Pourquoi dort-on mal dans un nouvel endroit ?

Proposé par
le

Il vous est probablement arrivé de mal dormir en passant une première nuit dans un nouvel endroit. Ce phénomène, qui touche 99% de la population a une origine physiologique : des chercheurs ont montré que l’hémisphère gauche du cerveau reste en alerte, et réagit fortement aux stimuli extérieurs. Baptisé "l'effet de la première nuit", il disparait dès le 2e jour passé dans un nouvel endroit.


Commentaires préférés (3)

Pourquoi la plupart des campeurs reprennent presque toujours le même emplacement d'année en année?

Je crois que notre espèce n'aime pas le changement. Pourtant c'est sensé être du camping, quoi! ^^

Sinon pour l'anecdote, ca s'appelle : dormir que d'un oeil. Si vous avez un animal, observez le dormir, faites un petit bruit, il ouvrira un oeil, et se rendormira quand il vous aura vu (parce qu'il vous connait et qu'il vous fait confiance mais il aura quand même flippé). La vérité, c'est que nous les humains, on s'est pas fait chier à inventer les portes avec des serrures pour passer le temps.
Je vous laisse réfléchir la dessus.

'Roooonfl... zzzz ...
PAF
-AAH!! KECECE??? Ah merde tu m'a fait peur!
-J'ai juste fermé la porte du placard, rendors toi monamour:)
-Oui mais merdoum, la porte, en silence la prochaine fois! Crénom!
On est une bande de flippés, faut l'admettre! ^^

Pour mon cas, il m’est arrivé de dormir dans des hôtels, chez des gens, chez des gens qui me prêtent leur logement etc. (comme tout le monde) ; mais je me souviens pas du tout avoir mal dormi.
Par exemple, il y a deux semaines j’avais dormi dans cinq lieux différents, toujours d’un sommeil rapide et lourd.

D’ailleurs, je pense que tout le monde l’aurait remarqué si on ne dormait pas bien la première nuit dans un hôtel.

Par contre, j’ai déménagé plusieurs fois dans ma vie, et c’est vrai qu’à chaque fois, il m’est extrêmement compliqué de m’endormir la première nuit.

Je me demande donc si le phénomène ne concerne pas seulement un “nouveau chez-soi”.
Ou peut-être que les hôtels, les maison des autres, créent un sentiment de sécurité, et que le phénomène ne s’applique pas ?

De par mon vécu, je pense que notre "bibliothèque sonore", joue également un rôle dans le niveau d'alerte interprété pour notre cerveau: des bruits "familiers" auront bien moins d'impact dans la qualité du sommeil de votre première nuit, que ceux auxquels vous n'êtes pas habitués.

Je garde un inoubliable souvenir d'une nuit de sommeil très perturbée (ce n'était pas ma première nuit en ce lieu) car le sens auditif de vigilance inconsciente de mon cerveau, m'a ordonné de me réveiller.
Une voix interne, autoritaire, m'exigeait de réagir immédiatement : mon cerveau avait entendu des bruits de pas.... Sur le toit du logement ou je me trouvais (combles aménagées). Non seulement le type de bruits, ni à cette heure très tardive, ni depuis ce lieu, n'étaient logiques. Il s'agissait bien de trois cambrioleurs écumant les successifs locaux de la zone industrielle.
Un appel aux urgences, et très rapidement, deux, puis trois patrouilles de police sont arrivés. Un bouclage du quartier a permis de les trouver, cachés dans une casse automobile.


Tous les commentaires (32)

Pourquoi la plupart des campeurs reprennent presque toujours le même emplacement d'année en année?

Je crois que notre espèce n'aime pas le changement. Pourtant c'est sensé être du camping, quoi! ^^

Sinon pour l'anecdote, ca s'appelle : dormir que d'un oeil. Si vous avez un animal, observez le dormir, faites un petit bruit, il ouvrira un oeil, et se rendormira quand il vous aura vu (parce qu'il vous connait et qu'il vous fait confiance mais il aura quand même flippé). La vérité, c'est que nous les humains, on s'est pas fait chier à inventer les portes avec des serrures pour passer le temps.
Je vous laisse réfléchir la dessus.

