient ça en alternance un week-end sur deux avec sa femme. Sur leur pancarte ils indiquaient qu’ils étaient des voleurs et le montant du vol. En plus de l’amende à payer.

Taux de récidive 10%.

J’ose pas imaginer la même chose ici. Mais finalement le regard des autres est parfois plus dissuasif que le milieu carcéral pour certains délits, car il s’agissait bien de ça et non pas de crimes.
Afficher tout
Ça m’a fait penser à Cerseï Lanister dans Game of Throne, la seule fois où ce personnage a éveillé de l’empathie chez moi est sa marche de la honte, nue, dans les rues de la capitale...

a écrit : Moi je trouve que c'est une très bonne idée, cruelle peut être, mais effectivement, le regard des autres peut être quelquepart pire que la prison, prison qui peut, elle, ruiner complètement une vie.
Ils payent leur amende, ils se payent une honte difficile à décrire, puis la prison, ca coûte cher au contribu
able.

Et puis, si ca marche, et si les condamnés ont le choix entre la prison et la pancarte, moi je dis qu'on devrait faire pareil en France pour certains crimes/délits.

Ca me fait penser à Mc-Lane, avec sa pancarte, dans le Bronx... non, la, c'est du sadisme! ^^
Afficher tout
Le cas cité par @the punisher (marche de la honte), serait inconcevable en France où dans l'Union Européenne.
Une telle sentence serait considérée comme dégradante, et la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) ne tarderait pas à condamner l'État pour traitement dégradant envers le sentencié.

L'on peut aussi citer le cas de Joe Arpaio, surnommé "le shérif le plus dur des États-Unis".
Découvrez-le ici:
fr.m.wikipedia.org/wiki/Joe_Arpaio
Sur le fond, tout comme dans le cas des marches de la honte, il y a réellement une finalité de mener les récidives à un pourcentage très bas, voire nul. Cependant, est-ce la forme la plus humaine, pour que le condamné paie sa dette envers la société ?

Sinon, pour revenir à l'anecdote.
C'est le 13eme amendement de la Constitution des États-Unis, qui a aboli l'esclavage.
Néanmoins, il reste évident que peuvent encore se présenter aujourd'hui, des situations pouvant être typifiées d'Esclavage...
Au lieu de m'étendre, voici un lien qui les détaillent. (Chapitre Interprétation)
fr.m.wikipedia.org/wiki/Treizi%C3%A8me_amendement_de_la_Constitution_des_%C3%89tats-Unis#:~:text=Le%20XIIIe%20amendement%20%C3%A0,Congr%C3%A8s%20le%206%20d%C3%A9cembre%201865%20.

a écrit : Bonjour

Effectivement ils ont des lois assez dures parfois. J’ai vu un reportage sur les marches de la honte où des condamnés devaient porter autour de leur cou une pancarte en expliquant dessus ce pourquoi ils avaient été condamnés.

Il y a un type qui avait détourné, avec la complicité de s
a femme, 200 000$ d’une fondation. Ils ont pris 6 ans de marche de la honte autour du plus grand hypermarché de la ville ( c’était quelque part dans le texas).
Ils faisaient ça en alternance un week-end sur deux avec sa femme. Sur leur pancarte ils indiquaient qu’ils étaient des voleurs et le montant du vol. En plus de l’amende à payer.

Taux de récidive 10%.

J’ose pas imaginer la même chose ici. Mais finalement le regard des autres est parfois plus dissuasif que le milieu carcéral pour certains délits, car il s’agissait bien de ça et non pas de crimes.
Afficher tout
Quand il s'agit de punir les Américains sont très imaginatifs.

Il existait à l'époque une émission de téléréalité nommée "Scared straight" (que j'ai connue grâce à un sketch de Tom Segura) où on obligeait des gamins, à peine ados, qui avaient commis de petits délits (vol de vélo...) à aller dans une prison d'État où ils côtoyaient pendant une journée des types condamnés pour meurtre, braquage et autres joyeusetés.
Tous les prisonniers sont dans la cour centrale, hors des cellules et sans gardiens, et ils pourrissent les gamins et leur mettent des coups de pression de tarés.
Pour ceux qui maîtrisent la langue de Trump, voici un petit extrait (et même si vous n'entendez pas du tout l'anglais les images sont ahurissantes):

www.youtube.com/watch?v=oXtjfSUuuzg

a écrit : Ce qui m'avait choqué, quand j'ai lu cette histoire, ce n'est pas tant le fait qu'une loi inepte n'ait pas été abrogée - on a déjà vu ce genre de chose - mais que 32% de personnes d'un Etat aujourd'hui puisse vouloir ne pas abroger une loi sur l'esclavage !
Ça me paraît ahurissant.
Bienvenu aux usa :/ . Un pays divisé par le racisme...

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Quoiqu'elles punissent, ces lois ciblent clairement la population afro-americaine et rien que pour cette raison doivent être abolies. Je pense que la justice américaine a assez de lois pour punir les afros comme les blancs des différents délits ou crimes qu'ils peuvent commettre, sans pour autant en garder des spécifiques pour la population noire. Aux States comme en France d'ailleurs la justice est toujours encore à vitesse variable. Afficher tout Où est-ce que tu as vu que ces lois ciblent clairement la population afro-américaine ?

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Peut-on se dire que, peut-être, une partie de ces résultats peuvent s'expliquer par une réflexion plus du style "de toute façon on l'utilise plus, c'est débile de perdre du temps avec ça" plus que "non, l'esclavage c'est bien" ?
Enfin, j'ose espérer... parce que sinon les résultats font peur.
On est aux USA et on voit bien que dans ces Etats, il y a des personnes qui manquent légèrement d'ouverture d'esprit et de tolérance envers l'autre ...

a écrit : Ça m’a fait penser à Cerseï Lanister dans Game of Throne, la seule fois où ce personnage a éveillé de l’empathie chez moi est sa marche de la honte, nue, dans les rues de la capitale... J’y ai pensé également ! Elle s’est sacrément bien vengée par la suite d’ailleurs...

a écrit : Où est-ce que tu as vu que ces lois ciblent clairement la population afro-américaine ? Des peines dites "d'esclavage", ça m'étonnerai fort qu'elles ciblent les américains d'origine européenne...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Des peines dites "d'esclavage", ça m'étonnerai fort qu'elles ciblent les américains d'origine européenne... Tu as raison, bizarrement cela tombe souvent sur eux ce genre de trucs.

Plus d'un tiers des prisonniers aux USA sont noirs (34%) alors qu'ils ne représentent que 12% de la population.
Je me souviens de cette stat effarante que nous avez balancé un prof d'Histoire quand j'étais ado:
Quand tu es un adulte noir aux USA, tu as statistiquement plus de chance d'aller en prison qu'à l'université.

Petite précision pour ceux qui sont étonnés du nombre de personnes ayant votées contre l'abrogation de la loi: lorsqu'on vote ici, on vote pour énormément de monde en même temps (de mémoire, en octobre dernier, en plus de choisir entre Trump et Biden, on a du voter pour une soixantaine de personne - notamment tout un tas de juges). À la fin, on vote pour les "questions" (équivalent du référendum), et celles-ci peuvent parfois être formulées de manière assez obscures. Ceci combiné à la lassitude d'avoir déjà du choisir plein d'inconnus pour des postes dont on se fout un peu, peut mener à des erreurs ou des votes au hasard. Il est certain que nombre de votes furent en connaissance de cause, mais ça en explique certainement une part probablement non négligeable.