Quelle est la durée de vie des centrales nucléaires ?

Proposé par
le
dans

Les centrales nucléaires n'ont pas de durée de vie définie. En effet, la limite annoncée de 40 ans provient de la durée d'exploitation des centrales américaines. En France, les centrales sont soumises à des visites décennales et doivent être en conformité avec une règlementation actualisée.

En réalité, en France, les autorisations de fonctionnement des centrales nucléaires n'excèdent pas les dix ans et sont donc renouvelées périodiquement. On peut ainsi considérer qu'une centrale nucléaire est en fin de vie quand sa maintenance et son démantèlement coutent plus cher que la construction d'une nouvelle centrale.


Commentaires préférés (3)

Cette durée de vie est la durée de vie prise en compte lors de la conception (et effectivement issue du REX US, le parc français fonctionnant sur la technologie REP construit sous licence Westinghouse). Elle est de 60 ans pour l'EPR.

Et finalement la principale problématique qui pilote la durée de vie (et l'autorisation de poursuite de l'exploitation ré- étudiée par l'ASN à l'issue de chaque visite décénale), c'est l'aptitude à l'emploi de la cuve qui est un composant non remplaçable...

Si on considère la dernière fermeture, Fessenheim, ce sont avant tout des considérations politiques qui ont piloté la décision...

Ce n’est pas parce-que quelque chose a dépassé sa durée de vie prévue que c'est dangereux. La structure de la tour Eiffel est encore entièrement d’origine, pourtant sa durée de vie prévue est dépassée depuis plus de 100 ans.

a écrit : Ce n’est pas parce-que quelque chose a dépassé sa durée de vie prévue que c'est dangereux. La structure de la tour Eiffel est encore entièrement d’origine, pourtant sa durée de vie prévue est dépassée depuis plus de 100 ans. Tout comme le fromage :)


Tous les commentaires (57)

Cette durée de vie est la durée de vie prise en compte lors de la conception (et effectivement issue du REX US, le parc français fonctionnant sur la technologie REP construit sous licence Westinghouse). Elle est de 60 ans pour l'EPR.

Et finalement la principale problématique qui pilote la durée de vie (et l'autorisation de poursuite de l'exploitation ré- étudiée par l'ASN à l'issue de chaque visite décénale), c'est l'aptitude à l'emploi de la cuve qui est un composant non remplaçable...

Si on considère la dernière fermeture, Fessenheim, ce sont avant tout des considérations politiques qui ont piloté la décision...

Ce n’est pas parce-que quelque chose a dépassé sa durée de vie prévue que c'est dangereux. La structure de la tour Eiffel est encore entièrement d’origine, pourtant sa durée de vie prévue est dépassée depuis plus de 100 ans.

a écrit : Ce n’est pas parce-que quelque chose a dépassé sa durée de vie prévue que c'est dangereux. La structure de la tour Eiffel est encore entièrement d’origine, pourtant sa durée de vie prévue est dépassée depuis plus de 100 ans. Tout comme le fromage :)

a écrit : Ce n’est pas parce-que quelque chose a dépassé sa durée de vie prévue que c'est dangereux. La structure de la tour Eiffel est encore entièrement d’origine, pourtant sa durée de vie prévue est dépassée depuis plus de 100 ans. Tout a fait, tant que les installations sont correctement vérifiées, effectivement, le problème vient surtout de la cuve qui pèse des centaines (où milliers?) de tonnes, assemblée et soudée sur place et coulée dans le béton... impossible à remplacer, et même à réparer (microfissures+radioactivité et soudure, pas bon, ça, docteur...).

A noter que Fukushima et Tchernobyl n'ont pas explosées suite à une malfaçon du réacteur mais à des erreurs de conceptions des systèmes de sécurité (digues trop basses et système électrique de secours en sous-sol pour l'une et barres de contrôles trop lentes sauce test mal maitrisé pour l'autre)

C'est comme beaucoup de technologies, le nucléaire est fiable bien que ça me hérisse le poil d'écrire ça^^ mais le facteur humain/naturel est lui imprévisible et BOUM!

