Il y eut métissage entre l'Homme de Néandertal et l'Homme moderne

Proposé par
le

On croyait que l'homme de Néandertal s'était séparé de l'Homo sapiens (qui a évolué séparément en Afrique) il y a 300 000 ans, mais des études récentes de l'ADN semblent montrer un métissage il y a 40 000 ans quand l'Homo sapiens est sorti d'Afrique, avant la disparition de l'homme de Néandertal. Leur descendance était souvent stérile, mais l'homme de Néandertal a quand même pu nous transmettre 1 à 3% de gènes lors de ce métissage.


Tous les commentaires (41)

a écrit : Une conséquence amusante de cette information c'est que même les blonds aux yeux bleus, et même une leader d'extrême droite bien blonde à ses origines en Afrique et descend à 97% de migrants (!) africains (!) qui sont venus en Europe il y a 40 000 ans et a seulement 3% maximum de ses ancêtres qui sont les Européens de l'époque ! Finalement c'est pas très loin en arrière 40 000 ans... Afficher tout De plus, les généticiens des populations classent les humains en groupes d'individus, suffisamment proches génétiquement entre eux, et suffisamment éloignés des autres, pour précisément être considérés du même groupe.
Puis ils condidèrent les distances plus ou moins grandes entre les groupes.
Eh bien, les deux les plus proches, dans toute la population de la terre, sont les Français et les habitants d'Afrique du Nord.

a écrit : La seule science où chaque"découverte" s'ajoute aux connaissances précédentes sans les remplacer, ce sont les mathématiques. Dans les autres sciences, une nouvelle découverte remet généralement en question ce que l'on croyait acquis Je serais globalement d'accord, mais avec des réserves.
D'une part, les maths ne sont pas vraiment une science (expérimentale comme toutes les autres), mais une sorte de métalangage magnifiquement adapté aux sciences, et ayant aussi ses développements propres, qui se divisent en branches, à la fois distinctes et reliées.
D'autre part, il y a eu au moins cas où il a fallu reconstruire complètement toutes les mathématiques. Les séries infinies et leur corrélation avec les équations différentielles, même le grand Euler à écrit des choses qui, un siècle après, étaient considérées comme fausses à la base. La théorie des ensembles de Cantor, qui a failli, comme le dit un de mes profs, faire s'écrouler tous les édifices mathématiques car elles conduisaient à des contradictions intrinsèques. Enfin l'indécidabilté dans tout système d'axiomes, dont aucun ne peut être parfait (Gödel).

a écrit : C'est le propre de toute science, de découvrir sans cesse des faits nouveaux (surtout dans les paléosciences et l'archéologie), de faire des mesures plus précises, et donc de remettre en question les théories.
Donc de pouvoir progresser, alors qu'on ne peut rien faire contre un dogme, qui est infal
sifiable (au sens: dont on ne peut prouver qu'il est faux - ni vrai d'ailleurs).
Il n'y a pas de vérité en science, ni jamais de certitude, seulement des descriptions satisfaisantes un temps pour représenter les observations connues.
Afficher tout
Attention surtout à ne pas confondre hypothèse et théorie.
La première est une idée avancé par des scientifiques sujette à controversse et qui doit être prouver par expérience ou observations avant d être une théorie. Qui ce veut infalsifiable puisque PROUVEE.
Cela fait de nombreuses années que l hypothèse d un métissage sapience neandertalis est envisagée et contredit par des paléontologue cela faits quelques années seulement que ce métissage est prouvé reconnu est est donc devenu une théorie.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Voilà pourquoi on appelle cela des "therories". Cela reste des hypothèses qui demande toujours à être démontré ou contredite. Théorie et hypotese on des sens contraire en science.
Pour faire simple une théorie peut être une hypothèse qui a était prouvée.
On ne dément pas une théorie!
On a toutes les chasse de dissoudre une hypothèse.
Accorder un sens de doute au mot théorie est une erreur de compréhension (courante) mais c'est un non sens. Et vas à l'encontre même des racines du mot.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : La seule science où chaque"découverte" s'ajoute aux connaissances précédentes sans les remplacer, ce sont les mathématiques. Dans les autres sciences, une nouvelle découverte remet généralement en question ce que l'on croyait acquis Et en mathématique un fait découvert s appelle .....
Un théorème. ....
On part souvent pour le poser des une hypothèse ! !!!!

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : C'est bien pour cela que les mathématiques peuvent ne pas être considérés comme sciences (ce qui ne rend pas la discipline moins légitime ou importante, soyons clairs). Ha bon les mathématiques ne sont pas une science ?
C'est est l art des maths M. Jourdan ?