'Roooonfl... zzzz ...
PAF
-AAH!! KECECE??? Ah merde tu m'a fait peur!
-J'ai juste fermé la porte du placard, rendors toi monamour:)
-Oui mais merdoum, la porte, en silence la prochaine fois! Crénom!
On est une bande de flippés, faut l'admettre! ^^

Pour mon cas, il m’est arrivé de dormir dans des hôtels, chez des gens, chez des gens qui me prêtent leur logement etc. (comme tout le monde) ; mais je me souviens pas du tout avoir mal dormi.
Par exemple, il y a deux semaines j’avais dormi dans cinq lieux différents, toujours d’un sommeil rapide et lourd.

D’ailleurs, je pense que tout le monde l’aurait remarqué si on ne dormait pas bien la première nuit dans un hôtel.

Par contre, j’ai déménagé plusieurs fois dans ma vie, et c’est vrai qu’à chaque fois, il m’est extrêmement compliqué de m’endormir la première nuit.

Je me demande donc si le phénomène ne concerne pas seulement un “nouveau chez-soi”.
Ou peut-être que les hôtels, les maison des autres, créent un sentiment de sécurité, et que le phénomène ne s’applique pas ?

De par mon vécu, je pense que notre "bibliothèque sonore", joue également un rôle dans le niveau d'alerte interprété pour notre cerveau: des bruits "familiers" auront bien moins d'impact dans la qualité du sommeil de votre première nuit, que ceux auxquels vous n'êtes pas habitués.

Je garde un inoubliable souvenir d'une nuit de sommeil très perturbée (ce n'était pas ma première nuit en ce lieu) car le sens auditif de vigilance inconsciente de mon cerveau, m'a ordonné de me réveiller.
Une voix interne, autoritaire, m'exigeait de réagir immédiatement : mon cerveau avait entendu des bruits de pas.... Sur le toit du logement ou je me trouvais (combles aménagées). Non seulement le type de bruits, ni à cette heure très tardive, ni depuis ce lieu, n'étaient logiques. Il s'agissait bien de trois cambrioleurs écumant les successifs locaux de la zone industrielle.
Un appel aux urgences, et très rapidement, deux, puis trois patrouilles de police sont arrivés. Un bouclage du quartier a permis de les trouver, cachés dans une casse automobile.

a écrit : Pour mon cas, il m’est arrivé de dormir dans des hôtels, chez des gens, chez des gens qui me prêtent leur logement etc. (comme tout le monde) ; mais je me souviens pas du tout avoir mal dormi.
Par exemple, il y a deux semaines j’avais dormi dans cinq lieux différents, toujours d’un sommeil rapide et lourd.

D’ailleurs, je pense que tout le monde l’aurait remarqué si on ne dormait pas bien la première nuit dans un hôtel.

Par contre, j’ai déménagé plusieurs fois dans ma vie, et c’est vrai qu’à chaque fois, il m’est extrêmement compliqué de m’endormir la première nuit.

Je me demande donc si le phénomène ne concerne pas seulement un “nouveau chez-soi”.
Ou peut-être que les hôtels, les maison des autres, créent un sentiment de sécurité, et que le phénomène ne s’applique pas ?
Afficher tout
Avec mon travail, je dois souvent déloger et dormir dans des hotels, et je n éprouve jamais cette sensation.
Mais là il s'agit de cas isolé car nous avons l habitude de changer de milieu pour dormir.

a écrit : De par mon vécu, je pense que notre "bibliothèque sonore", joue également un rôle dans le niveau d'alerte interprété pour notre cerveau: des bruits "familiers" auront bien moins d'impact dans la qualité du sommeil de votre première nuit, que ceux auxquels vous n'êtes pas habitués.
/>
Je garde un inoubliable souvenir d'une nuit de sommeil très perturbée (ce n'était pas ma première nuit en ce lieu) car le sens auditif de vigilance inconsciente de mon cerveau, m'a ordonné de me réveiller.
Une voix interne, autoritaire, m'exigeait de réagir immédiatement : mon cerveau avait entendu des bruits de pas.... Sur le toit du logement ou je me trouvais (combles aménagées). Non seulement le type de bruits, ni à cette heure très tardive, ni depuis ce lieu, n'étaient logiques. Il s'agissait bien de trois cambrioleurs écumant les successifs locaux de la zone industrielle.
Un appel aux urgences, et très rapidement, deux, puis trois patrouilles de police sont arrivés. Un bouclage du quartier a permis de les trouver, cachés dans une casse automobile.
Afficher tout
Ouais, le coup de la bibliothèque sonore, je suis totalement d'accord avec ton analyse. Une fois, ayant toujours vécu en ville, j'ai déménagé à la campagne. Bah pendant 1 long mois j'étais incapable de m'endormir, mes nuits étaient ultra désagréables...j'en pouvais plus je le réveillais j'avais envie de tirer sur les oiseaux. Les grenouilles durant la nuit m'énervaient. Et si jamais tout ça s'arrêtait, il y avait le SILENCE. Un silence assourdissant (j'aime les oxymores). Bah 2 ans plus tard j'ai réemménagé en ville. Ahhh, rien de mieux que le ronron des voitures qui passent de temps à autre...

a écrit : Pourquoi la plupart des campeurs reprennent presque toujours le même emplacement d'année en année?

