Un motard peut réveiller du monde

Proposé par
le

Une étude de l'Institut français de l'environnement (Ifen), réalisée en 2001, a démontré que les deux-roues étaient les premiers responsables des plaintes pour nuisances sonores dans les agglomérations. Il a ainsi été calculé qu'à Paris, un motard avec un pot d'échappement troué pouvait réveiller 300 000 personnes.


Commentaires préférés (3)

Quand la pizzeria locale est passée de scooter thermiques à des scooters électriques mes nuits se sont largement améliorées, j’aurais tendance à croire cette étude donc

En lisant l'anecdote, j'ai eu l'impression qu'il manquait une info (300 000 personnes en un mois? Une semaine?? Un trajet?). Mais en lisant les sources, j'ai bien l'impression qu'il s'agit du nombre de personnes réveillées en un seul trajet de nuit.

Elles précisent cependant que les fautifs sont principalement des deux-roues 50cm³ avec des kits d'échappement non homologués. Un kit réglementaire est dit aussi "silencieux" qu'une voiture.

Posté le

android

(75)

Répondre

Il y a quand même un vrai problème avec les sources dans cette anecdote.

1) Les deux sources disent tellement la même choses que l'un d'elle cite l'autre dans ses sources ; c'est une espèce de mise en abîme... Pas très sérieux : Caradisiac a en fait complètement plagié le contenu de l'article de La Croix.
2) L'étude citée est très ancienne : 2001 ! Entre-temps il s'est passé des choses du côté de la motorisation des deux-roues. Et d'ailleurs de quels deux-roues s'agit-il ?
3) L'institut en question n'existe plus (ree.developpement-durable.gouv.fr/donnees-et-ressources/ressources/organisme/article/institut-francais-de-l-environnement-ifen)
4) Le service qui a remplacé l'IFEN ne répertorie plus cette étude, on ne peut même pas vérifier son contenu ! (www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/recherche?sort_by=search_api_relevance&sort_order=DESC&text=nuisances%20deux%20roues#search_header)
5) L'anecdote montre que le chiffre, impressionnant, de 300 000 personnes provient de l'étude de l'IFEN. Mais si vous lisez attentivement la passage de l'article de La Croix, ben on n'en est même pas sûr ! "Une étude de l'Institut français de l'environnement (Ifen), réalisée en 2001, avait montré que les deux-roues sont les premiers responsables des plaintes pour nuisances sonores enregistrées par les mairies. « À Paris, nous avons calculé qu'un motard qui traverserait Paris la nuit avec un pot d'échappement troué pouvait réveiller 300 000 personnes ! », assure le maire UMP du 6e arrondissement, Jean-Pierre Lecoq."
5) Honnêtement, ce chiffre de 300 000 personnes semble délirant. Même dans une zone de très forte densité de population comme Paris, un seul deux-roues ne peut à lui seul réveiller 15% de la population totale de la commune (2 millions d'habitants !) ou 100% de la population totale d'un arrondissement. Ça ferait longtemps qu'on les aurait interdit si de tels catastrophes sonores se produisaient. En tout cas j'aimerais lire la méthode de calcul !
6) méthode de calcul qu'on ne peut pas connaître car : ou bien il s'agit des paroles en l'air d'un maire excédé, ou d'une information contenue dans une étude désormais inaccessible.

Cette anecdote a surtout été publiée pour le caractère spectaculaire du chiffre de 300 000 personnes ; elle n'est rigoureuse ni vérifiable.


Tous les commentaires (69)

Tu m'étonnes.. c'est là où on réalise qu'on est devenu vieux, quand on passe du "wah, super la moto" au "je vais porter plainte à Annie d'Hallegaux pour nuisance sonore".

300000 personnes pour un seul motard ça me paraît assez énorme.

Posté le

android

(2)

Répondre

Il aurait été intéressant d'avoir l'étude en question dans les sources, parce que l'affirmation indiquant qu'un motard qui traverserait Paris la nuit avec un pot d'échappement troué peut réveiller 300 000 personnes à été formulée par le maire du 6e arrondissement à ce moment-là (Jean-Pierre Lecoq), et non pas par l'étude.

