Le gouvernement suisse fichait ses concitoyens

Proposé par
le
dans

A la fin des années 1980, le "scandale des fiches" mit à mal le gouvernement suisse. Il fut découvert que les autorités fédérales avaient établi des fiches sur près d'un million d'habitants, soit 15% de la population. Cette surveillance ciblait en particulier certains milieux, de façon arbitraire : associations féministes, organisations écologiques, militants de gauche, etc.


Commentaires préférés (3)

Après que le scandale a éclaté et que l'existence des fiches a été découverte, les personnes concernées ont pu les consulter.
Mon professeur d'anglais nous avait raconté qu'il avait été fiché. La raison? Il avait accompagné une classe en voyage d'étude à Moscou...

Il faut être bien crédule pour croire que les gouvernements actuels de nos belles démocraties occidentales ont arrêté de telles pratiques. C'est même d'ailleurs beaucoup plus simple aujourd'hui, les populations donnent eux même certaines informations privées.

a écrit : Non seulement les gouvernements le font mais aussi de plus en plus des acteurs/compagnies privées, c'est même devenu un business à part entière le commerce de bases de données avec tout type d'infos personnelles. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, il est tout à fait légal de vendre des fichiers clients à condition de respecter quelques règles.
- Les informations du fichier doivent avoir été créées ou modifiées depuis moins de 3 ans
- Les personnes reprises sur le fichier doivent avoir été informées de l'existence de ce fichier et doivent avoir donné leur consentement pour y figurer (le fameux texte de 50 pages que l'on fait défiler sans rien lire pour cliquer sur "accepter" lorsqu'on s'inscrit sur un site quelconque).
Aujourd'hui, avec la CNIL, les fichiers gouvernementaux sont bien plus encadrés qu'auparavant. Pour ces fichiers, l'accord de la personne fichée n'est pas nécessaire mais, comme pour les fichiers commerciaux, la personne fichée peut demander à accéder aux informations qui ont été recueillies à son sujet.
La CNIL a un droit de regard sur les fichiers pour vérifier qu'aucune information illégale n'a été collectée (ex: opinion politique, orientation sexuelle...) et surtout elle s'assure que les informations ayant 3 ans ou plus soient bien effacées, on appelle cela la "purge" des fichiers.
Enfin, il existe cependant des fichiers auxquels la CNIL n'a pas accès, on appelle cela les fichiers "souverains" que détiennent les centrales de renseignement (DNRED, DGSI, Tracfin...). Inutile donc de demander à la CNIL si vous êtes fichés S, elle n'aura aucun moyen de le savoir...


Tous les commentaires (24)

Après que le scandale a éclaté et que l'existence des fiches a été découverte, les personnes concernées ont pu les consulter.
Mon professeur d'anglais nous avait raconté qu'il avait été fiché. La raison? Il avait accompagné une classe en voyage d'étude à Moscou...

Il faut être bien crédule pour croire que les gouvernements actuels de nos belles démocraties occidentales ont arrêté de telles pratiques. C'est même d'ailleurs beaucoup plus simple aujourd'hui, les populations donnent eux même certaines informations privées.

a écrit : Il faut être bien crédule pour croire que les gouvernements actuels de nos belles démocraties occidentales ont arrêté de telles pratiques. C'est même d'ailleurs beaucoup plus simple aujourd'hui, les populations donnent eux même certaines informations privées. Non seulement les gouvernements le font mais aussi de plus en plus des acteurs/compagnies privées, c'est même devenu un business à part entière le commerce de bases de données avec tout type d'infos personnelles.

