Un criminologue s'est pendu à de multiples reprises pour étudier ce que cela faisait

Proposé par
le
dans

Nicolae Minovici est un criminologue roumain du XIXe siècle dont les recherches étaient de comprendre comment la pendaison affectait précisément le corps humain. Pour ses expériences, il se pendit à 12 occasions différentes sur des durées n’excédant pas 5 ou 10 secondes avec différentes méthodes.

Nicolae Minovici est considéré comme l’un des fondateurs du système de prise en charge des urgences hospitalières.


Commentaires préférés (3)

"Il se pendit à 12 occasion différentes"

Ouais ouais, on la fait pas à moi celle là... C'est bien une excuse de gars qui sait pas faire des noeuds ça.

a écrit : Gladius ne serait pas un lecteur de "topito" ? :p
Anecdote parue dimanche sur leur page facebook
J'avoue, j'ai été démasqué, c'est la première fois que je poste une anecdote en lien avec un top de Topito. ^^

Posté le

android

(123)

Répondre

a écrit : Le rapport avec l'anecdote ? Tout simplement, pourquoi un criminologue s'intéresserait-il à la pendaison si le suicide n'est pas pénalisé ?
Réponse : c'est limiter l'utilisation de la pendaison aux suicides, alors qu'elle a longtemps été utilisée comme moyen de mise à mort légale.
On a toujours l'idée que celui qui se pend est un suicidaire, mais pendant longtemps c'était surtout le supplice de peine capitale le plus commun

Posté le

android

(100)

Répondre


Tous les commentaires (37)

Il devait avoir des assistants carrés rectangles qui lui obéissaient.

Et pour le mariage ? ça a pris egalement aussi peu de temps ?

Posté le

android

(0)

Répondre

Gladius ne serait pas un lecteur de "topito" ? :p
Anecdote parue dimanche sur leur page facebook

Posté le

android

(11)

Répondre

"Il se pendit à 12 occasion différentes"

Ouais ouais, on la fait pas à moi celle là... C'est bien une excuse de gars qui sait pas faire des noeuds ça.

a écrit : Gladius ne serait pas un lecteur de "topito" ? :p
Anecdote parue dimanche sur leur page facebook
J'avoue, j'ai été démasqué, c'est la première fois que je poste une anecdote en lien avec un top de Topito. ^^

Posté le

android

(123)

Répondre

Je demande comment il as pu en arriver à étudier ça.. En tout cas ce brave monsieur es mort d'une maladie aux cordes vocales, plutôt logique en faite

Posté le

android

(15)

Répondre

a écrit : La pendaison brise-t-elle la nuque ? Si elle est bien réalisée, alors oui le condamné est censé se briser la nique sous son propre poids.

Posté le

android

(11)

Répondre

C'est surment idiot de ma part, mais le suicide ne peut être considéré "criminel" que dans la religion, non ? Ça interpelle que moi ? Après je suis bien d'accord qu'un suicide maquillé est un crime, mais un suicide "normal" ? Certains pourront penser que je cherche la petite bête mais il me semble qu'une clarification ne serait pas superflu.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : C'est surment idiot de ma part, mais le suicide ne peut être considéré "criminel" que dans la religion, non ? Ça interpelle que moi ? Après je suis bien d'accord qu'un suicide maquillé est un crime, mais un suicide "normal" ? Certains pourront penser que je cherche la petite bête mais il me semble qu'une clarification ne serait pas superflu. Afficher tout Le rapport avec l'anecdote ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Le rapport avec l'anecdote ? Tout simplement, pourquoi un criminologue s'intéresserait-il à la pendaison si le suicide n'est pas pénalisé ?
Réponse : c'est limiter l'utilisation de la pendaison aux suicides, alors qu'elle a longtemps été utilisée comme moyen de mise à mort légale.
On a toujours l'idée que celui qui se pend est un suicidaire, mais pendant longtemps c'était surtout le supplice de peine capitale le plus commun

Posté le

android

(100)

Répondre

a écrit : La pendaison brise-t-elle la nuque ? Cela dépend, tu as justement deux méthodes de pendaison selon l'effet escompté.