Au passage, la Tour Eiffel est loin d'être toute d'origine, pas mal de pièces le sont mais la tour Eiffel, elle, on peut la démonter, changer des pièces à volonté, c'est cher, mais c'est possible.
-ATTENTION EN DESS...
"BIM"
-Erf, désolé, mec ... ^^
On pourrait plutôt comparer une cuve de réacteur au viaduc de Millau, la structure principale (pylônes et tablier) ne peut pas être remplacée, sauf... reconstruire un nouveau pont, ce viaduc est d'ailleurs garanti 120 ans par le constructeur.

a écrit : Ce n’est pas parce-que quelque chose a dépassé sa durée de vie prévue que c'est dangereux. La structure de la tour Eiffel est encore entièrement d’origine, pourtant sa durée de vie prévue est dépassée depuis plus de 100 ans. Il y a une différence notable entre les deux…
Même si je comprends un peu la remarque, une centrale à besoin de résister à des pressions énormes, de grosse température, de confiner le rayonnement nucléaire, et sûrement beaucoup d’autres paramètres.
Donc dire « tant que ça tiens on laisse », me parait un peu léger pour traiter ce genre de construction

a écrit : Cette durée de vie est la durée de vie prise en compte lors de la conception (et effectivement issue du REX US, le parc français fonctionnant sur la technologie REP construit sous licence Westinghouse). Elle est de 60 ans pour l'EPR.

Et finalement la principale problématique qui pilote la durée de vie
(et l'autorisation de poursuite de l'exploitation ré- étudiée par l'ASN à l'issue de chaque visite décénale), c'est l'aptitude à l'emploi de la cuve qui est un composant non remplaçable...

Si on considère la dernière fermeture, Fessenheim, ce sont avant tout des considérations politiques qui ont piloté la décision...
Afficher tout
On peux même préciser que cette durée de vie calculée viens de la fragilisation du métal de la cuve par irradiation. Je crois que les russes ont un systèmes afin de destresser la cuve et prolonger son fonctionnement.

www.win-france.org/le-vieillissement-sous-irradiation-application-a-lacier-de-cuve-et-aux-internes-de-cuve-dune-centrale-nucleaire/

a écrit : Tout a fait, tant que les installations sont correctement vérifiées, effectivement, le problème vient surtout de la cuve qui pèse des centaines (où milliers?) de tonnes, assemblée et soudée sur place et coulée dans le béton... impossible à remplacer, et même à réparer (microfissures+radioactivité et soudure, pas bon, ça, docteur...).

A noter que Fukushima et Tchernobyl n'ont pas explosées suite à une malfaçon du réacteur mais à des erreurs de conceptions des systèmes de sécurité (digues trop basses et système électrique de secours en sous-sol pour l'une et barres de contrôles trop lentes sauce test mal maitrisé pour l'autre)

C'est comme beaucoup de technologies, le nucléaire est fiable bien que ça me hérisse le poil d'écrire ça^^ mais le facteur humain/naturel est lui imprévisible et BOUM!

Au passage, la Tour Eiffel est loin d'être toute d'origine, pas mal de pièces le sont mais la tour Eiffel, elle, on peut la démonter, changer des pièces à volonté, c'est cher, mais c'est possible.
-ATTENTION EN DESS...
"BIM"
-Erf, désolé, mec ... ^^
On pourrait plutôt comparer une cuve de réacteur au viaduc de Millau, la structure principale (pylônes et tablier) ne peut pas être remplacée, sauf... reconstruire un nouveau pont, ce viaduc est d'ailleurs garanti 120 ans par le constructeur.
Afficher tout
Désolé de pinailler, mais il faut différencier sécurité et sûreté. Grossièrement :
La sécurité correspond aux moyens mis en place pour empêcher un risque humain.
La sûreté correspond aux moyens mis en place pour empêcher un risque matériel.

Ainsi Tchernobyl correspond effectivement à un problème de sécurité, qui a cause de nombreux bypass des règles a fait exploser le réacteur. Les barres de commande n'étaient pas mal conçues, ou trop lente, elles n'étaient surtout pas sensées être retirées autant.

Quant à Fukushima il s'agit là d'un problème de sûreté, les systèmes électrique sont en général en redondance (c'est a dire prévus en plusieurs exemplaires afin de pallier a la panne de l'un), diversifiés (plusieurs technologies différentes, élec et diesel par exemple) et éloignés (afin d'éviter qu'un bâtiment en feu brûle les deux éléments).
Personne n'avait juste imaginé qu'une tsunami de cette taille aurait comme impact d'impacter tous les éléments électriques présents d'un coup.

a écrit : Désolé de pinailler, mais il faut différencier sécurité et sûreté. Grossièrement :
La sécurité correspond aux moyens mis en place pour empêcher un risque humain.
La sûreté correspond aux moyens mis en place pour empêcher un risque matériel.

