Les « mangeurs de péchés »

Proposé par
le

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, on pratiquait parfois un rituel mortuaire insolite en Angleterre, en faisant appel à un mangeur de péchés. Celui-ci était censé absorber les péchés d’une personne décédée sans avoir pu se repentir, et ainsi lui garantir l’accès au paradis. Le mangeur de péchés était souvent un vagabond, qui absorbait les péchés en mangeant et buvant auprès du cadavre.

On retrouve cette croyance dans d’autres civilisations, actuelles ou disparues, comme chez les Aztèques.


Commentaires préférés (3)

Ça faisait 3 heureux... Le mec croyant qui avait tué sa belle mère (par exemple) et se retrouvait "blanc comme neige", devant Dieu... Le Pasteur, qui avait fait son boulot... et le "vagabond" qui prenait un repas gratos et un bon verre de vin :)
On en a connu des conneries de religieux qui adaptent leurs "lois" à leurs besoins ; celle-là est bien "gratinée" :)
Je ne savais pas ; ça ne m'étonne pas mais JMCMB quand même :)

a écrit : Ça faisait 3 heureux... Le mec croyant qui avait tué sa belle mère (par exemple) et se retrouvait "blanc comme neige", devant Dieu... Le Pasteur, qui avait fait son boulot... et le "vagabond" qui prenait un repas gratos et un bon verre de vin :)
On en a connu des conneries de religieux qui ada
ptent leurs "lois" à leurs besoins ; celle-là est bien "gratinée" :)
Je ne savais pas ; ça ne m'étonne pas mais JMCMB quand même :)
Afficher tout
Faire du pognon sur des promesses invérifiables, c'est un peu le principe de base non ? Faut toute de même avouer que ça a super bien marché ^^

Dans la mythologie Aztèque, le "mangeur de péchés" est une femme, portant le nom de "Tlazolteotl", ou "déesse des immondices".
Cette dénomination est d'ailleurs à prendre de forme vernaculaire, car selon les liens Net en Espagnol, elle est aussi définie comme Déesse de la luxure et des amours interdits, "reine" du sexe et des plaisirs charnels, des transgressions morales, etc...

Elle était également considérée comme celle qui apportait la souffrance au travers des maladies vénériennes, bien qu'elle pouvait également les guérir au travers de la Médecine.
De même, elle était celle qui incitait aux amours illicites, mais avait également la capacité d'absoudre de ces péchés.

Tlazolteotl était aussi la déesse de la fertilité, des accouchements, "l'hippocrate" des médecins... mais également une déesse cruelle qui pouvait vous rendre fou.

Elle était également appelée, "la mangeuse de saletés", car il se croyait qu'elle visitait les personnes sur le point de mourir.


Tous les commentaires (13)

Ça faisait 3 heureux... Le mec croyant qui avait tué sa belle mère (par exemple) et se retrouvait "blanc comme neige", devant Dieu... Le Pasteur, qui avait fait son boulot... et le "vagabond" qui prenait un repas gratos et un bon verre de vin :)
On en a connu des conneries de religieux qui adaptent leurs "lois" à leurs besoins ; celle-là est bien "gratinée" :)
Je ne savais pas ; ça ne m'étonne pas mais JMCMB quand même :)

a écrit : Ça faisait 3 heureux... Le mec croyant qui avait tué sa belle mère (par exemple) et se retrouvait "blanc comme neige", devant Dieu... Le Pasteur, qui avait fait son boulot... et le "vagabond" qui prenait un repas gratos et un bon verre de vin :)
On en a connu des conneries de religieux qui ada
ptent leurs "lois" à leurs besoins ; celle-là est bien "gratinée" :)
Je ne savais pas ; ça ne m'étonne pas mais JMCMB quand même :)
Afficher tout
Faire du pognon sur des promesses invérifiables, c'est un peu le principe de base non ? Faut toute de même avouer que ça a super bien marché ^^

Quelques superstitions soit disant de ma religion.

Ne pas sortir les poubelles la nuit.
Ne pas se couper les ongles la nuit.
On ne doit pas boire en même temps à table.
On enjambe pas quelqu’un allongé par terre.
Quand on part en voyage on jette un verre d’eau devant sa porte avant de partir.
Le chat noir qui traverse la rue.
Embrasser la main des pops.
Le miroir brisé.
Quand quelqu’un est sur le point de mourir ne surtout pas pleurer en sanglot.
Si la main gauche te gratte tu recevras de l’argent, la droite tu en donneras.

a écrit : Quelques superstitions soit disant de ma religion.

