La cigarette permettait de détecter les fissures dans les avions

Proposé par
Invité
le

Le fait d'interdire de fumer à l'intérieur des avions dans les années 90 aux Etats-Unis a compliqué le travail des techniciens. Ils disposaient en effet grâce aux cigarettes d'une méthode fiable pour détecter d'éventuelles fissures dans le fuselage de l'avion : la nicotine laissait des traces jaunes sur l'extérieur du fuselage à l'endroit où il y avait une fissure.


Tous les commentaires (21)

a écrit : Imagine un pneu sans chambre avec une minuscule perte de pression... tu peux quand même rouler un bon moment. Si tu rajoutes un peu d'air de temps en temps, aucun souci. L'avion, lui, en rajoute en permanence.
Tout est dans l'importance de la fuite ; ici, pour un avion, on parle de micro fissures e
t donc de "dépressurisations" très très lentes qui n'empêchent pas de voler ; qui doivent même être imperceptibles pour les pilotes. Il faut réparer, bien sûr ! Avec un pneu on pulvérise de l'eau et on voit des petites bulles... pour l'avion, les mécanos sol avaient cette "facilité" de le repérer avec les clopes ; dommage que l'anecdote ne dise pas comment ils font maintenant. Afficher tout
La comparaison a ses limites car les conditions sur terre ne sont pas les mêmes à 10'000 m d'altitude.