a écrit : Non seulement les gouvernements le font mais aussi de plus en plus des acteurs/compagnies privées, c'est même devenu un business à part entière le commerce de bases de données avec tout type d'infos personnelles. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, il est tout à fait légal de vendre des fichiers clients à condition de respecter quelques règles.
- Les informations du fichier doivent avoir été créées ou modifiées depuis moins de 3 ans
- Les personnes reprises sur le fichier doivent avoir été informées de l'existence de ce fichier et doivent avoir donné leur consentement pour y figurer (le fameux texte de 50 pages que l'on fait défiler sans rien lire pour cliquer sur "accepter" lorsqu'on s'inscrit sur un site quelconque).
Aujourd'hui, avec la CNIL, les fichiers gouvernementaux sont bien plus encadrés qu'auparavant. Pour ces fichiers, l'accord de la personne fichée n'est pas nécessaire mais, comme pour les fichiers commerciaux, la personne fichée peut demander à accéder aux informations qui ont été recueillies à son sujet.
La CNIL a un droit de regard sur les fichiers pour vérifier qu'aucune information illégale n'a été collectée (ex: opinion politique, orientation sexuelle...) et surtout elle s'assure que les informations ayant 3 ans ou plus soient bien effacées, on appelle cela la "purge" des fichiers.
Enfin, il existe cependant des fichiers auxquels la CNIL n'a pas accès, on appelle cela les fichiers "souverains" que détiennent les centrales de renseignement (DNRED, DGSI, Tracfin...). Inutile donc de demander à la CNIL si vous êtes fichés S, elle n'aura aucun moyen de le savoir...

Absolument tout le monde le fait que ce soit gouvernement ou grosse entreprise, c’est même une normalité

Dans le même genre de scandale, en 2020 il y avait eu des infos qui avaient fuité d'Amazon concernant la gestion de leur équipe. Ils avaient constaté que plus l'équipe était diversifiée moins il y avait de chance qu'elle s'organise en union syndicale homogène et donc revendique des droits supplémentaires. Bref application pure et dure de l'adage "diviser pour mieux régner".

La Suisse n'a pas du tout été l'unique pays à appliquer de telles mesures. Un autre exemple est la Suède, ayant fiché pendant des décennies ( années 30--> années 70), toute personne pouvant être susceptible d'être "Rouge".
Organisé par les militaires, avec le consentement des Partis Politiques de Droite, (et sans Accord du Parlement Suédois...), le but était de refuser l'accès à l'emploi des personnes aux idées de Gauche, dans divers domaines sensibles, tel le secteur de l'Armement par exemple. Si de plus, ces Armes provenaient d'achats aux Américains, il était indispensable que des personnes, par conviction ou autre, ne puisse passer des informations au Bloc Communiste.

On retrouve des constitutions des fichiers, envers des populations ciblées, dès le début du 20ème siècle: ceci fut le cas des Tziganes en Belgique (1911) par exemple. Il en fut de même pour les populations de Confession religieuse Juive. Malheureusement, plusieurs de ces fichiers ont également servi à identifier et arrêter des citoyens, durant la Seconde Guerre Mondiale, où ils ont été arrêtés et déportés dans l'Holocauste.

L'Espagne, en héritage de 38 années de Dictature Franquiste, n'est pas en reste. Le DNI, fut introduit dabs les années 40, initialement pour ficher tous les prisonniers (dont politiques..), et les personnes en liberté surveillée. Les suivants furent les personnes à nécessité de mobilité importante pour ses activités professionnelles, puis tous les hommes, puis..etc... en 1951, toute la population est fichée, et identifiable par un numéro unique. Espagnols comme étrangers résidents doivent le posséder, car il est réclamé pour à peu près tout: Administrations, médecin, offres d'emploi, etc... la Guardia Civil gère le système et à même accès au fichier des déclarations de lieu de nouvelle résidence, si le Document National d'Identité n'est pas à jour, ainsi qu'à celui relatif à la Sécurité Sociale, de L'INEM (le France Travail Espagnol), etc...

Ce lien Wikipedia nous fournit un éventail assez détaillé des pratiques de divers pays.
fr.m.wikipedia.org/wiki/Fichage_des_populations

La France aussi a connu son "affaire des fiches" qui, certes, n'a concerné que les militaires, mais qui a provoqué la chute du gouvernement en 1905. Le fichage était organisé par le Grand Orient de France et visait à favoriser l'avancement des officiers républicains et francs-maçons et, au contraire, à entraver celui des officiers catholiques ou nationalistes. Il a perduré jusqu'à la 1ère guerre mondiale et explique en partie les défaillances de commandement du début de la guerre.

