La tragique histoire des oubliés de l'île Saint-Paul

Proposé par
le
dans

Les oubliés de l'île Saint-Paul sont un groupe de 7 personnes qui en 1930 furent abandonnés par leur employeur «La Langouste Française» sur une île déserte de l'océan Indien, qu'ils devaient garder 2 ou 3 mois. Le scorbut et la sous-nutrition emportèrent 5 d'entre eux avant qu'ils soient secourus dix mois plus tard.


Commentaires préférés (3)

Pour être plus précis, il y a eu 4 morts parmi ce qui étaient abandonnés, la cinquieme victime étant la fille de Louise Le Brunou, enceinte au moment de l'abandon. De plus, Pierre Quillivic n'est pas mort sur l’île mais en mer, en essayant de quitter l’île

D'après Wiki il y a eu un procès (ce qui me paraît logique), et la société a osé faire appel ! Alors qu'elle avait laissé une pauvre femme accoucher sans aide médicale sur une île déserte ! Ça dépasse l'entendement.

a écrit : D'après Wiki il y a eu un procès (ce qui me paraît logique), et la société a osé faire appel ! Alors qu'elle avait laissé une pauvre femme accoucher sans aide médicale sur une île déserte ! Ça dépasse l'entendement. Malheureusement c'est très courant. Le fait de faire appel puis parfois d'aller jusqu'au pourvoi permet aux sociétés, aux patrons ou tout autre intéressé (actionnaires et autres) de pouvoir gagner du temps.

Faire trainer le procès ça veut dire que les médias vont se lasser, on en entendra plus parler dans les journaux et finalement les intérêts de l'entreprise seront préservés, au détriment des victimes (qui avec un peu de chances lâcheront l'affaire ou mourront de vieillesse)

Au sein de mon travail je vois beaucoup de procédures comme celle ci (pas aussi exotique, abandonné sur une ile et tout) des sociétés petites ou grandes qui, confrontées à leurs erreurs qui auraient couté la vie d'un ou plusieurs employés (ou même blessé), se réfugient derrière leurs avocats et essaient de faire trainer le plus possible (notamment en faisant des appels à tout-va mais aussi en demandant de nouvelles expertises, auditions, enfin tout ce qui peut prendre du temps.)


Tous les commentaires (36)

Pour être plus précis, il y a eu 4 morts parmi ce qui étaient abandonnés, la cinquieme victime étant la fille de Louise Le Brunou, enceinte au moment de l'abandon. De plus, Pierre Quillivic n'est pas mort sur l’île mais en mer, en essayant de quitter l’île

La page wiki à été modifié il y a 14h. Peut on se fier aux informations ?

Posté le

android

(13)

Répondre

D'après Wiki il y a eu un procès (ce qui me paraît logique), et la société a osé faire appel ! Alors qu'elle avait laissé une pauvre femme accoucher sans aide médicale sur une île déserte ! Ça dépasse l'entendement.

a écrit : D'après Wiki il y a eu un procès (ce qui me paraît logique), et la société a osé faire appel ! Alors qu'elle avait laissé une pauvre femme accoucher sans aide médicale sur une île déserte ! Ça dépasse l'entendement. Malheureusement c'est très courant. Le fait de faire appel puis parfois d'aller jusqu'au pourvoi permet aux sociétés, aux patrons ou tout autre intéressé (actionnaires et autres) de pouvoir gagner du temps.

Faire trainer le procès ça veut dire que les médias vont se lasser, on en entendra plus parler dans les journaux et finalement les intérêts de l'entreprise seront préservés, au détriment des victimes (qui avec un peu de chances lâcheront l'affaire ou mourront de vieillesse)

Au sein de mon travail je vois beaucoup de procédures comme celle ci (pas aussi exotique, abandonné sur une ile et tout) des sociétés petites ou grandes qui, confrontées à leurs erreurs qui auraient couté la vie d'un ou plusieurs employés (ou même blessé), se réfugient derrière leurs avocats et essaient de faire trainer le plus possible (notamment en faisant des appels à tout-va mais aussi en demandant de nouvelles expertises, auditions, enfin tout ce qui peut prendre du temps.)

A côté de ça Kho lanta c'est le club med

Posté le

android

(21)

Répondre

Commentaire supprimé J'ai bien compris ce qu'il voulait dire, merci. Ca n'est pas un problème de syntaxe, mais un contre-sens. Dans le motif sujet-verbe-complément, le verbe et le complément s'appliquent au sujet, aux dernières nouvelles. Relisez la phrase, quoi, je ne vais pas faire un dessin...
"Le scorbut et la sous-nutrition emportèrent 5 d'entre eux avant d'être secourus dix mois plus tard."
Dans ce cas là, pourquoi ne sont-ce pas les "5 d'entre eux" dont on parle ensuite ? Suis-je censé comprendre tout seul que ce ne sont pas eux qui ont été secourus, parce qu'ils sont morts ? Je ne suis pas prof de français, mais je pense en français, et j'essaie d'être un peu plus précis que ce magma informe.

