De Gaulle n'utilisa pas une voiture conçue pour lui car il ne pouvait pas discuter avec le chauffeur

Proposé par
le

La Citroën DS21 IE livrée à l'Élysée en 1968 était destinée au transport du général de Gaulle. Elle possédait les innovations les plus pointues de l'époque, mais fut peu utilisée par ce dernier en raison d'un détail pratique : une vitre fixe le séparait de son chauffeur, empêchant leurs discussions.


Commentaires préférés (3)

Il me semble que la DS fut un des premiers véhicules équipé de vitres électriques, il aurait fallu motoriser cette vitre centrale également...

Et pas moyen de simplement modifier ça ? C'est pas comme si monsieur était président de la France et pouvait se permettre les meilleurs mécaniciens :-P

Petit détail : elle avait 3 ampoules de clignotant sous chaque feux, qui s'allumaient successivement donnant une impression de clignotant "flamme" (clignotement à "défilement")

Quelles voitures disposent aujourd'hui de ce petit truc esthétique ? Les dernières grosses Audi (et maintenant quelques voitures françaises) ! Comme quoi une bonne idée reste une bonne idée 50 ans apres!


Tous les commentaires (27)

Il me semble que la DS fut un des premiers véhicules équipé de vitres électriques, il aurait fallu motoriser cette vitre centrale également...

Et pas moyen de simplement modifier ça ? C'est pas comme si monsieur était président de la France et pouvait se permettre les meilleurs mécaniciens :-P

Petit détail : elle avait 3 ampoules de clignotant sous chaque feux, qui s'allumaient successivement donnant une impression de clignotant "flamme" (clignotement à "défilement")

Quelles voitures disposent aujourd'hui de ce petit truc esthétique ? Les dernières grosses Audi (et maintenant quelques voitures françaises) ! Comme quoi une bonne idée reste une bonne idée 50 ans apres!

a écrit : Il me semble que la DS fut un des premiers véhicules équipé de vitres électriques, il aurait fallu motoriser cette vitre centrale également... Elle était concave et faisait partie intégrante d'une "bulle" de protection blindée : lautomobileancienne.com/citroen-ds-presidentielle-chapron-1968/ ; cela aurait pu être fastidieux. Et d'ailleurs elle n'a pu être au service de De Gaulle que quelques mois, puisqu'il a quitté le pouvoir en avril 69, ce qui fait que selon la source précédente il n'y serait pas monté dedans plus de trois fois. Son successeur en fera tout de même usage mais la remplace très vite par les deux SM Maserati carrossées par Chapron aussi.

a écrit : Petit détail : elle avait 3 ampoules de clignotant sous chaque feux, qui s'allumaient successivement donnant une impression de clignotant "flamme" (clignotement à "défilement")

Quelles voitures disposent aujourd'hui de ce petit truc esthétique ? Les dernières grosses Audi (et
maintenant quelques voitures françaises) ! Comme quoi une bonne idée reste une bonne idée 50 ans apres! Afficher tout
Y avait pas que des bonnes idées sur les DS. Comme les BX ensuite et les XM ils me semble, elles disposaient de suspensions hydropneumatiques qui permettait de régler la hauteur de la voiture. Cela permettait de rouler sur des routes chaotiques ou de franchir de petits obstacles... mais il y avait un gros défaut. A l'arrêt, la voiture passait automatiquement en position basse. Et elle ne pouvait pas rouler ainsi. Donc en cas de panne, pas moyen de pousser la voiture ni de la tracter.

Posté le

android

(18)

Répondre

voiture qui pouvait encore rouler sur trois roues.

spécificité (suspensions hydropneumatiques) qui a sauver la vie de De Gaulle lors de l'attentat du petit clamard. malgré les 2 pneus avant éclatés, la ds19 roulait encore

a écrit : Y avait pas que des bonnes idées sur les DS. Comme les BX ensuite et les XM ils me semble, elles disposaient de suspensions hydropneumatiques qui permettait de régler la hauteur de la voiture. Cela permettait de rouler sur des routes chaotiques ou de franchir de petits obstacles... mais il y avait un gros défaut. A l'arrêt, la voiture passait automatiquement en position basse. Et elle ne pouvait pas rouler ainsi. Donc en cas de panne, pas moyen de pousser la voiture ni de la tracter. Afficher tout Je crois au contraire qu'il s'agit d'une idée reçu. La suspension pneumatique ne permet pas de choisir sa hauteur.

En faite il y'avait 3 modes, normal, basse et hausse.
La normal permettait de rouler, la haute donnait l'ordre a la pompe d'envoyer la pression maximale (pour déceler d'éventuelles fuites ou de faire l'appoint d'huile) et la basse faisait le contraire, et la pompe n'alimentent pas les suspensions (utile quand on intervient sur le système : pas d'huile partout)

Dans le carnet D'entretiens, Citroën interdisait d'ailleurs de rouler autrement qu'en position normal. Les problèmes de cette technologie ont trouvé leurs origines dans l'utilisation du chauffeur qui a prit la manette comme un jouet.

