Peut-on voir que vous n'êtes pas malade dans un hôpital psychiatrique ?

Proposé par
Invité
le
dans

L'expérience de Rosenhan fut une expérience menée en 1973 par un psychologue dans différents établissements psychiatriques américains : des volontaires firent semblant d'entendre des voix, puis une fois internés, se comportèrent normalement, disant au personnel se sentir normaux. Ils furent malgré tout tous diagnostiqués comme ayant une pathologie mentale, aucun établissement ne détectant la supercherie.


Commentaires préférés (3)

Il leur suffisait de demander le formulaire A39, référence à la nouvelle circulaire B65 pour sortir...

D'ailleurs selon la source Wikipedia, il est dit qu'un établissement réputé s'est venté que de telles erreurs n'auraient pas eu lieu en son sein.

Le Docteur mit donc à l'épreuve l'hôpital de trouver l'imposteur qu'il pouvait envoyer n'importe quand sur une durée de 3 mois.

Sur les 193 patients admis, les médecins ont fait état de 41 imposteurs et en ont suspecté 42 autres d'en être.
Seulement, le Docteur n'avait envoyé aucun faux malade. Dur coup la réputation et inquiétant d'ailleurs..

a écrit : Facile de se faire nourrir et loger gratuit du coup En échange de prises d'antipsychosyque, de coups et blessures de la part des gardiens, de sa déshumanisation, de sa catégorisation en tant que fou et de la perte de son amour propre...

Sans compter la maltraitance psychologique ( on déballe votre vie, on vous regarde aux toilettes ou on vous oblige à penser que vous êtes fou) :

"Personne ne savait que je resterais deux mois… La seule façon de sortir a été de confirmer qu'ils [les psychiatres] avaient raison. Ils ont dit que j'étais malade, " Je suis malade mais je vais mieux " . C'était l'affirmation de leur point de vue sur moi."
David Rosenham - BBC

Au passage, je vous invite à lire les sources qui sont très intéressantes et, même si l'expérience à 40 ans, on peut se demander ce qu'il en est aujourd'hui.

Posté le

android

(217)

Répondre


Tous les commentaires (97)

Facile de se faire nourrir et loger gratuit du coup

Il leur suffisait de demander le formulaire A39, référence à la nouvelle circulaire B65 pour sortir...

a écrit : Il leur suffisait de demander le formulaire A39, référence à la nouvelle circulaire B65 pour sortir... Ha mais non, il l'ont changé celui ci, maintenant c'est le laissé passé A38, que l'on délivre sous condition d'un formulaire jaune.

Sans plus d'humour puisque le sujet est assez sérieux, ne serait il pas intéressant de refaire cette expérience à l'heure actuelle ? Afin de voir si il y a une évolution dans les résultats.

Posté le

android

(45)

Répondre

Bon OK je pense qu'il est facile de se faire diagnostiquer mentalement instable. Mais bon, à part pour sauver sa peau dans certains cas (attentat, accident ou meurtre par exemple), se faire diagnostiquer en toute conscience de la sorte ce n'est pas un peu être ...mentalement instable ?

Posté le

android

(15)

Répondre

La folie n'est pas à l'usage de tout le monde, car elle suppose l'existence antérieure de la faculté qu'on a perdue. Il est beaucoup de gens dont on pourrait, avec un peu de soin, faire des imbéciles, mais très peu sont d'étoffe à faire des fous.

Posté le

android

(28)

Répondre

D'ailleurs selon la source Wikipedia, il est dit qu'un établissement réputé s'est venté que de telles erreurs n'auraient pas eu lieu en son sein.

Le Docteur mit donc à l'épreuve l'hôpital de trouver l'imposteur qu'il pouvait envoyer n'importe quand sur une durée de 3 mois.

Sur les 193 patients admis, les médecins ont fait état de 41 imposteurs et en ont suspecté 42 autres d'en être.
Seulement, le Docteur n'avait envoyé aucun faux malade. Dur coup la réputation et inquiétant d'ailleurs..

a écrit : Facile de se faire nourrir et loger gratuit du coup En échange de prises d'antipsychosyque, de coups et blessures de la part des gardiens, de sa déshumanisation, de sa catégorisation en tant que fou et de la perte de son amour propre...

