C'est Friends qui a popularisé la friendzone

Proposé par
Invité
le

La "friendzone" est cette fameuse situation où un individu est intéressé pour avoir une relation amoureuse avec une personne qui elle ne la considère que comme un ami. L'expression a été popularisée par un des premiers épisodes de la série Friends en 1994, où le personnage de Ross est désigné "maire de la friendzone" par son ami Joey.


Commentaires préférés (3)

Comme le disait Nietzsche, une femme peut se lier d'amitié avec un homme ; mais pour la maintenir, il faut peut-être le concours d'une petite antipathie physique.

a écrit : Comme le disait Nietzsche, une femme peut se lier d'amitié avec un homme ; mais pour la maintenir, il faut peut-être le concours d'une petite antipathie physique. Ce bon vieux Nietzsche, toujours le mot pour rire !

C’est aussi la conséquence d’un endoctrinement pédagogique et culturel des femmes, dans une société patriarcale.

Elles ne sont pas innocentes à maintenir un « trouble » ou un flou afin de continuer à bénéficier des services de cet « ami ».
Même si beaucoup ne sont même pas consciente de tout ce savoir faire qu’elles appliquent afin de maintenir cet équilibre.
Et si ça dénote souvent un énorme manque de confiance en elle-même. (= ça ne peut pas être moi qu’il aime, c’est forcément « que » pour coucher... = croyance que seul leur cul pourrait avoir de la valeur pour un mec. Même si elle se refuseront toujours à avouer que c’est ça qu’elles pensent )

Cet état nui beaucoup aux femmes. (Plus qu’aux hommes d’ailleurs, qui eux suivent un peu plus leur seule « frustration », et sont dans une situation moins « complexe », et ne sont pas moins innocent non plus de la situation )

Il reste souvent la manifestation d’une « castration » sexuelle des femmes. ( Qui ne doivent pas avoir de rapports sexuels... c’est mal, ou sale ou je sais pas quelle autre bêtise. = il faut être « exigent ». Se faire plaisir tout de suite, c’est mal, sale, etc... ^^ )

Ça les conduits souvent, malheureusement à ne sortir qu’avec les manipulateurs qui arrivent à passer leur filtres, alors qu’elles s’éclateraient certainement beaucoup mieux au pieux et s’épanouiraient dans la vie avec quelqu’un capable de s’occuper d’elles et de faire attention à ce qui leur plait.

Mais ça ne fait pas « romantique » (le romantisme faisant partit de l’endoctrinement pré-cité, pour que les femmes acceptent des hommes superficiels, qui leur « tombent dessus », « présentent bien », mais qui n’en ont rien à foutre, et non ceux avec lesquels elles s’épanouiraient. ^^ N’oublions pas que le romantisme à été inventé à une époque où on mariait les femmes sans leur demander leur avis. Il fallait les « former » à accepter les « connard » qui « tombaient du ciel », et à fuir leur sentiments et attachements réels... qui aurait empêché de pouvoir les marier à qui on avait décidé pour elles ^^

Tout ça n’est que la conséquence de l’endoctrinement culturel.
Avec la libération sexuelle, puis la ré-découverte de l’importance de l’intimité. Ça va finir par disparaître.
Mais ça mettra probablement quelques siècles encore avant.


Tous les commentaires (37)

c'est comme un vent, mais sans se fâcher... je ne compte même plus le nombre de fois où ça m'est arrivé

Comme le disait Nietzsche, une femme peut se lier d'amitié avec un homme ; mais pour la maintenir, il faut peut-être le concours d'une petite antipathie physique.

Si Ross en est le maire, moi j’en suis le président :-/

Comme par hasard en 1994 mon année de naissance :/

a écrit : Comme le disait Nietzsche, une femme peut se lier d'amitié avec un homme ; mais pour la maintenir, il faut peut-être le concours d'une petite antipathie physique. Je ne verrais plus mes amies de la même façon haha

a écrit : Comme le disait Nietzsche, une femme peut se lier d'amitié avec un homme ; mais pour la maintenir, il faut peut-être le concours d'une petite antipathie physique. Ce bon vieux Nietzsche, toujours le mot pour rire !

Sur ce thème, je vous conseille l'excellente vidéo du Studio Bagel sur la friendzone (youtube), où elle y est comparée à une prison.

a écrit : Ce bon vieux Nietzsche, toujours le mot pour rire ! Mais bien sûr ! Un boute en train, ce Friedrich ! N'a-t-il pas écrit "Le gai savoir" ?

Merci de nous avoir donner l'origine de l'expression... malheureusement ca ne nous donne aucun moyen d'y parer ahah

Et moi qui pensait que SCMB allait trouver le remède pour en sortir... Je suis déçu

C’est aussi la conséquence d’un endoctrinement pédagogique et culturel des femmes, dans une société patriarcale.

