Un syndrome particulier peut atteindre les étudiants en médecine

Proposé par
le
dans

Le syndrome de l'étudiant est un syndrome psychologique touchant principalement les étudiants en médecine. Ceux-ci se sentent concernés par les symptômes décrits dans le cadre de leurs études et pensent avoir contracté la maladie décrite, ou la diagnostiquent chez un de leurs proches. Il diminue au fil de l'avancée dans les études.


Commentaires préférés (3)

Il existe une variante : le syndrome du lecteur de Doctissimo

Étant moi même étudiant en médecine, je dirais plutôt (pour ma part) qu'on a l'impression qu'il est facile "d'attraper" une maladie grave alors que la plupart du temps, ces maladies résultent de mutations très rares !
J'expliquerai ca par le fait que tous les exemples donnés en cours sont accompagnés des exceptions graves se qui rend la maladie plus proche de nous !
Voilà sinon c'est marrant de voir qu'il y a un syndrome pour cela :D

Aussi j'ai envie de dire que c'est normal que ce soit les étudiants en médecine principalement touchés car...
Je vois mal quelqu'un en licence de maths penser que lui aussi il est un polynôme de degré 2 ou un vétérinaire se prendre pour un chien ^^
Vu la description, elle semble ne pouvoir affecter que les étudiants en santé !

Posté le

android

(331)

Répondre


Tous les commentaires (25)

Il existe une variante : le syndrome du lecteur de Doctissimo

Étant moi même étudiant en médecine, je dirais plutôt (pour ma part) qu'on a l'impression qu'il est facile "d'attraper" une maladie grave alors que la plupart du temps, ces maladies résultent de mutations très rares !
J'expliquerai ca par le fait que tous les exemples donnés en cours sont accompagnés des exceptions graves se qui rend la maladie plus proche de nous !
Voilà sinon c'est marrant de voir qu'il y a un syndrome pour cela :D

Aussi j'ai envie de dire que c'est normal que ce soit les étudiants en médecine principalement touchés car...
Je vois mal quelqu'un en licence de maths penser que lui aussi il est un polynôme de degré 2 ou un vétérinaire se prendre pour un chien ^^
Vu la description, elle semble ne pouvoir affecter que les étudiants en santé !

Posté le

android

(331)

Répondre

C'est étrange, mais quand j'étais étudiant je ne me sentais concerné par rien ! On appel ça comment ?

a écrit : C'est étrange, mais quand j'étais étudiant je ne me sentais concerné par rien ! On appel ça comment ? Le syndrome de l'enseignant.


(Qui justement raconte aux élèves les maladies ^^)

Posté le

android

(16)

Répondre

Bon à savoir, j'éviterais de tomber dans le piège !

a écrit : C'est étrange, mais quand j'étais étudiant je ne me sentais concerné par rien ! On appel ça comment ? une erreur d'orientation...
Ca se soigne !

Posté le

windowsphone

(26)

Répondre

Ca marche aussi très bien en psychologie, notamment avec les cours de psychopathologie. On se retrouve vite avec l'impression de cumuler les maladies et on trouve que chaque personne de notre entourage est aussi atteinte de divers troubles...
Est ce l'origine de la légende disant qu'on fait souvent ces études pour se soigner nous-mêmes ou un proche ... ?

Je doit avoir le syndrome de l'étudiant en mécanique quand je bois de la bière il faut que j'aille faire des vidanges

Le pire (pour moi) c'est tout ce qui touche à l'oncologie (les cancers). Niveau parano ça peut vite grimper, surtout quand t'es confronté à des patients de ton âge.

a écrit : Aussi j'ai envie de dire que c'est normal que ce soit les étudiants en médecine principalement touchés car...
Je vois mal quelqu'un en licence de maths penser que lui aussi il est un polynôme de degré 2 ou un vétérinaire se prendre pour un chien ^^
Vu la description, elle semble ne pouvoir a
ffecter que les étudiants en santé ! Afficher tout
Le vétérinaire ne va pas se prendre pour un chien... Un étudiant en école vétérinaire aura également ce syndrome et aura tendance à trouver toutes les maladies du monde à son animal ou à celui d'un proche, c'est tout ...

Le principe du syndrome de l'étudiant, c'est de voir partout autour de nous ce que l'on vient de voir en cours. donc oui ça peut aussi atteindre une personne en licence de math qui peut avoir tendance à voir les équations vues en cours dans une simple étagère.

Je dirais que c'est logique, et c'est pourquoi il est essentiel d'avoir du recul avec son métier!

