De fausses têtes pour débusquer les snipers

Proposé par
le
dans

Durant la Première Guerre mondiale les snipers, difficiles à repérer, harcelaient constamment les ennemis. Pour les débusquer, les soldats eurent l’idée de fabriquer de fausses têtes en papier mâché, plantées au bout d’une pique. On pouvait ainsi repérer l’origine des tirs sans prendre trop de risques, et bombarder les positions relevées.


Commentaires préférés (3)

a écrit : On parle de tireur d'élite ou tireur embusqué en français. Avant l'anecdote c'est tireur embusqué , mais après c'est tireur débusqué .

a écrit : Je sens une note d'humour que je ne comprends pas.

Il me semble que de tout temps les armées ont eu recours à des leurs.
« To snipe » qui a donc donné le terme sniper veut dire « canarder » dans le sens chasser le canard mais en réalité c’est plutôt « chasser la bécassine » qui est un animal particulièrement difficile à tirer.

« a snipe » en anglais est une bécassine.
« a snipe hunt » est une expression signifiant chasser un animal imaginaire, poursuivre un but impossible qui fait l’objet d’une blague dans les camps scouts.

a écrit : « To snipe » qui a donc donné le terme sniper veut dire « canarder » dans le sens chasser le canard mais en réalité c’est plutôt « chasser la bécassine » qui est un animal particulièrement difficile à tirer.

« a snipe » en anglais est une bécassine.
« a snipe hunt » est une expression signifiant cha
sser un animal imaginaire, poursuivre un but impossible qui fait l’objet d’une blague dans les camps scouts. Afficher tout
Ah ben si maintenant y a des calembours franco-anglais... ^^

Posté le

android

(39)

Répondre


Tous les commentaires (27)

On parle de tireur d'élite ou tireur embusqué en français.

Posté le

android

(14)

Répondre

a écrit : On parle de tireur d'élite ou tireur embusqué en français. Avant l'anecdote c'est tireur embusqué , mais après c'est tireur débusqué .

a écrit : On parle de tireur d'élite ou tireur embusqué en français. J’aurais préféré qu’on dise « bécassineur » mais l’Académie n’a pas voulu.

a écrit : J’aurais préféré qu’on dise « bécassineur » mais l’Académie n’a pas voulu. Je sens une note d'humour que je ne comprends pas.

Il me semble que de tout temps les armées ont eu recours à des leurs.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Je sens une note d'humour que je ne comprends pas.

Il me semble que de tout temps les armées ont eu recours à des leurs.
« To snipe » qui a donc donné le terme sniper veut dire « canarder » dans le sens chasser le canard mais en réalité c’est plutôt « chasser la bécassine » qui est un animal particulièrement difficile à tirer.

« a snipe » en anglais est une bécassine.
« a snipe hunt » est une expression signifiant chasser un animal imaginaire, poursuivre un but impossible qui fait l’objet d’une blague dans les camps scouts.

a écrit : « To snipe » qui a donc donné le terme sniper veut dire « canarder » dans le sens chasser le canard mais en réalité c’est plutôt « chasser la bécassine » qui est un animal particulièrement difficile à tirer.

« a snipe » en anglais est une bécassine.
« a snipe hunt » est une expression signifiant cha
sser un animal imaginaire, poursuivre un but impossible qui fait l’objet d’une blague dans les camps scouts. Afficher tout
Ah ben si maintenant y a des calembours franco-anglais... ^^

Posté le

android

(39)

Répondre

a écrit : « To snipe » qui a donc donné le terme sniper veut dire « canarder » dans le sens chasser le canard mais en réalité c’est plutôt « chasser la bécassine » qui est un animal particulièrement difficile à tirer.

« a snipe » en anglais est une bécassine.
« a snipe hunt » est une expression signifiant cha
sser un animal imaginaire, poursuivre un but impossible qui fait l’objet d’une blague dans les camps scouts. Afficher tout
Géniale, merci beaucoup !!
Ça pourrait être une anecdote !

a écrit : Géniale, merci beaucoup !!
Ça pourrait être une anecdote !
Pour chasser le canard, on utilisait même une canardière qui est un long fusil (presque 3 mètres) qui permet de tirer en étant suffisamment loin pour ne pas effrayer les canards.

Cette anecdote est complètement fausse.
C'est pendant les guerres napoléoniennes que les tireurs d'élite font leur apparition.
La brigade des "Green Jackets" (the rifle brigade ou 95th Rigles) anglaise était la première unité de marksman, ou sharpshooter, donc les snipers de l'anecdote. Ils étaient équipés de rifle (carabine) leur donnant une meilleur précision et une plus longue portée de tire.

Pendant la guerre civile américaine aussi des marksman était utilisés dans les deux camps avec plus ou moins le même principe que les tireurs d'élite de la première guerre mondiale.