Ainsi Tchernobyl correspond effectivement à un problè
me de sécurité, qui a cause de nombreux bypass des règles a fait exploser le réacteur. Les barres de commande n'étaient pas mal conçues, ou trop lente, elles n'étaient surtout pas sensées être retirées autant.

Quant à Fukushima il s'agit là d'un problème de sûreté, les systèmes électrique sont en général en redondance (c'est a dire prévus en plusieurs exemplaires afin de pallier a la panne de l'un), diversifiés (plusieurs technologies différentes, élec et diesel par exemple) et éloignés (afin d'éviter qu'un bâtiment en feu brûle les deux éléments).
Personne n'avait juste imaginé qu'une tsunami de cette taille aurait comme impact d'impacter tous les éléments électriques présents d'un coup.
Afficher tout
Ce n'est pas exactement ce que dit cette anecdote : secouchermoinsbete.fr/79513-quelle-est-la-difference-entre-surete-et-securite

Une image que j'aime bien consiste à comparer un réacteur à votre voiture.
Le constructeur a fait différentes études (crash tests, tests de résistance des matériaux, ext) pour prouver que votre voiture allait fonctionner correctement pendant 2 ans (il s'agit là de la garantie constructeur). Cependant une fois ces deux années passées, étant donné que l'état de votre voiture a un impact sur la vie des autres, vous devez passer votre contrôle technique, où une entité indépendante valide le bon état de votre voiture et vous autorise à rouler 2 ans de plus.

C'est pareil ici, EDF a prouvé que les divers éléments allaient tenir 40 ans (parce qu'il fallait bien poser une date a l'époque).
Une fois ces 40 ans passées (qu'on peut assimiler a la garantie constructeur) l'autorité de sûreté nationale ( ASN) doit vérifier que tout est encore en état de fonctionner pour 10 ans, et si c'est le cas, autorise chaque réacteur independamment a fonctionner 10 ans de plus. Et comme pour votre contrôle technique, l'ASN peut emmètre des reserve en disant que pour obtenir l'autorisation il faudra faire telle ou telle modification matérielle.

a écrit : Désolé de pinailler, mais il faut différencier sécurité et sûreté. Grossièrement :
La sécurité correspond aux moyens mis en place pour empêcher un risque humain.
La sûreté correspond aux moyens mis en place pour empêcher un risque matériel.

Ainsi Tchernobyl correspond effectivement à un problè
me de sécurité, qui a cause de nombreux bypass des règles a fait exploser le réacteur. Les barres de commande n'étaient pas mal conçues, ou trop lente, elles n'étaient surtout pas sensées être retirées autant.

Quant à Fukushima il s'agit là d'un problème de sûreté, les systèmes électrique sont en général en redondance (c'est a dire prévus en plusieurs exemplaires afin de pallier a la panne de l'un), diversifiés (plusieurs technologies différentes, élec et diesel par exemple) et éloignés (afin d'éviter qu'un bâtiment en feu brûle les deux éléments).
Personne n'avait juste imaginé qu'une tsunami de cette taille aurait comme impact d'impacter tous les éléments électriques présents d'un coup.
Afficher tout
Nous sommes d'accord.

Donc pour Tchernobyl, si les barres (oui, je sais, avec des si, on pourrait mettre Paris en bouteille) de contrôle avaient pu tomber par gravité, il est possible que la fusion du réacteur ait été évitée (on ne le saura jamais vraiment, c'est trop tard, mais c'est fort possible).
Pour moi c'est une erreur de conception.

Pour Fukushima, construire une centrale nucléaire, extrêmement robuste il faut le dire, dans un coin où les tsunamis sont fréquents, l'erreur de conception, outre la digue trop basse (mais une digue n'est jamais trop haute), c'est de ne pas avoir mis un où plusieurs système d'alimentation électrique de secours en hauteur.
Pour moi c'est aussi une erreur de conception.

