Le cryptage le plus long à déchiffrer l'a été par de simples étudiants

Proposé par
le

Le "Mystérieux Livre" de Roger Williams est un manuel rempli d'un langage crypté inventé par ce dernier, pasteur et père fondateur de la ville de Rhode Island au XVIIe siècle. Ce code est le cryptage ayant été resté codé le plus longtemps et a été cracké par de simples étudiants en 2012.

La petite équipe d'étudiants échoua de nombreuses fois au premier abord. Puis l'un d'eux appris que Roger Williams était auparavant scribe dans un tribunal : il devait noter exactement tout ce qui se disait à l'oral. Pour se faire, les scribes utilisent un alphabet particulier, permettant d'écrire très rapidement. Les étudiants commencèrent alors à essayer de transcrire le texte de sa version codée en alphabet de scribe. Ils purent ainsi déchiffrer tout le livre.


Tous les commentaires (44)

a écrit : Cela me fait penser au Manuscrit de Voynich.
C'est un livre de 230 pages écrit vers 1400 écrit dans un alphabet totalement inconnu et jamais élucidé. Malgré les nombreuses images et la division en section (astronomie, herbier,... reconnaissable grâce aux images), personne n'a jamais pu comprendre le mo
indre mot.

Certains penchent vers l'idée d'un canular historique, mais la régularité de l'écriture et les analyses fréquentielles montrent qu'il y a une structure et que l'écriture avait un sens pour l'écrivain. L'article wikipédia sur le manuscrit est vraiment intéressant, je le conseillerai à tous.

Vraiment étonnant que personne n'ait pu le décrypter quand on voit les analyses poussées qui sont réalisées :

«Des espacements plus larges divisent le texte en 35 000 mots environ, de taille variable. Il semble que le texte suit des règles phonétiques ou orthographiques : certains caractères doivent apparaître dans chaque mot (à l'instar des voyelles en français), certains caractères n'en suivent jamais d'autres, d'autres peuvent apparaître en double.
Une analyse fréquentielle révèle des caractéristiques semblables aux langues naturelles4. Par exemple, la fréquence des mots suit la loi de Zipf et l'entropie (quantité d'information) de chaque mot s'élève à 10 bits ce qui est similaire aux textes en anglais ou en latin.
Certains mots n'apparaissent que dans des parties précises ou sur quelques pages, d'autres sont disséminés dans tout le manuscrit. Les répétitions au sein des légendes des figures sont rares. Dans la section « herbier », le premier mot de chaque page n'apparaît nulle part ailleurs, il pourrait donc s'agir du nom de la plante illustrée.»
Afficher tout
Vraiment très intéressant ! Merci !

Posté le

android

(16)

Répondre

a écrit : En meme temps des enregistrements au 18ème siecle.. C'est une forme d'enregistrement plus rapide que l'écriture classique qui permet d'avoir des archives utiles aux historiens même si le déchiffrage à pris plusieurs siècles (comme les hiéroglyphes!).

a écrit : À dire vrai je me suis fait la même remarque. Ce n'est pas pour rabaisser cet étudiant, Lucas Mason-Brown, qui a fait le gros du travail (parce que bon, d'un côté, s'il a réussi là où ses professeurs ont échoué pendant des années, ça ne doit pas être une bille, le mec), mais enfin... s'il a fallu trois siècles pour se rendre compte que c'était "juste" de la sténo de greffier de tribunal améliorée, c'est que le déchiffrement de ce bouquin a dû susciter moins d'engouement que celui des hiéroglyphes (pour ne citer que cet exemple).

Si vous voulez voir la petite bouille des petits Champollions en herbe (en même temps qu'un complément d'info), enjoy : www.brown.edu/Facilities/John_Carter_Brown_Library/images/Reading%20outside%20the%20lines.pdf

Pour ceux qui se posent la question du contenu des textes cryptés et qui ne lisent pas l'anglais, je cite Wiki : "Translations are revealing transcriptions of a geographical text, a medical text, and some twenty pages of original notes addressing the issue of infant baptism." Soit : Les traductions révèlent des transcriptions d'un texte géographique, d'un texte médical, et une vingtaine de pages de notes originales portant sur la question du baptême infantile.
NB : Rien d'étonnant de la part de Roger Williams, qui était avant tout théologien et pasteur, et le fondateur de l'Église Baptiste d'Amérique. Le grand débat, à l'époque, était de savoir s'il était bien moral de baptiser les bébés au lieu d'attendre qu'ils soient en âge de le décider pour eux-mêmes.

