Comment le pic vert protège-t-il son cerveau des coups ?

Proposé par
Invité
le
dans

Le pic vert possède une langue multifonctions: elle lui permet d'attraper les insectes dans les trous qu'il a perforés dans le bois (il peut la sortir d'une dizaine de centimètres) mais aussi de venir envelopper son cerveau avec l'aide de muscles et de ligaments pour le protéger des percussions qu'il provoque avec ses coups de bec. Ce mécanisme de protection intéresse les chercheurs qui pourraient s'en inspirer pour la sécurité automobile.


Tous les commentaires (44)

a écrit : C'est vraiment intéressant de voir que, malgré le travail et les recherches de chercheurs, parfois la meilleure des réponses réside dans la nature ! Le biomimétisme a encore sûrement beaucoup à nous apprendre ! Beaucoup de chercheurs travaillent justement sur ce genre de réponse aux problèmes! On appelle ça le biomimetisme!

a écrit : ou le moteur a explosion. Inspiré, lui, des pets de vache je suppose.

a écrit : C'est vraiment intéressant de voir que, malgré le travail et les recherches de chercheurs, parfois la meilleure des réponses réside dans la nature ! Le biomimétisme a encore sûrement beaucoup à nous apprendre ! La plupart des inventions humaines sont inspirés des capacités physique des autres êtres vivants terrestre

Le pic-vert du dessin animé et tellement dingo qu'a mon avis sa langue a pas du faire son travail pour amortir les chocs du cerveau ^^

Quelle coincidence, je viens de sortir a l'instant d'ailleurs du film "Seul contre tous" avec Will Smith et son personnage qu'il interprete dans le film, le Dr O'Malu, en parlait justement a un moment au debut du film du fameux "procede" de protection du cerveau du pic vert ;) !

A ce que j'ai compris la langue fonctionneraient exactement comme les amortisseurs d'une voiture

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : J'ai beau lire les sources, je ne vois pas vraiment en quoi la langue entoure le cerveau afin de le protéger. Une des souces parle d'un os qui permet d'isoler le bec du crâne, une autre précise que des muscles (autre que ceux de la langue d'après ce que j'ai compris) contribuent à cette isolation et amorti, et que la structure de son encéphale (plaqué contre le crâne et donc moins soumis aux mouvements et chocs). Ou alors j'ai mal compris les sources et si une bonne âme saurait m'aider à me visualiser la chose... :-) Afficher tout Relis bien les sources ;)

Posté le

android

(0)

Répondre

J'ai vu tout et n'importe quoi sur le net francophone, y compris la langue "dans le cerveau".
Pour trouver l'explication il faut chercher en anglais, voici une source avec schéma :

www.birdwatchingdaily.com/blog/2013/12/10/woodpeckers-can-hammer-without-getting-headaches/

La langue se range en fait dans les "cornes" formées par l'os hyoïd (ou os lingual) qui forme comme un fourreau et est particulièrement long chez le pic (car adapté à la taille de sa langue).
En revanche je n'ai rien vu au sujet de la protection que ce système est supposé apporter au cerveau. Les chocs étant déjà encaissés par les os et cartilages à la base du bec.

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : Contrairement à ce que sous-entend la manière dont l'anecdote est rédigée, le pic-vert n'enroule pas sa langue autour du cerveau (ni à l'intérieur de la boîte crânienne ni autour de sa tête) mais, parmi tous les dispositifs qui protègent le cerveau du pic-vert, il y a un cartilage qui est situé "à la base de la langue" (donc sur le palais). En bref : les systèmes de protection du cerveau du pic-vert contre les chocs sont étonnants, la longueur de la langue du pic-vert est étonnante, et tout ça est situé dans la tête du pic-vert et donc plus ou moins proches et reliés entre eux. Donc le lien entre la protection du cerveau et la langue est le fait de dire que le coussinet de cartilage est situé "à la base de la langue", plutôt que dire qu'il est "sur l'os du palais". Ce ne sont pas des années d'études d’ornithologie qui m'ont appris ça, il suffit de taper par exemple "pic vert cerveau langue" dans Google et on trouve instantanément une flopée de sources toutes plus intéressantes les unes que les autres (par exemple omnilogie.fr/O/Pourquoi_le_pic-vert_ne_devient_pas_toc-toc). Faire le lien entre la langue et la protection du cerveau est quand même un peu tiré par les cheveux... Afficher tout D'après la Hulotte, qui est un site extrêmement fiable en ornithologie,
"On peut aussi imaginer que le muscle de la langue, qui entoure tout le crâne par l’arrière (partant du dessous du bec  et rejoignant la narine droite), peut jouer lui aussi un rôle dans l’absorption et la distribution des chocs et vibrations."
Je pense que c'est l'explication la plus claire et la plus logique.
Source : lahulotte.fr/courrier_pic_noir1.php
Si vous avez des enfants ou bien êtes passionnés d'ornithologie, ils éditent quelques fois par année une revue extrêmement intéressante sur l'étude de tel ou tel animal.
Les articles sont écrits comme des histoires pour enfants.