Par exemple, on aurait pu dire :
"Le scorbut et la sous-nutrition emportèrent 5 d'entre eux avant que les survivants ne soient secourus dix mois plus tard."

a écrit : Malheureusement c'est très courant. Le fait de faire appel puis parfois d'aller jusqu'au pourvoi permet aux sociétés, aux patrons ou tout autre intéressé (actionnaires et autres) de pouvoir gagner du temps.

Faire trainer le procès ça veut dire que les médias vont se lasser, on en entendra
plus parler dans les journaux et finalement les intérêts de l'entreprise seront préservés, au détriment des victimes (qui avec un peu de chances lâcheront l'affaire ou mourront de vieillesse)

Au sein de mon travail je vois beaucoup de procédures comme celle ci (pas aussi exotique, abandonné sur une ile et tout) des sociétés petites ou grandes qui, confrontées à leurs erreurs qui auraient couté la vie d'un ou plusieurs employés (ou même blessé), se réfugient derrière leurs avocats et essaient de faire trainer le plus possible (notamment en faisant des appels à tout-va mais aussi en demandant de nouvelles expertises, auditions, enfin tout ce qui peut prendre du temps.)
Afficher tout
Il faudrait que l'échec caractérisé à un appel double (ou pire) les amandes.
Ça éviterai de favoriser ceux qui ont les reins financier solide aux détriment de ceux dont le procès épuise les ressources.

PS :
Je parle bien d'échec caractérisée, dans le sens où les juges peuvent considérer évident la volonté de faire durer la procédure. Je pense la procédure d'appel excellente sur le principe.
Qu'aucun jugement ponctuel ne puisse être définitif.
Ce sont les abus de ce système qui devraient être mieux punis.

a écrit : La page wiki à été modifié il y a 14h. Peut on se fier aux informations ? Ce sont des modifications mineures. Regarde l'historique des modifications, il n'y a pas grand chose qui a été modifié.

Posté le

android

(14)

Répondre

a écrit : Il faudrait que l'échec caractérisé à un appel double (ou pire) les amandes.
Ça éviterai de favoriser ceux qui ont les reins financier solide aux détriment de ceux dont le procès épuise les ressources.

PS :
Je parle bien d'échec caractérisée, dans le sens où les juges peuvent considér
er évident la volonté de faire durer la procédure. Je pense la procédure d'appel excellente sur le principe.
Qu'aucun jugement ponctuel ne puisse être définitif.
Ce sont les abus de ce système qui devraient être mieux punis.
Afficher tout
Je suis d'accord avec toi, mais je ne suis pas convaincu.
Comme tu dis, ils ont les reins solides financièrement, et si un appel, même raté qui leur couterait le double ou le triple comme tu suggères, leur permet d'éviter un scandale financier qui pourrait porter un préjudice durable à leur entreprise, je pense qu'ils s'en fichent un peu. Il réfléchissent à long terme, pas comme nous, citoyen lambda aux ressources (et à la patience) limitées.
Regardez les affaires comme les Panama Papers, ça a fait son buzz, hop un peu de poudre de perlimpinpin avec des demandes d'expertises et des "c'est pas moi c'est lui" et on en reparle au procès dans 7 ans où il n'y aura finalement que des petites peines pour des personnes ciblées qui ne feront même plus partie de leurs sociétés incriminées (donc innocentes pour le commun des mortels).
Pour exemple : je vous met au défi, sans regarder sur internet, de me donner une approximation d'à combien a été condamné Total par rapport au véritable préjudice causé par eux dans le naufrage de l'Erika... c'est éloquent ;)

Ca m'étonne que ca n'ait pas encore été adapté en film...

a écrit : Malheureusement c'est très courant. Le fait de faire appel puis parfois d'aller jusqu'au pourvoi permet aux sociétés, aux patrons ou tout autre intéressé (actionnaires et autres) de pouvoir gagner du temps.

Faire trainer le procès ça veut dire que les médias vont se lasser, on en entendra
plus parler dans les journaux et finalement les intérêts de l'entreprise seront préservés, au détriment des victimes (qui avec un peu de chances lâcheront l'affaire ou mourront de vieillesse)

Au sein de mon travail je vois beaucoup de procédures comme celle ci (pas aussi exotique, abandonné sur une ile et tout) des sociétés petites ou grandes qui, confrontées à leurs erreurs qui auraient couté la vie d'un ou plusieurs employés (ou même blessé), se réfugient derrière leurs avocats et essaient de faire trainer le plus possible (notamment en faisant des appels à tout-va mais aussi en demandant de nouvelles expertises, auditions, enfin tout ce qui peut prendre du temps.)
Afficher tout
Une personne morale d'une certaine taille ne devrait pas pouvoir faire appel contre un particulier.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Une personne morale d'une certaine taille ne devrait pas pouvoir faire appel contre un particulier. Pourquoi donc ?