Elles ne sont pas innocentes à maintenir un « trouble » ou un flou afin de continuer à bénéficier des services de cet « ami ».
Même si beaucoup ne sont même pas consciente de tout ce savoir faire qu’elles appliquent afin de maintenir cet équilibre.
Et si ça dénote souvent un énorme manque de confiance en elle-même. (= ça ne peut pas être moi qu’il aime, c’est forcément « que » pour coucher... = croyance que seul leur cul pourrait avoir de la valeur pour un mec. Même si elle se refuseront toujours à avouer que c’est ça qu’elles pensent )

Cet état nui beaucoup aux femmes. (Plus qu’aux hommes d’ailleurs, qui eux suivent un peu plus leur seule « frustration », et sont dans une situation moins « complexe », et ne sont pas moins innocent non plus de la situation )

Il reste souvent la manifestation d’une « castration » sexuelle des femmes. ( Qui ne doivent pas avoir de rapports sexuels... c’est mal, ou sale ou je sais pas quelle autre bêtise. = il faut être « exigent ». Se faire plaisir tout de suite, c’est mal, sale, etc... ^^ )

Ça les conduits souvent, malheureusement à ne sortir qu’avec les manipulateurs qui arrivent à passer leur filtres, alors qu’elles s’éclateraient certainement beaucoup mieux au pieux et s’épanouiraient dans la vie avec quelqu’un capable de s’occuper d’elles et de faire attention à ce qui leur plait.

Mais ça ne fait pas « romantique » (le romantisme faisant partit de l’endoctrinement pré-cité, pour que les femmes acceptent des hommes superficiels, qui leur « tombent dessus », « présentent bien », mais qui n’en ont rien à foutre, et non ceux avec lesquels elles s’épanouiraient. ^^ N’oublions pas que le romantisme à été inventé à une époque où on mariait les femmes sans leur demander leur avis. Il fallait les « former » à accepter les « connard » qui « tombaient du ciel », et à fuir leur sentiments et attachements réels... qui aurait empêché de pouvoir les marier à qui on avait décidé pour elles ^^

Tout ça n’est que la conséquence de l’endoctrinement culturel.
Avec la libération sexuelle, puis la ré-découverte de l’importance de l’intimité. Ça va finir par disparaître.
Mais ça mettra probablement quelques siècles encore avant.

a écrit : C’est aussi la conséquence d’un endoctrinement pédagogique et culturel des femmes, dans une société patriarcale.

Elles ne sont pas innocentes à maintenir un « trouble » ou un flou afin de continuer à bénéficier des services de cet « ami ».
Même si beaucoup ne sont même pas consciente de tout ce savoi
r faire qu’elles appliquent afin de maintenir cet équilibre.
Et si ça dénote souvent un énorme manque de confiance en elle-même. (= ça ne peut pas être moi qu’il aime, c’est forcément « que » pour coucher... = croyance que seul leur cul pourrait avoir de la valeur pour un mec. Même si elle se refuseront toujours à avouer que c’est ça qu’elles pensent )

Cet état nui beaucoup aux femmes. (Plus qu’aux hommes d’ailleurs, qui eux suivent un peu plus leur seule « frustration », et sont dans une situation moins « complexe », et ne sont pas moins innocent non plus de la situation )

Il reste souvent la manifestation d’une « castration » sexuelle des femmes. ( Qui ne doivent pas avoir de rapports sexuels... c’est mal, ou sale ou je sais pas quelle autre bêtise. = il faut être « exigent ». Se faire plaisir tout de suite, c’est mal, sale, etc... ^^ )

Ça les conduits souvent, malheureusement à ne sortir qu’avec les manipulateurs qui arrivent à passer leur filtres, alors qu’elles s’éclateraient certainement beaucoup mieux au pieux et s’épanouiraient dans la vie avec quelqu’un capable de s’occuper d’elles et de faire attention à ce qui leur plait.

Mais ça ne fait pas « romantique » (le romantisme faisant partit de l’endoctrinement pré-cité, pour que les femmes acceptent des hommes superficiels, qui leur « tombent dessus », « présentent bien », mais qui n’en ont rien à foutre, et non ceux avec lesquels elles s’épanouiraient. ^^ N’oublions pas que le romantisme à été inventé à une époque où on mariait les femmes sans leur demander leur avis. Il fallait les « former » à accepter les « connard » qui « tombaient du ciel », et à fuir leur sentiments et attachements réels... qui aurait empêché de pouvoir les marier à qui on avait décidé pour elles ^^

Tout ça n’est que la conséquence de l’endoctrinement culturel.
Avec la libération sexuelle, puis la ré-découverte de l’importance de l’intimité. Ça va finir par disparaître.
Mais ça mettra probablement quelques siècles encore avant.
Afficher tout
Je ne sais pas d'où tu tiens cette analyse mais je la trouve très pertinente !