By the way, on écrit "pour CE faire", et non "pour se faire".
Afficher tout
Merci pour cette explication. (super com.!)
JeMeCMB. X2

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : "De simples étudiants" si l auteur de cette anecdote savait tout ce que "de simples étudiants" avaient fait dans ce monde "..La valeur n'attend point le nombre des années."(Corneille )
C'est vrai. :-)

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : C'est une bonne situation scribe? "Mais, vous savez, moi je ne crois pas qu'il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd'hui avec vous, je dirais que c'est d'abord des rencontres, des gens qui m'ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j'étais seul chez moi. Et c'est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée... Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l'interlocuteur en face, je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ce n'est pas mon cas, comme je le disais là, puisque moi au contraire, j'ai pu ; et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie... Je ne suis qu'amour ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd'hui me disent "Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ?", eh ben je leur réponds très simplement, je leur dis que c'est ce goût de l'amour, ce goût donc qui m'a poussé aujourd'hui à entreprendre une construction mécanique, mais demain, qui sait, peut-être seulement à me mettre au service de la communauté, à faire le don, le don de soi..."

ZZzzzzzZzZzzzZzZzz.. ^^

a écrit : Cela me fait penser au Manuscrit de Voynich.
C'est un livre de 230 pages écrit vers 1400 écrit dans un alphabet totalement inconnu et jamais élucidé. Malgré les nombreuses images et la division en section (astronomie, herbier,... reconnaissable grâce aux images), personne n'a jamais pu comprendre le mo
indre mot.

Certains penchent vers l'idée d'un canular historique, mais la régularité de l'écriture et les analyses fréquentielles montrent qu'il y a une structure et que l'écriture avait un sens pour l'écrivain. L'article wikipédia sur le manuscrit est vraiment intéressant, je le conseillerai à tous.

Vraiment étonnant que personne n'ait pu le décrypter quand on voit les analyses poussées qui sont réalisées :

«Des espacements plus larges divisent le texte en 35 000 mots environ, de taille variable. Il semble que le texte suit des règles phonétiques ou orthographiques : certains caractères doivent apparaître dans chaque mot (à l'instar des voyelles en français), certains caractères n'en suivent jamais d'autres, d'autres peuvent apparaître en double.
Une analyse fréquentielle révèle des caractéristiques semblables aux langues naturelles4. Par exemple, la fréquence des mots suit la loi de Zipf et l'entropie (quantité d'information) de chaque mot s'élève à 10 bits ce qui est similaire aux textes en anglais ou en latin.
Certains mots n'apparaissent que dans des parties précises ou sur quelques pages, d'autres sont disséminés dans tout le manuscrit. Les répétitions au sein des légendes des figures sont rares. Dans la section « herbier », le premier mot de chaque page n'apparaît nulle part ailleurs, il pourrait donc s'agir du nom de la plante illustrée.»
Afficher tout
Je m intéresse a ce livre enfin je suis les avancées et notamment un documentaire passe sur arte, mais comme tu dis les différents chapitre décrits par les images, moi je me suis dit bêtement que ce serait un livre d école ou une encyclopédie d une génération on ne sait laquelle! Cachés par des enfants ...

a écrit : J'aimerai bien être un "simple" étudiant comme eux :) j avoue cette ligne m' a fait grincer des dents aussi

a écrit : Je met un scribe au défis de transcrire sur papier a vitesse réelle les 101 mots d'Eminem en 16 secondes. Grand corps malade le fait en 11 secondes ;) ( a l'orale )

Posté le

android

(0)

Répondre

Ma femme veut y aller maintenant, merci pacouché!

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Cela me fait penser au Manuscrit de Voynich.
C'est un livre de 230 pages écrit vers 1400 écrit dans un alphabet totalement inconnu et jamais élucidé. Malgré les nombreuses images et la division en section (astronomie, herbier,... reconnaissable grâce aux images), personne n'a jamais pu comprendre le mo
indre mot.

Certains penchent vers l'idée d'un canular historique, mais la régularité de l'écriture et les analyses fréquentielles montrent qu'il y a une structure et que l'écriture avait un sens pour l'écrivain. L'article wikipédia sur le manuscrit est vraiment intéressant, je le conseillerai à tous.

