Il y a plus de 8000 ans, une civilisation entière a été anéantie par un tsunami

Proposé par
le
dans

En 6100 av. J.-C., un gigantesque tsunami provoqué par un glissement de terrain sous-marin au large de la Norvège a balayé tout le nord de l'Écosse. De récentes fouilles ont montré qu'il y avait là une civilisation mésolithique florissante, anéantie d'un coup par cette vague, qui aurait aussi fait de la Grande-Bretagne une île.


Tous les commentaires (120)

a écrit : Pas forcément, ceux qui morflent déjà sont habitués à morfler, alors que nous, avec nos supermarchés, nos bagnoles et nos chauffages centrals, si ça part en brioche, c'est dans les pays riches et surpeuplés que ça va être l'enfer quand la technologie ne nous servira plus à rien. Pensée logique, en même temps les hiérarchies font que possiblement les gens des pays riches s'en sortiront à meilleur compte.

a écrit : D'ailleurs dans 9 000 l'Europe devrait se retrouver sous les glaces... Et le réchauffement climatique actuel ralentirait le processus...
On vit actuellement entre deux ères glacières si je ne me trompe pas?
Exact, mais on ne sais pas quel impact auront nos activités dans l'avenir.
Une théorie explique qu'elle pourrait tout simplement annuler le prochain âge glaciaire mais ce n'est qu'une théorie.

a écrit : Il est très possible que nous vivions entre deux ères glaciaires (prière de ne pas confondre avec la glacière que l'on emporte en pique-nique).
Mais en fait, personne n'en sait rien, c'est trop complexe. Ce qui est sûr, c'est que le petit réchauffement actuel, très partiellement dû aux activit
és humaines, et enregistré depuis un siècle environ (rien, en échelle climatique) peut retarder l'arrivée d'un nouvel âge glaciaire.
Bien plus importantes sont les conséquences sur les courants maritimes et atmosphériques, très instables (un petit changement des conditions initiales conduit à des comportements entièrement différents). Selon certains modèles, un réchauffement global pourrait conduire à un refroidissement très sensible de l'Europe, de leur fait.
Mais chut, déjà mentionné, tout universitaire qui mentionnerait l'insignifiance des activités humaines par rapport aux activités volcaniques, productrices de gaz carbonique, biologiques, elles de méthane, et surtout dire que tout le battage actuel, c'est une gigantesque escroquerie, recevrait une lettre de licenciement. Il deviendrait technicien de surface ou clochard.
Que l'on me pardonne donc de ne pas citer de sources, fiables mais qui tiennent à leur carrière. En résumé, le principal "coupable" serait le chaotique soleil, c'est avec lui que les corrélations sont les plus fortes, mais pas assez pour satisfaire un mathématicien.

Je ne veux en aucun cas sembler anti-écolo, ni dire que jeter ses déchets n'importe comment, par exemple abandonner des bouteilles en plastique virtuellement indestructible sur une plage, ou des filets et lignes d'un navire, etc., etc., ne sont pas des comportements déments.
Afficher tout
T'inquiete, on est pas dans une académie avec ses dogmes ici. Tu peux parler, personne ne te virera ^^

On est bien en train de comprendre que l'humanité n'est pas la seule responsable du réchauffement, mais il est indiscutable qu'il y a réchauffement, qu'il est lié en partie au taux de gazs à effet de serre, et que l'humanité y participe même si on ne sait pas encore exactement à quelle échelle.
La preuve? le taux de CO² a déjà été plus élevé dans le passé, donc notre impact n'est pas énorme, mais néanmoins mesurable (enfin on essaie de le mesurer mais c'est pas évident ^^)

a écrit : "Inversement à l'époque d'Hugues Capet, la Scandinavie a connu un réchauffement tout relatif, et donc une expansion démographique sans précédent qui les a encouragé à prendre la mer plus souvent, et à en profiter pour piller sans vergogne tout ce qui passait à leur portée (sacrés vikings :D)."

