Les mousses de glacier restent énigmatiques

Proposé par
Invité
le
dans

Les "souris de glacier" sont des colonies de mousses de différentes espèces qui poussent sur les glaciers ou dans des environnement similaires. Elles intriguent les scientifiques car elles se déplacent d'environ 2,5 cm par jour, en groupe. Le mécanisme de ces "migrations" n'est pas bien compris.


Commentaires préférés (3)

L'explication du mécanisme qu'elles utilisent pour avancer est pourtant facile à comprendre : dans la source, il est dit qu'elles roulent pour avancer et que ce n'est pas le vent qui les pousse ni la pente qui les entraîne vers le bas, donc c'est tout simplement la capillarité qui fait monter l'eau en haut de la boule et comme le soleil fait davantage sécher le côté qui y est exposé, le côté à l'ombre devient plus lourd et son poids va entraîner la rotation de la boule vers l'ombre. J'adore les énigmes. C'est facile finalement de croire avoir trouvé la bonne explication en 2 min après avoir découvert un sujet en lisant une anecdote sur ce site, alors que les scientifiques qui étudient le phénomène depuis des années n'ont pas encore trouvé, je sais maintenant pourquoi il y a des commentateurs qui s'y essaient sur chaque anecdote un peu mystérieuse.

a écrit : L'explication du mécanisme qu'elles utilisent pour avancer est pourtant facile à comprendre : dans la source, il est dit qu'elles roulent pour avancer et que ce n'est pas le vent qui les pousse ni la pente qui les entraîne vers le bas, donc c'est tout simplement la capillarité qui fait monter l'eau en haut de la boule et comme le soleil fait davantage sécher le côté qui y est exposé, le côté à l'ombre devient plus lourd et son poids va entraîner la rotation de la boule vers l'ombre. J'adore les énigmes. C'est facile finalement de croire avoir trouvé la bonne explication en 2 min après avoir découvert un sujet en lisant une anecdote sur ce site, alors que les scientifiques qui étudient le phénomène depuis des années n'ont pas encore trouvé, je sais maintenant pourquoi il y a des commentateurs qui s'y essaient sur chaque anecdote un peu mystérieuse. Afficher tout Il semble que la direction du rayonnement solaire entrant ne corresponde pas non plus à la direction opposée où les balles vont.

a écrit : Tu me rassures : comme je m'en doutais déjà, les scientifiques qui travaillent sur un sujet depuis des années ont forcément déjà envisagé toutes les explications que le premier venu peut trouver en 2 min. Ceci dit, certains commentateurs ne doutent pas de leur génie, puisqu'il y en a toujours pour avancer des explications qu'ils croient géniales à propos d'un mystère qu'il viennent juste de découvrir en lisant une anecdote. Afficher tout Note que je trouve ton explication vraiment pas mal !


Tous les commentaires (37)

L'explication du mécanisme qu'elles utilisent pour avancer est pourtant facile à comprendre : dans la source, il est dit qu'elles roulent pour avancer et que ce n'est pas le vent qui les pousse ni la pente qui les entraîne vers le bas, donc c'est tout simplement la capillarité qui fait monter l'eau en haut de la boule et comme le soleil fait davantage sécher le côté qui y est exposé, le côté à l'ombre devient plus lourd et son poids va entraîner la rotation de la boule vers l'ombre. J'adore les énigmes. C'est facile finalement de croire avoir trouvé la bonne explication en 2 min après avoir découvert un sujet en lisant une anecdote sur ce site, alors que les scientifiques qui étudient le phénomène depuis des années n'ont pas encore trouvé, je sais maintenant pourquoi il y a des commentateurs qui s'y essaient sur chaque anecdote un peu mystérieuse.

