Le pixel signifie littéralement élément d'image

Proposé par
le

Tous les commentaires (41)

T'es sûr que pour faire du jaune il faut mélanger du vert et du rouge ? Chez moi ca fait violet.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : T'es sûr que pour faire du jaune il faut mélanger du vert et du rouge ? Chez moi ca fait violet. Chez toi, c'est sur ton écran de télé ou sur ta palette de peinture ? Tu as raté les explications sur la différence entre synthèse additive et soustractive, relis-les !

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Chez toi, c'est sur ton écran de télé ou sur ta palette de peinture ? Tu as raté les explications sur la différence entre synthèse additive et soustractive, relis-les ! En peinture, vert et rouge ça donnerait plutôt un marron ou un gris. Mais en effet, en RVB, rouge + vert = jaune. Le violet s'obtient avec avec rouge (50%) + bleu.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : En peinture, vert et rouge ça donnerait plutôt un marron ou un gris. Mais en effet, en RVB, rouge + vert = jaune. Le violet s'obtient avec avec rouge (50%) + bleu. Tout dépend des couleurs qu'on mélange... Si on mélange, en peinture, un vert vif à un rouge magenta (un rouge un peu mauve), ce sont des couleurs opposées donc leur mélange donne théoriquement du noir et en pratique avec des pigments de peinture, ça donne du marron. Mais si on mélange un vert qui tire sur le bleu avec un rouge qui tire sur le mauve, on obtient un beau violet... La confusion est entretenue du fait qu'on nomme les couleurs primaires rouge et bleu aussi bien dans la synthèse additive que soustractive. La seule couleur qui n'a pas le même nom est le jaune dans la synthèse soustractive et le vert dans la synthèse additive. On trouve même (facilement) sur internet des images qui illustrent la synthèse additive et la synthèse soustractive avec exactement la même nuance de bleu et de rouge, avec seulement le jaune qui devient vert entre une image et l'autre ! Alors que dans la synthèse soustractive, les couleurs primaires sont le bleu cyan qui est un bleu clair qui tire sur le vert et le rouge magenta qui est un rose un peu mauve...

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Là où il faut vraiment faire la différence, c'est entre la définition (nombre brut de pixels) et la résolution (concentration de pixel), c'est trop souvent confondu.

Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise résolution, cela dépend surtout de l'usage qu'on en fait. Sur un téléphone, el
le sera en général assez élevé parce que l'on tient l'écran proche de nos yeux. Sur une télévision en revanche, la résolution est assez faible puisqu'on regarde l'image à quelques mètres.

Cela fonctionne de la même manière pour les images numériques imprimées: un "print" du travail d'un artiste, une case de Bd ou une pub collée sur un panneau d'affichage n'auront pas la même résolution car l'usage n'est pas le même.

Et lorsque l'on reste sur un support numérique, la notion de résolution (pour une image j'entends) n'a plus d'utilité.
Afficher tout
Vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise résolution. Moi, si je devais résumer un pixel aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord les couleurs primaires

Source : Astérix et Obélix

J'ai beau lire et relire les explications, j'avoue être complètement perdu.
Y 'aurait il un site qui permettrait d'expérimenter cette histoire de couleurs addictives et soustractives visuellement? Une vidéo par exemple, pour montrer comment ça marche?

a écrit : Un pixel est lui même composé de trois parties, une bleue, une rouge et une verte (les couleurs primaires en somme). Toutes les couleurs que l'ont voit sont juste un mélange des trois couleurs. Un pixel est presque invisible tellement il est petit. Si vous voulez en "voir" un, il vous suffit de mouiller votre doigt et de le passer sur votre écran de téléphone/ordinateur. L'eau qui va se déposer va jouer le rôle d'une loupe et les 3 couleurs principales seront plus facilement visibles. Afficher tout Sauf que les couleurs primaires sont: le rouge le bleu et le jaune

Posté le

android

(0)

Répondre

Alors je vois énormément de théories mais c'est quand même très flou.