Posté le

android

(7)

Répondre

Quand la pizzeria locale est passée de scooter thermiques à des scooters électriques mes nuits se sont largement améliorées, j’aurais tendance à croire cette étude donc

En lisant l'anecdote, j'ai eu l'impression qu'il manquait une info (300 000 personnes en un mois? Une semaine?? Un trajet?). Mais en lisant les sources, j'ai bien l'impression qu'il s'agit du nombre de personnes réveillées en un seul trajet de nuit.

Elles précisent cependant que les fautifs sont principalement des deux-roues 50cm³ avec des kits d'échappement non homologués. Un kit réglementaire est dit aussi "silencieux" qu'une voiture.

Posté le

android

(75)

Répondre

La ville de Paris a d'ailleurs commencé l'expérimentation des radars "Meduses" qui sont des dispositifs de mesures du bruit en partenariat avec Bruitparif (ils sont appelés "radars sonores" mais ce sont simplement des sonomètres).

Avec 5 micros et une caméra, ces "radars" de bruit sont capables d'identifier un bruit non conforme à la législation et en déterminer la source. Les premières verbalisations devraient commencer en 2022.

a écrit : Tu m'étonnes.. c'est là où on réalise qu'on est devenu vieux, quand on passe du "wah, super la moto" au "je vais porter plainte à Annie d'Hallegaux pour nuisance sonore". La manière dont tu as écrit son nom m’a assez traumatisé...
Même si je n’aime pas cette personne.

a écrit : En lisant l'anecdote, j'ai eu l'impression qu'il manquait une info (300 000 personnes en un mois? Une semaine?? Un trajet?). Mais en lisant les sources, j'ai bien l'impression qu'il s'agit du nombre de personnes réveillées en un seul trajet de nuit.

Elles précisent c
ependant que les fautifs sont principalement des deux-roues 50cm³ avec des kits d'échappement non homologués. Un kit réglementaire est dit aussi "silencieux" qu'une voiture. Afficher tout
Mouais... je m'inscris en faux, dans ma campagne, il n'y a pas que les 50 cm³ qu'on entend de (très) loin ! Vu comme leurs moteurs montent dans les tours, il n'y a aucune voiture routière qui rivalise.

a écrit : Tu m'étonnes.. c'est là où on réalise qu'on est devenu vieux, quand on passe du "wah, super la moto" au "je vais porter plainte à Annie d'Hallegaux pour nuisance sonore". Annie d’hallegaux ? C’est une blague ?

a écrit : Annie d’hallegaux ? C’est une blague ? Je n'avais pas bien compris jusqu'à la seconde lecture du premier commentaire.
Mais bizarrement ça m'a fait rire

Posté le

android

(11)

Répondre

Il y a quand même un vrai problème avec les sources dans cette anecdote.

1) Les deux sources disent tellement la même choses que l'un d'elle cite l'autre dans ses sources ; c'est une espèce de mise en abîme... Pas très sérieux : Caradisiac a en fait complètement plagié le contenu de l'article de La Croix.
2) L'étude citée est très ancienne : 2001 ! Entre-temps il s'est passé des choses du côté de la motorisation des deux-roues. Et d'ailleurs de quels deux-roues s'agit-il ?
3) L'institut en question n'existe plus (ree.developpement-durable.gouv.fr/donnees-et-ressources/ressources/organisme/article/institut-francais-de-l-environnement-ifen)
4) Le service qui a remplacé l'IFEN ne répertorie plus cette étude, on ne peut même pas vérifier son contenu ! (www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/recherche?sort_by=search_api_relevance&sort_order=DESC&text=nuisances%20deux%20roues#search_header)
5) L'anecdote montre que le chiffre, impressionnant, de 300 000 personnes provient de l'étude de l'IFEN. Mais si vous lisez attentivement la passage de l'article de La Croix, ben on n'en est même pas sûr ! "Une étude de l'Institut français de l'environnement (Ifen), réalisée en 2001, avait montré que les deux-roues sont les premiers responsables des plaintes pour nuisances sonores enregistrées par les mairies. « À Paris, nous avons calculé qu'un motard qui traverserait Paris la nuit avec un pot d'échappement troué pouvait réveiller 300 000 personnes ! », assure le maire UMP du 6e arrondissement, Jean-Pierre Lecoq."
5) Honnêtement, ce chiffre de 300 000 personnes semble délirant. Même dans une zone de très forte densité de population comme Paris, un seul deux-roues ne peut à lui seul réveiller 15% de la population totale de la commune (2 millions d'habitants !) ou 100% de la population totale d'un arrondissement. Ça ferait longtemps qu'on les aurait interdit si de tels catastrophes sonores se produisaient. En tout cas j'aimerais lire la méthode de calcul !
6) méthode de calcul qu'on ne peut pas connaître car : ou bien il s'agit des paroles en l'air d'un maire excédé, ou d'une information contenue dans une étude désormais inaccessible.