Les règles d'accord sujet-verbe n'est pas bien compris non plus :-)

a écrit : Les règles d'accord sujet-verbe n'est pas bien compris non plus :-) Cela dépend des environnementS :-)

Les « souris » de glaciers sont des « mousses » ?

a écrit : Les « souris » de glaciers sont des « mousses » ? Est-ce que le mot homonyme t'est connu ?

a écrit : L'explication du mécanisme qu'elles utilisent pour avancer est pourtant facile à comprendre : dans la source, il est dit qu'elles roulent pour avancer et que ce n'est pas le vent qui les pousse ni la pente qui les entraîne vers le bas, donc c'est tout simplement la capillarité qui fait monter l'eau en haut de la boule et comme le soleil fait davantage sécher le côté qui y est exposé, le côté à l'ombre devient plus lourd et son poids va entraîner la rotation de la boule vers l'ombre. J'adore les énigmes. C'est facile finalement de croire avoir trouvé la bonne explication en 2 min après avoir découvert un sujet en lisant une anecdote sur ce site, alors que les scientifiques qui étudient le phénomène depuis des années n'ont pas encore trouvé, je sais maintenant pourquoi il y a des commentateurs qui s'y essaient sur chaque anecdote un peu mystérieuse. Afficher tout Il semble que la direction du rayonnement solaire entrant ne corresponde pas non plus à la direction opposée où les balles vont.

On dirait qu'on a vu le même documentaire sur Arte ;-)

a écrit : Il semble que la direction du rayonnement solaire entrant ne corresponde pas non plus à la direction opposée où les balles vont. Tu me rassures : comme je m'en doutais déjà, les scientifiques qui travaillent sur un sujet depuis des années ont forcément déjà envisagé toutes les explications que le premier venu peut trouver en 2 min. Ceci dit, certains commentateurs ne doutent pas de leur génie, puisqu'il y en a toujours pour avancer des explications qu'ils croient géniales à propos d'un mystère qu'il viennent juste de découvrir en lisant une anecdote.

a écrit : Les « souris » de glaciers sont des « mousses » ? C'est une appellation imagée inventée par la première personne qui les a observées.

a écrit : Tu me rassures : comme je m'en doutais déjà, les scientifiques qui travaillent sur un sujet depuis des années ont forcément déjà envisagé toutes les explications que le premier venu peut trouver en 2 min. Ceci dit, certains commentateurs ne doutent pas de leur génie, puisqu'il y en a toujours pour avancer des explications qu'ils croient géniales à propos d'un mystère qu'il viennent juste de découvrir en lisant une anecdote. Afficher tout Note que je trouve ton explication vraiment pas mal !

a écrit : Est-ce que le mot homonyme t'est connu ? Dans la source on apprend qu'en anglais, ces souris s'appellent des mice, ce qui signifie souris aussi. Ce n'est pas un homonyme, mais bien une dénomination volontaire pour faire penser à des petites souris. Et quand tu regardes les photos, on croirait à des petites souris sur des glaciers, en effet.

a écrit : Dans la source on apprend qu'en anglais, ces souris s'appellent des mice, ce qui signifie souris aussi. Ce n'est pas un homonyme, mais bien une dénomination volontaire pour faire penser à des petites souris. Et quand tu regardes les photos, on croirait à des petites souris sur des glaciers, en effet. C'est surtout un nom inventé par un scientifique islandais dans sa propre langue et traduit ensuite dans les différentes autres langues (il se trouve que "mouse" ("souris" en anglais), ressemble à "mousse" en français, mais c'est bien involontaire de la part de celui qui a inventé ce nom en islandais). Donc il voulait bien effectivement utiliser un nom imagé qui lui a été inspiré par leur forme individuelle et collective.

a écrit : C'est surtout un nom inventé par un scientifique islandais dans sa propre langue et traduit ensuite dans les différentes autres langues (il se trouve que "mouse" ("souris" en anglais), ressemble à "mousse" en français, mais c'est bien involontaire de la part de celui qui a inventé ce nom en islandais). Donc il voulait bien effectivement utiliser un nom imagé qui lui a été inspiré par leur forme individuelle et collective. Afficher tout Oui, merci pour le complément.

a écrit : Les « souris » de glaciers sont des « mousses » ? Sans doute un jeu de mot anglophone entre mice (souris) et moss (mousse) ?

a écrit : Sans doute un jeu de mot anglophone entre mice (souris) et moss (mousse) ? Sans doute pas puisque c'est traduit de l'islandais.