Il existe 2 façons de traiter les couleurs :
- via un écran (smartphone / ordinateur / Tv / …)
- via un support imprimé

Les couleurs sont exprimées uniquement en RVB (rouge vert bleu) pour un support numérique (un écran) et en CMJN (cyan magenta jaune noir) pour un support imprimé… mais aussi en pantone (référence de couleurs utilisées pour les tons direct en imprimerie. En gros de Sydney à Londres en passant par Djibouti, ta couleur sera la même avec une référence pantone)

La résolution d'une image utilisée pour le print s'exprime en dpi (dot per inch - ppp en français = point par pouce) et son utilisation moyenne oscille entre 72dpi pour les grands formats et 300dpi pour la presse de qualité.
Le point c'est en bref le jet d'encre qui sera projeté sur votre papier (observable chez vous avec une loupe ou un compte fil - outils devenu très rare)

L'impression d'art peut monter à 600dpi mais au delà, l'encre a une tendance à "saturer" le papier et les taux d'encrage sont trop hauts, provocant des défauts de séchage chez l'imprimeur.
Les couleurs CMJN représentent les couleurs soustractives (si l'on utilise 0% de chacune d'entre elles, c'est blanc)

Les couleurs additives (additionnées au Max de leur spectre = blanc) sont représentées par les couleurs RVB et sont effectivement représentées par 3 bâtonnets sur un LCD / tube cathodique etc.
Un pixel n'est en aucun cas composé de bâtonnet, c'est sa représentation qui l'est.

En terme de résolution, une image web se traite en 72 dpi (oui on retrouve le terme dpi pour un support numérique)

C'est là où ça devient intéressant :
La résolution d'un écran type iPhone / Samsung est haute, une image sera donc réinterprétée numériquement pour doubler le nombre de pixel par pouce (ppi).

Pour vous donner un exemple plus précis, pour créer un visuel destiné au mobile, l'image sera travaillée en plus ou moins 490-540 pixels de large (tout est souvent question de largeur dans le web) et conviendra tout aussi bien à un iPhone 4, qu'à un iPhone 8 voire une fablette plus large (fablette : phone/tablette)

J'espère avoir été précis...

a écrit : Alors je vois énormément de théories mais c'est quand même très flou.

Il existe 2 façons de traiter les couleurs :
- via un écran (smartphone / ordinateur / Tv / …)
- via un support imprimé

Les couleurs sont exprimées uniquement en RVB (rouge vert bleu) pour un support numériq
ue (un écran) et en CMJN (cyan magenta jaune noir) pour un support imprimé… mais aussi en pantone (référence de couleurs utilisées pour les tons direct en imprimerie. En gros de Sydney à Londres en passant par Djibouti, ta couleur sera la même avec une référence pantone)

La résolution d'une image utilisée pour le print s'exprime en dpi (dot per inch - ppp en français = point par pouce) et son utilisation moyenne oscille entre 72dpi pour les grands formats et 300dpi pour la presse de qualité.
Le point c'est en bref le jet d'encre qui sera projeté sur votre papier (observable chez vous avec une loupe ou un compte fil - outils devenu très rare)

L'impression d'art peut monter à 600dpi mais au delà, l'encre a une tendance à "saturer" le papier et les taux d'encrage sont trop hauts, provocant des défauts de séchage chez l'imprimeur.
Les couleurs CMJN représentent les couleurs soustractives (si l'on utilise 0% de chacune d'entre elles, c'est blanc)

Les couleurs additives (additionnées au Max de leur spectre = blanc) sont représentées par les couleurs RVB et sont effectivement représentées par 3 bâtonnets sur un LCD / tube cathodique etc.
Un pixel n'est en aucun cas composé de bâtonnet, c'est sa représentation qui l'est.

En terme de résolution, une image web se traite en 72 dpi (oui on retrouve le terme dpi pour un support numérique)

C'est là où ça devient intéressant :
La résolution d'un écran type iPhone / Samsung est haute, une image sera donc réinterprétée numériquement pour doubler le nombre de pixel par pouce (ppi).

Pour vous donner un exemple plus précis, pour créer un visuel destiné au mobile, l'image sera travaillée en plus ou moins 490-540 pixels de large (tout est souvent question de largeur dans le web) et conviendra tout aussi bien à un iPhone 4, qu'à un iPhone 8 voire une fablette plus large (fablette : phone/tablette)

J'espère avoir été précis...
Afficher tout
très précis, mais j'ai toujours rien compris aux couleurs^^ en tout cas merci pour l'effort.

Je vais tenter de reposer ma question autrement si vous le permettez:
un peu de physique élémentaire: une couleur n'est ni plus ni moins qu'une onde électromagnétique perçue par un capteur(la rétine).
Donc comment peut on ajouter où enlever des couleurs à une couleur (question que j'ai posée pus haut sur soustractif et addictif) et... que sont les couleurs primaires? (d'après mes souvenirs de cours de dessin elles ne sont pas productibles en mélangeant d'autres couleurs entre elles)
Je suis perdu, mais perdu à un point difficilement concevable. J'exige de comprendre ^^