Si tu laisses le condamné tomber d'une (relativement) grande hauteur avec la longueur de corde afférente, alors oui le principe est de lui briser la nuque et la mort est instantanée.
Mais tu peux aussi pendre "doucement" la personne, par exemple en la soulevant du sol par la corde ou en la faisant tomber d'un tabouret, et là c'est la strangulation qui amène la mort, lentement. Contrairement à une idée reçue, c'est le fait de bloquer l'acheminement du sang au cerveau qui amène alors la mort, bien avant le blocage de la respiration.

a écrit : Le rapport avec l'anecdote ? Le gars est criminologue => le suicide ou la pendaison est un crime ?
La pendaison peux être un suicide.
Religion = suicide interdit / Loi = suicide ?
Lien criminologue/urgence hospitalière à éclaircir.
Quelqu'un c'est posé une de ces questions ?
Mise à part ces points, aucun rapport. Au pire, si tu ne voyais pas le rapport, pas besoin d'être condescendant, ni de pourrire les commentaires avec ce type de réflexion. Au mieux tu ne répond pas, ou tu répond à une des questions citées ;).

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Cela dépend, tu as justement deux méthodes de pendaison selon l'effet escompté.

Si tu laisses le condamné tomber d'une (relativement) grande hauteur avec la longueur de corde afférente, alors oui le principe est de lui briser la nuque et la mort est instantanée.
Mais tu peux aussi pendr
e "doucement" la personne, par exemple en la soulevant du sol par la corde ou en la faisant tomber d'un tabouret, et là c'est la strangulation qui amène la mort, lentement. Contrairement à une idée reçue, c'est le fait de bloquer l'acheminement du sang au cerveau qui amène alors la mort, bien avant le blocage de la respiration. Afficher tout
D'où l'expression pendait le "haut et court" sous entendu que la nuque ne se brise pas et qu'il souffre plus longtemps

Posté le

android

(22)

Répondre

a écrit : C'est surment idiot de ma part, mais le suicide ne peut être considéré "criminel" que dans la religion, non ? Ça interpelle que moi ? Après je suis bien d'accord qu'un suicide maquillé est un crime, mais un suicide "normal" ? Certains pourront penser que je cherche la petite bête mais il me semble qu'une clarification ne serait pas superflu. Afficher tout Le suicide n'est pas une sanction "que" religieuse... à ma connaissance, aucune assurance vie ne reconnaît le suicide comme motif de défraiement aux vivants.

a écrit : Le suicide n'est pas une sanction "que" religieuse... à ma connaissance, aucune assurance vie ne reconnaît le suicide comme motif de défraiement aux vivants. Petite recherche : "En règle générale, le suicide est couvert par l’assurance-vie un an après la prise d’effet de la police." (c'est une disposition légale...)
"Le suicide n’est pas toujours considéré comme un acte volontaire. Une personne peut par exemple être ‘touchée’ psychiquement au point de se suicider."

Criminologue, criminologue.... sadomaso ouai plutôt ! ;)

Classiquement, il existe deux grands types de pendaison:
- la personne se pend et est senspendue (saut d'une chaise): ce sont les lésions du rachis et de la moelle qui sont responsables de la mort.
- pendaison et strengulation: la mort est secondaire à l'asphyxie et au manque d'oxygénation du cerveau...

Travail pertinent pour savoir comment traiter les patients (les traumas du rachis ne sont pas pareil qu'une hypoxie...) et élucider les causes de la mort...

a écrit : Petite recherche : "En règle générale, le suicide est couvert par l’assurance-vie un an après la prise d’effet de la police." (c'est une disposition légale...)
"Le suicide n’est pas toujours considéré comme un acte volontaire. Une personne peut par exemple être ‘touchée’ psychiquement au point de se suicider."
Intéressant... j'ignorais, merci. Dans ma tête le suicide était une clause rédhibitoire d'annulation d'un contrat.