Cette anecdote a surtout été publiée pour le caractère spectaculaire du chiffre de 300 000 personnes ; elle n'est rigoureuse ni vérifiable.

C'est le seul inconvénient que je trouve à l'augmentation des services de livraison de repas : les scooters, avec le bruit qui s'y accompagne, et le comportement de leurs conducteurs. Quand on habite en ville, passé 19h ça devient le ballet des pétrolettes bruyantes.

Posté le

android

(2)

Répondre

Quelques infos pour avoir un autre point de vue :
Des pot d'échappement troués il ne doit pas y en avoir beaucoup en moto et au premier contrôle de police c'est remise en conformité obligatoire.
Ensuite il n'y a pas que les pots troués qui font trop du bruit et quand on est motard il faut effectivement trouver un compromis acceptable pour respecter les autres.

Pour simplifier aussi, plus le bruit est grave moins il est audible par l'oreille humaine et moins il est désagréable. Cest pour ça qu'on entend beaucoup certaines 50cc (certains bruits très sec (style Harley) peuvent également être désagréables s'ils sont trop forts).
C'est la différence entre dBA (acoustiques) et dB.
Sauf que les contrôles sont effectués en dB seulement malheureusement. S'il y a des policiers qui lisent ça, un bruit plus grave même s'il affiche un niveau légèrement plus élevé peut donc être en réalité "mieux" en terme confort pour les gens. Et aussi si la mesure est faite dans un endroit bruyant ou avec un mur à côté elle peut être faussée.


Sur le périphérique et en interfile (qui permet de diminuer les bouchons à la fois pour les motards et les automobilistes, avec quelques risques toutefois ...) le fait de faire un peu de bruit apporte un confort très appréciable et diminue les risques.
En ville aussi, mais personnellement quand je roulais en ville le plus souvent je remettais la chicane parce que dans les rues plus étroite le bruit à tendance à résonner et donc être amplifié.

Il est effectivement à la fois beaucoup plus agréable et sécurisant pour un motard d'avoir un bruit plus grave (dans la limite du raisonnable pour niveau sonore), il faut quand même faire des compromis et par exemple rouler plus doucement la nuit.
Pour infos même certains pots non homologués peuvent quand même faire un bruit acceptable en ajoutant de la laine de roche à l'intérieur (testé personnellement).

Donc le maître mot serait le respect de l'autre, autant de la part des motards, que des automobilistes qui devraient faire attention sur la route.

Et petite astuce, pour diminuer le bruit dans les habitations qui ne sont la plupart du temps absolument pas conçues pour :
- rideau phonique devant les fenêtres
- et pour ma part j'ai fait un montage avec du liège devant l'aération (sans la boucher ! une aération doit toujours être maintenue) qui permet d'éviter l'air direct donc à la fois le sifflement du vent et aussi atténuer les bruits extérieurs.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : La ville de Paris a d'ailleurs commencé l'expérimentation des radars "Meduses" qui sont des dispositifs de mesures du bruit en partenariat avec Bruitparif (ils sont appelés "radars sonores" mais ce sont simplement des sonomètres).

Avec 5 micros et une caméra, ces "radars
" de bruit sont capables d'identifier un bruit non conforme à la législation et en déterminer la source. Les premières verbalisations devraient commencer en 2022. Afficher tout
Ça fait 22 ans qu’ils contrôle le bruit avec des sonomètres à nice. À l’époque il suffisait de remettre le filtre à air d’origine ou d’y mettre un chiffon pour atténuer et se présenter à la police dans les 7 jours.

a écrit : Il y a quand même un vrai problème avec les sources dans cette anecdote.