Comme descendant des Vikings, comme le prouvent mon physique et mon nom, je me sens insulté; envoyez-moi votre carte et vos témoins, j'ai le choix de l'arme, en l'occurrence une massue. On s'arrête au premier sang, de toutes façons il n'y en aurait pas deux. :D

Sérieusement, oui, il y a eu des pillages de leur part, mais pas pire que partout ailleurs. Les Vikings se sont vite installés tranquillement, en Normandie (et promptement abandonné leur langue), et en Grande-Bretagne où ils ont rapidement fondé des communautés paisibles en coexistence commerciale, et jusqu'en Sicile, ont fondé Moscou et Dublin, ont commercé via la Volga jusqu'au Moyen-Orient, ont découvert l'Amérique, possédaient des précurseurs de l'astrolabe, et (mais selon un principe très différent) du sextant, avaient une orfèvrerie extraordinaire, construisaient bien plus de péniches commerciales que de drakkars de guerre (constructions admirables d'ailleurs, inimaginables de la part de brutes), etc..

Bien plus des commerçants et des fondateurs que des guerriers, donc.

Il faut avoir d'autres sources qu'Asterix, qui les affuble de casques à cornes qu'ils n'ont jamais eu.

Rien ne passait à leur portée, mais ils se portaient vers des terres plus clémentes, et s'y intégraient, comme les analyses génétiques le prouvent.
Afficher tout
À c qu'on m'a dit au collège les viking étaient parfois polygames, car à l'instar des nomades du désert ils pouvaient souffrir une forte mortalité masculine liée à des expéditions commerciales et-ou guerrières, il fallait alors recaser la veuve et les mioches. Également on disait qu'il pratiquaient essentiellement un pillage d aubaine, en complément du commerce.

a écrit : On parle de changements de températures de quelques degrés. Il est clair que l'homme le supportera sans problème, ainsi que la plupart des être vivants sur Terre. Par contre, nos modes de vie vont changer radicalement (à commencer par les maldiviens), et ça, ça fait flipper les chantres du contrôle des populations.

Il ne faudrait quand même pas oublier qu'à l'échelle historique, il y a déjà eu des "mini réchauffements" et des "mini périodes glaciaires". Sous Louis XIV, la Seine gelait pas tous les hivers mais presque, entraînant des récoltes hasardeuses et donc des famines assez facilement, et le Groenland lui était quasiment invivable. Inversement à l'époque d'Hugues Capet, la Scandinavie a connu un réchauffement tout relatif, et donc une expansion démographique sans précédent qui les a encouragé à prendre la mer plus souvent, et à en profiter pour piller sans vergogne tout ce qui passait à leur portée (sacrés vikings :D).

Mais c'est là où je veux en venir : le moindre petit changement climatique peut avoir des conséquences fumeuses politiquement. Or justement, le taux de CO² ce dernier siècle et demi a grimpé en flèche comme jamais. Bon il faut dire aussi que le taux de CO² avant le 18e siècle était estimé et non pas mesuré, ce qui fait qu'on ne sait pas réellement à quel point il a pu y en avoir dans l'atmosphère depuis la fin de la glaciation de Würm il y a 10000 ans.
Afficher tout
Beh si, on le sait, les carottes creusées dans les glaciers de l'Arctique montrent le taux de CO² dans l'atmosphère de l'époque piégée dans la glaçe avec une grande précision d'année en année, mais on ne peut pas remonter à moins de 800 000 ans dans le passé.

a écrit : Je souhaitais nourrir la discussion sur le thème des civilisations.
C'est raté.
Les météorologues ont pris le dessus.:)
Les civilisations vont et viennent, et presque toujours à cause de la météo.
Pourquoi auraient elles disparu d'ailleurs si ce n'est à cause de parce que y'a plus rien à bouffer?
Et ne me parle pas de guerres, même l'empire Romain n'a pas effacé les gros nez Gaulois ni les moustaches Germaniques! mdr

a écrit : Ce n'est pas la fonte des glaces qui font monter l'eau. Prends un glaçon met le dans l'eau et fais le fondre, tu verras que l'eau n'a pas augmenté Euh, sauf que la glace en question elle n'est pas dans l'eau mais sur la terre. Or quand elle fond elle file dans la mer, faisant donc monter le niveau.

