Les saturnales : le carnaval d'hiver où les esclaves deviennent les maîtres

Proposé par
le
dans

Les Saturnales étaient une période de fête célébrée chaque année dans l'Antiquité romaine qui consistait à inverser les rôles entre les maîtres et les esclaves pendant 7 jours (du 17 au 24 décembre). Les dates correspondent au solstice d'hiver et en célébrant le Dieu Saturne, dieu de l'agriculture, les Romains pensaient ainsi pouvoir influer sur leurs futures récoltes.


Commentaires préférés (3)

Je proposerais cette fête a mon patron ....;)

Je me demande comment les esclaves réagissaient et si il n'avait pas peur que une fois la période terminée les maîtres puissent se venger

Posté le

android

(436)

Répondre

Saturne pas rond dans leurs têtes...


Tous les commentaires (77)

Je proposerais cette fête a mon patron ....;)

Les esclaves devaient être content mais les maîtres un peu moins …

Posté le

android

(13)

Répondre

Je me demande comment les esclaves réagissaient et si il n'avait pas peur que une fois la période terminée les maîtres puissent se venger

Posté le

android

(436)

Répondre

Ça serait cool si ça aurait perduré !
Un stagiare a son patron : "apporté moi un café"

Posté le

android

(31)

Répondre

Les esclaves devaient être content. Les maîtres un peu moins...

Posté le

android

(5)

Répondre

Les esclaves en profitaient-ils ? Je veux dire : se comportaient-ils comme de vrais maîtres ? Faisaient-ils souffrir leur esclaves ?
C'est bizarre qu'avec cette fête les mentalités n'aient pas changé

Les romains étaient vraiment prêts à tout

Posté le

android

(0)

Répondre

Il y a des habitudes qui ne devraient pas se perdre!

Posté le

android

(14)

Répondre

Saturne pas rond dans leurs têtes...

Commentaire supprimé C'est déjà pas mal! Faut pas déconner non plus! De nos jours certaines femmes dans le monde n'ont pas le droit à ce "privilège"...

Posté le

android

(19)

Répondre

Quel sentiment de puissance que de commander son propre patron

Et d'ailleurs c'est grâce au saturnal que l'on fête noël. La naissance de jésus o étant pas déterminé précisément on prit cette fête pour noël

Posté le

android

(20)

Répondre

Cela se pratiquait aussi en Égypte. Les esclaves devenaient fouetteur et les fouetteurs esclaves. C'était l'échange capillaire.
Source: asterix mission cleopatre

Posté le

android

(67)

Répondre

a écrit : Et d'ailleurs c'est grâce au saturnal que l'on fête noël. La naissance de jésus o étant pas déterminé précisément on prit cette fête pour noël C'est une décision purement politique cherchant à rassembler païens et chrétiens a l'époque de Constentin. Jésus étant né en automne et n'ayant aucunement fêter son anniversaire a aucun moment de sa vie c'est une façon de faire passer une fête absolument pas d'origine chrétienne en quelque chose de beau pour tout le monde. Un gâteau pourri de l'intérieur quand on y pense...

Enfaite cela empêcher que les maîtres soit trop dur envers leurs esclaves car ils savaient pertinemment que leurs esclaves pouvaient faire de même durant cette période . Du coup les maîtres étaient beaucoup plus sympa avec leurs esclaves . ( source cours d'histoire )

Commentaire supprimé Ben en fait tout dépend de quel esclave tu parles.

Pour ceux travaillant à la mine ou dans les exploitations agricoles (les gars balèzes mais pas très cultivés), ils étaient relativement mal traités (nourriture de très mauvaise qualité, etc...) et n'avaient que peu de chancesde devenir libres un jours.
Pour les autres travaillant a la domus (les cultivés, les intellectuels, souvent des grecs d'ailleurs), ils bénéficiaient souvent de la sympathie de leurs maîtres et étaient très libres. Ils étaient souvent affranchis et certains se sont même mariés avec la fille de leurs maîtres.

Toujours est-il qu'un esclave coûte cher (plusieurs milliers de sesterces), donc vallait mieux le garder le plus longtemps en vie. Et puis il était, selon la loi, interdit de tuer un esclave (cela ne s'est fait que dans les premiers temps de Rome), ou même de le maltraiter (si c'est avérré il sera affranchi). La seule fois ou un maître pouvait s'en prendre à son esclave est lorsqu'il manifestait de la paresse (on a d'ailleurs hérités des romains leur haine de l'oisiveté).

a écrit : Je me demande comment les esclaves réagissaient et si il n'avait pas peur que une fois la période terminée les maîtres puissent se venger Je ne sais pas si les esclaves étaient mal traités. D'après certains historiens, les esclaves, dont les plus connus les gladiateurs, étaient plutôt bien traités et vivaient dans les mêmes conditions de richesse que leur maître. La relation entre l'esclave et son maître n'était pas du tout la même que 1000 à 2000 ans après pendant les colonisations et les grands "ramassages" en Afrique. En général les maîtres romains ne possédaient pas 10 ou 100 esclaves, ils en possédaient 1 ou 2 et ceux là avaient parfois leur propre maison dans la demeure du maître. Les relations traversaient les générations et ils y avaient donc une famille d'esclave s'étalant sur des générations qui servait toujours la même famille de maître. Il faut savoir que le statut social d'esclave n'était même pas le plus bas de la société romaine, de mémoire c'était ceux pratiquant la prostitution qui étaient les plus mal vus. De plus l'esclave avait beaucoup de droits. Après ceci s'appliquait surtout aux esclaves romains. Je ne sais pas si les esclaves étrangers, par exemple gaulois, étaient aussi bien traités.

Les maîtres devaient mettre de grands coups de pression quand même pendant qu'ils faisaient les esclaves.

a écrit : Je me demande comment les esclaves réagissaient et si il n'avait pas peur que une fois la période terminée les maîtres puissent se venger Pas de vengeance car cela était religieux, a mon avis les maîtres auraient eu trop peur de finir dans le tartare s'ils se vengaient.

Posté le

android

(8)

Répondre