1) Les deux sources disent tellement la même choses que l'un d'elle cite l'autre dans ses sources ; c'est une espèce de mise en abîme... Pas très sérieux : Caradisiac a en fait complètement plagié le contenu de l
'article de La Croix.
2) L'étude citée est très ancienne : 2001 ! Entre-temps il s'est passé des choses du côté de la motorisation des deux-roues. Et d'ailleurs de quels deux-roues s'agit-il ?
3) L'institut en question n'existe plus (ree.developpement-durable.gouv.fr/donnees-et-ressources/ressources/organisme/article/institut-francais-de-l-environnement-ifen)
4) Le service qui a remplacé l'IFEN ne répertorie plus cette étude, on ne peut même pas vérifier son contenu ! (www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/recherche?sort_by=search_api_relevance&sort_order=DESC&text=nuisances%20deux%20roues#search_header)
5) L'anecdote montre que le chiffre, impressionnant, de 300 000 personnes provient de l'étude de l'IFEN. Mais si vous lisez attentivement la passage de l'article de La Croix, ben on n'en est même pas sûr ! "Une étude de l'Institut français de l'environnement (Ifen), réalisée en 2001, avait montré que les deux-roues sont les premiers responsables des plaintes pour nuisances sonores enregistrées par les mairies. « À Paris, nous avons calculé qu'un motard qui traverserait Paris la nuit avec un pot d'échappement troué pouvait réveiller 300 000 personnes ! », assure le maire UMP du 6e arrondissement, Jean-Pierre Lecoq."
5) Honnêtement, ce chiffre de 300 000 personnes semble délirant. Même dans une zone de très forte densité de population comme Paris, un seul deux-roues ne peut à lui seul réveiller 15% de la population totale de la commune (2 millions d'habitants !) ou 100% de la population totale d'un arrondissement. Ça ferait longtemps qu'on les aurait interdit si de tels catastrophes sonores se produisaient. En tout cas j'aimerais lire la méthode de calcul !
6) méthode de calcul qu'on ne peut pas connaître car : ou bien il s'agit des paroles en l'air d'un maire excédé, ou d'une information contenue dans une étude désormais inaccessible.

Cette anecdote a surtout été publiée pour le caractère spectaculaire du chiffre de 300 000 personnes ; elle n'est rigoureuse ni vérifiable.
Afficher tout
Alors essayons de calculer nous même puisque l'étude n'est plus disponible.

Voici une vidéo de bruitparif : www.bruitparif.fr/bruit-des-2-roues-motorises/
Elle nous montre que 34 secondes de circulation d'un deux roues avec pot non homologué réveille 11 033 personnes en pleine nuit.

Je regarde sur google un itinéraire motorisé du Sud de Paris (Montsouris par exemple) au Nord de Paris (Porte de Clignancourt). Je met un départ à 3h00 du matin pour évaluer le temps du trajet. Google me dit entre 30 et 50 minutes. Prenons l'hypothèse basse de 30 minutes.

Prenons maintenant l'hypothèse que Paris est uniformément peuplé du sud au nord (fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mographie_de_Paris). Cette hypothèse n'est pas tout à fait juste mais sur mon trajet sud-nord, j'ai environ une moyenne de 20000 habitant par km².

Je dois donc traverser paris en 30 min et je réveille 11033 personnes en 34 secondes. Si je calcule sur un trajet complet, je réveille (30*60)/34 * 11 033 personnes. Soit 584749 personnes.

Le chiffres de 300000 n'est pas tellement aberrant si la vidéo de Bruitparif est juste.

N'oublions pas que le problème du bruit provient bien entendu des sources sonores mais également de la mauvaise isolation acoustique des façades et des ouvrants.

a écrit : Alors essayons de calculer nous même puisque l'étude n'est plus disponible.

Voici une vidéo de bruitparif : www.bruitparif.fr/bruit-des-2-roues-motorises/
Elle nous montre que 34 secondes de circulation d'un deux roues avec pot non homologué réveille 11 033 personnes en pleine
nuit.

Je regarde sur google un itinéraire motorisé du Sud de Paris (Montsouris par exemple) au Nord de Paris (Porte de Clignancourt). Je met un départ à 3h00 du matin pour évaluer le temps du trajet. Google me dit entre 30 et 50 minutes. Prenons l'hypothèse basse de 30 minutes.

Prenons maintenant l'hypothèse que Paris est uniformément peuplé du sud au nord (fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mographie_de_Paris). Cette hypothèse n'est pas tout à fait juste mais sur mon trajet sud-nord, j'ai environ une moyenne de 20000 habitant par km².

Je dois donc traverser paris en 30 min et je réveille 11033 personnes en 34 secondes. Si je calcule sur un trajet complet, je réveille (30*60)/34 * 11 033 personnes. Soit 584749 personnes.