a écrit : Évidemment que c'est simpliste, j'en avais bien conscience en écrivant ça. Ce que je voulais dire, c'est que la révolution industrielle amorcée en Grande-Bretagne à la fin du XVIIIème, en pleine explosion au XIXème, les vents dominants rabattant la pollution vers le continent, et la France suivant de peu, n'ont pas changé le climat.
Une éruption volcanique, un incendie de forêt, dégagent bien plus de CO² que les usines de l'époque. La nature vient au secours pour équilibrer, cela favorise les végétaux qui fixent le carbone et produisent de l'O². Et de quoi est formé le calcaire?
Afficher tout
En brûlant du charbon, on libère du CO² qui était piégé dans le sol, comme les volcans.
Il est donc raisonnable, scientifiquement parlant, de comparer notre civilisation industrielle qui émet du CO² depuis 200 ans, et donc influence le climat, comme un volcan qui est en éruption depuis 200 ans et qui éjecte de plus en plus de gaz.

a écrit : Ben, si elle avait survécu jusqu'à aujourd'hui... Probablement au même stade que nous. Tu sais, ce n'est pas parce qu'une civilisation naît tôt qu'elle prend le pas sur toutes les autres en matière de technologie et d'avancement en tout genre. Regarde la Chine : c'est le plus vieil empire du monde, leur histoire a commencé facilement en -2500 avant Jésus-Christ, et pourtant les chinois furent en retard sur nous jusqu'aux années Deng Xiaoping (et même aujourd'hui, s'ils nous ont considérablement rattrapé, il existe plusieurs domaines sur lesquels ils ont encore du retard). Plus proches de nous, la Grèce, l'Égypte, également âgées de plusieurs millénaires de plus que les pays d'Europe de l'Ouest. Et pourtant, ils n'ont pas plusieurs siècles d'avance en matière de civilisation. On peut donc penser que ce peuple englouti (*petit effet dramatique*) ferait comme tout bon anglo-saxon qui se respecte aujourd'hui : il boirait de la bière ;) Afficher tout *du thé ;)

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Pensée logique, en même temps les hiérarchies font que possiblement les gens des pays riches s'en sortiront à meilleur compte. T'est sur de toi la? Tu pense vraiment qu'un problème majeur sera plus facile à gérer dans une ville dépendante des télécommunications, des infrastructures et de l'énergie que dans une ville qui emploie le système "D" depuis toujours?

Quand je vois ce qui se passe dès qu'internet et les réseaux informatiques sont coupés à Paris et le bordel que ça crée, alors si on imagine que carrément :les routes sont impraticables et qu'il n'y a plus d'essence dans les stations services alors qu'en Afrique ils ont au moins des charrettes à mules pour transporter la bouffe et l'eau ... je me demande qui s'en sortira le mieux en cas de catastrophe mondiale.

a écrit : Physiquement, celle où l'on a plus de confort, craint moins le froid, risque moins d'avoir faim, peut soulager dans une certaine mesure la douleur, sait se défendre contre les prédateurs (des loups aux virus), etc..

Intellectuellement, celle où l'on comprend mieux comment utiliser les ressou
rces naturelles au lieu d'en dépendre, de l'invention de l'agriculture à celle de nouveaux matériaux extraordinaires (ciment par les Romains, puis béton armé, fibres de carbone maintenant, etc.).

Socialement, celle où l'on admet que la tolérance d'idées diverses est un facteur de progrès, que ce qui semblait non orthodoxe, voire farfelu est en fait très raisonnable. Et que nous autres sommes tous des humains ayant intérêt à collaborer d'égal à égal, ce qui ne veut pas dire exactement de semblable (au sens d'identique) à semblable.

Globalement, de moins mal comprendre l'univers, et d'en utiliser raisonnablement les ressources à son profit.