Vraiment étonnant que personne n'ait pu le décrypter quand on voit les analyses poussées qui sont réalisées :

«Des espacements plus larges divisent le texte en 35 000 mots environ, de taille variable. Il semble que le texte suit des règles phonétiques ou orthographiques : certains caractères doivent apparaître dans chaque mot (à l'instar des voyelles en français), certains caractères n'en suivent jamais d'autres, d'autres peuvent apparaître en double.
Une analyse fréquentielle révèle des caractéristiques semblables aux langues naturelles4. Par exemple, la fréquence des mots suit la loi de Zipf et l'entropie (quantité d'information) de chaque mot s'élève à 10 bits ce qui est similaire aux textes en anglais ou en latin.
Certains mots n'apparaissent que dans des parties précises ou sur quelques pages, d'autres sont disséminés dans tout le manuscrit. Les répétitions au sein des légendes des figures sont rares. Dans la section « herbier », le premier mot de chaque page n'apparaît nulle part ailleurs, il pourrait donc s'agir du nom de la plante illustrée.»
Afficher tout
Le livre dont tu parles a déjà fait l'objet d'une anecdote SCMB

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : De simple étudiants comme spencer ried Qui faisait équipe avec Sheldon Cooper

a écrit : Non, ça, c'est indéchiffrable par des êtres humains normalement constitués! Y a pas de mots, uniquement des dessins ..

De "simples" étudiants ?? Quelle dévalorisation !

a écrit : Heureusement que tu ne nous a pas ressorti la loghorrée verbale d'Otis, le scribe!
À part ça, j'adore!
Cela s'écrit "logorrhée". Et c'est forcément verbale.

Posté le

android

(17)

Répondre

a écrit : Cela me fait penser au Manuscrit de Voynich.
C'est un livre de 230 pages écrit vers 1400 écrit dans un alphabet totalement inconnu et jamais élucidé. Malgré les nombreuses images et la division en section (astronomie, herbier,... reconnaissable grâce aux images), personne n'a jamais pu comprendre le mo
indre mot.

Certains penchent vers l'idée d'un canular historique, mais la régularité de l'écriture et les analyses fréquentielles montrent qu'il y a une structure et que l'écriture avait un sens pour l'écrivain. L'article wikipédia sur le manuscrit est vraiment intéressant, je le conseillerai à tous.

Vraiment étonnant que personne n'ait pu le décrypter quand on voit les analyses poussées qui sont réalisées :

«Des espacements plus larges divisent le texte en 35 000 mots environ, de taille variable. Il semble que le texte suit des règles phonétiques ou orthographiques : certains caractères doivent apparaître dans chaque mot (à l'instar des voyelles en français), certains caractères n'en suivent jamais d'autres, d'autres peuvent apparaître en double.
Une analyse fréquentielle révèle des caractéristiques semblables aux langues naturelles4. Par exemple, la fréquence des mots suit la loi de Zipf et l'entropie (quantité d'information) de chaque mot s'élève à 10 bits ce qui est similaire aux textes en anglais ou en latin.
Certains mots n'apparaissent que dans des parties précises ou sur quelques pages, d'autres sont disséminés dans tout le manuscrit. Les répétitions au sein des légendes des figures sont rares. Dans la section « herbier », le premier mot de chaque page n'apparaît nulle part ailleurs, il pourrait donc s'agir du nom de la plante illustrée.»
Afficher tout
Voynich reste encore indechiffré et indéchiffrable donc le livre de l'anecdote n'est pas vraiment le dernier des livres codés

a écrit : Non, ça, c'est indéchiffrable par des êtres humains normalement constitués! Ah.. ? Alors beaucoup de gens, dont moi, ne sont pas normalement constitués, mince, j aurais cru pourtant :(..

Posté le

android

(4)

Répondre

Ils ont décrypté non déchiffré.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Ah.. ? Alors beaucoup de gens, dont moi, ne sont pas normalement constitués, mince, j aurais cru pourtant :(.. C'était juste une plaisanterie, disons que c'est une légende urbaine mais quelquefois il arrive de ne pas comprendre quelles vis sont à utiliser à telle ou telle étape des dessins.
Ou quand il y a trop ou pas assez de vis (expérience personnelle) et là, on peut se poser des questions!
Je pense que tu es normalement constitué(e)!