Dans les deux cas, ce ne sont pas les machines qui ont failli, elles ont fait ce qu'on leur a demandé de faire, c'est tout ce que je voulais dire. Je ne cherche pas à trouver de coupable, mais à comprendre pourquoi c'est arrivé, en espérant que ca n'arrive plus jamais, mais l'espoir, ca suffit pas. :(

-Si toi pas bien serré la boulon, la rail ca pas bien tenir! (si quelqu'un trouve la référence, je lui paye l'apéro :) )

a écrit : Une image que j'aime bien consiste à comparer un réacteur à votre voiture.
Le constructeur a fait différentes études (crash tests, tests de résistance des matériaux, ext) pour prouver que votre voiture allait fonctionner correctement pendant 2 ans (il s'agit là de la garantie constructeur). Cependant un
e fois ces deux années passées, étant donné que l'état de votre voiture a un impact sur la vie des autres, vous devez passer votre contrôle technique, où une entité indépendante valide le bon état de votre voiture et vous autorise à rouler 2 ans de plus.

C'est pareil ici, EDF a prouvé que les divers éléments allaient tenir 40 ans (parce qu'il fallait bien poser une date a l'époque).
Une fois ces 40 ans passées (qu'on peut assimiler a la garantie constructeur) l'autorité de sûreté nationale ( ASN) doit vérifier que tout est encore en état de fonctionner pour 10 ans, et si c'est le cas, autorise chaque réacteur independamment a fonctionner 10 ans de plus. Et comme pour votre contrôle technique, l'ASN peut emmètre des reserve en disant que pour obtenir l'autorisation il faudra faire telle ou telle modification matérielle.
Afficher tout
Tout a fait, une bonne comparaison, d'ailleurs les autorités de sureté exigent presque toujours des réparations/améliorations à chaque visite. Ca peut être un simple boulon un peu trop oxydé à changer sur un système tertiaire, comme sur une bagnole, rétroviseur fendu... changement obligatoire et contre-visite, même si les deux autres rétros sont nickel (on m'a fait le coup^^)

a écrit : Une image que j'aime bien consiste à comparer un réacteur à votre voiture.
Le constructeur a fait différentes études (crash tests, tests de résistance des matériaux, ext) pour prouver que votre voiture allait fonctionner correctement pendant 2 ans (il s'agit là de la garantie constructeur). Cependant un
e fois ces deux années passées, étant donné que l'état de votre voiture a un impact sur la vie des autres, vous devez passer votre contrôle technique, où une entité indépendante valide le bon état de votre voiture et vous autorise à rouler 2 ans de plus.

C'est pareil ici, EDF a prouvé que les divers éléments allaient tenir 40 ans (parce qu'il fallait bien poser une date a l'époque).
Une fois ces 40 ans passées (qu'on peut assimiler a la garantie constructeur) l'autorité de sûreté nationale ( ASN) doit vérifier que tout est encore en état de fonctionner pour 10 ans, et si c'est le cas, autorise chaque réacteur independamment a fonctionner 10 ans de plus. Et comme pour votre contrôle technique, l'ASN peut emmètre des reserve en disant que pour obtenir l'autorisation il faudra faire telle ou telle modification matérielle.
Afficher tout
Modulo que l'autorisation de prolonger l'exploitation est ré-étudiée tous les 10 ans à partir de la mise en service et non pas à l'issue de la durée de vie prévue à la conception. A la mise en service du réacteur, il n'est pas acquis qu'il pourra être exploité, tel quel, sur toute la durée de vie prévue. Notamment car la réglementation (et les exigences techniques qui en découlent) évolue en fonction du REX national et international.
L'ASN n'attend pas la 4ème visite décennale pour rentrer dans la danse...

a écrit : Il y a une différence notable entre les deux…
Même si je comprends un peu la remarque, une centrale à besoin de résister à des pressions énormes, de grosse température, de confiner le rayonnement nucléaire, et sûrement beaucoup d’autres paramètres.
Donc dire « tant que ça tiens on laisse », me parait un peu
léger pour traiter ce genre de construction Afficher tout
Je ne pense pas que l’Agence de Sûreté du Nucléaire (ARN) se base là dessus ^^

a écrit : Tout a fait, tant que les installations sont correctement vérifiées, effectivement, le problème vient surtout de la cuve qui pèse des centaines (où milliers?) de tonnes, assemblée et soudée sur place et coulée dans le béton... impossible à remplacer, et même à réparer (microfissures+radioactivité et soudure, pas bon, ça, docteur...).