Fatigué j'ai lu souris et mouse (coucou Mickey) j'ai recommencé ma lecture ayant bien compris mon erreur et j'ai assimilé "glacier = bateau" donc pour moi "mousses" étaient les mousses du bateaux avec un joli surnom "souris des glaciers"

C'est plus des raccourcis que mon cerveau fait c'est des sens interdit.

Sur ce bonne nuit la communauté :)

a écrit : L'explication du mécanisme qu'elles utilisent pour avancer est pourtant facile à comprendre : dans la source, il est dit qu'elles roulent pour avancer et que ce n'est pas le vent qui les pousse ni la pente qui les entraîne vers le bas, donc c'est tout simplement la capillarité qui fait monter l'eau en haut de la boule et comme le soleil fait davantage sécher le côté qui y est exposé, le côté à l'ombre devient plus lourd et son poids va entraîner la rotation de la boule vers l'ombre. J'adore les énigmes. C'est facile finalement de croire avoir trouvé la bonne explication en 2 min après avoir découvert un sujet en lisant une anecdote sur ce site, alors que les scientifiques qui étudient le phénomène depuis des années n'ont pas encore trouvé, je sais maintenant pourquoi il y a des commentateurs qui s'y essaient sur chaque anecdote un peu mystérieuse. Afficher tout Explication plausible, et maintenant, pourquoi ces mousses vivent ? Quelles sont leur objectif sur terre ?

a écrit : L'explication du mécanisme qu'elles utilisent pour avancer est pourtant facile à comprendre : dans la source, il est dit qu'elles roulent pour avancer et que ce n'est pas le vent qui les pousse ni la pente qui les entraîne vers le bas, donc c'est tout simplement la capillarité qui fait monter l'eau en haut de la boule et comme le soleil fait davantage sécher le côté qui y est exposé, le côté à l'ombre devient plus lourd et son poids va entraîner la rotation de la boule vers l'ombre. J'adore les énigmes. C'est facile finalement de croire avoir trouvé la bonne explication en 2 min après avoir découvert un sujet en lisant une anecdote sur ce site, alors que les scientifiques qui étudient le phénomène depuis des années n'ont pas encore trouvé, je sais maintenant pourquoi il y a des commentateurs qui s'y essaient sur chaque anecdote un peu mystérieuse. Afficher tout Tu es soit un Genie (ou en tout cas un gars puissant) soit un idiot. Dans les deux cas tu me dépasses. Alors que me reste t il?
L’admiration d’avoir autant de certitude.

a écrit : Tu es soit un Genie (ou en tout cas un gars puissant) soit un idiot. Dans les deux cas tu me dépasses. Alors que me reste t il?
L’admiration d’avoir autant de certitude.
Faut pas être aussi admiratif de ma supposée certitude : tu en as largement plus que moi puisque tu me réponds en croyant avoir compris mon message (alors que tu as compris exactement le contraire).

Je te donne un indice : le glacier fond à zéro degré, mais le second degré n'est pas une température.

a écrit : Explication plausible, et maintenant, pourquoi ces mousses vivent ? Quelles sont leur objectif sur terre ? En effet elle parait plausible, mais c'est sa seule qualité : c'est du bluff, ce n'est très probablement pas la bonne explication (et ce qui me fait dire que ce n'est pas la bonne explication, est, comme je l'ai indiqué, que je l'ai trouvée en 2 min alors elle a forcément déjà été imaginée, vérifiée et éliminée par les scientifiques qui travaillent sur le sujet depuis des années, ou peut-être qu'ils n'ont même pas pris le temps de vérifier si elle parait stupide pour quelqu'un qui connait bien le sujet).

Qaunt à savoir pourquoi elles vivent et quel est leur objectif : comme toutes les plantes et les animaux, le hasard de l'évolution leur a donné un moyen de survivre et elles continuent sans se demander pourquoi. Il y a probablement des millions d'autres espèces et formations de mousses qui ont tenté leur chance mais n'ont pas survécu quand le climat s'est refroidi (compte tenu de la dérive des continents les terres situées dans les zones glaciales ont été dans des climats plus tempérés il y a très longtemps) et nous voyons maintenant devant nos yeux ébahis le seul et unique cas qui a bénéficié par hasard d'une possibilité de survie grâce à un mécanisme très élaboré mais entièrement dû au hasard !