Mieux vaut éviter le sourire de Glasgow

Proposé par
le

Le sourire de Glasgow (également connu sous le nom de sourire de l'ange) est une blessure causée par une coupure des coins de la bouche d'une victime pouvant aller jusqu'aux oreilles, laissant une cicatrice en forme de sourire. L'acteur Tommy Flanagan (Gladiator, Sons of Anarchy) en a été victime plus jeune après s'être fait agresser par un groupe d'inconnus en sortant d'un pub à Glasgow.

La pratique, originaire de Glasgow, en Écosse, est apparue dans les années 1920-1930.


Commentaires préférés (3)

Qui ici a pensé, ou plutôt n'a pas pensé ( ça sera plus simple) au Joker?

Ou bien plus tôt en 1869, L'homme qui rit de Victor Hugo. Pas la même signification mais même pratique.


Tous les commentaires (48)

C'est horrible l'image de bon matin...

Posté le

android

(0)

Répondre

Souvenir des colo' où l'on ce racontait - parmi tant d'autre - cette légende urbaine de l'agresseur au " sourire de l'ange " ... Brrrr !

Qui ici a pensé, ou plutôt n'a pas pensé ( ça sera plus simple) au Joker?

Ou bien plus tôt en 1869, L'homme qui rit de Victor Hugo. Pas la même signification mais même pratique.

On appelle ca également : Le sourire éternel.

Il l'explique dans sons of anarchy, c'était raconte comme une sorte de punition de l'IRA véritable lors de trahison ..
Ils déconnent pas les irlandais

Posté le

android

(26)

Répondre

Une fois qu'on t'as fait ça, pour citer Coluche : "ne souris jamais à un flic... y'a outrage" !

a écrit : "Tu veux savoir d'où viennent ces cicatrices ?" "Alors c'est quand j'ai essayé de repeindre un kangourou. Mais c'était pas un kangourou normal , il avait un katana . C'était un kangourou samouraï. Un kangouraï"

Ça me fait penser au soldat Baleine dans Full Metal Jacket.

Posté le

android

(1)

Répondre

Il existe aussi certains jeunes qui font eux même ce sourire de l'ange.
En revanche qqun sait comment les gens ont eu l'idée de faire ce "sourire "?
Punition ? Tradition ? Autres ?

Posté le

android

(7)

Répondre

Mufasa qui publie une anecdote ayant un rapport avec des cicatrices (scar en anglais) c'est quand même audacieux je trouve.

Posté le

android

(59)

Répondre

Ce genre de mutilation a été (entre autre) infligée à Elizabeth Short autrement nommée le « Dahlia noir »

a écrit : Ou bien plus tôt en 1869, L'homme qui rit de Victor Hugo. Pas la même signification mais même pratique. 1869 est la date de parution de l'œuvre, censée rapporter des faits vieux alors de plus d'un siècle et demi. Mais la pratique, pour apitoyer le public, est un exemple des mutilations qui avaient réellement lieu sur des enfants enlevés par des bandes de mendiants (cas de paysans chassés par la famine), dans toute l'Europe et en France particulièrement au Grand Siècle.
en.wikipedia.org/wiki/Cour_des_miracleshttps://en.wikipedia.org/wiki/Cour_des_miracles

Ça me rappelle une scène du film Le labyrinthe de Pan.

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : 1869 est la date de parution de l'œuvre, censée rapporter des faits vieux alors de plus d'un siècle et demi. Mais la pratique, pour apitoyer le public, est un exemple des mutilations qui avaient réellement lieu sur des enfants enlevés par des bandes de mendiants (cas de paysans chassés par la famine), dans toute l'Europe et en France particulièrement au Grand Siècle.
en.wikipedia.org/wiki/Cour_des_miracleshttps://en.wikipedia.org/wiki/Cour_des_miracles
Afficher tout
Pas forcément des vraies mutilations. Le principe de la cour des miracles, c'est justement que les mendiants qui avaient apitoyé les passants en prétendant, par exemple, être unijambistes ou paralysés des jambes, retrouvaient comme par miracle l'usage de leurs jambes en rentrant dans la cour où ils habitaient...

Posté le

android

(11)

Répondre