Il peut être impossible de faire peur à certaines personnes

Proposé par
le
dans

Une personne atteinte de la maladie de Urbach Wiethe peut parfois avoir des calcifications dans le cerveau au niveau de l'amygdale (à ne pas confondre avec celles de la gorge), considérée comme le centre de la peur. Cela a pour effet de lui enlever toute notion de peur : pour des tests, une patiente a ainsi pu toucher toute sorte d'animaux (araignées, serpents) sans aucune appréhension.

L'étude a toutefois montré que l'amygdale n'est pas le seul centre de la peur : en effet, soumise à une simulation de suffocation par CO2, elle ressentait une peur.


Tous les commentaires (57)

Par contre, faire des tests en la faisant "suffoquer par CO2", c'est chaud...

Posté le

android

(8)

Répondre

Une maladie qui se révèle tout de même dangereuse car la peur permet de nous éviter certains accidents pouvant être graves voire mortels...
Soyons poltrons, c'est bon pour notre santé :P

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Il y a quand-même une différence entre les deux expériences qui pourrait expliquer la différence entre les centres de contrôle. dans le premier cas c'est du toucher alors oui c'est sûrement venimeux mais ce n'est pas de l'ordre du vital, par contre suffocation au CO2 au début ça va mais après la peur ressentie est je pense générée par l'instinct de survie, si l'expérience montre qu'un sujet suffoque mais il a pas peur il s'en tappe, ça revient à inhiber l'instinct de survie... en tout cas c'est comme ça que je le perçoit corrigez si je me trompe. Afficher tout Et l'instinct n'est pas contrôlé par le cerveau, donc tu viens de prouver qu'il n'y en a qu'un. :)

Posté le

android

(0)

Répondre

J'ai déjà entendu parler de cette maladie. De mémoire, il supposait que le centre de la peur ici est gérer par une partie consciente du cerveau qui concerne plus l'analyse ou la perception. Par contre, grâce aux test CO2, les scientifiques pensent que c'est le cerveau qui, de manière inconsciente, ressent et détecte un danger immédiat pour le fonctionnement du corps.

Posté le

android

(3)

Répondre

[quote=august]Adriana Karembeu dans une émission sur le fonctionnement du cerveau? Respect. [/quote]Sache seulement pour ta gouverne que Adriana a fait des études de médecine et a autopsié plus de cadavres que tu ne penses et elle est loin d' être la blonde de base....

Posté le

android

(15)

Répondre

La peur est surtout la manifestation d'un processus conscient inhérent à la volonté humaine. Plus on souhaite quelque chose et plus on aura peur de son contraire.

Je ne vois donc vraiment pas pourquoi le test du touche des animaux est utilise comme test scientifique. Si la personne n'a pas de représentation mentale négative a leur encontre par rapport a sa volonté de survie, et que même si s'était le cas elle sait très bien qu'elle sera rapidement prise en charge, amygdales ou pas elle en aura pas peur.

Posté le

android

(0)

Répondre

Normal que la personne ne supporte pas la suffocation, ce n'est pas de la peur mais de la detresse ou de la panique!
La différence est que la peur se manifeste directement du cerveau par la partie mentionné alors que la detresse est un signal envoyé par un organe ne pouvant plus assurer sa fonction vital correctement (ici les poumons) et ce signal n'est pas géré par la même partie du cerveau ...

Et j'ai compris ca sans être scientifique ^^ alors si eux n'y ont pas pensé.........

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : J'ai déjà entendu parler de cette maladie. De mémoire, il supposait que le centre de la peur ici est gérer par une partie consciente du cerveau qui concerne plus l'analyse ou la perception. Par contre, grâce aux test CO2, les scientifiques pensent que c'est le cerveau qui, de manière inconsciente, ressent et détecte un danger immédiat pour le fonctionnement du corps. Afficher tout C'est simplement pas géré par la même partie du cerveau...

Posté le

android

(1)

Répondre

Ce qui est étonnant, c'est que l'amygdale intervient dans la peur phobique mais pas dans un test de suffocation au CO2. Sais t'on quelle autre partie du cerveau pourrait inhiber la peur?

Posté le

android

(0)

Répondre

Ça pourrait être dangereux !!!

Posté le

iphone

(0)

Répondre

a écrit : Ca doit être...bizarre. La peur est un sentiment utile certaines fois,cela aide à s'extraire d'une mauvaise situation ressentie comme "dangereuse",ça se complète avec l'instinct de survie..
par contre j'aimerais quand même ne pas avoir peur certaines fois car moi c'est le contr
aire,j'ai (beaucoup trop) très souvent peur et c'est chiant mais je ne peux pas m'en empêcher,j'ai du mal à me sentir en sécurité. S'il y en a d'autres dans le même cas,merci de me le faire savoir,j'aimerais me sentir moins seule. Lol. Afficher tout
Je te recommande d'aller voir un haptotherapeute. Il se peut que tu découvre un moyen de vivre mieux. Cherche sur internet le site du CIRDH (haptonomie.org je crois). Je t'assure que c'est plus qu'intéressant, et que ce ne sont pas des farfelus. Bonne route !

Posté le

iphone

(0)

Répondre

a écrit : J'aurais bien aimé avoir des calcifications moi aussi pour les maths à l'école histoire de pas avoir peur des fractions ... Tout Comme moi!

Posté le

website

(0)

Répondre

La perte de la capacité de resentir des émotions, comme la peur, peut avoir des effets assez dramatiques (cf., par exemple, l'annectode www.secouchermoinsbete.fr/24127-l-homme-qui-survecut-a-une-barre-de-fer-dans-le-crane ). Cette perte peut causer des comportements complètement irrationnels



Sur ce sujet, je recommande "L'erreur de Descartes" d'Antonio Damasio (www.odilejacob.fr/catalogue/sciences/neurosciences/erreur-de-descartes_9782738124579.php ) qui détaille les fondements neurologiques des émotions, démontre le rôle, et illustre les conséquences de leur perte.

Posté le

website

(1)

Répondre

a écrit : Est-ce que il y a un quelonque effet nocif sur la santé ? Je pense que c'est surtout dangereux. Dans une situation extrême cela peut inhiber la production d'adrénaline ou ne pas permettre à la personne d'appréhender la réelle mesure d'un danger auquel elle serait confronté.

Posté le

website

(2)

Répondre

La seule maladie que "j'aimerais"avoir!

Posté le

windowsphone

(0)

Répondre

Ça pourrait être pratique des fois, moi qui flippe quand je suis toute seule dans la ville tard le soir...

Il me semble déjà avoir vu un reportage sur cette maladie, nous pouvions y voir un homme d une quarantaine d année qui souffrait de cela. Cet homme roulait dans un centre ville d un village limité (comme de partout) à 50km/h à plus de 120km/h. C est bien beau de vouloir avoir cette maladie comme j ai pu lire dans les commentaires en haut mais 'ces personne qui en souffrent prenne inconsciemment bcp de risques et mettent en danger leurs vies mais aussi celles dautres personnes...

Posté le

android

(1)

Répondre