Ne pas sortir les poubelles la nuit.
Ne pas se couper les ongles la nuit.
On ne doit pas boire en même temps à table.
On enjambe pas quelqu’un allongé par terre.
Quand on part en voyage on jette un verre d’eau devant sa porte a
vant de partir.
Le chat noir qui traverse la rue.
Embrasser la main des pops.
Le miroir brisé.
Quand quelqu’un est sur le point de mourir ne surtout pas pleurer en sanglot.
Si la main gauche te gratte tu recevras de l’argent, la droite tu en donneras.
Afficher tout
C'est quelle religion ?

Posté le

android

(8)

Répondre

Dans la mythologie Aztèque, le "mangeur de péchés" est une femme, portant le nom de "Tlazolteotl", ou "déesse des immondices".
Cette dénomination est d'ailleurs à prendre de forme vernaculaire, car selon les liens Net en Espagnol, elle est aussi définie comme Déesse de la luxure et des amours interdits, "reine" du sexe et des plaisirs charnels, des transgressions morales, etc...

Elle était également considérée comme celle qui apportait la souffrance au travers des maladies vénériennes, bien qu'elle pouvait également les guérir au travers de la Médecine.
De même, elle était celle qui incitait aux amours illicites, mais avait également la capacité d'absoudre de ces péchés.

Tlazolteotl était aussi la déesse de la fertilité, des accouchements, "l'hippocrate" des médecins... mais également une déesse cruelle qui pouvait vous rendre fou.

Elle était également appelée, "la mangeuse de saletés", car il se croyait qu'elle visitait les personnes sur le point de mourir.

a écrit : C'est quelle religion ? Aha !!!

C’est dans mon commentaire ;).
Allez un effort.

a écrit : Quelques superstitions soit disant de ma religion.

Ne pas sortir les poubelles la nuit.
Ne pas se couper les ongles la nuit.
On ne doit pas boire en même temps à table.
On enjambe pas quelqu’un allongé par terre.
Quand on part en voyage on jette un verre d’eau devant sa porte a
vant de partir.
Le chat noir qui traverse la rue.
Embrasser la main des pops.
Le miroir brisé.
Quand quelqu’un est sur le point de mourir ne surtout pas pleurer en sanglot.
Si la main gauche te gratte tu recevras de l’argent, la droite tu en donneras.
Afficher tout
Moi, je ne suis pas superstitieux, ça porte trop malheur...

Posté le

android

(14)

Répondre

a écrit : Aha !!!

C’est dans mon commentaire ;).
Allez un effort.
Religion et superstition ne sont pas compatibles

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Aha !!!

C’est dans mon commentaire ;).
Allez un effort.
Orthodoxe. Mais c’est pope il me semble pas « pops »

a écrit : Dans la mythologie Aztèque, le "mangeur de péchés" est une femme, portant le nom de "Tlazolteotl", ou "déesse des immondices".
Cette dénomination est d'ailleurs à prendre de forme vernaculaire, car selon les liens Net en Espagnol, elle est aussi définie comme Déesse de la luxur
e et des amours interdits, "reine" du sexe et des plaisirs charnels, des transgressions morales, etc...

Elle était également considérée comme celle qui apportait la souffrance au travers des maladies vénériennes, bien qu'elle pouvait également les guérir au travers de la Médecine.
De même, elle était celle qui incitait aux amours illicites, mais avait également la capacité d'absoudre de ces péchés.

Tlazolteotl était aussi la déesse de la fertilité, des accouchements, "l'hippocrate" des médecins... mais également une déesse cruelle qui pouvait vous rendre fou.

Elle était également appelée, "la mangeuse de saletés", car il se croyait qu'elle visitait les personnes sur le point de mourir.
Afficher tout
Vernaculaire pour ceux qui ne connaissent pas (comme moi) :
adjectif

DIDACTIQUE

1.

Du pays, propre au pays.

Langue vernaculaire 

dialecte (opposé à véhiculaire).

2.

Nom vernaculaire (d'un animal, d'une plante) 

son nom courant (s'oppose à nom scientifique).

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Vernaculaire pour ceux qui ne connaissent pas (comme moi) :
adjectif

DIDACTIQUE

1.

Du pays, propre au pays.

Langue vernaculaire 

dialecte (opposé à véhiculaire).

2.

Nom vernaculaire (d'un animal, d'une plante) 

son nom courant (s'oppose à nom scientifique).
Ici, "vernaculaire" était à prendre dans le sens où "immondices" regroupe plusieurs qualificatifs.
Il est à apparenter dans son emploi, par exemple, au mot "passereau" qui ne désigne aucun oiseau en particulier, mais tous ces oiseaux de petite taille, type moineau.

a écrit : Orthodoxe. Mais c’est pope il me semble pas « pops » C’est pope en effet. Mais le correcteur a encore frappé.

Et les croque morts, ca existe encore?

Juste pour être certain que... BREF! C'est pas religieux donc H.S. ^^ Désolé