On se doute que c'est de façon arbitraire, les renseignements ne vont pas cibler les amateurs d'andouillette ou les amicales interdépartementales de fan de Dorothee...

a écrit : Rien ne m'étonne venant d'un pays qui avec la Turquie, l'Allemagne et la Slovénie bannit Waze sur son territoire. ^^
www.ledauphine.com/magazine-automobile/2023/06/27/vacances-waze-coyote-les-applications-d-aide-a-la-conduite-sont-elles-legales-a-l-etranger
A savoir qu'en France aussi il est interdit de les consulter en conduisant (ce que l'on fait tous).
Si le son est coupé et/ou l'écran visible depuis votre siège vous êtes passible d'une amende...
Pire s'il y a un autre délit routier quelconque qui se cumule avec l'usage du téléphone alors il y a suspension immédiate du permis...(Merci à l'OMS)

a écrit : A savoir qu'en France aussi il est interdit de les consulter en conduisant (ce que l'on fait tous).
Si le son est coupé et/ou l'écran visible depuis votre siège vous êtes passible d'une amende...
Pire s'il y a un autre délit routier quelconque qui se cumule avec l'usage du tél
éphone alors il y a suspension immédiate du permis...(Merci à l'OMS) Afficher tout
Tu as des sources sur ce que tu avances pour la France ?

a écrit : A savoir qu'en France aussi il est interdit de les consulter en conduisant (ce que l'on fait tous).
Si le son est coupé et/ou l'écran visible depuis votre siège vous êtes passible d'une amende...
Pire s'il y a un autre délit routier quelconque qui se cumule avec l'usage du tél
éphone alors il y a suspension immédiate du permis...(Merci à l'OMS) Afficher tout
Il faut bien se renseigner avant d’affirmer :
"Si un conducteur tient son téléphone en main en même temps qu'il commet une autre infraction, il risque la rétention de son permis de conduire. Constatée par les forces de l'ordre, cette rétention pourra être suivie d'une suspension du permis de conduire pour une durée maximale de six mois. ​​

Le fait de placer dans le champ de vision du conducteur d’un véhicule en circulation un appareil en fonctionnement doté d’un écran et ne constituant pas une aide à la conduite ou à la navigation est interdit. "

a écrit : Contrairement à ce que l'on pourrait croire, il est tout à fait légal de vendre des fichiers clients à condition de respecter quelques règles.
- Les informations du fichier doivent avoir été créées ou modifiées depuis moins de 3 ans
- Les personnes reprises sur le fichier doivent avoir été informées de
l'existence de ce fichier et doivent avoir donné leur consentement pour y figurer (le fameux texte de 50 pages que l'on fait défiler sans rien lire pour cliquer sur "accepter" lorsqu'on s'inscrit sur un site quelconque).
Aujourd'hui, avec la CNIL, les fichiers gouvernementaux sont bien plus encadrés qu'auparavant. Pour ces fichiers, l'accord de la personne fichée n'est pas nécessaire mais, comme pour les fichiers commerciaux, la personne fichée peut demander à accéder aux informations qui ont été recueillies à son sujet.
La CNIL a un droit de regard sur les fichiers pour vérifier qu'aucune information illégale n'a été collectée (ex: opinion politique, orientation sexuelle...) et surtout elle s'assure que les informations ayant 3 ans ou plus soient bien effacées, on appelle cela la "purge" des fichiers.
Enfin, il existe cependant des fichiers auxquels la CNIL n'a pas accès, on appelle cela les fichiers "souverains" que détiennent les centrales de renseignement (DNRED, DGSI, Tracfin...). Inutile donc de demander à la CNIL si vous êtes fichés S, elle n'aura aucun moyen de le savoir...
Afficher tout
Honnêtement c'est assez carré, moi j'appraissais sur un site style société.com (mais pas ce site justement) car j'étais immatriculé, en soit ca me posait pas de soucis mais mon adresse personnelle apparaissait. Pourtant j'avais bien coché lors de la création de l'autoentreprise que je voulais pas que mes données apparaissent.

J'ai ecris au chargé CNIL du site en question je crois que dans les 6 heures je n'apparaissais plus.

