Le coup génial de Deep Blue était un bogue

Proposé par
Invité
le
dans

Lorsqu'il affronta l'ordinateur Deep Blue, le champion d'échecs Garry Kasparov crut lors de la première partie à une intelligence supérieure de la machine qui venait de faire un coup tout à fait inattendu, qui le déstabilisa. En réalité, le coup joué était le résultat d'un bogue de l'ordinateur, qui ne sachant quoi faire joua au hasard.


Commentaires préférés (3)

Après tout, chez les humains aussi les coups de génies proviennent parfois de bugs. ^^

a écrit : Les machines ont aussi de la chance ! Je trouve vraiment impressionnante la puissance de calcul de ces ordinateurs.
Ces jeux (échecs, jeu de go) étant des jeux de stratégie développés pour reproduire des situations de champ de bataille, peut-être qu'un jour (si ce n'est pas déjà le cas) les conflits de ce monde seront réglés par des intelligences artificielles.
Cela pourrait présager du meilleur comme du pire:
Une guerre gagnée en 3 coups... ?!
(Frappe nucléaire, assassinats de dirigeants, raids sur une ville "bien" placés et hop reddition).

Posté le

android

(177)

Répondre

une autre anécdote concernant les échecs pour imager une idée.

Kasparov joua des parties contre 10000 joueurs. Les 10000 personnes votaient pour le coup à jouer, le coup ayant la majorité l'emportait et le coup était donc joué. Kasparov gagna toutes les parties assez facilement. Lorsqu'on lui demanda comment il pouvait battre 10000 cerveaux, il répondit que les décisions de la majorité sont toujours prévisibles et souvent inefficaces. Seuls une poignée de personnes réaliseront le coup gagnant mais leur raisonnement ne gagnera jamais au vote et ne seront donc jamais pris en compte.
Cela pose donc la question de l'efficacité de la Démocratie...

Posté le

android

(333)

Répondre


Tous les commentaires (50)

Alors peut-être aurait il pu gagner... Je suis déçu

Posté le

android

(19)

Répondre

Après tout, chez les humains aussi les coups de génies proviennent parfois de bugs. ^^

a écrit : Les machines ont aussi de la chance ! Je trouve vraiment impressionnante la puissance de calcul de ces ordinateurs.
Ces jeux (échecs, jeu de go) étant des jeux de stratégie développés pour reproduire des situations de champ de bataille, peut-être qu'un jour (si ce n'est pas déjà le cas) les conflits de ce monde seront réglés par des intelligences artificielles.
Cela pourrait présager du meilleur comme du pire:
Une guerre gagnée en 3 coups... ?!
(Frappe nucléaire, assassinats de dirigeants, raids sur une ville "bien" placés et hop reddition).

Posté le

android

(177)

Répondre

Le mot "bug" (insecte en anglais US, précisément punaise en anglais GB) est très mal "traduit" par "un bogue".
La légende persistante est que le mot viendrait d'un technicien chargé de réparer un des premiers ordinateurs, et découvrant que la panne était due à un insecte coincé dans un relai.
En fait, les électriciens du XIXème disaient déjà "there's a bug" pour "il y a quelque chose qui cloche".

a écrit : Je trouve vraiment impressionnante la puissance de calcul de ces ordinateurs.
Ces jeux (échecs, jeu de go) étant des jeux de stratégie développés pour reproduire des situations de champ de bataille, peut-être qu'un jour (si ce n'est pas déjà le cas) les conflits de ce monde seront réglés par des intelli
gences artificielles.
Cela pourrait présager du meilleur comme du pire:
Une guerre gagnée en 3 coups... ?!
(Frappe nucléaire, assassinats de dirigeants, raids sur une ville "bien" placés et hop reddition).
Afficher tout
Il y a une situation de ce genre dans le film Wargames, que je vous recommande fortement !

a écrit : Je trouve vraiment impressionnante la puissance de calcul de ces ordinateurs.
Ces jeux (échecs, jeu de go) étant des jeux de stratégie développés pour reproduire des situations de champ de bataille, peut-être qu'un jour (si ce n'est pas déjà le cas) les conflits de ce monde seront réglés par des intelli
gences artificielles.
Cela pourrait présager du meilleur comme du pire:
Une guerre gagnée en 3 coups... ?!
(Frappe nucléaire, assassinats de dirigeants, raids sur une ville "bien" placés et hop reddition).
Afficher tout
C'est flippant quand même !

a écrit : Je trouve vraiment impressionnante la puissance de calcul de ces ordinateurs.
Ces jeux (échecs, jeu de go) étant des jeux de stratégie développés pour reproduire des situations de champ de bataille, peut-être qu'un jour (si ce n'est pas déjà le cas) les conflits de ce monde seront réglés par des intelli
gences artificielles.
Cela pourrait présager du meilleur comme du pire:
Une guerre gagnée en 3 coups... ?!
(Frappe nucléaire, assassinats de dirigeants, raids sur une ville "bien" placés et hop reddition).
Afficher tout
Voir même une guerre simulée pour savoir qui gagnerait, sans la réaliser par la suite. On saurait qui sont vainqueurs et qui sont perdants, sans aucune perte humaine