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Dans cette hypothèse du métissage récent (entre il y a 50 000 et 60 000), on sait que Néandertal et Homo Sapiens ont cohabité au proche orient. Mais on estime qu'il y a eu seulement une centaine d'événements de métissage sur ces 10 000 ans. Suffisamment pour transmettre 1,5% à 2% du génome.

Ce me
tissage est donc partagé (en proportion légèrement variable selon les ethnies) par tous les non-africains.

Source: Mes cours.
Afficher tout
Pourquoi seulement par les non-africains ?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Et en mathématique un fait découvert s appelle .....
Un théorème. ....
On part souvent pour le poser des une hypothèse ! !!!!
Pas d'accord, ils ne sont pas du tout de la même nature.
En sciences, un fait résulte d'une observation (un fil parcouru par un courant crée un champ magnétique), que l'on représente par un modèle (et non "explique") prédictif, que l'on peut confirmer ou infirmer par de nouvelles observations.
En maths, un théorème résulte de la démonstration d'une propriété (les médiatrices d'un triangle sont concourantes), qui découle de façon plus ou moins évidente des axiomes, mais que l'on connaissait pas.

a écrit : Pourquoi seulement par les non-africains ? Parce que les mutations qui ont créé les Néanderthaliens se sont produites après le départ d'Afrique de leurs ancêtres. Celles qui se sont produites sur place ont produit diverses variétés de Noirs, mais elles étaient différentes.

a écrit : Pourquoi seulement par les non-africains ? Parce que les ancêtres des Africains sont toujours restés en Afrique, étant donné que c'est là que l'homme moderne est apparu. Alors que les humains qui habitent actuellement dans d'autres régions du monde sont issus d'une partie de cette population (d'hommes modernes apparus en Afrique) qui a migré pour s'installer un peu partout dans le monde et qui a croisé sur sa route des hommes d'autres origines (qui avaient eu une évolution différente depuis leur ancêtre commun 400 000 ans plus tôt) qui existaient encore à l'époque et avec qui elle a pu se métisser... Apparemment ces hommes d'autres origines (qui avaient évolué de leur côté en Europe, Asie, et. al.) ne sont pas entrés en Afrique (soit ils avaient moins le goût du voyage, soit les Africains défendaient leur territoire contre les invasions) puisqu'on n'a pas observé de métissage dans les études. Donc le mélange ne s'est fait qu'en dehors de l'Afrique.

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : Il ne faut pas naïvement relier un trait physique ou une capacité cérébrale à la proportion de gènes communs. Tout dépend de ce qu'ils commandent dans la fabrications des protéines, et aussi s'ils s'expriment ou non.
Nous avons 18% de gènes communs avec la levure, oui, le champignon unicellulaire,
et nous ne nous ressemblont pas à 18%. De même, 47% avec la drosophile, 65% avec la poule, 84% avec le chien et 88% avec la souris grise.
Cependant, la comparaison des ADN est fondamentale pour construire l'arbre phylétique (chaque fois qu'une ou plusieurs espèces se séparent, elles sont comme les branches d'un arbre, chacune fixée sur une plus grosse, du tronc hypothétique jussqu'aux rameaux).
Afficher tout
Pour bien comprendre et se réveiller encore plus curieux que jamais, il ne y a donc aucun intérêt anthropologique à affirmer que le Neeandertalien a 3 % de genes commun à l'européen et 0% avec l'africaine puisque la probabilité génétique rapproche l'homme autant de la souris que de la drosophile. En gros, plus je remonte dans les âges, plus je retrouve l'ancêtre que j'ai en commun avec la souris ou la drosophile. On doit donc pouvoir retrouver dans l'archéologie humaine, un intermédiaire qui ne serait ni sapiens, ni souris ou drosophile mais les deux à la fois. A moi si que la science actuelle ne sache pas caractériser ce type de génome (caractéristiques d'ancêtres intermédiaire à deux espèces), la mutation génétique a plus de sens que la similarité des génomes.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Pour bien comprendre et se réveiller encore plus curieux que jamais, il ne y a donc aucun intérêt anthropologique à affirmer que le Neeandertalien a 3 % de genes commun à l'européen et 0% avec l'africaine puisque la probabilité génétique rapproche l'homme autant de la souris que de la drosophile. En gros, plus je remonte dans les âges, plus je retrouve l'ancêtre que j'ai en commun avec la souris ou la drosophile. On doit donc pouvoir retrouver dans l'archéologie humaine, un intermédiaire qui ne serait ni sapiens, ni souris ou drosophile mais les deux à la fois. A moi si que la science actuelle ne sache pas caractériser ce type de génome (caractéristiques d'ancêtres intermédiaire à deux espèces), la mutation génétique a plus de sens que la similarité des génomes. Afficher tout Il y a confusion dans votre commentaires: les 3% ne représentent pas les gènes en commun (qui doivent s'approcher des 100%) mais les gènes des néandertaliens dont on a directement hérité par ascendance.
Homo neanderthalensis fait partie de nos ancêtres, voilà le propos de l'anecdote.