Les exemples cités sont très ponctuels, il y aurait de quoi faire une encyclopédie en les recensant tous.
Afficher tout
Ça existe déjà en quelque sorte : L. Morgan, Ancient Society ; Frazer, Le Rameau d'or, et j'en passe, l'anthropologie naissante d'alors en avait fait son dada de cette question.

Mais au risque de paraître désagréable, ça date de plus d'un siècle ces fausses idées de "progrès" ou de société "avancée". D'ailleurs l'idée même de progrès est historiquement et culturellement située ou situable : en Occident au sens moderne, depuis la fin du Moyen âge. Aussi surprenant que ça puisse paraître pour certains, toutes les civilisations du monde n'ont pas que le vecteur du "mieux" qui dicte leur vie, comme c'est le cas chez nous autres depuis quelques temps déjà.

D'ailleurs la très belle distinction entre sociétés froides et chaudes de Lévi-Strauss est le meilleur argument que je puisse donner contre tes idées d'un mauvais temps.

Bien sûr j'admire le progrès et suis un vrai progressiste comtiste, de gauche comme on dirait (enfin, de l'ancienne gauche plutôt) ; mais il faut remettre les choses et les idées à leur place. Il n'y a aucun critère objectif du degré d'avancement d'une société dans la mesure où les quelques critères qui peuvent exister sont arbitrairement décidés pas certains pour juger les autres.

Bref, je m'égare de l'anecdote, mais malheureusement l'ethnocentrisme est encore trop présent dans nos sociétés et c'est bien triste, j'espère que le temps modifiera tout cela, pour le coup ça serait un vrai progrès ;)

a écrit : Ça existe déjà en quelque sorte : L. Morgan, Ancient Society ; Frazer, Le Rameau d'or, et j'en passe, l'anthropologie naissante d'alors en avait fait son dada de cette question.

Mais au risque de paraître désagréable, ça date de plus d'un siècle ces fausses idées de "progrès&q
uot; ou de société "avancée". D'ailleurs l'idée même de progrès est historiquement et culturellement située ou situable : en Occident au sens moderne, depuis la fin du Moyen âge. Aussi surprenant que ça puisse paraître pour certains, toutes les civilisations du monde n'ont pas que le vecteur du "mieux" qui dicte leur vie, comme c'est le cas chez nous autres depuis quelques temps déjà.

D'ailleurs la très belle distinction entre sociétés froides et chaudes de Lévi-Strauss est le meilleur argument que je puisse donner contre tes idées d'un mauvais temps.

Bien sûr j'admire le progrès et suis un vrai progressiste comtiste, de gauche comme on dirait (enfin, de l'ancienne gauche plutôt) ; mais il faut remettre les choses et les idées à leur place. Il n'y a aucun critère objectif du degré d'avancement d'une société dans la mesure où les quelques critères qui peuvent exister sont arbitrairement décidés pas certains pour juger les autres.

Bref, je m'égare de l'anecdote, mais malheureusement l'ethnocentrisme est encore trop présent dans nos sociétés et c'est bien triste, j'espère que le temps modifiera tout cela, pour le coup ça serait un vrai progrès ;)
Afficher tout
Tu ne t'égares pas au contraire.
Tu relances le sujet.
Les météorologues vont m'attendent à la sortie.
Pour autant, il y a tant à dire sur l'origine et le devenir de "nos civilisations".

a écrit : Ça existe déjà en quelque sorte : L. Morgan, Ancient Society ; Frazer, Le Rameau d'or, et j'en passe, l'anthropologie naissante d'alors en avait fait son dada de cette question.

Mais au risque de paraître désagréable, ça date de plus d'un siècle ces fausses idées de "progrès&q
uot; ou de société "avancée". D'ailleurs l'idée même de progrès est historiquement et culturellement située ou situable : en Occident au sens moderne, depuis la fin du Moyen âge. Aussi surprenant que ça puisse paraître pour certains, toutes les civilisations du monde n'ont pas que le vecteur du "mieux" qui dicte leur vie, comme c'est le cas chez nous autres depuis quelques temps déjà.

