Les poèmes holorimes font rimer des vers entiers

Proposé par
le

Les vers holorimes désignent des vers qui se prononcent de la même façon, mais s'écrivent de manière différente. Un exemple est dans un poème d'Alphonse Allais : "Par les bois du Djinn où s'entasse de l'effroi, Parle et bois du gin ou cent tasses de lait froid".

Un autre exemple de Charles Cros : "Dans ces meubles laqués, rideaux et dais moroses, Danse, aime, bleu laquais, ris d'oser des mots roses.


Commentaires préférés (3)

Ah ah excellent !
A mon avis pour boire les 100 tasses de lait, faut déjà avoir commencé par le gin !!

Posté le

unknown

(277)

Répondre

"Dans cet antre, lassés de gêner au palais,
Dansaient entrelacés deux généraux pas laids"... C'est y pas beau ça!

Posté le

unknown

(426)

Répondre

C'est grace à ce genre d'exemple que l'on voit l'importance de la grammaire et de l'orthographe. C'est quand même vachement utile pour bien comprendre.

Posté le

unknown

(235)

Répondre


Tous les commentaires (62)

Ah ah excellent !
A mon avis pour boire les 100 tasses de lait, faut déjà avoir commencé par le gin !!

Posté le

unknown

(277)

Répondre

Génial Fancat ! J'adore je vais souler mon prof de français ;)
Jmcmb

Posté le

unknown

(27)

Répondre

"Dans cet antre, lassés de gêner au palais,
Dansaient entrelacés deux généraux pas laids"... C'est y pas beau ça!

Posté le

unknown

(426)

Répondre

C'est grace à ce genre d'exemple que l'on voit l'importance de la grammaire et de l'orthographe. C'est quand même vachement utile pour bien comprendre.

Posté le

unknown

(235)

Répondre

Génial ! Merci Professeur(e) Fancat.

Posté le

unknown

(8)

Répondre

Le légende veut que Victor Hugo ait répondu a quelqu'un qui lui reprochait que ses rimes étaient trop pauvres "Gal, amant de la reine, a l'atour magnanime, galamment de l'arène a la tour Magnes, a Nîmes.

Posté le

unknown

(36)

Répondre

Le plus difficile est sûrement de trouver un holorime qui ait un sens (c'est le cas avec Alphonse Allais). Excès lente, âne et queue dote.

Posté le

unknown

(51)

Répondre

Une vieille femme à son amant : "mon vieux complice, mon vieux con plisse"...

Posté le

unknown

(36)

Répondre

Poutch, malheuresement, bien que ce soit la croyane, ce n'est pas un vers de Hugo mais de Marc Monnier.

Un autre exemple :

Dans cette antre, lassés, de gêner au Palais
Dansaient entrelassés, deux généraux pas laids

Ou encore

Un peu limite de la part de Hugo

Plus le morceau est long plus le concert dure.
Plus le morceau est long plus le con serre dur.

Ou plus convenable
Confusément, le père Igor tue en grêce.
Confuse, aimant le Périgord, tu engraisses.

Posté le

unknown

(33)

Répondre

Aimable, aime a reigner au gris logis qu elle a : "Et ma blême araignée, ogre illogique et las". Hugo.
Une autre que j avais trouvé:
L émir adore, l émir adore!
Les miradors, l émir adore. Etc...

Posté le

unknown

(10)

Répondre

Eminem est très fort avec ce genre de vers.

Posté le

unknown

(8)

Répondre

C'est vrai que l'orthographe pour comprendre une phrase est primordiale. Trouvé dans une copie de certificat d'études "les vaches avaient quitté l'étable, dès qu'on leurs avait ouvert la porte" et non pas "les vaches avaient quitté l'étable, des cons leurs avaient ouvert la porte".

Posté le

unknown

(64)

Répondre

Très drôle ce dernier exemple Fancat :D
@Poutch: 'tention à l'orthographe, justement ! C'est:
"Gal, amant de la reine, alla, tour magnanime,
Galamment de l'arène à la tour Magne, à Nîmes". Et effectivement, leur origine est contestée.
@Eleusis: pas très sympa de re-citer mon exemple l'air de rien (surtout avec une grosse faute d'orthographe!) (quoique... "entrelassés" c'est assez poétique!).
Ahhh, content de voir que Alphonse Allais a ses fans! J'en suis. Allez, cadeau: Deux petits bonus, signés "de par lui-même" ?
"Alphonse Allais, de l'âme erre, et se fout à l'eau. /
Ah, le fond salé de la mer... eh! ce fou! allô!"
***
"Aidé, j'adhère au quai, lâche et rond, je m'ébats /
Et déjà des roquets lâchés rongent mes bas".

Posté le

unknown

(14)

Répondre

Voici un fancat chié, voit-ci un paon qu'a chié :D Ca le fait ?!

Posté le

unknown

(0)

Répondre

*faon. Vivement l'édition des coms.

Posté le

unknown

(3)

Répondre

J allais oublier Corneille: "Et le désir s accroit quand l effet se recule"
Les fesses reculent!

Posté le

unknown

(8)

Répondre

Ah désolé, je n'avais pas vu ton commentaire, et en effet belle aute d'orthographe, je vais aller me pendre...

Posté le

unknown

(2)

Répondre

Pour ma défense, j'ai fait un bête copier/coller, ne me souvenant plus tout à fait des vers. Sur ce bonne nuit.

Posté le

unknown

(1)

Répondre

Hum... vous allez dire que j'abuse, mais la puce à mon oreille semble avoir eu raison d'insister: après vérification dans plusieurs dictionnaires, il s'avérerait que "holorime" n'est pas un nom, mais un adjectif (seul le wikitionnaire l'admet comme nom féminin, mais uniquement en tant que "l'holorime d'une autre rime") .
"Un holorime" n'existe donc pas (contrairement à un sonnet, par exemple); mais certains vers peuvent être "holorimes".
Si vous me suivez dans mon délire d'exactitude (que j'estime primordial; comme le scalpel à un chirurgien! Plutôt qu'un couteau de boucher), je suggèrerais donc comme titre: "Les vers holorimes riment d'un bout à l'autre", et ensuite "les vers holorimes sont homophones" (et précisez bien que "homophone" n'est pas le nom d'un chat gay sur mobile) (on ne sait jamais).

Posté le

unknown

(25)

Répondre