a écrit : J'ai beau lire et relire les explications, j'avoue être complètement perdu.
Y 'aurait il un site qui permettrait d'expérimenter cette histoire de couleurs addictives et soustractives visuellement? Une vidéo par exemple, pour montrer comment ça marche?
quand tu vois une pomme verte, c'est que sa peau absorbe toute les couleurs sauf le vert, qui est vu par ton oeil. Idem pour de la peinture. Maintenant si tu mélange deux couleurs en peinture, ne sera renvoyé vers ton œil que ce qui n'est absorbé par aucune des deux. C'est donc une synthèse soustractive (plus tu mélanges de couleurs, plus ça tend vers le noir)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Le vert n'est pas une couleur primaire. C'est le jaune. Mais pour une raison qui m'est inconnue, on utilise le vert en informatique et dans les nouvelles technologies. Quelqu'un pour nous expliquer ? Oui c'est vraiment étonnant c'est un peu comme pour le violet les projecteurs de lumière sont composés des trois couleurs primaires utilisées dans l'informatique le rouge le vert le bleu est avec ses couleurs là on arrive à faire du violet qui est une fréquence encore plus haute là je ne comprends pas

a écrit : Je vais tenter de reposer ma question autrement si vous le permettez:
un peu de physique élémentaire: une couleur n'est ni plus ni moins qu'une onde électromagnétique perçue par un capteur(la rétine).
Donc comment peut on ajouter où enlever des couleurs à une couleur (question que j'ai posée
pus haut sur soustractif et addictif) et... que sont les couleurs primaires? (d'après mes souvenirs de cours de dessin elles ne sont pas productibles en mélangeant d'autres couleurs entre elles)
Je suis perdu, mais perdu à un point difficilement concevable. J'exige de comprendre ^^
Afficher tout
Tout est dans premier chapitre de l'article Wikipedia :
Une couleur primaire est, dans un système de synthèse de couleurs, une couleur qui ne peut être reproduite par un mélange d'autres couleurs. Des couleurs sont dites primaires entre elles si aucune ne peut être reproduite par un mélange des autres.

fr.m.wikipedia.org/wiki/Couleur_primaire

a écrit : Un pixel est lui même composé de trois parties, une bleue, une rouge et une verte (les couleurs primaires en somme). Toutes les couleurs que l'ont voit sont juste un mélange des trois couleurs. Un pixel est presque invisible tellement il est petit. Si vous voulez en "voir" un, il vous suffit de mouiller votre doigt et de le passer sur votre écran de téléphone/ordinateur. L'eau qui va se déposer va jouer le rôle d'une loupe et les 3 couleurs principales seront plus facilement visibles. Afficher tout C'est très incomplet voire presque faux…

Je sais pas si les synthèses additive et soustractives ont été expliquées mais je vais essayer de décrire ce que je comprends :
La synthèse additive est l'émission de lumière de couleurs différentes depuis un si petit espace que l'oeil humain ne peut pas les différencier. C'est la raison raison pour laquelle on peut voir une banane sur un écran de smartphone alors qu'il n'y a pas de lumière jaune. L'oeil va alors les "unifier" sur un mélange des deux.
Ici l'absence de couleur (ou de lumière) correspond à du noir et la somme de toutes les couleurs à "dosage" équivalent sera vu comme du blanc (le soleil par exemple)

La synthèse soustractive elle correspond à l'absorption de la lumière (comprenez ici la lumière blanche qui est la somme de toutes les couleurs) par un objet. Une banane va absorber toutes les couleurs sauf le jaune qui atteindra alors votre oeil. Les couleurs primaires avec le jaune se réfère principalement à la peinture ou un mélange de couleur bleu et jaune va absorber les deux couleurs et ne laisser passer que le vert.
Ici la somme des couleurs va tirer sur le noir parce que toutes les couleurs sont absorbées (en mélangeant les trois couleurs primaires en peinture, jaune bleu et rouge, on obtient un espèce de marron du à l'imperfection des teintes utilisées et un dosage inégale) alors qu'on nous apprend à l'école que ça devrait être du blanc.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je sais pas si les synthèses additive et soustractives ont été expliquées mais je vais essayer de décrire ce que je comprends :
La synthèse additive est l'émission de lumière de couleurs différentes depuis un si petit espace que l'oeil humain ne peut pas les différencier. C'est la raison raison pou
r laquelle on peut voir une banane sur un écran de smartphone alors qu'il n'y a pas de lumière jaune. L'oeil va alors les "unifier" sur un mélange des deux.
Ici l'absence de couleur (ou de lumière) correspond à du noir et la somme de toutes les couleurs à "dosage" équivalent sera vu comme du blanc (le soleil par exemple)