Et du coup, imagine l'impact dans la suspension quand la position est haute, la pompe met la pression dans la suspension, qui encaisse les trous à côté, et les routes dégradées, ça sollicite pas mal les suspensions ! Augmentant la pression dans les durites, dépassant leurs seuils de tolérance. Usant plus vite les pièces... Qui perdent leurs fiabilités, et blablabla....

Bref, un système obsolète aujourd'hui, mais qui était une révolution à l'époque !

Posté le

android

(16)

Répondre

a écrit : Je crois au contraire qu'il s'agit d'une idée reçu. La suspension pneumatique ne permet pas de choisir sa hauteur.

En faite il y'avait 3 modes, normal, basse et hausse.
La normal permettait de rouler, la haute donnait l'ordre a la pompe d'envoyer la pression maximale (p
our déceler d'éventuelles fuites ou de faire l'appoint d'huile) et la basse faisait le contraire, et la pompe n'alimentent pas les suspensions (utile quand on intervient sur le système : pas d'huile partout)

Dans le carnet D'entretiens, Citroën interdisait d'ailleurs de rouler autrement qu'en position normal. Les problèmes de cette technologie ont trouvé leurs origines dans l'utilisation du chauffeur qui a prit la manette comme un jouet.

Et du coup, imagine l'impact dans la suspension quand la position est haute, la pompe met la pression dans la suspension, qui encaisse les trous à côté, et les routes dégradées, ça sollicite pas mal les suspensions ! Augmentant la pression dans les durites, dépassant leurs seuils de tolérance. Usant plus vite les pièces... Qui perdent leurs fiabilités, et blablabla....

Bref, un système obsolète aujourd'hui, mais qui était une révolution à l'époque !
Afficher tout
En même temps mettre le levier en plein milieu, alors qu'elle est utilisé que pour les entretiens c'est pas un peu étrange ?

C'est comme mettre un gâteau au chocolat à la porté d'un chien sans aucune protection et se plaindre qu'une heure après il l'ai mangé...

a écrit : Je crois au contraire qu'il s'agit d'une idée reçu. La suspension pneumatique ne permet pas de choisir sa hauteur.

En faite il y'avait 3 modes, normal, basse et hausse.
La normal permettait de rouler, la haute donnait l'ordre a la pompe d'envoyer la pression maximale (p
our déceler d'éventuelles fuites ou de faire l'appoint d'huile) et la basse faisait le contraire, et la pompe n'alimentent pas les suspensions (utile quand on intervient sur le système : pas d'huile partout)

Dans le carnet D'entretiens, Citroën interdisait d'ailleurs de rouler autrement qu'en position normal. Les problèmes de cette technologie ont trouvé leurs origines dans l'utilisation du chauffeur qui a prit la manette comme un jouet.

Et du coup, imagine l'impact dans la suspension quand la position est haute, la pompe met la pression dans la suspension, qui encaisse les trous à côté, et les routes dégradées, ça sollicite pas mal les suspensions ! Augmentant la pression dans les durites, dépassant leurs seuils de tolérance. Usant plus vite les pièces... Qui perdent leurs fiabilités, et blablabla....

Bref, un système obsolète aujourd'hui, mais qui était une révolution à l'époque !
Afficher tout
Il y a 4 position, basse normale, haute et roue de secours (pour changer la roue en cas de crevaison), la position haute permet tout de même de rouler à basse vitesse, elle augmente simplement la garde au sol pour des chemin par exemple. Par contre on ne peu pas rouler en position basse ni roue de secours.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Et pas moyen de simplement modifier ça ? C'est pas comme si monsieur était président de la France et pouvait se permettre les meilleurs mécaniciens :-P Il faut croire qu'à cette époque, le président ne se faisait pas encore tailler ses bagnoles sur mesure, c'est le président, pas Dieu, pas comme l'autre guignol qui se payait trois Airbus pour chaque voyage diplomatique parce que Môssieur voulait sa garde nationale au pied (avec les bécanes et tout et tout)
Au moins, De Gaule n'était pas trop dépensier, il se contentait d'une DS blindée ^^

a écrit : Je crois au contraire qu'il s'agit d'une idée reçu. La suspension pneumatique ne permet pas de choisir sa hauteur.

En faite il y'avait 3 modes, normal, basse et hausse.
La normal permettait de rouler, la haute donnait l'ordre a la pompe d'envoyer la pression maximale (p
our déceler d'éventuelles fuites ou de faire l'appoint d'huile) et la basse faisait le contraire, et la pompe n'alimentent pas les suspensions (utile quand on intervient sur le système : pas d'huile partout)

Dans le carnet D'entretiens, Citroën interdisait d'ailleurs de rouler autrement qu'en position normal. Les problèmes de cette technologie ont trouvé leurs origines dans l'utilisation du chauffeur qui a prit la manette comme un jouet.

