Les curieux échanges de coquilles chez le bernard l'ermite

Proposé par
le
dans

Le Bernard l'ermite protège son corps mou à l'aide de coquilles vides adaptées à sa taille. Pour trouver une coquille, une étrange réunion a été observée : des bernard l'ermite se réunissent autour d'une coquille vide adaptée à la taille du plus gros d'entre eux. L'heure du déménagement venue pour le plus gros, les autres échangent les coquilles via un effet domino, la plus petite coquille restant abandonnée.


Commentaires préférés (3)

C'est un peu le jeu des chaises musicales version bulot !

Cette façon de procéder n'existe que chez certaines espèces de pagures.

On parle de "chaine de vacances" (si si, sérieusement) et l'intérêt est de rester hors de sa coquille le moins longtemps possible.

Cependant, cette technique n'est pas toujours efficace car un tel regroupement peut forcément attirer des prédateurs plus gros qui ne seront pas gênés par les coquilles.


Les pagures peuvent utiliser à peu près n'importe quoi comme coquille, du moment que cela remplit la fonction protectrice : canette, jouet en plastique...

C'est une espèce qui a la particularité d'être asymétrique : un côté est plus grand que l'autre (une paire de pinces bien plus grande) alors que les larves sont symétriques.

Certains vivent également en symbiose (un partenariat qui profite aux deux) avec une anémone de mer : le pagure va "masser" le pied de l'anémone jusqu'à la décrocher de son support pour la déposer sur sa coquille. Ainsi, le pagure profite de la protection des tentacules urticants de l'anémone et celle-ci profite des restes de repas. Quand il change de coquille, le pagure emmène aussi l'anémone avec lui

Posté le

android

(375)

Répondre


Tous les commentaires (22)

C'est un peu le jeu des chaises musicales version bulot !

Même les Bernard l'ermite connaissent Leboncoin!

Plutôt malin ! J'ignorais que ces petites bêtes étaient capables d'organiser des réunions

Posté le

android

(16)

Répondre

a écrit : Comment ils se donnent RDv ? Fishbook ? Un bernard-l'ermite peut attendre jusqu'à 24 h près d'une coquille le temps que se regroupe une petite population de pagures (l'autre nom du bernard-l'ermite). (source 2)

Je me suis toujours demande d ou est-ce que cette bestiole tire son nom... Quand même , Bernard l ermite , c est quand même pas le mec qui l à découvert si ? ^^

Posté le

android

(24)

Répondre

Daniel ! Un Jack Bernard s'te plait

Cette façon de procéder n'existe que chez certaines espèces de pagures.

On parle de "chaine de vacances" (si si, sérieusement) et l'intérêt est de rester hors de sa coquille le moins longtemps possible.

Cependant, cette technique n'est pas toujours efficace car un tel regroupement peut forcément attirer des prédateurs plus gros qui ne seront pas gênés par les coquilles.


Les pagures peuvent utiliser à peu près n'importe quoi comme coquille, du moment que cela remplit la fonction protectrice : canette, jouet en plastique...

C'est une espèce qui a la particularité d'être asymétrique : un côté est plus grand que l'autre (une paire de pinces bien plus grande) alors que les larves sont symétriques.

Certains vivent également en symbiose (un partenariat qui profite aux deux) avec une anémone de mer : le pagure va "masser" le pied de l'anémone jusqu'à la décrocher de son support pour la déposer sur sa coquille. Ainsi, le pagure profite de la protection des tentacules urticants de l'anémone et celle-ci profite des restes de repas. Quand il change de coquille, le pagure emmène aussi l'anémone avec lui

Posté le

android

(375)

Répondre

Moi j'étais plus au fait des dîners organisé par Thierry Lhermitte que des réunions par Bernard

Les ancêtres des "enfants de Don Quichotte "

La nature:source d'étonnements incessants!

"Bernard l'ermite" ça se met pas au pluriel ?

A savoir aussi que pour le BH le changement de coquille est indispensable. Il peut réguler sa croissance en fonction de la taille de la coquille qu'il trouve. Grandir plus vite si trop grande pour lui ou grandir moins vite si il est a l'étroit. Mais il arrivera un moment ou il sera vital pour lui de changer. C'est pourquoi les coquilles sont très convoitées. Un BH qui croise une coquille vide peut l'inspecter longuement, en la faisant tourner entre ses ponces, puis il peut l'essayer et puis changer d'avis et revenir a l'ancienne. Aprés y a des BH plus ou moins difficile pour leur maison, s'ils n'ont pas le choix certains accepterons de changer pour une coquille avec un trou, tandis que d'autres vont se laisser mourir.
Il est également très intéressant de voir un BH sans coquille c'est étrange, je vous invite a aller voir a quoi ça ressemble sur google.
Selon l'espèce de BH ils ne convoitent pas les mêmes coquilles et n'ont pas la même force ou comportement, ou taille définitive.

Dans la vidéo de la 2e source on voit avant et après mais pas l'échange lui même... Sans doute pour qu'on ne voit pas de nudité sur l'écran ! Pour pouvoir montrer l'échange il aurait suffit de flouter les parties gênantes comme pour les reportages dans les camps de naturistes !

Posté le

android

(31)

Répondre

Ça a l'avantage d'éviter le Paiement du LOYER !.

Ça s'écrit bernard-l'ermite sans majuscule à bernard et avec un trait d'union. Comment perdre en crédibilité avec une simple majuscule dès le début de l'exposé.

Mais, qui fabrique les coquilles?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Cette façon de procéder n'existe que chez certaines espèces de pagures.

On parle de "chaine de vacances" (si si, sérieusement) et l'intérêt est de rester hors de sa coquille le moins longtemps possible.

Cependant, cette technique n'est pas toujours efficace car un tel
regroupement peut forcément attirer des prédateurs plus gros qui ne seront pas gênés par les coquilles.


Les pagures peuvent utiliser à peu près n'importe quoi comme coquille, du moment que cela remplit la fonction protectrice : canette, jouet en plastique...

C'est une espèce qui a la particularité d'être asymétrique : un côté est plus grand que l'autre (une paire de pinces bien plus grande) alors que les larves sont symétriques.

Certains vivent également en symbiose (un partenariat qui profite aux deux) avec une anémone de mer : le pagure va "masser" le pied de l'anémone jusqu'à la décrocher de son support pour la déposer sur sa coquille. Ainsi, le pagure profite de la protection des tentacules urticants de l'anémone et celle-ci profite des restes de repas. Quand il change de coquille, le pagure emmène aussi l'anémone avec lui
Afficher tout
Merci pour tout ces copier coller, c est enrichissant à souhait.

Posté le

android

(1)

Répondre