Je crois que notre espèce n'aime pas le changement. Pourtant c'est sensé être du camping, quoi! ^^

Sinon pour l'anecdote, ca s'appelle : dormir que d'un oeil. Si vou
s avez un animal, observez le dormir, faites un petit bruit, il ouvrira un oeil, et se rendormira quand il vous aura vu (parce qu'il vous connait et qu'il vous fait confiance mais il aura quand même flippé). La vérité, c'est que nous les humains, on s'est pas fait chier à inventer les portes avec des serrures pour passer le temps.
Je vous laisse réfléchir la dessus.

'Roooonfl... zzzz ...
PAF
-AAH!! KECECE??? Ah merde tu m'a fait peur!
-J'ai juste fermé la porte du placard, rendors toi monamour:)
-Oui mais merdoum, la porte, en silence la prochaine fois! Crénom!
On est une bande de flippés, faut l'admettre! ^^
Afficher tout
Et alors j'sais pas si tu as des enfants, mais une fois que tu deviens parent, tu dors vraiment que d'un œil. Ou plutôt d'une oreille. Tu sais guetter le moindre bruit de tes enfants. Tu sais même reconnaître si le badaboum que tu entends correspond à numéro 1 qui tape au mur, ou numéro 2 qui tombe du lit...ou encore qui descend pour aller faire pipi. Tu sais même différencier les pleurs du bébé ou des enfants...

Par contre c'est impressionnant à quel point des enfants peuvent dormir profondément. Mon aîné, tu peux jouer une fanfare pendant qu'il dort, il ne bronchera pas. Bon, le puiné...le moindre bruit le réveille !

a écrit : Ouais, le coup de la bibliothèque sonore, je suis totalement d'accord avec ton analyse. Une fois, ayant toujours vécu en ville, j'ai déménagé à la campagne. Bah pendant 1 long mois j'étais incapable de m'endormir, mes nuits étaient ultra désagréables...j'en pouvais plus je le réveillais j'avais envie de tirer sur les oiseaux. Les grenouilles durant la nuit m'énervaient. Et si jamais tout ça s'arrêtait, il y avait le SILENCE. Un silence assourdissant (j'aime les oxymores). Bah 2 ans plus tard j'ai réemménagé en ville. Ahhh, rien de mieux que le ronron des voitures qui passent de temps à autre... Afficher tout "Dans le silence s'entasse tous les bruits".

Et je suis bien d'accord avec toi. J'ai passé 3 semaines dans un chalet en location et j'ai vécu ce silence assourdissant. Une horreur. Le reste était génial...

Jamais eu se problème à l'endormissement.

Par contre, quand je me réveille en pleine nuit dans un endroit peu familier, alors là c'est la mini crise d'angoisse: Pourquoi le mur est à droite alors qu'il devrait être à gauche ?
Pourquoi je n'ai qu'une seule fenêtre et pas deux ?
Pourquoi le lit est si bas ? etc.
Au bout de 5 sec qui paraissent une éternité à faire tourner dans ma tête la roulette de mes souvenirs visuels, je remets tous les morceaux ensemble: ça y est, j'ai compris, je ne suis pas chez moi.

Le cerveau écoute et traite les informations en dormant. Par exemple, une étude publiée en début d'année a montré que le cerveau réagissait différemment s'il entendait une voix familière ou une voix non-connue (la non-connue "réveillant" plus le cerveau).

D'autres études antérieures avaient montré que le cerveau peut classer certains mots durant le sommeil par exemple (grosso-modo, le cerveau "rêve" qu'il appuie sur le bouton droit ou le bouton gauche en entendant un mot, suivant l'apprentissage qu'il en a fait durant la journée précédente l'expérience.).

