L'homme qui dirigea les Etats-Unis à une voix près

Proposé par
le
dans

Les élections présidentielles américaines, où le président est élu par un collège comprenant autant de Grands Électeurs que de membres du Congrès, peuvent être très serrées. Ce fut le cas en 1876, où le républicain Rutherford Hayes fut élu à 1 Grand Électeur près sur 369 voix ! Lors de ces élections, Hayes avait d'ailleurs réuni moins de votes populaires que son opposant Tilden.


Commentaires préférés (3)

Donc finalement si j ai bien compris c est pas vraiment le peuple qui choisit ?

Posté le

android

(124)

Répondre

Et un certain Joseph Staline a dit:
« Ce qui compte ce n'est pas le vote, c'est comment on compte les votes. »

Posté le

iphone

(248)

Répondre

a écrit : Je ne comprend pas quel interêt il y a à passer par un intérmediaire pour élire le président.
Si quelqu'un peut éclairer ma lanterne...
En fait c'est une élection plus symbolique que pragmatique dans son fonctionnement. Il faut garder en tête que contrairement à la France, le fédéralisme des États-Unis est profondément ancré dans les mœurs (regardez dans les films ou les séries américaines, on entend régulièrement des personnages dire "je suis du kansas", "je viens du connecticut", etc ... dans les États-Unis intra muro il y a une conscience beaucoup plus locale que chez nous de l'identité ).

Le président des "États-Unis" est donc symboliquement choisi non pas par le peuple mais par les États fédérés, le peuple ne choisit que les représentants de leur État à l'élection.

C'est le principe même de la chambre haute du Congrès, le Sénat, qui au contraire de la Chambre des Représentants (qui représente les citoyens américains) représente les intérêts des États fédérés.
.
Et puis l'idée du rôle du président dans la Constitution américaine est celle d'un président qui s'occupe plutôt des affaires étrangères du pays, ainsi que de veiller à ce qu'il n'y ait pas de "conflits" entre les différents États fédérés.
Tout le volet local est géré par les organes de chaque État fédéré (chaque État fédéré a la plupart du temps sa propre Constitution, son propre Capitole, son gouverneur ... contrairement à la France, où on est très centralisé, le gouvernement s'occupe de tout).

Posté le

website

(135)

Répondre


Tous les commentaires (51)

En 2000, George Bush avait lui aussi recueilli 500 000 voix de moins qu'Al Gore.

Posté le

android

(15)

Répondre

Donc finalement si j ai bien compris c est pas vraiment le peuple qui choisit ?

Posté le

android

(124)

Répondre

a écrit : Donc finalement si j ai bien compris c est pas vraiment le peuple qui choisit ? Le peuple choisit les Grands Electeurs , qui eux choisissent le Président. :)

Posté le

android

(20)

Répondre

a écrit : Donc finalement si j ai bien compris c est pas vraiment le peuple qui choisit ? Si, indirectement. Le peuple élit les grands électeurs de leur État, puis ces grands électeurs se réunissent et élisent le président des USA.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Donc finalement si j ai bien compris c est pas vraiment le peuple qui choisit ? Oui, tu as tout compris. Si le peuple à une préférence pour un des candidats, l'adversaire peut très bien être élu par les autres membres du gouvernement.

Posté le

android

(0)

Répondre

Et un certain Joseph Staline a dit:
« Ce qui compte ce n'est pas le vote, c'est comment on compte les votes. »

Posté le

iphone

(248)

Répondre

Je ne comprend pas quel interêt il y a à passer par un intérmediaire pour élire le président.
Si quelqu'un peut éclairer ma lanterne...

Posté le

android

(12)

Répondre

[quote=cogitum]Ca nous renvoit à une anecdote publiée il y a quelques semaines: " Aux Etats-Unis, le Président peut ne pas avoir eu la majorité des voix du peuple, car ce sont les grands électeurs (qui eux sont élus par le peuple) qui l'élisent. Ainsi, George W. Bush en 2000 n'eut pas la majorité des votes du peuple mais la majorité en grands électeurs. Théoriquement, il est possible qu'un candidat ayant seulement 30% des voix puisse être élu Président."[/quote][ Humour ] C'est ça une démocratie ???

Posté le

android

(1)

Répondre

D'après mes cours d'histoire de cette année, dans chaque État, les citoyens votent pour son candidat(il n'y a pas que les démocrates et les républicains, il y a aussi d'autres partis) et le candidat ayant recueilli le plus grand nombre de voix remporte tous les voix des grands électeurs dans cet État.
De ce fait, un candidat peut être élu sans avoir eu la majorité du fait que le nombre de grands électeurs est différent dans chaque État.

Posté le

iphone

(13)

Répondre

a écrit : Je ne comprend pas quel interêt il y a à passer par un intérmediaire pour élire le président.
Si quelqu'un peut éclairer ma lanterne...
cest dû à la superficie des États-unis au 18eme siecle ce, il était plus aisé de reunir quelques centaines de personnes pour voter plutôt que d'organiser un vote au suffrages universel. Donc c'est par tradition qu'il existe ces intermédiaire.