Donc non la première guerre mondiale n'était pas la première fois.

Cette page explique un peux ça (en anglais seulement).
en.m.wikipedia.org/wiki/Sharpshooter

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Cette anecdote est complètement fausse.
C'est pendant les guerres napoléoniennes que les tireurs d'élite font leur apparition.
La brigade des "Green Jackets" (the rifle brigade ou 95th Rigles) anglaise était la première unité de marksman, ou sharpshooter, donc les snipers de l'anecd
ote. Ils étaient équipés de rifle (carabine) leur donnant une meilleur précision et une plus longue portée de tire.

Pendant la guerre civile américaine aussi des marksman était utilisés dans les deux camps avec plus ou moins le même principe que les tireurs d'élite de la première guerre mondiale.

Donc non la première guerre mondiale n'était pas la première fois.

Cette page explique un peux ça (en anglais seulement).
en.m.wikipedia.org/wiki/Sharpshooter
Afficher tout
Si les tireurs embusqués sont sans doute apparus bien avant la première guerre mondiale, les green jackets n'en étaient pas à proprement parler puisqu'ils combattaient en formations aussi dispersées fussent-elles. On peut quand même noter les tireurs d'élite présents sur les mâts des navires et à qui cette définition pourrait s'appliquer.
Tireurs d'élites et tireurs embusqués ne sont pas identiques car les premiers sont des combattants présentant une habilité supérieure à la moyenne en tir et parfois possédant une certification (marksman, sharpsooters...) quand les second se définissent par une manière de combattre.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Cette anecdote est complètement fausse.
C'est pendant les guerres napoléoniennes que les tireurs d'élite font leur apparition.
La brigade des "Green Jackets" (the rifle brigade ou 95th Rigles) anglaise était la première unité de marksman, ou sharpshooter, donc les snipers de l'anecd
ote. Ils étaient équipés de rifle (carabine) leur donnant une meilleur précision et une plus longue portée de tire.

Pendant la guerre civile américaine aussi des marksman était utilisés dans les deux camps avec plus ou moins le même principe que les tireurs d'élite de la première guerre mondiale.

Donc non la première guerre mondiale n'était pas la première fois.

Cette page explique un peux ça (en anglais seulement).
en.m.wikipedia.org/wiki/Sharpshooter
Afficher tout
À ne pas confondre avec ceux-là :

fr.wikipedia.org/wiki/Sharpshooter?wprov=sfla1

Posté le

android

(0)

Répondre

Heuuuu, l'anecdote ne dit pas que les "snipers" ont été "inventés" pendant la première guerre mondiale, hein (à moins qu'elle ait été corrigée) mais explique une manière de les débusquer.

Pendant la guerre d'indépendance américaine, ils existaient déjà, utilisant des carabines à canon rayé d'une portée précise et efficace de plus de 200 mètres (incroyable pour l'époque, hein?!), le but était de faire des trous dans les officiers anglais et de s'enfuir aussitôt.

Des tireurs d'élite, quoi.

Tous les tireurs les plus compétents dans les armées sont dit tireurs d’élite en fait. Par contre, tireurs embusqués (snipers) et tireurs de précision (sharpshooter) ne sont pas là meme chose meme si les deux sont tireurs d’élite.

Parmi toutes les supercheries employées durant la Grande Guerre, celle des faux arbres m'avait impacté, suite au visionnage d'un documentaire, durant ma jeunesse.

Le premier Général d'Armée à se laisser convaincre des avantages que des artistes peuvent apporter à l'effort de guerre, fut le Général de Castelnau, situé près d'Amiens. C'est dans la Salle des fêtes de cette ville, que se montera dès 1915, l'atelier destiné à ces confections.
Le principe était simple: construire à la perfection, en métal, l'imitation d'un tronc d'arbre préexistant sur le champ de bataille, puis de substituer l'original par la copie, aux faveurs de la nuit.
Le faux arbre, creux, devenait un poste d'observation privilégié, et permettait à un soldat d'y prendre position, pour informer les autres poilus.

france3--regions-francetvinfo-fr.cdn.ampproject.org/v/s/france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/somme/amiens/histoire-du-dimanche-invention-du-camouflage-moderne-pleine-grande-guerre-amiens-974570.amp?amp_js_v=a6&amp_gsa=1&usqp=mq331AQHKAFQArABIA%3D%3D#aoh=16136692039988&referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com&amp_tf=De%20%251%24s&ampshare=https%3A%2F%2Ffrance3-regions.francetvinfo.fr%2Fhauts-de-france%2Fsomme%2Famiens%2Fhistoire-du-dimanche-invention-du-camouflage-moderne-pleine-grande-guerre-amiens-974570.html

L'emploi de l'aviation dans la Première Guerre Mondiale, donna aussi un avantage d'observation du camp ennemi. Certes, les mongolfières et les "trains de cerfs-volants" reliés par un câble au sol, permettaient une observation privilégiée, mais de par leur relative stabilité, restaient des cibles potentielles pour les tireurs d'élite du camp adverse.