Bref, on est loin d'être éteint durant le sommeil, comme tous les parents l'ont appris, et ceux qui dorment dans un endroit dans lequel ils ne se sentent pas en sécurité.

a écrit : Pour mon cas, il m’est arrivé de dormir dans des hôtels, chez des gens, chez des gens qui me prêtent leur logement etc. (comme tout le monde) ; mais je me souviens pas du tout avoir mal dormi.
Par exemple, il y a deux semaines j’avais dormi dans cinq lieux différents, toujours d’un sommeil rapide et lourd.

D’ailleurs, je pense que tout le monde l’aurait remarqué si on ne dormait pas bien la première nuit dans un hôtel.

Par contre, j’ai déménagé plusieurs fois dans ma vie, et c’est vrai qu’à chaque fois, il m’est extrêmement compliqué de m’endormir la première nuit.

Je me demande donc si le phénomène ne concerne pas seulement un “nouveau chez-soi”.
Ou peut-être que les hôtels, les maison des autres, créent un sentiment de sécurité, et que le phénomène ne s’applique pas ?
Afficher tout
Ce phenomène exclut les nomades.

a écrit : Et alors j'sais pas si tu as des enfants, mais une fois que tu deviens parent, tu dors vraiment que d'un œil. Ou plutôt d'une oreille. Tu sais guetter le moindre bruit de tes enfants. Tu sais même reconnaître si le badaboum que tu entends correspond à numéro 1 qui tape au mur, ou numéro 2 qui tombe du lit...ou encore qui descend pour aller faire pipi. Tu sais même différencier les pleurs du bébé ou des enfants...

Par contre c'est impressionnant à quel point des enfants peuvent dormir profondément. Mon aîné, tu peux jouer une fanfare pendant qu'il dort, il ne bronchera pas. Bon, le puiné...le moindre bruit le réveille !
Afficher tout
Non j'ai pas d'enfants, et j'en veut pas, jme fais déja suffisamment de soucis sans...

Par contre, le fait d'avoir vécu trois ans comme SDF ca m'a rendu vachement méfiant, un bruit non identifié, je me lève pour savoir ce que c'est (saloperie de chat ^^) et on me traite de paranoïaque, je dors que d'une oreille moi aussi, mais pas pour les mêmes raisons que toi.

a écrit : Le cerveau écoute et traite les informations en dormant. Par exemple, une étude publiée en début d'année a montré que le cerveau réagissait différemment s'il entendait une voix familière ou une voix non-connue (la non-connue "réveillant" plus le cerveau).

D'autres études antérieu
res avaient montré que le cerveau peut classer certains mots durant le sommeil par exemple (grosso-modo, le cerveau "rêve" qu'il appuie sur le bouton droit ou le bouton gauche en entendant un mot, suivant l'apprentissage qu'il en a fait durant la journée précédente l'expérience.).

Bref, on est loin d'être éteint durant le sommeil, comme tous les parents l'ont appris, et ceux qui dorment dans un endroit dans lequel ils ne se sentent pas en sécurité.
Afficher tout
Pour dormir d'un sommeil profond, on a inventé une technique redoutable:

Les tours de garde. ;) (je ne parle pas des maçonneries mais étrangement, ca s'écrit pareil...)

Moi, ce sont mes selles qui ne viennent pas et ça peut durer plus d'une nuit, jusqu' à 4 nuits. Pour dormir, mes 20 ans m' ont appris à le faire n' importe ou, par terre, dans le sable, dans les champs, dans la rue, . . . toujours après une bonne soirée !

a écrit : Et alors j'sais pas si tu as des enfants, mais une fois que tu deviens parent, tu dors vraiment que d'un œil. Ou plutôt d'une oreille. Tu sais guetter le moindre bruit de tes enfants. Tu sais même reconnaître si le badaboum que tu entends correspond à numéro 1 qui tape au mur, ou numéro 2 qui tombe du lit...ou encore qui descend pour aller faire pipi. Tu sais même différencier les pleurs du bébé ou des enfants...