Le chiffres de 300000 n'est pas tellement aberrant si la vidéo de Bruitparif est juste.

N'oublions pas que le problème du bruit provient bien entendu des sources sonores mais également de la mauvaise isolation acoustique des façades et des ouvrants.
Afficher tout
Votre démarche est bigrement intéressante mais elle repose sur une vidéo dont je ne retrouve absolument aucune étude qui étayerait son contenu...

1) D'abord, la vidéo, retweetée par la mairie en 2020, m'a tout l'air d'être destinée à mobiliser la population sur le sujet : c'est de la sensibilisation, c'est pas toujours de la grande science.
2) Il n'y a rien qui étaye son contenu; nulle part.
3) La méthode de calcul serait de toute manière très acrobatique : une estimation basée sur un nombre moyen de décibel produit par le scooter, un nombre moyen de personnes réveillées selon la distance qui les séparent du scooter, sans tenir compte, comme vous l'avez dit, de l'isolation des bâtiments, de l'organisation des pièces (et de la chambre en particulier), des dispositifs choisis par les habitants pour se protéger du bruits (bouchons d'oreilles), la densité changeante de population d'une rue à une autre, du freinage ou de l'accélération du scooter... et tant d'autres paramètres !
4) En conclusion : on peut produire une estimation très très fragile. Je maintiens mon étonnement face à ce chiffre... Mais je ne peux rien dire d'autre que mon sentiment face à celui-ci : c'est invérifiable, et au fond, c'est ça (entre autres choses) qui me pose problème avec cette anecdote.

a écrit : Quelques infos pour avoir un autre point de vue :
Des pot d'échappement troués il ne doit pas y en avoir beaucoup en moto et au premier contrôle de police c'est remise en conformité obligatoire.
Ensuite il n'y a pas que les pots troués qui font trop du bruit et quand on est motard il faut eff
ectivement trouver un compromis acceptable pour respecter les autres.

Pour simplifier aussi, plus le bruit est grave moins il est audible par l'oreille humaine et moins il est désagréable. Cest pour ça qu'on entend beaucoup certaines 50cc (certains bruits très sec (style Harley) peuvent également être désagréables s'ils sont trop forts).
C'est la différence entre dBA (acoustiques) et dB.
Sauf que les contrôles sont effectués en dB seulement malheureusement. S'il y a des policiers qui lisent ça, un bruit plus grave même s'il affiche un niveau légèrement plus élevé peut donc être en réalité "mieux" en terme confort pour les gens. Et aussi si la mesure est faite dans un endroit bruyant ou avec un mur à côté elle peut être faussée.


Sur le périphérique et en interfile (qui permet de diminuer les bouchons à la fois pour les motards et les automobilistes, avec quelques risques toutefois ...) le fait de faire un peu de bruit apporte un confort très appréciable et diminue les risques.
En ville aussi, mais personnellement quand je roulais en ville le plus souvent je remettais la chicane parce que dans les rues plus étroite le bruit à tendance à résonner et donc être amplifié.

Il est effectivement à la fois beaucoup plus agréable et sécurisant pour un motard d'avoir un bruit plus grave (dans la limite du raisonnable pour niveau sonore), il faut quand même faire des compromis et par exemple rouler plus doucement la nuit.
Pour infos même certains pots non homologués peuvent quand même faire un bruit acceptable en ajoutant de la laine de roche à l'intérieur (testé personnellement).

Donc le maître mot serait le respect de l'autre, autant de la part des motards, que des automobilistes qui devraient faire attention sur la route.

Et petite astuce, pour diminuer le bruit dans les habitations qui ne sont la plupart du temps absolument pas conçues pour :
- rideau phonique devant les fenêtres
- et pour ma part j'ai fait un montage avec du liège devant l'aération (sans la boucher ! une aération doit toujours être maintenue) qui permet d'éviter l'air direct donc à la fois le sifflement du vent et aussi atténuer les bruits extérieurs.
Afficher tout
dB(A) c'est pour décibel avec pondération A. Ce n'est pas le A de "acoustique".

Concernant les contrôles de police, les forces de l’ordre peuvent apprécier, sans le recours à un appareil de type sonométre, la gêne sonore occasionnée par un véhicule aux autres usagers et riverains donc même pas besoin de sonomètre pour mettre une contravention.

