Les prénoms féminins sous la Rome Antique étaient balisés

Proposé par
le

Dans la Rome Antique, les femmes n'avaient pas de prénom original. Leur prénom était celui de leur père féminisé. Par exemple, la fille de Marcus Vispanius Agrippa s'appelait Agrippina. S'il y avait une autre fille, alors on rajoutait une caractéristique : Agrippina l'ainée, Agrippina la jeune.

De plus, les femmes étaient considérées comme la propriété de leur père (via le pater familias), puis propriété de leur mari. Si le mari venait à mourir, elles appartenaient de nouveau à leur père ou frère. Toutefois, si la femme veuve ou divorcée choisissait de rester seule, alors elle avait les mêmes droits qu'un homme libre.


Commentaires préférés (3)

Anecdote déjà postée le 4 décembre 2013.

Mais bon ca fait pas de mal une petite piqûre de rappel :)

Posté le

android

(136)

Répondre

Ce n'est pas exact. Le prénom des femmes romaines n'était pas la féminisation du prénom de leur mari comme l'anecdote le suggère mais de leur nomen, l'équivalent de notre nom de famille.
Les hommes portent un praenomen, prénom individuel (même s'il n'existe qu'une douzaine de prénoms répandus), et un nomen, nom de la gens à laquelle ils appartiennent. Les membres des plus grandes familles portent également un cognomen, surnom évoquant souvent une particularité physique ou un trait de caractère.
Ainsi, la fille de Cicéron, dont le nom complet est Marcus Tullius Cicero, s'appelle Tullia ; celle de César s'appelle Julia.

J'ai cru qu'à terme, elles appartiendraient au chat ou au chien du cousin...


Tous les commentaires (43)

Anecdote déjà postée le 4 décembre 2013.

Mais bon ca fait pas de mal une petite piqûre de rappel :)

Posté le

android

(136)

Répondre

a écrit : Anecdote déjà postée le 4 décembre 2013.

Mais bon ca fait pas de mal une petite piqûre de rappel :)
oO... épatant !

Posté le

windowsphone

(3)

Répondre

Ce n'est pas exact. Le prénom des femmes romaines n'était pas la féminisation du prénom de leur mari comme l'anecdote le suggère mais de leur nomen, l'équivalent de notre nom de famille.
Les hommes portent un praenomen, prénom individuel (même s'il n'existe qu'une douzaine de prénoms répandus), et un nomen, nom de la gens à laquelle ils appartiennent. Les membres des plus grandes familles portent également un cognomen, surnom évoquant souvent une particularité physique ou un trait de caractère.
Ainsi, la fille de Cicéron, dont le nom complet est Marcus Tullius Cicero, s'appelle Tullia ; celle de César s'appelle Julia.

J'ai cru qu'à terme, elles appartiendraient au chat ou au chien du cousin...

a écrit : Ce n'est pas exact. Le prénom des femmes romaines n'était pas la féminisation du prénom de leur mari comme l'anecdote le suggère mais de leur nomen, l'équivalent de notre nom de famille.
Les hommes portent un praenomen, prénom individuel (même s'il n'existe qu'une douzaine de pr
énoms répandus), et un nomen, nom de la gens à laquelle ils appartiennent. Les membres des plus grandes familles portent également un cognomen, surnom évoquant souvent une particularité physique ou un trait de caractère.
Ainsi, la fille de Cicéron, dont le nom complet est Marcus Tullius Cicero, s'appelle Tullia ; celle de César s'appelle Julia.
Afficher tout
C'est ce qui me semblait en particulier pour les femmes de la famille Julii
Merci Rome Total War et la série Rome ;)

a écrit : Ce n'est pas exact. Le prénom des femmes romaines n'était pas la féminisation du prénom de leur mari comme l'anecdote le suggère mais de leur nomen, l'équivalent de notre nom de famille.
Les hommes portent un praenomen, prénom individuel (même s'il n'existe qu'une douzaine de pr
énoms répandus), et un nomen, nom de la gens à laquelle ils appartiennent. Les membres des plus grandes familles portent également un cognomen, surnom évoquant souvent une particularité physique ou un trait de caractère.
Ainsi, la fille de Cicéron, dont le nom complet est Marcus Tullius Cicero, s'appelle Tullia ; celle de César s'appelle Julia.
Afficher tout
En effet c'est dommage mais rien n'est dis sur l'onomastique latine avec le praenomen, nomen, cognomen..

L'anecdote dit que le prénom du père est féminisé pour le donner à sa fille mais c'est faux. Ce sont les nomen et/pu praenomen qui le sont !

En somme, L'anecdote est en parti fausse..

Posté le

android

(13)

Répondre

Quelquefois, comme dans le cas d'Aggripine, c'est le cognomen qui est féminisé pour servir de prénom.
(Ajout à mon précédent commentaire que je ne peux pas éditer..,)

Haaaa ! Voila qui explique le prénom le prénom Bernadette !

Et ca s appelle Rome antique ?

Ce n'était pas dû uniquement au fait qu'on n'accordait pas d'importance aux femmes mais aussi au fait qu'on n'accordait pas d'importance aux prénoms en général, même pour les hommes. Il y avait très peu de prénoms usuels et donc le choix était limité et après quelques enfants les parents ne se creusaient plus la tête pour choisir un prénom si bien que le 5e s'appelait Quintus, le sixième Sextus, etc.