D'ailleurs la très belle distinction entre sociétés froides et chaudes de Lévi-Strauss est le meilleur argument que je puisse donner contre tes idées d'un mauvais temps.

Bien sûr j'admire le progrès et suis un vrai progressiste comtiste, de gauche comme on dirait (enfin, de l'ancienne gauche plutôt) ; mais il faut remettre les choses et les idées à leur place. Il n'y a aucun critère objectif du degré d'avancement d'une société dans la mesure où les quelques critères qui peuvent exister sont arbitrairement décidés pas certains pour juger les autres.

Bref, je m'égare de l'anecdote, mais malheureusement l'ethnocentrisme est encore trop présent dans nos sociétés et c'est bien triste, j'espère que le temps modifiera tout cela, pour le coup ça serait un vrai progrès ;)
Afficher tout
Je ne comprends rien à ce commentaire, pourtant lu et relu. L'auteur de l'anecdote a utilisé le terme très juste "civilisation florissante", c'est-à-dire où l'on vivait confortablement, en satisfaisant ses besoins et ses désirs. Où est-il question de comparaison entre niveaux de civilisations? Et de jugement?

Restons dans ce que décrit l'anecdote, un fait. Auguste Comte et Lévi-Strauss n'ont rien à voir là-dedans.

a écrit : Ce n'est pas la fonte des glaces qui font monter l'eau. Prends un glaçon met le dans l'eau et fais le fondre, tu verras que l'eau n'a pas augmenté Si.
Fonte des glaces = rayons solaires davantage absorbés = réchauffement climatique = hausse du niveau des mers.

a écrit : J comprends pas pourquoi tu dis que tu peux pas citer de sources ? Mais à quoi tient cette omertà sur les "vraies" causes réchauffement; parce-que globalement pour la "société "ou le "système ", dire que la pollution humaine n'influe pas de façon significative c'est bonnard, non? Pourquoi je ne peux citer de sources? Parce que ma passionnante profession est celle d'un mathématicien aidant des scientifiques dans des domaines très variés, pour établir et valider des modèles.
Et que ce serait trahir leur confiance de révéler des noms, envoyer des personnes savantes et respectables au poteau, alors que le terrorisme règne contre ceux qui contestent que l'activité humaine ait une grande influence sur l'indéniable brève période d'un siècle de réchauffement - en fait probablement dû à une coïncidence avec un regain d'activité solaire, mais je ne me prononce pas, il n'y a pas de preuve satisfaisante.

Il y a trop d'intérêts économiques en jeu (pétroliers et analogues contre pseudo-écologistes qui vendent des solutions de remplacement), il faut faire avec, s'incliner comme Galilée.

Incroyable mais vrai, la Grande-Bretagne songe à "criminaliser" (attention, "crime" en anglais ne signifie que "délit") la négation que l'homme soit responsable du changement climatique.

Alors, quel est mon devoir?

fr.wikipedia.org/wiki/Controverses_sur_le_r%C3%A9chauffement_climatique
lesmoutonsenrages.fr/2015/10/18/la-grande-bretagne-veut-criminaliser-la-negation-du-rechauffement-climatique/
blogs.mediapart.fr/jean63/blog/191015/cest-tres-grave-la-grande-bretagne-veut-criminaliser-la-negation-du-rechauffement-climatique

a écrit : T'est sur de toi la? Tu pense vraiment qu'un problème majeur sera plus facile à gérer dans une ville dépendante des télécommunications, des infrastructures et de l'énergie que dans une ville qui emploie le système "D" depuis toujours?