Si je ne me trompe pas une étude a été faite sur L ile récemment est à démontrer le niveau de survie de ses rescapés ils ont été extrêmement ingénieux en creusant un trou pour trouver de l'eau qui filtrée par le sable était peu salé, mais bizarrement aucun ossements n a été retrouvé sur l'île. Cannibalisme??

a écrit : Si je ne me trompe pas une étude a été faite sur L ile récemment est à démontrer le niveau de survie de ses rescapés ils ont été extrêmement ingénieux en creusant un trou pour trouver de l'eau qui filtrée par le sable était peu salé, mais bizarrement aucun ossements n a été retrouvé sur l'île. Cannibalisme?? Tu peux bien être cannibale pour bouffer les os faut avoir du courage quand même. Sinon vu que l'île... est une île... on peut logiquement en déduire que la mer a dû emporter les ossements.

Posté le

android

(33)

Répondre

Cette anecdote me fait troooop penser a lost

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Malheureusement c'est très courant. Le fait de faire appel puis parfois d'aller jusqu'au pourvoi permet aux sociétés, aux patrons ou tout autre intéressé (actionnaires et autres) de pouvoir gagner du temps.

Faire trainer le procès ça veut dire que les médias vont se lasser, on en entendra
plus parler dans les journaux et finalement les intérêts de l'entreprise seront préservés, au détriment des victimes (qui avec un peu de chances lâcheront l'affaire ou mourront de vieillesse)

Au sein de mon travail je vois beaucoup de procédures comme celle ci (pas aussi exotique, abandonné sur une ile et tout) des sociétés petites ou grandes qui, confrontées à leurs erreurs qui auraient couté la vie d'un ou plusieurs employés (ou même blessé), se réfugient derrière leurs avocats et essaient de faire trainer le plus possible (notamment en faisant des appels à tout-va mais aussi en demandant de nouvelles expertises, auditions, enfin tout ce qui peut prendre du temps.)
Afficher tout
Raisonnement juste, à un seul détail : tu parles comme si le juge ne prends ses décisions qu'en fonction des médias et de leur avis. Or, le juge reste indépendant, et toutes les pressions qu'il peut subir ne peuvent changer son avis.

Ça c'est en théorie, mais c'est très souvent vrai dans la pratique. Et dans notre cas, même si les médias s'en désintéressaient, le juge n'aurait aucun intérêt à mal juger et à être trop clément avec​ l'entreprise.

En réalité, si une entreprise veut gagner du temps, c'est pas pour lasser les médias, mais bien l'autre partie, comme tu l'as mentionné. Une procédure judiciaire, c'est long, coûteux, et surtout c'est extrêmement dur à supporter (surtout si on est innocent...). Donc l'entreprise va tenter d'avoir les plaignants à l'usure.

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Une personne morale d'une certaine taille ne devrait pas pouvoir faire appel contre un particulier. En réalité, c'est déjà un peu limite que des entreprises de grande taille soient parties à un procès pénal. Ça devrait toujours être les personnes qui ont pris la décision illicite, et pas l'entreprise qui paye. Sinon, c'est facile de dissimuler les agissements de l'employé (surtout si c'est avantageux pour l'entreprise) et d'ensuite discrètement le transférer ailleurs, dans une entreprise sœur, où il pourra continuer ses activités.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Raisonnement juste, à un seul détail : tu parles comme si le juge ne prends ses décisions qu'en fonction des médias et de leur avis. Or, le juge reste indépendant, et toutes les pressions qu'il peut subir ne peuvent changer son avis.

Ça c'est en théorie, mais c'est très souvent vrai dan
s la pratique. Et dans notre cas, même si les médias s'en désintéressaient, le juge n'aurait aucun intérêt à mal juger et à être trop clément avec​ l'entreprise.

En réalité, si une entreprise veut gagner du temps, c'est pas pour lasser les médias, mais bien l'autre partie, comme tu l'as mentionné. Une procédure judiciaire, c'est long, coûteux, et surtout c'est extrêmement dur à supporter (surtout si on est innocent...). Donc l'entreprise va tenter d'avoir les plaignants à l'usure.
Afficher tout
Il faut revenir sur un contexte de 1930 où le poids de l'homme n'est rien en face d'une entreprise. En peu de temps cette histoire n'etait même plus fait divers et la justice était-elle vraiment indépendante ou tout simplement non corrompu.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Il faudrait que l'échec caractérisé à un appel double (ou pire) les amandes.
Ça éviterai de favoriser ceux qui ont les reins financier solide aux détriment de ceux dont le procès épuise les ressources.

PS :
Je parle bien d'échec caractérisée, dans le sens où les juges peuvent considér
er évident la volonté de faire durer la procédure. Je pense la procédure d'appel excellente sur le principe.
Qu'aucun jugement ponctuel ne puisse être définitif.
Ce sont les abus de ce système qui devraient être mieux punis.
Afficher tout
Amende, pas amande

Posté le

android

(9)

Répondre