Sans compter la maltraitance psychologique ( on déballe votre vie, on vous regarde aux toilettes ou on vous oblige à penser que vous êtes fou) :

"Personne ne savait que je resterais deux mois… La seule façon de sortir a été de confirmer qu'ils [les psychiatres] avaient raison. Ils ont dit que j'étais malade, " Je suis malade mais je vais mieux " . C'était l'affirmation de leur point de vue sur moi."
David Rosenham - BBC

Au passage, je vous invite à lire les sources qui sont très intéressantes et, même si l'expérience à 40 ans, on peut se demander ce qu'il en est aujourd'hui.

Posté le

android

(217)

Répondre

Un roman célèbre de Joseph Heller décrit la situation d'un militaire qui veut se faire passer pour fou. Malheureusement il y a un article 22 qui dit que s'il l'on se déclare fou, c'est que l'on ne l'est pas.
L'expression "catch-22" est devenue courante en anglais pour parler d'une situation dont on ne peut se sortir.

L'œuvre satirique d'Érasme "Éloge de la Folie" laisse songeur sur la rationalité de l'auto-déclaré homo sapiens.
Aussi "Le Commissaire est bon enfant" de Courteline.
On voit pourtant des contre-exemples chaque jour, de ceux qui se battent dans des guerres à ceux qui lisent les horoscopes.
Au fait, comment un médecin aliéniste peut-il se déclarer lui-même sain d'esprit?

a écrit : Facile de se faire nourrir et loger gratuit du coup Minable comme commentaire. J'imagine que tu dois aussi penser que les prisonniers sont trop bien traités, que la prison c'est le club med, etc. Point de vue bien étriqué

a écrit : Minable comme commentaire. J'imagine que tu dois aussi penser que les prisonniers sont trop bien traités, que la prison c'est le club med, etc. Point de vue bien étriqué On voit la que le second degré n'est pas dans tes cordes, merci pour ta remarque

a écrit : En échange de prises d'antipsychosyque, de coups et blessures de la part des gardiens, de sa déshumanisation, de sa catégorisation en tant que fou et de la perte de son amour propre...

Sans compter la maltraitance psychologique ( on déballe votre vie, on vous regarde aux toilettes ou on vous oblige à
penser que vous êtes fou) :

"Personne ne savait que je resterais deux mois… La seule façon de sortir a été de confirmer qu'ils [les psychiatres] avaient raison. Ils ont dit que j'étais malade, " Je suis malade mais je vais mieux " . C'était l'affirmation de leur point de vue sur moi."
David Rosenham - BBC

Au passage, je vous invite à lire les sources qui sont très intéressantes et, même si l'expérience à 40 ans, on peut se demander ce qu'il en est aujourd'hui.
Afficher tout
Les "coups et blessures" de la part des gardiens n'ont lieu que dans les cas de comportements violent de la part des patients. Faut arrêter de croire que les gardiens sont des brutes dont le passe-temps favori est de tabasser les gens.
Quant au fait de deballer sa vie, c'est le principe de tout entretien psychologique afin de déterminer les causes probables de la situation actuelle, ce n'est en rien de la maltraitance.
La "catégorisation en tant que fou" est aussi parfaitement logique puisqu'une personne saine d'esprit ne se retrouve pas dans ce genre d'établissement (sauf dans l'exemple où ils ont prétendu ne pas être sain d'esprit).

Concrètement vous êtes en train de dire que c'est les asiles psychiatriques traitent des personnes mentalement instable comme des personnes mentalement instable est que c'est honteux. Ca n'a aucun sens.

a écrit : Minable comme commentaire. J'imagine que tu dois aussi penser que les prisonniers sont trop bien traités, que la prison c'est le club med, etc. Point de vue bien étriqué La tv est gratuite en prison et payante à l hopital....
Que faut il en retenir ?

