Beaucoup de doigts coupés chez les yakuzas

Proposé par
le

Lorsqu'un yakuza enfreint le code d'honneur de son groupe, il doit pour se faire pardonner se mutiler lui-même le petit doigt. S'il renouvelle sa faute, il doit recommencer avec les autres doigts. Selon une étude réalisée en 1993, 45% des yakuzas avaient une phalange coupée et 15% avaient subi deux fois la mutilation.


Tous les commentaires (77)

Commentaire supprimé La mutilation est une perte partielle ou totale d'un membre, d'un organe ou la destruction ou dégradation partielle d'une ou plusieurs parties du corps sans cause intentionnelle de donner la mort. On parle d'auto-mutilation lorsque ces blessures sont infligées par la personne elle-même. Les piercings, par exemple, sont considérés comme des actes de mutilation. Les auto-mutilations sont fréquemment situées sur l'intérieur des poignets.

Posté le

android

(24)

Répondre

a écrit : Juste symbolique alors car aujourd'hui pour manier une arme à feu il ferait mieux de se couper l'index :-) En fait, les yakuzas utilisent beaucoup le sabre. En effet, après que les samouraïs furent chassés par l'Empereur, voila ce qu'ils sont devenus. D'ailleurs, ils respectent encore un code de l'honneur.

Posté le

windowsphone

(10)

Répondre

De toute façon quoi que fassent les japonais c'est toujours étonnant pour nous autres européens, c'est pour ça que j'adore ce pays !

Ça risque de devenir compliqué pour les shi fu mi (pierre feuille ciseau) à force...

Une fois arrivés au majeur, ils perdent leur honneur ? Comprendra qui pourra...

a écrit : Les Yakuzas sont la mafia Japonaise. C'est un peu plus compliqué que ça puisqu'ils sont aussi les "descendants spirituels" des samurais et qu'ils suivent donc un code d'honneur : le bushido

Posté le

android

(16)

Répondre

a écrit : Les Yakuzas n'y vont pas de main morte. La lourdeur francaise!

a écrit : La mutilation est une perte partielle ou totale d'un membre, d'un organe ou la destruction ou dégradation partielle d'une ou plusieurs parties du corps sans cause intentionnelle de donner la mort. On parle d'auto-mutilation lorsque ces blessures sont infligées par la personne elle-même. Les piercings, par exemple, sont considérés comme des actes de mutilation. Les auto-mutilations sont fréquemment situées sur l'intérieur des poignets. Afficher tout ahah on ne demandait pas la définition du dictionnaire c était juste du français ! le se et le sois meme crée un pléonasme :) mais merci de vouloir diffuser ta science

a écrit : Juste symbolique alors car aujourd'hui pour manier une arme à feu il ferait mieux de se couper l'index :-) Pas tout à fait, au Japon avoir une arme est ultra règlemente. . Donc beaucoup sont à l'arme blanche dont le mythique petit couteau avec la poignée en bois

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : ahah on ne demandait pas la définition du dictionnaire c était juste du français ! le se et le sois meme crée un pléonasme :) mais merci de vouloir diffuser ta science Je me suis dit que ce serait plus clair et plus complet qu'un simple "Non, tu te trompes." Et pour faire effectivement du français "Le se et le soi*-même créent* un pléonasme". Ma science et moi-même t'en prions.

Posté le

android

(38)

Répondre

Je me souviens dans "Predators", un homme repproche au yakuza de ne pas assez parler, celui ci tend sa main avec deux doigts coupés et lance "Je parle trop"

Ce geste signifie beaucoup au Japon car le petit doigt est le plus important dans le maniement du katana, se le couper signifie ne plus jamais pouvoir se servir d un katana...

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : C'est un peu plus compliqué que ça puisqu'ils sont aussi les "descendants spirituels" des samurais et qu'ils suivent donc un code d'honneur : le bushido Oui le Bushido, le code d'honneur aussi uitilisé par l'armée Nippone pendant la 2cnd Guerre Mondiale, le suicide au lieu de tomber aux mains de l'enemi

a écrit : À ce titre, n'hésitez pas à regarder le film "Aniki mon frère" Super film ;)

a écrit : Essayez de serrer quelque chose dans votre main sans le petit doigt ;) Ma bière je la tiens bien et pourtant mon petit doigt n'est jamais en contact avec elle!
;)

a écrit : Et s'il fait bizou- bizou avec la dame du big boss il coupe quoi ? Il a pas l'occasion de couper grand chose mais son passage dans le monde des esprits va être long et difficile.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Et après il ne peux plus dire "mon petit doigt m'a dit.." Le pauvre. Sauf s'il te reste l'autre !

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Il faut savoir qu'au Japon, les Yakuza ne se cachent pas du tout et ne sont pas réellement mal vu.
Ils ont même un journal à eux et font parfois partis des défilés (comme le Manja Matsuri) ou ils exibent leurs tatouages.
Ils sont pas mal vus entre guillemets, les onsen (source thermales et "hammam" japonais Hyper populaires) sont très peu nombreux a accepter les tatoués, quelques uns leur sont dédiés c'est de la ségrégation. Le tatouage est d'ailleurs souvent appelé irezumi, qui a une connotation négative au contraire de horimono le vrai terme (habit d'encre pour la traduction). Le manja matsuri est en fait le seul vrai festival où ils peuvent s'exhiber et sont l'attraction principale. Après il est vrai que lorsqu'une personne est membre des yakuzas c'est plutôt évident et qu'ils ne sont pas honnis pour celà.

Posté le

android

(18)

Répondre

Commentaire supprimé Ah la condescendance... Ça m'avais manqué.

Originellement dans la tradition médiévale nippone du nord et du centre de l archipel , les yakuza devaient en cas de faute se couper la vite, mais devant les difficultés de recrutement, ils durent l adoucirent. Au sud la coutume était de s auto amputer de la tête en cas de manquement important aux codes, cependant cette pratique dut être révisée en raison d une baisse importante des effectifs.

Posté le

android

(2)

Répondre