Je me googleise de temps en temps pour vérifier tout ca :) en soit ca me dérange pas que l'on me trouve, au contraire d'ailleurs pour certaines choses, mais pas de choses personnelles.
(je ne suis plus immatriculé mais bon)

A l'issu de ce scandale ils ont refait de nouvelles fiches avec un plus large spectre mais plus discrète pour plus qu'un autre scandale arrive .
Ils ont bien pris en compte la leçon .

L’anecdote est en contradiction avec ses sources. Le fichage était bien destiné au renseignement de milieux ou l’influence communiste pourrait être présente et déstabiliser l’état suisse, donc les milieux a tendance révolutionnaire, donc les milieux de gauche , et n’avait donc rien d’arbitraire…

a écrit : Après que le scandale a éclaté et que l'existence des fiches a été découverte, les personnes concernées ont pu les consulter.
Mon professeur d'anglais nous avait raconté qu'il avait été fiché. La raison? Il avait accompagné une classe en voyage d'étude à Moscou...
Je trouve ça par contre très cool que les personnes concernées aient pu accéder aux fiches.

a écrit : L’anecdote est en contradiction avec ses sources. Le fichage était bien destiné au renseignement de milieux ou l’influence communiste pourrait être présente et déstabiliser l’état suisse, donc les milieux a tendance révolutionnaire, donc les milieux de gauche , et n’avait donc rien d’arbitraire… Je me faisais la même réflexion sans être allé voir les sources. Les exemples donnés dans l'anecdote sont parlants.

a écrit : On se doute que c'est de façon arbitraire, les renseignements ne vont pas cibler les amateurs d'andouillette ou les amicales interdépartementales de fan de Dorothee... Qui sont d'ailleurs souvent les mêmes car il est avéré que les fans de Dorothée sont de fait des amateurs d'andouilles ...

--> [ ]

a écrit : La Suisse n'a pas du tout été l'unique pays à appliquer de telles mesures. Un autre exemple est la Suède, ayant fiché pendant des décennies ( années 30--> années 70), toute personne pouvant être susceptible d'être "Rouge".
Organisé par les militaires, avec le consentement des Partis
Politiques de Droite, (et sans Accord du Parlement Suédois...), le but était de refuser l'accès à l'emploi des personnes aux idées de Gauche, dans divers domaines sensibles, tel le secteur de l'Armement par exemple. Si de plus, ces Armes provenaient d'achats aux Américains, il était indispensable que des personnes, par conviction ou autre, ne puisse passer des informations au Bloc Communiste.

On retrouve des constitutions des fichiers, envers des populations ciblées, dès le début du 20ème siècle: ceci fut le cas des Tziganes en Belgique (1911) par exemple. Il en fut de même pour les populations de Confession religieuse Juive. Malheureusement, plusieurs de ces fichiers ont également servi à identifier et arrêter des citoyens, durant la Seconde Guerre Mondiale, où ils ont été arrêtés et déportés dans l'Holocauste.

L'Espagne, en héritage de 38 années de Dictature Franquiste, n'est pas en reste. Le DNI, fut introduit dabs les années 40, initialement pour ficher tous les prisonniers (dont politiques..), et les personnes en liberté surveillée. Les suivants furent les personnes à nécessité de mobilité importante pour ses activités professionnelles, puis tous les hommes, puis..etc... en 1951, toute la population est fichée, et identifiable par un numéro unique. Espagnols comme étrangers résidents doivent le posséder, car il est réclamé pour à peu près tout: Administrations, médecin, offres d'emploi, etc... la Guardia Civil gère le système et à même accès au fichier des déclarations de lieu de nouvelle résidence, si le Document National d'Identité n'est pas à jour, ainsi qu'à celui relatif à la Sécurité Sociale, de L'INEM (le France Travail Espagnol), etc...

Ce lien Wikipedia nous fournit un éventail assez détaillé des pratiques de divers pays.
fr.m.wikipedia.org/wiki/Fichage_des_populations
Afficher tout
Quoi de plus logique en pleine guerre froide ? Certains ont oublié que L'URSS était une dictature.