Posté le

android

(42)

Répondre

a écrit : Ce n'était pas dû uniquement au fait qu'on n'accordait pas d'importance aux femmes mais aussi au fait qu'on n'accordait pas d'importance aux prénoms en général, même pour les hommes. Il y avait très peu de prénoms usuels et donc le choix était limité et après quelques enfants les parents ne se creusaient plus la tête pour choisir un prénom si bien que le 5e s'appelait Quintus, le sixième Sextus, etc. Afficher tout Woah alors là je me coucherais moins bête merci Alainric :)
C'est pourtant si simple mais j'avais jamais remarqué !!

J'ai pas envie de lancer de débat mais c'est encore le cas dans certains pays arabes musulman (arabie saoudite), c'est juste pour montré que certains vivent comme dans le passé et c'est regrettable

a écrit : J'ai pas envie de lancer de débat mais c'est encore le cas dans certains pays arabes musulman (arabie saoudite), c'est juste pour montré que certains vivent comme dans le passé et c'est regrettable Si tu ne veux pas lancer le débat évite alors d'écrire ce genre de commentaire racoleurs.
Ton commentaire aurait dû être:
"C'est encore le cas dans certain pays."
ET C'EST TOUT.
Car c'est toujours comme ça (ici on parle bien de la femme comme citoyen de second classe) dans pas mal de pays d'Afrique centrale (chrétiens à très grande majorité), en asie du sud est ou même en europe avec la Biélorussie où les femmes ont moins de droit que les hommes.

Du coup la personne qui vit dans le passé avec ce genre de vision c'est toi.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Si tu ne veux pas lancer le débat évite alors d'écrire ce genre de commentaire racoleurs.
Ton commentaire aurait dû être:
"C'est encore le cas dans certain pays."
ET C'EST TOUT.
Car c'est toujours comme ça (ici on parle bien de la femme comme citoyen de second class
e) dans pas mal de pays d'Afrique centrale (chrétiens à très grande majorité), en asie du sud est ou même en europe avec la Biélorussie où les femmes ont moins de droit que les hommes.

Du coup la personne qui vit dans le passé avec ce genre de vision c'est toi.
Afficher tout
Oui il est vrai que j'aurai pu être plus précis mais mon commentaire n'est pas pour autant faux
Edit : tu n'as pas besoin d'être agressif mon commentaire ne l'était pas et je n'est pas été insultant non plus

a écrit : Si tu ne veux pas lancer le débat évite alors d'écrire ce genre de commentaire racoleurs.
Ton commentaire aurait dû être:
"C'est encore le cas dans certain pays."
ET C'EST TOUT.
Car c'est toujours comme ça (ici on parle bien de la femme comme citoyen de second class
e) dans pas mal de pays d'Afrique centrale (chrétiens à très grande majorité), en asie du sud est ou même en europe avec la Biélorussie où les femmes ont moins de droit que les hommes.

Du coup la personne qui vit dans le passé avec ce genre de vision c'est toi.
Afficher tout
Il y'a même certaines sociétés considérées non moderne où c'est les femmes qui commandent...les hommes ont alors un rôle secondaire.

a écrit : C'est ce qui me semblait en particulier pour les femmes de la famille Julii
Merci Rome Total War et la série Rome ;)
Moi je dirais merci Crusader Kings II :)

a écrit : Il y'a même certaines sociétés considérées non moderne où c'est les femmes qui commandent...les hommes ont alors un rôle secondaire. Tout à fait même si je n'en connais que 2 (une ethnie en chine et un peuple en Amazonie) mais je suppose qu'il doit y en avoir beaucoup plus.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Oui il est vrai que j'aurai pu être plus précis mais mon commentaire n'est pas pour autant faux
Edit : tu n'as pas besoin d'être agressif mon commentaire ne l'était pas et je n'est pas été insultant non plus
Ton commentaire insinue qu'il n'y que dans les pays arabes musulmans où ça passe comme ça de nos jours.
Donc oui ton commentaire est faux car ici ce n'est pas un simple manque de précision.
Et je ne pense pas que mon précédent commentaire soit agressif, c'est ton préjugé qui est agressif ici.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : J'ai pas envie de lancer de débat mais c'est encore le cas dans certains pays arabes musulman (arabie saoudite), c'est juste pour montré que certains vivent comme dans le passé et c'est regrettable C'est aussi le cas en Island avec les suffixes -son ou -dottir

Posté le

android

(6)

Répondre

Ce qui, à Rome, permettait principalement de distinguer une personne, c'est son nomen (le nom de famille) et son cognomen (le surnom) tiré d'une caractéristique physique (Cicero qui a une verrue, Claudius qui boite,...), du lieu des batailles on on s'est illustré (Africanus, Germanicus,...), d'une qualité (Augustus, Justus,...), ou d'une anecdote personnelle (Caligula, Caesar,...). Le praenomen était peu significatif, parce qu'il y en avait peu de différents (Marcus, Caius,...) et que le choix était vite épuisé. Quand on avait plus de trois ou quatre enfants et qu'on avait épuisé la liste des prénoms disponibles, on se contentait généralement de leur donner comme praenomen le numéro d'ordre de leur naissance (Quintus, Sextus, Septimus, Octavus,...).

Posté le

android

(20)

Répondre