Gunter Schabowski autorisa l'ouverture du Mur de Berlin sans faire exprès

Proposé par
le
dans

La chute du mur de Berlin a été causée par l'erreur de Gunter Schabowski, un membre du parti communiste de RDA lors d'une interview. Un journaliste lui demanda quand le décret autorisant les Berlinois de l'est à se rendre en RFA prendrait effet mais ce dernier ne connaissant pas la réponse bredouilla : « autant que je sache - immédiatement ». Cette annonce provoqua une ruée vers le mur et les soldats impuissants ouvrirent les barrières.


Tous les commentaires (65)

a écrit : Ravi d'avoir élargi ton vocabulaire :)
(N'oublie pas de vérifier avant de mépriser un commentaire : fr.m.wiktionary.org/wiki/sévériser )
Le wiktionnaire bien sûr.
Je suis désolé mais ce verbe est un néologisme. Trouvez moi une référence de dictionnaire correcte reprenant ce verbe et je reconnaitrais mon erreur.

Posté le

android

(14)

Répondre

Quand même sympa l'histoire sur le figaro... !

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Le wiktionnaire bien sûr.
Je suis désolé mais ce verbe est un néologisme. Trouvez moi une référence de dictionnaire correcte reprenant ce verbe et je reconnaitrais mon erreur.
Absolument,
Aucune trace dans un vrai dico..

Posté le

android

(5)

Répondre

En effet, cela avait été fait un peu de la précipitation et le mur aurait dû être ouvert quelques jours plus tard... Cela n'était certainement pas pour déplaire aux Est-Berlinois ^^ !

Posté le

android

(1)

Répondre

De toute façon en politique c'est toujours les erreurs des politiciens qui ont fait le bonheur du peuple, non pas leurs actions volontaires...

Posté le

android

(12)

Répondre

Donc sans sa bourde le mur séparerait toujours la ville en 2?

C'est quand même triste que le mur soit tombé suite à une erreur.
Ce serait beaucoup mieux si c'était dû à une volonté profonde et véritable de cette personne.
Enfin bon le résultat physique est le même.

Posté le

android

(13)

Répondre

Il faut voir plus loin que les anecdotes. Évidemment que les frontières étaient sur le point d'être ouvertes. Sa bourde n'est qu'une maladresse car il n'était probablement pas préparé à répondre, et cela a été le premier feu vert pour la foule. Mais la situation politique ne laissait plus de doute.

Posté le

android

(10)

Répondre

Bonne anecdote ! Cependant les soldats n'étaient pas impuissants : ils avaient reçu l'ordre de ne pas réagir.

a écrit : C'est une légende urbaine, le mur a été cassé bien après la réunification (quelques heures après), la plupart des berlinois de l'est passèrent au dessus du mur ou par les Check-point!
Source : mes cours de premiere d'histoire
Le mur n'a pas été cassé immédiatement, mais assez rapidement quand même. Source : Ma prof d'allemand, qui l'a vécu quand elle était jeune.

À part ça, des pans de murs sont encore visible, à la East Side Gallery, c'est un monument à voir au moins une fois dans sa vie, comme tout le reste de Berlin, en particulier la Potsdamer Platz, qui est passé de No-Man's-Land à quartier névralgique de Berlin. Si vous en avez l'occasion, allez-y, Berlin est une ville magnifique.
Et si vous en voyez, n'achetez pas les "morceaux de mur" qu'on vous vend dans certaines boutiques, ce sont de vulgaires cailloux. D'ailleurs, la vente et l'arrachage de morceaux du mur est interdit.

Posté le

android

(9)

Répondre

C était même pas un stagiaire ! En fait la décision d'ouvrir les frontières avait été prise quelques heures plus tôt seulement lors de la réunion du parti, et lui il n'y était pas, on lui a juste donné le strict minimum d'info, il faut croire que ça n'a pas suffit !

a écrit : Le wiktionnaire bien sûr.
Je suis désolé mais ce verbe est un néologisme. Trouvez moi une référence de dictionnaire correcte reprenant ce verbe et je reconnaitrais mon erreur.
Dans un vrai dico, on ne trouve pas "narreux" ou "clanche" pourtant, ce sont de vrais mots, et pas des néologismes.

Et si tu préfères, "vitupérer" est sorti du dictionnaire, ça veut pas dire que le mot n'existe plus pour autant.

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : Pour continuer mon anecdote, sachez que Shaboswki avait le papier officiel du gouvernement de RDA dans sa poche qui devait prévoir une date ( fausse car bien sûr la RDA n'aurait jamais laissé sortir ses habitants...) Mais ce dernier, trop fainéant aurait refuser de la lire ! De ce que je sais, c'était pas précisé sur le pauvre bout de papier donné à la va vite, mais j'avoue que ce serait encore plus drôle ^^

Pour une fois qu'une erreur rend service à la population...

a écrit : C'est une légende urbaine, le mur a été cassé bien après la réunification (quelques heures après), la plupart des berlinois de l'est passèrent au dessus du mur ou par les Check-point!
Source : mes cours de premiere d'histoire
Tu vas trop vite en parlant de réunification! L'Allemagne n'était pas encore réunifié quand le mur a été cassé. La réunification a eu lieu le 3 octobre 1990, contrairement a la chute du mur qui elle a eu lieu le 9 novembre 1989

Posté le

android

(7)

Répondre

Bonjour @ncommis,
Les mots que vous citez sont bien des mots mais n'ont rien à faire dans un dictionnaire de français puisqu'ils proviennent d'un patois lorrain et ne se sont jamais étendus, tout simplement parce qu'il existe déjà des mots français pour leurs sens.
De même, "vitupérer" n'est pas sorti de la langue en même temps que du dictionnaire. Il suffit d'avoir été au moins une fois dans un dictionnaire reconnu par l'académie pour être à jamais un mot français. Bien sûr, ce n'est absolument pas le cas de "sévériser" et "désévériser" que quelqu'un a ajouté au wiktionnaire le 5 juin 2013.
Méfiez-vous de ce wiktionnaire comme de la peste. En l'occurrence, en dehors de l'évidente laideur de ces mots, il y a un indice : dans les exemples d'utilisation on peut parfaitement les remplacer par "durcir" et "assouplir". Cette substitution révèle que la première personne à avoir employé ce terme manquait de vocabulaire et qu'elle a été écoutée par un autre gars qui n'en avait pas plus. Ces termes n'auraient pas dû dépasser ce premier échange mais malheureusement un mensonge peut faire le tour du monde avant même que la vérité enfile ses chaussures.

a écrit : Il faut voir plus loin que les anecdotes. Évidemment que les frontières étaient sur le point d'être ouvertes. Sa bourde n'est qu'une maladresse car il n'était probablement pas préparé à répondre, et cela a été le premier feu vert pour la foule. Mais la situation politique ne laissait plus de doute. Moi j'ai le souvenir que les gens étaient persuadé que cela n'arriverait jamais...
Le prof d'histoire de l'époque en fait... "Jamais il laisserons le peuple quitter le navire"
On en parlait mais c'était une sorte de rêve sans plus

Ça me rappelle la blague de Gaspard Proust :"si le communisme était mieux que le capitalisme, pourquoi le jour de la chute du mur, y avait eu que des personnes qui allaient à l'ouest et pas le contraire"

Posté le

android

(5)

Répondre

L interview qui va changer la face du monde moderne ...
Imaginez le poids de la question, si le journaliste l avait su en la posant !