J’ajoute que cette situation est aussi issu de l’endoctrinement (tout aussi patriarcal) des hommes à penser que c’est en se « sacrifiant » pour les femmes et en cherchant à leur faire plaisir qu’on les séduit.
Enseignement prodiguée par toutes les mères à leur fils, par toutes les histoires « vantant » systématiquement que c’est en « s’accrochant » et en continuant d’être « bon » qu’on fini par séduire une femmes.
Qu’il faut être « patient » et « compréhensif ».
(Ça aussi, c’est le « romantisme » )

Ce sont les marques de servitude des hommes auprès des femmes que la culture patriarcale (voir machiste) a toujours tenter d’imprégner aux hommes. ;)
Ça aussi, il faudra apprendre à s’en séparer, et ça mettra probablement quelques siècles. ^^

a écrit : J’ajoute que cette situation est aussi issu de l’endoctrinement (tout aussi patriarcal) des hommes à penser que c’est en se « sacrifiant » pour les femmes et en cherchant à leur faire plaisir qu’on les séduit.
Enseignement prodiguée par toutes les mères à leur fils, par toutes les histoires « vantant » systématiq
uement que c’est en « s’accrochant » et en continuant d’être « bon » qu’on fini par séduire une femmes.
Qu’il faut être « patient » et « compréhensif ».
(Ça aussi, c’est le « romantisme » )

Ce sont les marques de servitude des hommes auprès des femmes que la culture patriarcale (voir machiste) a toujours tenter d’imprégner aux hommes. ;)
Ça aussi, il faudra apprendre à s’en séparer, et ça mettra probablement quelques siècles. ^^
Afficher tout
Il y a une chose que je comprends pas dans ton commentaire: comment une culture machiste peut vouloir imprégner des marques de servitude des hommes auprès des femmes? Pour moi le machisme c'est plutôt le contraire: la soumission des femmes aux hommes

Posté le

windowsphone

(12)

Répondre

C’est de la geek culture cette anecdote.
Du coup parler de nietzsche, c’est vraiment un affront.

a écrit : Sur ce thème, je vous conseille l'excellente vidéo du Studio Bagel sur la friendzone (youtube), où elle y est comparée à une prison. La vidéo Facebook " sortir de la friendzone" de Wil Aime est pas mal non plus , voire meilleure...

a écrit : C’est aussi la conséquence d’un endoctrinement pédagogique et culturel des femmes, dans une société patriarcale.

Elles ne sont pas innocentes à maintenir un « trouble » ou un flou afin de continuer à bénéficier des services de cet « ami ».
Même si beaucoup ne sont même pas consciente de tout ce savoi
r faire qu’elles appliquent afin de maintenir cet équilibre.
Et si ça dénote souvent un énorme manque de confiance en elle-même. (= ça ne peut pas être moi qu’il aime, c’est forcément « que » pour coucher... = croyance que seul leur cul pourrait avoir de la valeur pour un mec. Même si elle se refuseront toujours à avouer que c’est ça qu’elles pensent )

Cet état nui beaucoup aux femmes. (Plus qu’aux hommes d’ailleurs, qui eux suivent un peu plus leur seule « frustration », et sont dans une situation moins « complexe », et ne sont pas moins innocent non plus de la situation )

Il reste souvent la manifestation d’une « castration » sexuelle des femmes. ( Qui ne doivent pas avoir de rapports sexuels... c’est mal, ou sale ou je sais pas quelle autre bêtise. = il faut être « exigent ». Se faire plaisir tout de suite, c’est mal, sale, etc... ^^ )

Ça les conduits souvent, malheureusement à ne sortir qu’avec les manipulateurs qui arrivent à passer leur filtres, alors qu’elles s’éclateraient certainement beaucoup mieux au pieux et s’épanouiraient dans la vie avec quelqu’un capable de s’occuper d’elles et de faire attention à ce qui leur plait.

Mais ça ne fait pas « romantique » (le romantisme faisant partit de l’endoctrinement pré-cité, pour que les femmes acceptent des hommes superficiels, qui leur « tombent dessus », « présentent bien », mais qui n’en ont rien à foutre, et non ceux avec lesquels elles s’épanouiraient. ^^ N’oublions pas que le romantisme à été inventé à une époque où on mariait les femmes sans leur demander leur avis. Il fallait les « former » à accepter les « connard » qui « tombaient du ciel », et à fuir leur sentiments et attachements réels... qui aurait empêché de pouvoir les marier à qui on avait décidé pour elles ^^

Tout ça n’est que la conséquence de l’endoctrinement culturel.
Avec la libération sexuelle, puis la ré-découverte de l’importance de l’intimité. Ça va finir par disparaître.
Mais ça mettra probablement quelques siècles encore avant.
Afficher tout
J'aime beaucoup ces genres d'anecdotes qui finissent à l'oreille de personnes instruites ayant un point de vue différent sur la société.Merci pour ce commentaire j'adhère totalement^^

Ce cher Joey Tribbiani , visionnaire, qui l’eu cru!

a écrit : Merci de nous avoir donner l'origine de l'expression... malheureusement ca ne nous donne aucun moyen d'y parer ahah Sortir de la frienzone ? Avouer tes sentiments. Point, c'est fini. Soit ça passe, soit ça casse. Mais au moins t'en est sortis