Les techniques de camouflage et de subterfuges vont donc s'améliorer au fil du conflit, dont celle consistant à cacher des lieux urbains ou des usines sous des toiles, pour passer inaperçu depuis les airs.

En 1917, une chapelle sera même démontée, déplacée de 400 mètres et remontée en une seule nuit, afin de désorienter l'ennemi et donc ses tirs de canons.
L'ennemi tarda deux jours à se rendre compte du subterfuge !

C'est cette même année 1917, que fut proposé le "déplacement de Paris". Le stratagème consistait à dessiner plus au Nord-est de la capitale, le quadrillage de ses rues éclairées et visible la nuit, par un pilote d'avion.
L'idée en restera à la théorie, car le conflit mondial prend fin avant sa mise en pratique.
Néanmoins, ce stratagème fut repris des centaines de fois par les Britanniques, durant la Seconde Guerre Mondiale, pour confondre les pilotes de bombardiers de la Luftwaffe.

a écrit : Si les tireurs embusqués sont sans doute apparus bien avant la première guerre mondiale, les green jackets n'en étaient pas à proprement parler puisqu'ils combattaient en formations aussi dispersées fussent-elles. On peut quand même noter les tireurs d'élite présents sur les mâts des navires et à qui cette définition pourrait s'appliquer.
Tireurs d'élites et tireurs embusqués ne sont pas identiques car les premiers sont des combattants présentant une habilité supérieure à la moyenne en tir et parfois possédant une certification (marksman, sharpsooters...) quand les second se définissent par une manière de combattre.
Afficher tout
Les green jackets combattaient en formation libre et avaient pour but d'exténuer les troupes de Napoléon pendant leur déplacement.
Ils avait par example comme technique de rester à l'arrière des colonnes anglaise se cacher pour attendre les français à leur poursuite et faire le plus de dégâts avant de s'enfuir.

Si c'est pas là du tireur embusqué je ne sais pas.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Heuuuu, l'anecdote ne dit pas que les "snipers" ont été "inventés" pendant la première guerre mondiale, hein (à moins qu'elle ait été corrigée) mais explique une manière de les débusquer.

Pendant la guerre d'indépendance américaine, ils existaient déjà, utilisant des cara
bines à canon rayé d'une portée précise et efficace de plus de 200 mètres (incroyable pour l'époque, hein?!), le but était de faire des trous dans les officiers anglais et de s'enfuir aussitôt.

Des tireurs d'élite, quoi.
Afficher tout
L'anecdote a été corrigé, le début a été changé.
Ce matin quand j'ai lu cette anecdote la première phrase disait bien que les snipers ont fait leur apparition pendant la première guerre.


J'ai eu bien 2 minutes de "attend mais pourquoi j'ai écrit ce commentaire" avant de comprendre.
Mon cerveau était perdu.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Tous les tireurs les plus compétents dans les armées sont dit tireurs d’élite en fait. Par contre, tireurs embusqués (snipers) et tireurs de précision (sharpshooter) ne sont pas là meme chose meme si les deux sont tireurs d’élite. Je pensais que les tireurs embusqués étaient appelés "franc tireurs", j'apprends, grâce à ton commentaire, qu'il n'en est rien.

Le sniper tire de loin en cherchant à rester invisible
Le tireur d'élite tire au but, de près où de loin, où entre les deux, aux choix...
JMCMB

Question: comment appelle t'on un tireur d'élite qui tire toujours à coté de sa cible?
Un pistonné... (c'est nul, je sais)

a écrit : L'anecdote a été corrigé, le début a été changé.
Ce matin quand j'ai lu cette anecdote la première phrase disait bien que les snipers ont fait leur apparition pendant la première guerre.


J'ai eu bien 2 minutes de "attend mais pourquoi j'ai écrit ce commentaire" avant de comprendre.
Mon cerveau était perdu.
Ah ok merci, je me sens moins seul :)

Quand je lis cette anecdote je ne peux m empêcher de penser a ces officiers d observations en haut d une sorte de chaise d arbitre de tennis pour observer les positions ennemis....et maintenant imaginez le gentil tireur d elite (ou autre terme) d en face à qui on propose un joli trophée sur un perchoir !!!!

Posté le

android

(0)

Répondre

Ce rôle, c'est clairement celui que j'assure pour mes mates sur Call of... Ma tête est un véritable aimant à balles de fusil...

Posté le

android

(0)

Répondre