Posté le

android

(66)

Répondre

Stricto sensu, ce n'est pas un bug. En effet, ce genre d’algorithme (IA) est extrêmement gourmand et ne trouve pas forcément de "bonne solution", et donc par défaut, pour éviter de boucler indéfiniment, joue une solution random (ou par défaut).

a écrit : Le mot "bug" (insecte en anglais US, précisément punaise en anglais GB) est très mal "traduit" par "un bogue".
La légende persistante est que le mot viendrait d'un technicien chargé de réparer un des premiers ordinateurs, et découvrant que la panne était due à un insecte coincé
dans un relai.
En fait, les électriciens du XIXème disaient déjà "there's a bug" pour "il y a quelque chose qui cloche".
Afficher tout
Edison employé déjà ce terme donc l'origine est bien lointaine du réparateur en ordi ;-p...

Posté le

android

(37)

Répondre

une autre anécdote concernant les échecs pour imager une idée.

Kasparov joua des parties contre 10000 joueurs. Les 10000 personnes votaient pour le coup à jouer, le coup ayant la majorité l'emportait et le coup était donc joué. Kasparov gagna toutes les parties assez facilement. Lorsqu'on lui demanda comment il pouvait battre 10000 cerveaux, il répondit que les décisions de la majorité sont toujours prévisibles et souvent inefficaces. Seuls une poignée de personnes réaliseront le coup gagnant mais leur raisonnement ne gagnera jamais au vote et ne seront donc jamais pris en compte.
Cela pose donc la question de l'efficacité de la Démocratie...

Posté le

android

(333)

Répondre

a écrit : Je trouve vraiment impressionnante la puissance de calcul de ces ordinateurs.
Ces jeux (échecs, jeu de go) étant des jeux de stratégie développés pour reproduire des situations de champ de bataille, peut-être qu'un jour (si ce n'est pas déjà le cas) les conflits de ce monde seront réglés par des intelli
gences artificielles.
Cela pourrait présager du meilleur comme du pire:
Une guerre gagnée en 3 coups... ?!
(Frappe nucléaire, assassinats de dirigeants, raids sur une ville "bien" placés et hop reddition).
Afficher tout
Terminator !

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Voir même une guerre simulée pour savoir qui gagnerait, sans la réaliser par la suite. On saurait qui sont vainqueurs et qui sont perdants, sans aucune perte humaine Sa ne marchera jamais comme sa...mal heureusement.
"-Desolé monsieur trump l'ordi à dit que nous allons perdre la guerre...
-ah..et bien allons féliciter nos adversaires alors !"

Se serais tellement beau mais aussi peu probable ^^

a écrit : Le mot "bug" (insecte en anglais US, précisément punaise en anglais GB) est très mal "traduit" par "un bogue".
La légende persistante est que le mot viendrait d'un technicien chargé de réparer un des premiers ordinateurs, et découvrant que la panne était due à un insecte coincé
dans un relai.
En fait, les électriciens du XIXème disaient déjà "there's a bug" pour "il y a quelque chose qui cloche".
Afficher tout
Je crois qu'il y a eu une anecdote à ce sujet mais je ne suis plus sûr :)

Posté le

android

(24)

Répondre

Juste pour info l'ordinateur peut calculer 100 à 300 millions de position à la seconde, respect à Garry qui est arrivé a le faire bugger.

Sachant cela, le champion a voulu rejouer le match mais les programmeurs n'ont pas voulu retenté l'expérience. Ils ont ainsi conclu "on a encore eu de la chance!"

Posté le

android

(29)

Répondre

Une référence à ce super ordinateur est d'ailleurs présente dans la série "Le Bureau des Légendes", dans laquelle un djihadiste français se fait appeler "Deep Blue" en raison de son goût prononcé pour les échecs !

Posté le

android

(36)

Répondre

a écrit : Je trouve vraiment impressionnante la puissance de calcul de ces ordinateurs.
Ces jeux (échecs, jeu de go) étant des jeux de stratégie développés pour reproduire des situations de champ de bataille, peut-être qu'un jour (si ce n'est pas déjà le cas) les conflits de ce monde seront réglés par des intelli
gences artificielles.
Cela pourrait présager du meilleur comme du pire:
Une guerre gagnée en 3 coups... ?!
(Frappe nucléaire, assassinats de dirigeants, raids sur une ville "bien" placés et hop reddition).
Afficher tout
Pour cela il faudrait que le principal opposant de cette machine soit une autre machine. Face à un humain, forcément irrationnel, les réactions aux stratégies de la machine en cas de guerre seraient imprévisibles.
Au passage, le film War Games, reprend le postulat que tu mentionnes et y apporte une réflexion particulièrement intéressante, je te le recommande vivement

Posté le

android

(39)

Répondre

Si vous êtes intéressé, le code dernière ces machines sont des dérivés de "Machine Learning". Avec un peu de pratique vous pouvez vous aussi creer la vôtre !:) Les domaines applicables sont infinies de la finance au jeux vidéos en passant par l'environnement et les conflits.