Posté le

android

(15)

Répondre

Ces pseudos élections sont vraiment grotesques. Elles ne représentent absolument pas la voix du peuple. Mais bon, les USA sont très conservateurs, et hélas, c'est pas toujours positif.

Posté le

iphone

(7)

Répondre

C'est pourquoi, pour faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre, un électeur d'un swing state comme l'Ohio a beaucoup plus de poids qu'un électeur de Californie (exclusivement démocrate) ou qu'un électeur du Texas (exclusivement républicain). :-)

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : cest dû à la superficie des États-unis au 18eme siecle ce, il était plus aisé de reunir quelques centaines de personnes pour voter plutôt que d'organiser un vote au suffrages universel. Donc c'est par tradition qu'il existe ces intermédiaire. tout a évolué sauf ca

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je ne comprend pas quel interêt il y a à passer par un intérmediaire pour élire le président.
Si quelqu'un peut éclairer ma lanterne...
En fait c'est une élection plus symbolique que pragmatique dans son fonctionnement. Il faut garder en tête que contrairement à la France, le fédéralisme des États-Unis est profondément ancré dans les mœurs (regardez dans les films ou les séries américaines, on entend régulièrement des personnages dire "je suis du kansas", "je viens du connecticut", etc ... dans les États-Unis intra muro il y a une conscience beaucoup plus locale que chez nous de l'identité ).

Le président des "États-Unis" est donc symboliquement choisi non pas par le peuple mais par les États fédérés, le peuple ne choisit que les représentants de leur État à l'élection.

C'est le principe même de la chambre haute du Congrès, le Sénat, qui au contraire de la Chambre des Représentants (qui représente les citoyens américains) représente les intérêts des États fédérés.
.
Et puis l'idée du rôle du président dans la Constitution américaine est celle d'un président qui s'occupe plutôt des affaires étrangères du pays, ainsi que de veiller à ce qu'il n'y ait pas de "conflits" entre les différents États fédérés.
Tout le volet local est géré par les organes de chaque État fédéré (chaque État fédéré a la plupart du temps sa propre Constitution, son propre Capitole, son gouverneur ... contrairement à la France, où on est très centralisé, le gouvernement s'occupe de tout).

Posté le

website

(135)

Répondre

Il est bon de remarquer que certes, le système électoral américain possède des lacunes, mais qu'il a été prouvé mathématiquement (on appelle ça le théorème d'impossibilité d'Arrow) qu'aucun système électoral ne pouvait être cohérent à tous les coups. Aucun, sauf la dictature.

Posté le

website

(18)

Répondre

C'est bien le people qui vote pour leur Président sauf que s'est fait de façon indirecte. Le peuple Américain vote pour des représentant de leur État respectif. C'est dernier prônent leurs idées comme n'importe quelle candidat à une élection donc en exprimant leurs souhait de voter pour un tel. Donc le peuple contribue tous de même au élections présidentielle sauf par le biais d'un représentant.

Posté le

android

(0)

Répondre

Ça reste une démocratie, qui ressemble un peu au fonctionnement de notre IV République si je ne me trompe pas. Qui sommes nous pour juger si un système est mieux qu'un autre? Malgré tout le peuple est représenté par ces grands électeurs. Ça permet aussi d'étaler les votes sur plusieurs jours, n'oublions pas que c'est un pays continent et qu'il y a 3 fuseaux horaires. De plus, il me semble que leur président n'a pas vraiment de réel pouvoir...

Posté le

android

(1)

Répondre

Finalement c est quand même pas mal comme système car le président des États-Unis s occupe plutôt de ce qui se passe à l étranger et de représenter son pays face aux autres. Alors que que les gouverneurs s occupent de leur état qui possède chacun leurs propres lois, c est un peu comme si il y avait un président par état, surtout que ce qui compte pour les habitants c est que certaines lois différent d un état à un autre comme la peine de mort ou je crois que seulement quelques états la pratiquent si je dis pas de bêtises.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Ça reste une démocratie, qui ressemble un peu au fonctionnement de notre IV République si je ne me trompe pas. Qui sommes nous pour juger si un système est mieux qu'un autre? Malgré tout le peuple est représenté par ces grands électeurs. Ça permet aussi d'étaler les votes sur plusieurs jours, n'oublions pas que c'est un pays continent et qu'il y a 3 fuseaux horaires. De plus, il me semble que leur président n'a pas vraiment de réel pouvoir... Afficher tout Un pays continent ? L' Amérique du nord ne comprend pas que les États-Unis.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Un pays continent ? L' Amérique du nord ne comprend pas que les États-Unis. Oui tout comme la Russie et l'Australie par exemple. Ce sont des pays continents de par leur superficie, je n'ai pas dit que les États Unis sont un continent... (on peut le dire "sont un"?)

Posté le

android

(4)

Répondre