Par contre c'est impressionnant à quel point des enfants peuvent dormir profondément. Mon aîné, tu peux jouer une fanfare pendant qu'il dort, il ne bronchera pas. Bon, le puiné...le moindre bruit le réveille !
Afficher tout
Comment passer une bonne nuit de sommeil avec des enfants:
1.) Créer une routine
2.) L'écrire sur un papier
3.) Jeter le papier à la poubelle, elle ne marchera jamais. ^^

a écrit : Moi, ce sont mes selles qui ne viennent pas et ça peut durer plus d'une nuit, jusqu' à 4 nuits. Pour dormir, mes 20 ans m' ont appris à le faire n' importe ou, par terre, dans le sable, dans les champs, dans la rue, . . . toujours après une bonne soirée ! T'es vraiment entrain de parler de tes selles la ? Ou la correcteur ta jouer un tour ?? Si c'est vraiment ça aucun rapport

a écrit : Et alors j'sais pas si tu as des enfants, mais une fois que tu deviens parent, tu dors vraiment que d'un œil. Ou plutôt d'une oreille. Tu sais guetter le moindre bruit de tes enfants. Tu sais même reconnaître si le badaboum que tu entends correspond à numéro 1 qui tape au mur, ou numéro 2 qui tombe du lit...ou encore qui descend pour aller faire pipi. Tu sais même différencier les pleurs du bébé ou des enfants...

Par contre c'est impressionnant à quel point des enfants peuvent dormir profondément. Mon aîné, tu peux jouer une fanfare pendant qu'il dort, il ne bronchera pas. Bon, le puiné...le moindre bruit le réveille !
Afficher tout
Et bien moi jmcmb 2 fois, car j’ai appris le mot puîné, merci pour l’info.
Et je partage aussi ton analyse, l’oreille affûtée du parent semi-endormi c’est un don qui paraît surhumain tant qu’on n’est pas passé par là mais bien réel.

a écrit : Ouais, le coup de la bibliothèque sonore, je suis totalement d'accord avec ton analyse. Une fois, ayant toujours vécu en ville, j'ai déménagé à la campagne. Bah pendant 1 long mois j'étais incapable de m'endormir, mes nuits étaient ultra désagréables...j'en pouvais plus je le réveillais j'avais envie de tirer sur les oiseaux. Les grenouilles durant la nuit m'énervaient. Et si jamais tout ça s'arrêtait, il y avait le SILENCE. Un silence assourdissant (j'aime les oxymores). Bah 2 ans plus tard j'ai réemménagé en ville. Ahhh, rien de mieux que le ronron des voitures qui passent de temps à autre... Afficher tout Pareil pour moi, à l’époque où j’ai quitté ma Seine- Saint-Denis natale pour mon premier appart dans une rue très calme de l’Oise, j’avais beaucoup de mal à dormir car c’était trop silencieux. Mon entourage se moquaient de moi en pensant que j’en faisais des tonnes.
Maintenant, 15 ans plus tard, je vie dans un petit village de Sarthe et je ne me vois pas aller rendormir un jour dans ma cité au milieu de tout ces bruits.

a écrit : Comment passer une bonne nuit de sommeil avec des enfants:
1.) Créer une routine
2.) L'écrire sur un papier
3.) Jeter le papier à la poubelle, elle ne marchera jamais. ^^
Et pourtant...depuis les 2 mois de notre aîné, nous avons quasiment la même routine tous les jours...et ça fonctionne. C'est à la fois génial et contraignant, mais ça fonctionne. J'écris le nôtre, pour ne surtout pas le jeter, et peut-être aider des parents.

Lever naturel vers 6h-6h30 (parfois 7h mais faut pas pousser beaucoup plus en fait).
Petit déjeuner (et pas avec des céréales du genre Chocapic...plutôt du pain avec du beurre)
Activités
Petit coupe faim vers 10h-10h30
Déjeuner à 12h-12h30 (que mon aîné appelle gros déjeuner, puisqu'il suit le petit...) équilibré au maximum avec protéines animales, légumes et féculents
Sieste à 13h pétantes
Lever naturel vers 16h (parfois ils vont même dormir jusqu'à 17h...j'ai même dû les lever vers 17h30 plus d'une fois)
Goûter
Activités
Dîner/souper vers 18h30-1 8h45 à base de soupes, ou en tout cas de plats sans protéines animales. Avec un verre de lait.
Rituel du dodo vers 19h15 : bain un soir sur deux (ou parfois douche quand ils sont cradingues mais pas le temps de profiter du bain et pas le soir du bain), on se brosse les dents, on se met en pyjama, lecture d'un ou deux livres, dernier pipi, au lit. Extinction des lumières à 19h50. Chansons d'un ou deux parents.

Le tout sans télévision.

Et à 20h commence notre "vie de couple". Parfois (ça arrive de plus en plus avec notre aîné), ils ont du mal à s'endormir alors ils chantonnent des chansons. Parfois ils veulent mettre la pagaille, alors il faut un peu les gronder, et ils vont dormir. Et puis avec l'été il faut fermer les volets pour un peu trichouiller sur le fait que c'est effectivement la nuit...sinon vous aurez des "mais maman/papa, pourquoi il fait encore jour ?", "pourquoi parfois c'est le jour, et parfois c'est la nuit ?" "pourquoi en été le soleil se couche plus tard ???"