A noter que Fukushima et Tchernobyl n'ont pas explosées suite à une malfaçon du réacteur mais à des erreurs de conceptions des systèmes de sécurité (digues trop basses et système électrique de secours en sous-sol pour l'une et barres de contrôles trop lentes sauce test mal maitrisé pour l'autre)

C'est comme beaucoup de technologies, le nucléaire est fiable bien que ça me hérisse le poil d'écrire ça^^ mais le facteur humain/naturel est lui imprévisible et BOUM!

Au passage, la Tour Eiffel est loin d'être toute d'origine, pas mal de pièces le sont mais la tour Eiffel, elle, on peut la démonter, changer des pièces à volonté, c'est cher, mais c'est possible.
-ATTENTION EN DESS...
"BIM"
-Erf, désolé, mec ... ^^
On pourrait plutôt comparer une cuve de réacteur au viaduc de Millau, la structure principale (pylônes et tablier) ne peut pas être remplacée, sauf... reconstruire un nouveau pont, ce viaduc est d'ailleurs garanti 120 ans par le constructeur.
Afficher tout
Petite précision : La cuve est composée de plusieurs pièces forgées et soudées en usine. Elle n’est pas « noyée » dans le béton au sens coulage de béton tout autour même si effectivement le béton autour permet de protéger les hommes (travailleurs) et l’environnement des émissions de rayonnements.
Concernant le poids pour l’epr c’est quelques centaines de tonnes pour un diamètre d’une petite dizaine de mètre et une épaisseur de 25 cm (plus épais que la plupart des murs des maisons moderne !)

a écrit : Ce n’est pas parce-que quelque chose a dépassé sa durée de vie prévue que c'est dangereux. La structure de la tour Eiffel est encore entièrement d’origine, pourtant sa durée de vie prévue est dépassée depuis plus de 100 ans. N'importe quoi! La tour Eiffel n'a pas de durée de vie. La véritable histoire c'est que l'article 11 du contrat stipulait que Eiffel bénéficiait de son exploitation de l'exposition universelle jusqu'au 31/12/1909 et ensuite elle devenait propriété de la ville de paris. Or comme le succès commercial n'était pas au rendez-vous en dehors des expositions universelles et que le nombre de visiteurs avait chuté, la tour ne générait pas suffisamment de revenus pour que son avenir soit assuré et il a été envisagé que Paris décide de la démantèler.

Les centrales nucléaires ont une durée de vie parce que l'élément principal du réacteur, la cuve, ne peut être remplacé et a une durée de vie limitée du fait de la fragilisation neutronique causé par le bombardement contant de neutron: fr.abcdef.wiki/wiki/Neutron_embrittlement

a écrit : Nous sommes d'accord.

Donc pour Tchernobyl, si les barres (oui, je sais, avec des si, on pourrait mettre Paris en bouteille) de contrôle avaient pu tomber par gravité, il est possible que la fusion du réacteur ait été évitée (on ne le saura jamais vraiment, c'est trop tard, mais c'est fort p
ossible).
Pour moi c'est une erreur de conception.

Pour Fukushima, construire une centrale nucléaire, extrêmement robuste il faut le dire, dans un coin où les tsunamis sont fréquents, l'erreur de conception, outre la digue trop basse (mais une digue n'est jamais trop haute), c'est de ne pas avoir mis un où plusieurs système d'alimentation électrique de secours en hauteur.
Pour moi c'est aussi une erreur de conception.

Dans les deux cas, ce ne sont pas les machines qui ont failli, elles ont fait ce qu'on leur a demandé de faire, c'est tout ce que je voulais dire. Je ne cherche pas à trouver de coupable, mais à comprendre pourquoi c'est arrivé, en espérant que ca n'arrive plus jamais, mais l'espoir, ca suffit pas. :(