Posté le

android

(8)

Répondre

Je vous encourage à lire le papier qui parle de cette expérience. Une étude très intéressante sur l'influence de l'environnement sur nos comportements.
L'élément qui m'a le plus marqué est que le personnel médical voit dans la prise de note incessante des faux patients un signe de maladie mental, étant donné que tout est analysé à travers le prisme de la démence dans un HP. C'est donc un cercle vicieux dont on ne peux sortir. A savoir que les vrais malades mentaux arrivaient parfois à déceler les faux - patients

Posté le

android

(32)

Répondre

a écrit : La tv est gratuite en prison et payante à l hopital....
Que faut il en retenir ?
Que tu dois changer de mutuelle !

a écrit : Les "coups et blessures" de la part des gardiens n'ont lieu que dans les cas de comportements violent de la part des patients. Faut arrêter de croire que les gardiens sont des brutes dont le passe-temps favori est de tabasser les gens.
Quant au fait de deballer sa vie, c'est le principe de to
ut entretien psychologique afin de déterminer les causes probables de la situation actuelle, ce n'est en rien de la maltraitance.
La "catégorisation en tant que fou" est aussi parfaitement logique puisqu'une personne saine d'esprit ne se retrouve pas dans ce genre d'établissement (sauf dans l'exemple où ils ont prétendu ne pas être sain d'esprit).

Concrètement vous êtes en train de dire que c'est les asiles psychiatriques traitent des personnes mentalement instable comme des personnes mentalement instable est que c'est honteux. Ca n'a aucun sens.
Afficher tout
Dans mon commentaire, je ne généralisais pas mais je répondais simplement au commentaire de doncartos13.
A l'époque de l'étude, les faux internés ont parlé d'attaques physiques répétées. La situation a sûrement évoluée mais on ne peut pas nier que cela soit arrivé.
Concernant le fait déballer sa vie, il est évoqué que cela se faisait devant tout le monde et non pendant un entretien privé (toujours dans les années 1970 et concernant les quelques hôpitaux concernés)
Dernier point, il est mis en avant le fait qu'aucun des asiles ne permettaient une réinsertion des malades à cause de la "catégorisation subjective en tant que fou" des malades.

En résumé, je n'ai pas dis que traiter des personnes instables comme des personnes instables était honteux, ni que TOUS les gardiens étaient des brutes, mais que tout cela était à remettre dans le contexte de l'étude où vous pouviez vous faire interner sur le simple prétexte d'être homosexuel.

La situation a aujourd'hui sûrement changé et je respecte le travail des gardien(ne)s et docteur(esse)s travaillant dans ces centres mais avant c'était autre chose et l'étude met clairement en avant certains abus

a écrit : Que tu dois changer de mutuelle ! La blague est bonne mais il est clair que c'est pas à la mutuelle de payer la télé. Étant donné qu'en prison elle est gratuite et payée par nos impôts et autres taxes, il devrait être normal qu'elle soit gratuite à l'hôpital aussi. D'ailleurs devrait pas avoir de télé en prison mais ceci est un autre débat.

a écrit : La folie n'est pas à l'usage de tout le monde, car elle suppose l'existence antérieure de la faculté qu'on a perdue. Il est beaucoup de gens dont on pourrait, avec un peu de soin, faire des imbéciles, mais très peu sont d'étoffe à faire des fous. - Etienne de Jouy

Ça fait toujours plus honnête de clarifier le fait qu'une citation est une citation, et pas une pensée éclairée du moment.

Pour la question de la gratuité de la prison, que penser du fait que la place en prison est gratuite, alors que n'importe où ailleurs, on doit payer pour avoir un toit ? Merci pour ce débat passionnant, si bien dépourvu de toute démagogie.

a écrit : La tv est gratuite en prison et payante à l hopital....
Que faut il en retenir ?
Qu' il vaut mieux hospitaliser quelqu'un que se faire hospitaliser?...

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Il leur suffisait de demander le formulaire A39, référence à la nouvelle circulaire B65 pour sortir... Le laissez passer A38 !!!!!