Toute personne s'identifie forcément à ce qu'elle fait, alors si les moments vécue sont "intensément" triste, elle deviendra triste. Et inversement, si les moments vécue sont intensément joyeux elle deviendra une personne joyeuse, après seul les regrets de retrouver une situation pareille peuve la rendre triste! C'est pourquoi il est essentiel d'avoir une forme de recul, de prendre du temps pour soi!

a écrit : Il existe une variante : le syndrome du lecteur de Doctissimo Autrement appelé "le cancer"

a écrit : Le vétérinaire ne va pas se prendre pour un chien... Un étudiant en école vétérinaire aura également ce syndrome et aura tendance à trouver toutes les maladies du monde à son animal ou à celui d'un proche, c'est tout ...

Le principe du syndrome de l'étudiant, c'est de voir partout aut
our de nous ce que l'on vient de voir en cours. donc oui ça peut aussi atteindre une personne en licence de math qui peut avoir tendance à voir les équations vues en cours dans une simple étagère. Afficher tout
Ah ouais comme l'étudiant en psycho qui voit des névrosés partout autour de lui (bon il a pas tort non plus)

a écrit : Aussi j'ai envie de dire que c'est normal que ce soit les étudiants en médecine principalement touchés car...
Je vois mal quelqu'un en licence de maths penser que lui aussi il est un polynôme de degré 2 ou un vétérinaire se prendre pour un chien ^^
Vu la description, elle semble ne pouvoir a
ffecter que les étudiants en santé ! Afficher tout
Ayant justement fait une licence de maths, il m'est arrivé d'avoir des problèmes qui m'occupaient l'esprit pendant des jours voire m'empêchaient de dormir.
Alors je ne parlerai pas de syndrome mais c'est tout aussi obsessionnel selon moi

a écrit : Aussi j'ai envie de dire que c'est normal que ce soit les étudiants en médecine principalement touchés car...
Je vois mal quelqu'un en licence de maths penser que lui aussi il est un polynôme de degré 2 ou un vétérinaire se prendre pour un chien ^^
Vu la description, elle semble ne pouvoir a
ffecter que les étudiants en santé ! Afficher tout
Des étudiants en psychologie peuvent aussi être sujets à ce syndrome, peut être est-il possible pour eux de se sentir concerné par des névroses

"Le syndrome de l'étudiant est un syndrome psychologique touchant principalement les étudiants en médecine"

Pourtant, les 3 sources ne parlent pas de "syndrome de l'étudiant" mais seulement du "syndrome de l'étudiant en médecine". L'anecdote insinue que le "syndrome de l'étudiant en médecine" n'est qu'une cas particulier d'un certain "syndrome de l'étudiant", ce qui n'est mentionné nulle part.

MERCI DE CORRIGER CETTE GROSSE ERREUR!
Sheldon le relou => out

a écrit : Aussi j'ai envie de dire que c'est normal que ce soit les étudiants en médecine principalement touchés car...
Je vois mal quelqu'un en licence de maths penser que lui aussi il est un polynôme de degré 2 ou un vétérinaire se prendre pour un chien ^^
Vu la description, elle semble ne pouvoir a
ffecter que les étudiants en santé ! Afficher tout
Non je t'assure j'ai pour ma part étudié la banque. Et j'ai réussi a diagnostiquer que j'étais dans la merde financièrement!

a écrit : Il existe une variante : le syndrome du lecteur de Doctissimo Mort de rire et tout à fait vrai. Les gens se trouvent des maladies invraissembables. "J'ai mal aux oreilles, j'ai le cancer de l'oreille ou celui des extra-terrestes"

a écrit : Ca marche aussi très bien en psychologie, notamment avec les cours de psychopathologie. On se retrouve vite avec l'impression de cumuler les maladies et on trouve que chaque personne de notre entourage est aussi atteinte de divers troubles...
Est ce l'origine de la légende disant qu'on fait souven
t ces études pour se soigner nous-mêmes ou un proche ... ? Afficher tout
Un ami qui bosse dans le sujet m'a expliqué que nous étions tous atteins de toutes les pathologies psychiatriques, mais que c'est quand l'une d'elle prend trop le dessus que ça dégénère.
Par exemple, tuer un animal n'est agréable pour personne mais est dès fois nécessaire pour bouffer où abréger les souffrances de son animal de compagnie et dans le second cas presque nous tous seront capables de prendre cette décision, mais aimer ça, c'est malsain.
Autre exemple, aimer les jeux vidéo (et donc aimer rêver), rien de grave, mais quand le gamin essaie dans le monde réel de passer en "mode fufu" (les amateurs de WOW comprendront) entre la télé et les parents qui la regardent (absolument véridique) pour aller piller le frigo à 22h, c'est que le rêve se matérialise en schizophrénie, et là, faut couper le net du gosse de toute urgence! ^^