Excusez moi mais il y a quelque chose qui me turlupine... comment pouvait il nous transmettre quelque chose s’il était stérile??

a écrit : Excusez moi mais il y a quelque chose qui me turlupine... comment pouvait il nous transmettre quelque chose s’il était stérile?? C'est pourquoi je dis "souvent stérile" dans l'anecdote. Les études semblent indiquer que si les enfants issus de ce métissage d'espèces relativement éloignées avaient été normalement fertiles, nous aurions reçu davantage de leurs gènes, s'ils avaient été toujours stériles, ils ne nous auraient rien transmis. D'où le "souvent".

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Voilà pourquoi on appelle cela des "therories". Cela reste des hypothèses qui demande toujours à être démontré ou contredite. Une théorie, en science, n'est PAS une hypothèse. C'est un consesus de la communauté scientifique. Certes la base d'une théorie vient souvent d'une ou de plusieurs hypothèses, et ces dernières viennent d'observations de fait réel. Pour les valider il faut démontrer et prouver ces faits. Et c'est pas claquant des doigts, c'est un travail serieux et long, qui, si mené à terme, obtient son approbation de la communauté experte en la matière (voir entière).

Il n'y a rien de plus serieux et travaillée qu'une théorie. Seulement, une théorie ne dit pas détenir LA vérité car comme montré pour des théories telles que l'Evolution, des faits nouveaux sont decouvert et améliore la dite théorie en l'enrichissant.

a écrit : De plus, les généticiens des populations classent les humains en groupes d'individus, suffisamment proches génétiquement entre eux, et suffisamment éloignés des autres, pour précisément être considérés du même groupe.
Puis ils condidèrent les distances plus ou moins grandes entre les groupes.
Eh bien
, les deux les plus proches, dans toute la population de la terre, sont les Français et les habitants d'Afrique du Nord. Afficher tout
C'est pour ça que mon pote Azzedine m'appelle toujours "cousin".
Il me dit : " quand vous partez de chez nous, nous on viens chez vous. C'est ça la famille ".
PS : J'ai hésité longtemps avant de l'écrire celle là. Alors SVP racistes et anti raciste passez au large. Car comme diraient nos cousins d'outre manche :
It's juste a joke.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : On croit souvent des choses avec certitude, alors que tous les 3 ans on se rend compte que ces theories sont fausses Au contraire, dans le cas de cette anecdote, la théorie s'affine, il y a une vingtaine d'année, le métissage Sapiens/Neandertal était une théorie farfelue, aujourd'hui les preuves sont là, l'ADN a prouvé le métissage.
Après, dans quel pourcentage, c'est toujours soumis à interrogation, on continue à chercher.

a écrit : Je n'ai jamais vraiment compris cette histoire de 3%. Si on a près de 99% de gènes en commun avec le chimpanzé le pourcentage doit être supérieur avec Néandertal, puisque notre ancêtre commun est plus récent. Donc ce 3% correspond à quoi? 3% des gènes que nous n'avons pas en commun ou c'est autre chose? Bonne interrogation.
Pour faire simple, dans ces 3% de gènes que nous avons en commun avec Neandertal, il y a aussi des gènes en commun avec les grands singes.
Dans les 100% de gènes néandertaliens, il y a aussi 1% de gènes communs avec les grands singes vu que ce sont nos cousins, Neandertal et Sapiens ont un ancêtre commun, et cet ancêtre commun a un ancêtre commun avec les ancêtres communs des autres grands singes...

C'est pas simple en fait, toutes mes excuses.

a écrit : Voilà pourquoi on appelle cela des "therories". Cela reste des hypothèses qui demande toujours à être démontré ou contredite. Théorie: La vie extraterrestre est possible ailleurs vu que la vie existe sur terre mais on en a pas la preuve.
Hypothèse: Peut on imaginer de la vie en dehors de la terre?.

Deux choses différentes.

Un autre exemple:

Théorie: Dieu peut exister, puisque la recherche ne donne aucun indice sur son existence où sur sa non-existence.
Hypothèse: L'idée de dieu est intéressante.

a écrit : C'est pour ça que mon pote Azzedine m'appelle toujours "cousin".
Il me dit : " quand vous partez de chez nous, nous on viens chez vous. C'est ça la famille ".
PS : J'ai hésité longtemps avant de l'écrire celle là. Alors SVP racistes et anti raciste passez au larg
e. Car comme diraient nos cousins d'outre manche :
It's juste a joke.
Afficher tout
Ca va ca passe, j'ai mis du temps a la comprendre mais j'ai bien aimé la subtilité ;)