L'anecdote semble fausse sur un point: c'est le pic ÉPEICHE (cf source 1) que se nourrit d'insectes sur les arbres, le pic VERT, lui les consomme essentiellement au sol.

L'anecdote est relativement mal racontée. Le pic vert n'enveloppe pas son cerveau avec sa langue... Il a un petit coussinet cartilagineux à la base de celle ci qui sert d'amortisseur.

J'ai rien compris à cette anecdote, mais imaginer la langue du pivert autour de son cerveau, passant par son nez, ou son bec, ça m'a collé un de ces fous rires !!!!!! Je ne vais pas en dormir de la nuit, je pense !!!!!!
Et certains commentaires sont démoniaques.....

a écrit : @ apoelfilio et AkiraBoy…

Lisez bien la seconde source [ www.epochtimes.fr/archive/front/11/11/14/n3505440/la-resistance-des-pics-verts-a-letude.html ] il y est dit : « Une série de scanners a également révélé que la langue du pic-vert agit comme une sorte de ceinture de sécurité pour le cerveau,
en le maintenant à sa place. » Afficher tout
Merci! ça m'avait échappé en effet.
Ceci dit, cette source dit bien que le pivert se sert de sa langue pour amortir les chocs de son cerveau mais pas qu'il l'enroule autour!

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je vien de lire sur une autre source qu'une cavité situé entre le crâne et le cerveau sert de passage où le pic vert insert ça langue à l'intérieur pour amortir le cerveau Merci de mettre la source en question la prochaine fois :)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : J'ai vu tout et n'importe quoi sur le net francophone, y compris la langue "dans le cerveau".
Pour trouver l'explication il faut chercher en anglais, voici une source avec schéma :

www.birdwatchingdaily.com/blog/2013/12/10/woodpeckers-can-hammer-without-getting-headach
es/

La langue se range en fait dans les "cornes" formées par l'os hyoïd (ou os lingual) qui forme comme un fourreau et est particulièrement long chez le pic (car adapté à la taille de sa langue).
En revanche je n'ai rien vu au sujet de la protection que ce système est supposé apporter au cerveau. Les chocs étant déjà encaissés par les os et cartilages à la base du bec.
Afficher tout
Excellente source!
Cette anecdote me semble avoir besoin d'être reformuler!

Posté le

android

(0)

Répondre

Encore un prodige de la nature ^^

Posté le

android

(0)

Répondre

L'auteur ou les modos ont récemment vu Seul contre tous on dirait :p

Ou Dr Bennet (Will Smith) utilisait l'anecdote pour appuyer ses recherches.

Notons d'ailleurs qu'à l'instant de l'impact (sur un laps de temps très court donc) le bec de l'oiseau subit dans les 1000 G, à titre de comparaison peut de pilotes résistent au delà de 10 G ...

a écrit : Je me suis fait exactement la même réflexion, dans aucune des trois sources il n'est fait mention du rôle de la langue dans l'amortissement des chocs des coups du pivert!
Quelqu'un de motivé pour vérifier la véracité de l'anecdote?
Pour ma part j'ai entendu ça la première fois dans le film "seul contre tous" avec Will Smith ou il jouait la rôle d'un légiste spécialisé en neuro-anatomopathologie originaire du Nigeria et qui a décrit pour la première fois "l'encéphalopathie traumatique chronique" qui touchait certains joueurs de football américain à Pitsburg. Il a affronté la NFL ( ligue de football américain) qui a tenté de le discréditer, et a réussi a prouver la véracité de ce syndrome, "seul contre tous..."
Il comparait le cerveau du pivert a celui de l'homme en disant a juste titre que celui-ci n'était pas fait pour absorber les chocs violents, contrairement a celui de certains animaux ...
A mon avis c'est de la que s'est inspiré l'anecdote.