Quand la police est dotée de sonomètres, elle vérifie que le bruit du véhicule n'excède pas +5 dB(A) par rapport à la valeur indiquée sur la carte grise (mention U1) avec le micro à 50 cm derrière le pot d’échappement.
Ce contrôle est en conformité avec "le Règlement n ° 41 de la Commission économique pour l’Europe des Nations unies (CEE-ONU) — prescriptions uniformes relatives à l’homologation des motocycles en ce qui concerne le bruit"

eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX%3A42012X1114%2801%29

Les valeurs limites et les mesures doivent être faites en dB(A) selon ce règlement. La plupart des sonomètres intégrateurs mesurent en dB(A).

a écrit : Votre démarche est bigrement intéressante mais elle repose sur une vidéo dont je ne retrouve absolument aucune étude qui étayerait son contenu...

1) D'abord, la vidéo, retweetée par la mairie en 2020, m'a tout l'air d'être destinée à mobiliser la population sur le sujet : c'est d
e la sensibilisation, c'est pas toujours de la grande science.
2) Il n'y a rien qui étaye son contenu; nulle part.
3) La méthode de calcul serait de toute manière très acrobatique : une estimation basée sur un nombre moyen de décibel produit par le scooter, un nombre moyen de personnes réveillées selon la distance qui les séparent du scooter, sans tenir compte, comme vous l'avez dit, de l'isolation des bâtiments, de l'organisation des pièces (et de la chambre en particulier), des dispositifs choisis par les habitants pour se protéger du bruits (bouchons d'oreilles), la densité changeante de population d'une rue à une autre, du freinage ou de l'accélération du scooter... et tant d'autres paramètres !
4) En conclusion : on peut produire une estimation très très fragile. Je maintiens mon étonnement face à ce chiffre... Mais je ne peux rien dire d'autre que mon sentiment face à celui-ci : c'est invérifiable, et au fond, c'est ça (entre autres choses) qui me pose problème avec cette anecdote.
Afficher tout
Si tu veux j'ai d'autres chiffres. www.bruitparif.fr/pages/En-tete/300%20Publications/650%20Diagnostics%20territoriaux%20sur%20le%20bruit%20et%20ses%20impacts/2017-03-01%20-%20Liaison%20num%C3%A9ro%20Sp%C3%A9cial%20-%20Le%20bruit%20en%20Ile-de-France%20-%202017.pdf

"Les experts de l'OMS considèrent que l'exposition moyenne au bruit la nuit doit être à terme au-dessous de 40 dB(A) (avec un objectif intermédiaire de 55 dB(A)). [...]
La cartographie du bruit routier établie dans le cadre de la 1ère échéance de la Directive européenne a permis de chiffrer la population exposée :
- 22,8 % des Franciliens seraient exposés à des niveaux supérieurs à 65 dB(A) selon l’indicateur journalier Lden, ce qui correspondrait à environ 2 608 600 personnes (chiffres de population 2006).
- 15,2 % des Franciliens seraient exposés à des niveaux supérieurs à la valeur limite de 68 dB(A) selon l’indicateur Lden, ce qui correspondrait à environ 1 736 700 personnes.
- 25,4 % des Franciliens seraient exposés à des niveaux nocturnes supérieurs à 55 dB(A), ce qui correspondrait à environ 2 913 600 personnes (sur la base des chiffres de population 2006).
- 7,6 % des Franciliens, soit environ 866 000 personnes, seraient par ailleurs exposés à des niveaux nocturnes qui dépassent la valeur limite de 62 dB(A) selon l’indicateur Ln.

D'après cette cartographie, cette exposition au bruit routier est responsable de l’ordre de 63 669 années de vie en bonne santé perdues chaque année (39 033 du fait des troubles du sommeil, 23 366 du fait de la gêne, 755 du fait d’infarctus et 515 du fait des acouphènes), ce qui se traduit par un coût de 3,2 milliards d'euros par an. Si l’on rajoute le coût des pertes de productivité induites au travail par les troubles du sommeil et le coût de la dépréciation immobilière, on arrive à une facture de 5,5 milliards d’euros par an."

a écrit : Si tu veux j'ai d'autres chiffres. www.bruitparif.fr/pages/En-tete/300%20Publications/650%20Diagnostics%20territoriaux%20sur%20le%20bruit%20et%20ses%20impacts/2017-03-01%20-%20Liaison%20num%C3%A9ro%20Sp%C3%A9cial%20-%20Le%20bruit%20en%20Ile-de-France%20-%202017.pdf