-Si toi pas bien serré la boulon, la rail ca pas bien tenir! (si quelqu'un trouve la référence, je lui paye l'apéro :) )
Afficher tout
Pour L’accident de Tchernobyl il faut cependant préciser que beaucoup (presque toutes) les barres avaient été retirés pour compenser l’effet d’empoisonnement du Xénon.
Le second gros problème étant l’effet positif de la température (plus ça produit de neutron plus ça chauffait plus ça chauffait plus ça produisait de neutrons plus etc vous avez compris l’emballement !).
Aucun système n’est capable d’aller aussi vite que les neutrons prompts qui avaient pris le dessus dans le cas de Tchernobyl (le réacteur était prompt-critique donc impossible à piloter même avec le système le plus rapide du monde).
C’est pour ça que les réacteurs sont normalement équipés de sécurité qui détectent des évolutions défavorables et qui arrêtent le réacteur avant que les temps de doublement soient trop court

a écrit : Modulo que l'autorisation de prolonger l'exploitation est ré-étudiée tous les 10 ans à partir de la mise en service et non pas à l'issue de la durée de vie prévue à la conception. A la mise en service du réacteur, il n'est pas acquis qu'il pourra être exploité, tel quel, sur toute la durée de vie prévue. Notamment car la réglementation (et les exigences techniques qui en découlent) évolue en fonction du REX national et international.
L'ASN n'attend pas la 4ème visite décennale pour rentrer dans la danse...
Afficher tout
Tu veux dire que la sureté peut faire une inspection et casser l'autorisation d'exploitation quand elle le décide?

Je trouve ca plutôt rassurant. On parle de réacteurs nucléaires, pas de mobylettes! ^^

a écrit : Petite précision : La cuve est composée de plusieurs pièces forgées et soudées en usine. Elle n’est pas « noyée » dans le béton au sens coulage de béton tout autour même si effectivement le béton autour permet de protéger les hommes (travailleurs) et l’environnement des émissions de rayonnements.
Concernant le po
ids pour l’epr c’est quelques centaines de tonnes pour un diamètre d’une petite dizaine de mètre et une épaisseur de 25 cm (plus épais que la plupart des murs des maisons moderne !) Afficher tout
oui beh la différence entre quelques centaines de tonnes et un millier, excuse moi de te demander pardon mais je vois pas la différence profonde, je pourrais t'expliquer, mais ca prendrais des plombes

sinon, la cuve des réacteurs nucléaires, elle est coulée dans du béton.

On met la pièce du fond, on met du béton, on met la pièce au dessus, on la soude à la première, on coule du béton, on met la troisième pièce, on la soude aux deux premières pièces, on coule du béton...

Je continue?

a écrit : Nous sommes d'accord.

Donc pour Tchernobyl, si les barres (oui, je sais, avec des si, on pourrait mettre Paris en bouteille) de contrôle avaient pu tomber par gravité, il est possible que la fusion du réacteur ait été évitée (on ne le saura jamais vraiment, c'est trop tard, mais c'est fort p
ossible).
Pour moi c'est une erreur de conception.

Pour Fukushima, construire une centrale nucléaire, extrêmement robuste il faut le dire, dans un coin où les tsunamis sont fréquents, l'erreur de conception, outre la digue trop basse (mais une digue n'est jamais trop haute), c'est de ne pas avoir mis un où plusieurs système d'alimentation électrique de secours en hauteur.
Pour moi c'est aussi une erreur de conception.

Dans les deux cas, ce ne sont pas les machines qui ont failli, elles ont fait ce qu'on leur a demandé de faire, c'est tout ce que je voulais dire. Je ne cherche pas à trouver de coupable, mais à comprendre pourquoi c'est arrivé, en espérant que ca n'arrive plus jamais, mais l'espoir, ca suffit pas. :(

-Si toi pas bien serré la boulon, la rail ca pas bien tenir! (si quelqu'un trouve la référence, je lui paye l'apéro :) )
Afficher tout
Juste pour compléter , il faut savoir que le réacteur N4 de Tchernobyl qui a été détruit en 1986, avait été mis en service en.......1983..!!
Donc contrairement a une idée couramment répandue, ce n'est pas toujours l'âge d'une centrale qui la rend dangereuse...

a écrit : oui beh la différence entre quelques centaines de tonnes et un millier, excuse moi de te demander pardon mais je vois pas la différence profonde, je pourrais t'expliquer, mais ca prendrais des plombes

sinon, la cuve des réacteurs nucléaires, elle est coulée dans du béton.

On met la pièce
du fond, on met du béton, on met la pièce au dessus, on la soude à la première, on coule du béton, on met la troisième pièce, on la soude aux deux premières pièces, on coule du béton...

Je continue?
Afficher tout
Non , la cuve est positionnée dans le bâtiment réacteur, en une seule fois, les viroles sont soudées en usine.