Mais en tout cas, ça fonctionne. Et j'ai des connaissances qui ont leurs enfants adolescents qui continuent à aller au lit pour 20h, 20h30 max. Avec autorisation de lire un petit peu si pas sommeil de suite.

Heureusement que je suis pas dans les 99% de cette population là... Étant militaire j'ai dormi plus d'une fois dans tous types d'environnements et à chaque fois inconnus, sous une voiture,dans la neige sous une bâche dans une tente, en montagne,dans des champs,corps de ferme, au pied d'une décharge, dans des ruines abandonnées etc...
Je me rappelle que pendant mes classes des cadres nous ont réveillé à la grenade à plâtre... (Restitution en état de stress/fatigue) Loupé, je dormais du sommeil du juste, c'est mon binôme en me touchant la tête et m'appelant qui m'a réveillé.
En revanche si je me réveille avec la faim au ventre (6:00) plus moyen de me rendormir le ventre vide.
Le bébé qui pleure ? je dois pas être une bonne mère j'entendais rien... (au grand dam de ma femme qui me réveillé ducoup)
Sinon une fois en ⛺ dans un camping sous l'orage j'ai pas trouvé le sommeil de la nuit tellement ça tonnait... Au réveil l'arbre de l'autre côté du chemin avait été taillé en deux par la foudre...
Idem étant gosse chez mamie dans la campagne les bruits d'insectes dans les murs,le vent qui siffle et le tic tac de la pendule armoire et son fameux DOONNG ! DOONNG ! DOONNG ! qui te donne l'impression que la maison toute entière vibre...pas moyen de dormir.
En revanche ma femme si elle a pas de bruit blanc (le ventilateur, même en hiver) elle dormira très mal, faute à la clim dans sa chambre d'enfant au Gabon une habitude qui persiste.

a écrit : Et pourtant...depuis les 2 mois de notre aîné, nous avons quasiment la même routine tous les jours...et ça fonctionne. C'est à la fois génial et contraignant, mais ça fonctionne. J'écris le nôtre, pour ne surtout pas le jeter, et peut-être aider des parents.

Lever naturel vers 6h-6h30 (parfois 7
h mais faut pas pousser beaucoup plus en fait).
Petit déjeuner (et pas avec des céréales du genre Chocapic...plutôt du pain avec du beurre)
Activités
Petit coupe faim vers 10h-10h30
Déjeuner à 12h-12h30 (que mon aîné appelle gros déjeuner, puisqu'il suit le petit...) équilibré au maximum avec protéines animales, légumes et féculents
Sieste à 13h pétantes
Lever naturel vers 16h (parfois ils vont même dormir jusqu'à 17h...j'ai même dû les lever vers 17h30 plus d'une fois)
Goûter
Activités
Dîner/souper vers 18h30-1 8h45 à base de soupes, ou en tout cas de plats sans protéines animales. Avec un verre de lait.
Rituel du dodo vers 19h15 : bain un soir sur deux (ou parfois douche quand ils sont cradingues mais pas le temps de profiter du bain et pas le soir du bain), on se brosse les dents, on se met en pyjama, lecture d'un ou deux livres, dernier pipi, au lit. Extinction des lumières à 19h50. Chansons d'un ou deux parents.

Le tout sans télévision.

Et à 20h commence notre "vie de couple". Parfois (ça arrive de plus en plus avec notre aîné), ils ont du mal à s'endormir alors ils chantonnent des chansons. Parfois ils veulent mettre la pagaille, alors il faut un peu les gronder, et ils vont dormir. Et puis avec l'été il faut fermer les volets pour un peu trichouiller sur le fait que c'est effectivement la nuit...sinon vous aurez des "mais maman/papa, pourquoi il fait encore jour ?", "pourquoi parfois c'est le jour, et parfois c'est la nuit ?" "pourquoi en été le soleil se couche plus tard ???"

Mais en tout cas, ça fonctionne. Et j'ai des connaissances qui ont leurs enfants adolescents qui continuent à aller au lit pour 20h, 20h30 max. Avec autorisation de lire un petit peu si pas sommeil de suite.
Afficher tout
Je ne comprends pas l’intérêt concernant l’anecdote ?