Et du coup, imagine l'impact dans la suspension quand la position est haute, la pompe met la pression dans la suspension, qui encaisse les trous à côté, et les routes dégradées, ça sollicite pas mal les suspensions ! Augmentant la pression dans les durites, dépassant leurs seuils de tolérance. Usant plus vite les pièces... Qui perdent leurs fiabilités, et blablabla....

Bref, un système obsolète aujourd'hui, mais qui était une révolution à l'époque !
Afficher tout
Les premières voitures avec suspension hydrauliques ne furent pas les DS, mais les tractions, les 15-Six H, à partir de 1953 ou 54 (fin de production 1957) Quant à l’obsolescence, elle n'est pas si ancienne que çà, les C5 première série, jusqu'en 2010, étaient encore équipées de ce système, en option. Comme les Rolls-Royce (même fabricant : Valéo-Cibié)
Beaucoup de citroënistes ont abandonné la marque quand Citroën a arrêté cette option. En général, ceux qui "critiquent" le plus le système de suspension hydraulique n'ont jamais conduit de véhicules équipés.

a écrit : Les premières voitures avec suspension hydrauliques ne furent pas les DS, mais les tractions, les 15-Six H, à partir de 1953 ou 54 (fin de production 1957) Quant à l’obsolescence, elle n'est pas si ancienne que çà, les C5 première série, jusqu'en 2010, étaient encore équipées de ce système, en option. Comme les Rolls-Royce (même fabricant : Valéo-Cibié)
Beaucoup de citroënistes ont abandonné la marque quand Citroën a arrêté cette option. En général, ceux qui "critiquent" le plus le système de suspension hydraulique n'ont jamais conduit de véhicules équipés.
Afficher tout
Les suspensions qui équipent les C5 de deuxième génération (haut de gamme), encore vendues, n'utilisent-elles pas la même technologie? J'ai entendu dire que cette suspension serait modifiée sur la prochaine C5 mais à priori l'option existe toujours, sauf si c'est un autre système, je ne demande qu'à savoir, mais pourtant il y a bien un circuit autonome, des sphères etc..

a écrit : Il faut croire qu'à cette époque, le président ne se faisait pas encore tailler ses bagnoles sur mesure, c'est le président, pas Dieu, pas comme l'autre guignol qui se payait trois Airbus pour chaque voyage diplomatique parce que Môssieur voulait sa garde nationale au pied (avec les bécanes et tout et tout)
Au moins, De Gaule n'était pas trop dépensier, il se contentait d'une DS blindée ^^
Afficher tout
Au contraire, à l'époque on les faisait quasiment tailler sur mesure, d'ailleurs cette DS n'a pas beaucoup de points communs (en apparence) avec une DS de série et il en sera de même pour les deux SM de Pompidou, il faut croire que la vitre est un détail qui n'a pas été évoqué avant sa fabrication, du moins auprès de De Gaulle. Depuis les SM il me semble que toutes les voitures présidentielles en France sont de série, et seulement blindées, et éventuellement rallongées mais beaucoup moins modifiées qu'à cette époque. De Gaulle restait tout de même peu dépensier, une autre anecdote le concernant et ayant un lien avec une voiture confirme son caractère et son souci de la dépense : lautomobileancienne.com/renault-rambler-presidentielle-chapron-1962/

a écrit : Les suspensions qui équipent les C5 de deuxième génération (haut de gamme), encore vendues, n'utilisent-elles pas la même technologie? J'ai entendu dire que cette suspension serait modifiée sur la prochaine C5 mais à priori l'option existe toujours, sauf si c'est un autre système, je ne demande qu'à savoir, mais pourtant il y a bien un circuit autonome, des sphères etc.. Afficher tout Tu as entièrement raison, je me suis laissé aller à ma nostalgie. Citroën propose toujours cette option pour 1300 Euros sur les C5
«La suspension Hydractive III+ vous garantit une conduite à la fois sûre et confortable :
elle s’adapte automatiquement aux sollicitations de la route et du conducteur
elle assure une assiette constante quelle que soit la charge du véhicule,
elle possède deux états de raideur et d’amortissement (souple et ferme),
elle propose un mode "sport" pour un comportement routier plus dynamique, qui accentue vos sensations et votre plaisir de conduire.»
www.citroen.fr/vehicules-neufs/citroen/citroen-c5/description.html

a écrit : Tu as entièrement raison, je me suis laissé aller à ma nostalgie. Citroën propose toujours cette option pour 1300 Euros sur les C5
«La suspension Hydractive III+ vous garantit une conduite à la fois sûre et confortable :
elle s’adapte automatiquement aux sollicitations de la route et du conducteur
/> elle assure une assiette constante quelle que soit la charge du véhicule,
elle possède deux états de raideur et d’amortissement (souple et ferme),
elle propose un mode "sport" pour un comportement routier plus dynamique, qui accentue vos sensations et votre plaisir de conduire.»
www.citroen.fr/vehicules-neufs/citroen/citroen-c5/description.html
Afficher tout
Voilà tout est dit, et il est toujours possible de la monter/baisser mais à des vitesses limitées, 4 positions en tout. Par ailleurs le problème évoqué plus haut, concernant son abaissement à l'arrêt est révolu sur ces modèles.