La synthèse soustractive elle correspond à l'absorption de la lumière (comprenez ici la lumière blanche qui est la somme de toutes les couleurs) par un objet. Une banane va absorber toutes les couleurs sauf le jaune qui atteindra alors votre oeil. Les couleurs primaires avec le jaune se réfère principalement à la peinture ou un mélange de couleur bleu et jaune va absorber les deux couleurs et ne laisser passer que le vert.
Ici la somme des couleurs va tirer sur le noir parce que toutes les couleurs sont absorbées (en mélangeant les trois couleurs primaires en peinture, jaune bleu et rouge, on obtient un espèce de marron du à l'imperfection des teintes utilisées et un dosage inégale) alors qu'on nous apprend à l'école que ça devrait être du blanc.
Afficher tout
Merci.
C'est pas encore très clair dans ma petite tête, mais je commence à me faire une petite idée de comment ça marche, enfin, je crois :)

a écrit : Tout dépend des couleurs qu'on mélange... Si on mélange, en peinture, un vert vif à un rouge magenta (un rouge un peu mauve), ce sont des couleurs opposées donc leur mélange donne théoriquement du noir et en pratique avec des pigments de peinture, ça donne du marron. Mais si on mélange un vert qui tire sur le bleu avec un rouge qui tire sur le mauve, on obtient un beau violet... La confusion est entretenue du fait qu'on nomme les couleurs primaires rouge et bleu aussi bien dans la synthèse additive que soustractive. La seule couleur qui n'a pas le même nom est le jaune dans la synthèse soustractive et le vert dans la synthèse additive. On trouve même (facilement) sur internet des images qui illustrent la synthèse additive et la synthèse soustractive avec exactement la même nuance de bleu et de rouge, avec seulement le jaune qui devient vert entre une image et l'autre ! Alors que dans la synthèse soustractive, les couleurs primaires sont le bleu cyan qui est un bleu clair qui tire sur le vert et le rouge magenta qui est un rose un peu mauve... Afficher tout Je partis du vert "primaire" et du rouge "primaire", qui donnent bien du marron puisqu'ils ne sont pas parfaits". Évidemment que si l'on varie on peut obtenir de superbes teintes. Je pense notamment à toutes la variété de blancs cassés ou de tons pastels, salis par la moindre impureté...
Après, il est vrai qu'en peinture, retrouver du noir autrement qu'avec des pigments déjà très sombres n'est pas très aisé... (j'ai un faible pour le mélange bleu de Prusse + terre d'ombre brûlée qui donne un gris coloré très proche du noir).

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise résolution. Moi, si je devais résumer un pixel aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord les couleurs primaires

Source : Astérix et Obélix
J'avais laissé cette petite référence au cas où... Heureux de voir que ça a fonctionné !

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Je vais tenter de reposer ma question autrement si vous le permettez:
un peu de physique élémentaire: une couleur n'est ni plus ni moins qu'une onde électromagnétique perçue par un capteur(la rétine).
Donc comment peut on ajouter où enlever des couleurs à une couleur (question que j'ai posée
pus haut sur soustractif et addictif) et... que sont les couleurs primaires? (d'après mes souvenirs de cours de dessin elles ne sont pas productibles en mélangeant d'autres couleurs entre elles)
Je suis perdu, mais perdu à un point difficilement concevable. J'exige de comprendre ^^
Afficher tout
Les couleurs sont des ondes mais pas "une" onde (sous-entendu : parfaitement sinusoïdale). À moins que ce soit un laser. Donc c'est comme les sons : la musique, les voix, etc. sont composés de plusieurs fréquences qui se superposent et donnent un son plus riche qu'un sifflement continu sur la même note. Et on peut filtrer les graves et les aigus par exemple, à l'aide d'un égaliseur tu peux entendre seulement les graves ou les aigus (ou toute bande de fréquence au choix) qui sont dans la musique que tu écoutes. La lumière c'est un peu pareil sauf que ce sont des ondes électromagnétiques et pas la même gamme de fréquences mais il y a aussi des basses fréquences (les graves pour les sons et le rouge pour la lumière) et les hautes fréquences (les aigus et le violet) et même ce qui a une fréquence trop élevée pour qu'on le perçoive (les ultrasons et les ultraviolets) ou trop basse (les infrasons et les infrarouges). Par ailleurs Fourier avait démontré qu'on peut reconstituer toute onde en faisant la somme d'autres ondes, c'est pourquoi on peut obtenir n'importe quelle couleur en faisant la somme des trois ondes des couleurs primaires. La "transformée de Fourier" est a la base de tous les traitements du signal et notamment de la musique numérique mais j'ai gardé un souvenir assez vague de ce cours...

Posté le

android

(0)

Répondre