Quand je vois ce qui se passe dès qu'inter
net et les réseaux informatiques sont coupés à Paris et le bordel que ça crée, alors si on imagine que carrément :les routes sont impraticables et qu'il n'y a plus d'essence dans les stations services alors qu'en Afrique ils ont au moins des charrettes à mules pour transporter la bouffe et l'eau ... je me demande qui s'en sortira le mieux en cas de catastrophe mondiale. Afficher tout
C'est pas que je sois si sûr de moi, mais globalement vu comme le monde est hiérarchisé, si à paname on avait besoin de chameaux et bin faudrait pas longtemps pour les obtenir des pays qui en ont, créant au passage une pénurie de chameaux pour eux. Et même en augmentant la production la forte demande ferait facilement monter quoiqu'il en soit le prix du dromadaire d Afrique dans leurs pays de production. La forte production générerait toutes sortes de problèmes écologiques et alimentaires pour les populations. Générerait possiblement aussi une oligopolisation du marché. L enjeu, capital, quant à lui pourrait donner envie aux grandes puissances d atiser les coup d état et les guerres au cas pour mettre la main sur le produit.

a écrit : Pourquoi je ne peux citer de sources? Parce que ma passionnante profession est celle d'un mathématicien aidant des scientifiques dans des domaines très variés, pour établir et valider des modèles.
Et que ce serait trahir leur confiance de révéler des noms, envoyer des personnes savantes et respectables au po
teau, alors que le terrorisme règne contre ceux qui contestent que l'activité humaine ait une grande influence sur l'indéniable brève période d'un siècle de réchauffement - en fait probablement dû à une coïncidence avec un regain d'activité solaire, mais je ne me prononce pas, il n'y a pas de preuve satisfaisante.

Il y a trop d'intérêts économiques en jeu (pétroliers et analogues contre pseudo-écologistes qui vendent des solutions de remplacement), il faut faire avec, s'incliner comme Galilée.

Incroyable mais vrai, la Grande-Bretagne songe à "criminaliser" (attention, "crime" en anglais ne signifie que "délit") la négation que l'homme soit responsable du changement climatique.

Alors, quel est mon devoir?

fr.wikipedia.org/wiki/Controverses_sur_le_r%C3%A9chauffement_climatique
lesmoutonsenrages.fr/2015/10/18/la-grande-bretagne-veut-criminaliser-la-negation-du-rechauffement-climatique/
blogs.mediapart.fr/jean63/blog/191015/cest-tres-grave-la-grande-bretagne-veut-criminaliser-la-negation-du-rechauffement-climatique
Afficher tout
Bin c'est bien que tu balances pas je trouve, par contre te croire sur parole sur un sujet aussi CHAUD c'est chaud. Pour les anglais c'est chelou, car je ne comprends pas en quoi c'est gênant pour les lobbies puissants dans le monde qu on dise que l humain n'est pas responsable de l imminente, dis t on, catastrophe. Après c'est sûr que des mecs qui roulent à gauche doivent être un peu bizarre dans leurs têtes. Mais voilà, je vois pas où est la logique. Vu que c'est les riches qui polluent.

Pis si j'ai bien compris le problème fondamental dans la par du réchauffement généré par l humain, c'est sa rapidité, une sorte de choc écologique. Enfin j'espère que tu dis la vérité et que quelqu'un qui bosse dans ton entourage aura moins de scrupules. Comme ça je me prendrai moins la tête en générant du gaz d'échappement mec!

Ça me fascinera toujours autant de voir que l'on puisse retracer se genre d'événement ...

a écrit : Et la question qu'on se pose tous : à quel degré d'avancement cette civilisation vieille de 8000 ans serait-elle arrivé sans le tsunami? Bof, ils auraient construit des centrales nucléaires un peu partout, auraient gorgé leur alimentation de pesticides et se seraient anéantis eux-mêmes...

a écrit : J comprends pas pourquoi tu dis que tu peux pas citer de sources ? Mais à quoi tient cette omertà sur les "vraies" causes réchauffement; parce-que globalement pour la "société "ou le "système ", dire que la pollution humaine n'influe pas de façon significative c'est bonnard, non? Ca fait souvent ça les complotistes. "Je connais la vérité mais je peux pas la dire, j'ai des preuves mais je peux pas les montrer", sans oublier le fait d'être partout à la fois et de répondre à tout le monde, ça donne une impression d'érudition. Enfin bref, on connaît la méthode, je suppose que les études faites démontrant l'impact de la pollution humaine sur le climat sont biaisées ou dirigées pas les illuminatis ou les reptiliens :D