En tant que commercial de la marque, j'ai eu par deux fois la chance de visiter le conservatoire situé sur l'ancien site de production d'Aulnay, où sont conservés de nombreux exemplaires de véhicules de production courants ou rares, prototypes, concept-cars, et cette magnifique auto, imposante et évidemment dans un état exceptionnel.
Comme l'a dit Lapii, celle-ci fut carrossée par Chapron et dotée, entre autres, de cette fameuse bulle de verre protectrice courbe créant une zone de conversation au centre de l'auto à l'abri des balles.
De plus, comme cela a été mentionné, elle n'a plus grand-chose à voir avec le modèle de série, étant complètement remaniée et redessinée pour le transport du Chef d'Etat.

Pour ceux que cela intéresse, voici un cliché que j'ai pris lors de la visite du lieu :
www.flickr.com/gp/franckguillotingallery/m84M2k

HS : pour répondre à ceux qui se posent la question de la probable disparition de la fameuse suspension Hydractive 3+, elle aura bien lieu sur la prochaine C5 : celle-ci disposera d'une suspension dite "réactive", capable de réagir face à une déformation de la surface mais ne permettra plus de faire varier la hauteur du véhicule, simplifiant grandement le côté technique et évitant les surcoûts.

a écrit : En tant que commercial de la marque, j'ai eu par deux fois la chance de visiter le conservatoire situé sur l'ancien site de production d'Aulnay, où sont conservés de nombreux exemplaires de véhicules de production courants ou rares, prototypes, concept-cars, et cette magnifique auto, imposante et évidemment dans un état exceptionnel.
Comme l'a dit Lapii, celle-ci fut carrossée par Chapron et dotée, entre autres, de cette fameuse bulle de verre protectrice courbe créant une zone de conversation au centre de l'auto à l'abri des balles.
De plus, comme cela a été mentionné, elle n'a plus grand-chose à voir avec le modèle de série, étant complètement remaniée et redessinée pour le transport du Chef d'Etat.

Pour ceux que cela intéresse, voici un cliché que j'ai pris lors de la visite du lieu :
www.flickr.com/gp/franckguillotingallery/m84M2k

HS : pour répondre à ceux qui se posent la question de la probable disparition de la fameuse suspension Hydractive 3+, elle aura bien lieu sur la prochaine C5 : celle-ci disposera d'une suspension dite "réactive", capable de réagir face à une déformation de la surface mais ne permettra plus de faire varier la hauteur du véhicule, simplifiant grandement le côté technique et évitant les surcoûts.
Afficher tout
Si imposante qu'on se demande comment 106 chevaux pouvaient mouvoir une telle caisse, 6m53 et plus de 2 tonnes...

Et à quand la prochaine C5?

a écrit : Si imposante qu'on se demande comment 106 chevaux pouvaient mouvoir une telle caisse, 6m53 et plus de 2 tonnes...

Et à quand la prochaine C5?
Pour ce qui est du moteur, étonnament c'était bien celui d'origine, même avec la masse supérieure à deux tonnes... C'est son système de refroidissement qui était modifié afin de maîtriser la température lors des défilés et parades à vitesse réduite.

Pour ce qui est de la C5 III, on nous annonce le second semestre 2018 minimum, voire 2019... Bien tard à mon goût, mais pour un produit abouti je l'espère car il est d'ors et déjà prévu avec de nombreuses motorisations et une hybridation poussée.

a écrit : Pour ce qui est du moteur, étonnament c'était bien celui d'origine, même avec la masse supérieure à deux tonnes... C'est son système de refroidissement qui était modifié afin de maîtriser la température lors des défilés et parades à vitesse réduite.

Pour ce qui est de la C5 III, on nous an
nonce le second semestre 2018 minimum, voire 2019... Bien tard à mon goût, mais pour un produit abouti je l'espère car il est d'ors et déjà prévu avec de nombreuses motorisations et une hybridation poussée. Afficher tout
Bien en décalage avec celui proposé sur la Rambler (voir plus haut). Le même système de refroidissement avait été modifié sur les deux SM en effet.

Merci pour toutes ces informations en tous cas.