"Les experts de
l'OMS considèrent que l'exposition moyenne au bruit la nuit doit être à terme au-dessous de 40 dB(A) (avec un objectif intermédiaire de 55 dB(A)). [...]
La cartographie du bruit routier établie dans le cadre de la 1ère échéance de la Directive européenne a permis de chiffrer la population exposée :
- 22,8 % des Franciliens seraient exposés à des niveaux supérieurs à 65 dB(A) selon l’indicateur journalier Lden, ce qui correspondrait à environ 2 608 600 personnes (chiffres de population 2006).
- 15,2 % des Franciliens seraient exposés à des niveaux supérieurs à la valeur limite de 68 dB(A) selon l’indicateur Lden, ce qui correspondrait à environ 1 736 700 personnes.
- 25,4 % des Franciliens seraient exposés à des niveaux nocturnes supérieurs à 55 dB(A), ce qui correspondrait à environ 2 913 600 personnes (sur la base des chiffres de population 2006).
- 7,6 % des Franciliens, soit environ 866 000 personnes, seraient par ailleurs exposés à des niveaux nocturnes qui dépassent la valeur limite de 62 dB(A) selon l’indicateur Ln.

D'après cette cartographie, cette exposition au bruit routier est responsable de l’ordre de 63 669 années de vie en bonne santé perdues chaque année (39 033 du fait des troubles du sommeil, 23 366 du fait de la gêne, 755 du fait d’infarctus et 515 du fait des acouphènes), ce qui se traduit par un coût de 3,2 milliards d'euros par an. Si l’on rajoute le coût des pertes de productivité induites au travail par les troubles du sommeil et le coût de la dépréciation immobilière, on arrive à une facture de 5,5 milliards d’euros par an."
Afficher tout
Ah mais je ne nie pas ces faits ! Tout ça tient bien debout.

Mais

Je me permets d'insister sur un autre point qui ne m'avait pas sauté aux yeux : cette vidéo n'a pas de sens et pour cause :

En reprenant votre méthode de calcul, traçons donc le trajet qui rallie le parc Montsouris à Porte de Clignancourt : 8,9 Km
Mettons que le scooter réveille TOUT le monde dans un diamètre de 400m autour de lui (hypothèse pratiquement invraisemblable, vous en conviendrez)
Alors à la fin du parcours, le scooter a réveillé TOUT le monde dans une superficie de 3,56 Km².
Imaginons maintenant que 584 749 personnes vivent dans cet espace (soit le résultat que vous avez obtenu)...

Et vous obtenez une densité de population de 164 255 habitant au km²...
Le 11e est l'arrondissement le plus densément peuplé avec 41 000 habitants au Km²...

Donc c'est pas cohérent.

Encore une fois, je ne nie pas le problème. J'en ai assez souffert quand je vivais à Paris. Je dis juste qu'en étant rigoureux, 300 000 personnes réveillées par un seul scooter, c'est invraisemblable.

a écrit : Ah mais je ne nie pas ces faits ! Tout ça tient bien debout.

Mais

Je me permets d'insister sur un autre point qui ne m'avait pas sauté aux yeux : cette vidéo n'a pas de sens et pour cause :

En reprenant votre méthode de calcul, traçons donc le trajet qui rall
ie le parc Montsouris à Porte de Clignancourt : 8,9 Km
Mettons que le scooter réveille TOUT le monde dans un diamètre de 400m autour de lui (hypothèse pratiquement invraisemblable, vous en conviendrez)
Alors à la fin du parcours, le scooter a réveillé TOUT le monde dans une superficie de 3,56 Km².
Imaginons maintenant que 584 749 personnes vivent dans cet espace (soit le résultat que vous avez obtenu)...

Et vous obtenez une densité de population de 164 255 habitant au km²...
Le 11e est l'arrondissement le plus densément peuplé avec 41 000 habitants au Km²...

Donc c'est pas cohérent.

Encore une fois, je ne nie pas le problème. J'en ai assez souffert quand je vivais à Paris. Je dis juste qu'en étant rigoureux, 300 000 personnes réveillées par un seul scooter, c'est invraisemblable.
Afficher tout
Oui tu as tout à fait raison de ce point de vue. La vidéo de bruitparif doit donc être fausse ^^.