Il y a eu un supercontinent bien avant la Pangée

Proposé par
Invité
le

La Pangée ne fut pas le premier supercontinent sur Terre. Il y a un milliard d'années, la Rodinia fut un supercontinent rassemblant toutes les terres émergées de l'époque, qui se disloqua en 8 continents, qui se réuniront à nouveau, formant la Pangée, il y a environ 300 millions d'années.

La Rodinia ne serait d'ailleurs pas non plus le premier supercontinent.


Tous les commentaires (72)

a écrit : Probablement grâce à l'étude de la composition chimique des sols en profondeur et une datation au carbone 14, ou autre procédé plus précis (si cela existe) ? L'éloignement des continents fait que sur chacun d'entre eux on y trouve des espèces animales et végétales endémiques (= qui ne se trouvent qu';à un endroit), en appliquant la même pensée, l'étude des sols grâce à des forages en profondeur en différents endroit du globe peut certainement permettre de trouver des éléments provenant de végétaux ou animaux fossilisés (comme des feuilles ou des coquillages ?) mais sur différents lieux de la planète, permettant de penser que ces espaces étaient connectés à un moment X. Et la datation au carbone 14 permettrait de savoir de quand date ces éléments.
Enfin c'est comme ça que je m'imagine la chose, avec les connaissances très générales et limitées que je possède sur le sujet. Si quelqu'un est calé sur le sujet n'hésitez pas à me reprendre et à nous expliquer le pourquoi du comment !!
Afficher tout
Ya quelques notions à revoir là...

Posté le

android

(4)

Répondre

C'est un cycle d'environ 700 millions d'années. La Pangée s'est disloquée il y a environ 200 millions d'années, donc le prochain supercontinent est prévu dans environ 400-500 millions d'années.
Nous avons d'ailleurs encore de nombreuses traces de la création de la Pangée : les Vosges sont issues de la rencontre entre le Gondwana au sud et la Laurasia au nord. Cela a formé une énorme chaîne de montagne, la chaîne hercynienne il y a 350 millions d'années. Elles auront probablement totalement disparues d'ici le prochain supercontinent.

a écrit : Probablement grâce à l'étude de la composition chimique des sols en profondeur et une datation au carbone 14, ou autre procédé plus précis (si cela existe) ? L'éloignement des continents fait que sur chacun d'entre eux on y trouve des espèces animales et végétales endémiques (= qui ne se trouvent qu';à un endroit), en appliquant la même pensée, l'étude des sols grâce à des forages en profondeur en différents endroit du globe peut certainement permettre de trouver des éléments provenant de végétaux ou animaux fossilisés (comme des feuilles ou des coquillages ?) mais sur différents lieux de la planète, permettant de penser que ces espaces étaient connectés à un moment X. Et la datation au carbone 14 permettrait de savoir de quand date ces éléments.
Enfin c'est comme ça que je m'imagine la chose, avec les connaissances très générales et limitées que je possède sur le sujet. Si quelqu'un est calé sur le sujet n'hésitez pas à me reprendre et à nous expliquer le pourquoi du comment !!
Afficher tout
Dans l'idée c'est plutot bien, mais la détermination de l'âge d'une roche se fait avec par exemple la datation radioactive du couple Rb/Sr qui permet d'aller sur de plus grandes périodes de temps.
On utilisera également la mémoire magnétique des roches et l'orientation "fossile" de mineraux qui se sont développés lors de la formation de ces anciennes mega-structures. On peut ainsi retracer le parcours des anciens continents en fonction de l'inclinaison du champs magnétique terrestre de la période a étudier.
Mais les mouvements tectoniques, l'érosion ainsi que l'absence de marqueurs dans les premiers âges de la terre rendent difficiles l'étude de supercontinents antérieurs a la rodinia.

Logique c'est le cycle des plaques terrestre

a écrit : Dans l'idée c'est plutot bien, mais la détermination de l'âge d'une roche se fait avec par exemple la datation radioactive du couple Rb/Sr qui permet d'aller sur de plus grandes périodes de temps.
On utilisera également la mémoire magnétique des roches et l'orientation "fossile&
quot; de mineraux qui se sont développés lors de la formation de ces anciennes mega-structures. On peut ainsi retracer le parcours des anciens continents en fonction de l'inclinaison du champs magnétique terrestre de la période a étudier.
Mais les mouvements tectoniques, l'érosion ainsi que l'absence de marqueurs dans les premiers âges de la terre rendent difficiles l'étude de supercontinents antérieurs a la rodinia.
Afficher tout
Amen. Je parcours les 2 pages de commentaires et j'ai cru que personne n'allait en parler : certaines roches gardent des traces du champ magnétique de l'époque, bien pratique pour repositionner les continents dans leur contexte. Par ailleurs, on peut aussi y les dater bien sûr, et également regarder le type de roches, pour savoir notamment si elles se trouvaient sous l'eau, en surface ou encore en zone volcanique ou d'orogenèse.

a écrit : Logique c'est le cycle des plaques terrestre Mais justement, il n'y a pas vraiment de cycle. Les plaques tectoniques ne bougent qu'au gré des mouvements du manteau supérieur. Et il a beau y avoir des mouvements de convection, ça ne présage en rien d'un futur nouveau supercontinent.

Donc si je lis bien l'anecdote cela voudra dire qu'un autre super-continent se formera dans dans environ 400 millions d'années.

a écrit : Amen. Je parcours les 2 pages de commentaires et j'ai cru que personne n'allait en parler : certaines roches gardent des traces du champ magnétique de l'époque, bien pratique pour repositionner les continents dans leur contexte. Par ailleurs, on peut aussi y les dater bien sûr, et également regarder le type de roches, pour savoir notamment si elles se trouvaient sous l'eau, en surface ou encore en zone volcanique ou d'orogenèse. Afficher tout De rien ami géologue :-)

Il existe une datation beaucoup moins précise que celle faite au carbone 14 mais qui permet de remonter beaucoup plus loin, c'est la datation rubidium/strontium, elle permet notamment aux geologistes de dater des roches magmatiques.

a écrit : Mais comment peut on savoir de tel choses ?? Lequels de choses, j’ai rien compris.

a écrit : Probablement grâce à l'étude de la composition chimique des sols en profondeur et une datation au carbone 14, ou autre procédé plus précis (si cela existe) ? L'éloignement des continents fait que sur chacun d'entre eux on y trouve des espèces animales et végétales endémiques (= qui ne se trouvent qu';à un endroit), en appliquant la même pensée, l'étude des sols grâce à des forages en profondeur en différents endroit du globe peut certainement permettre de trouver des éléments provenant de végétaux ou animaux fossilisés (comme des feuilles ou des coquillages ?) mais sur différents lieux de la planète, permettant de penser que ces espaces étaient connectés à un moment X. Et la datation au carbone 14 permettrait de savoir de quand date ces éléments.
Enfin c'est comme ça que je m'imagine la chose, avec les connaissances très générales et limitées que je possède sur le sujet. Si quelqu'un est calé sur le sujet n'hésitez pas à me reprendre et à nous expliquer le pourquoi du comment !!
Afficher tout
Attention la datation carbone 14 sert pour dater le vivant ( enfin plus précisément ce qui ne l’est plus ) , c’est une méthode qui a ses limite notemment l’incapacité d’évaluer au delà de 50 000 années .
Il existent bcp d’autre datations radioactives comme la datation rubidium-strontium ( utilisés pour certaines formations rocheuses ) ou potassium-argon. Dans tout les cas elles ne sont pas meilleures ou moins bien que le C14 , leur application est différente.
Dans le cadre de letude de la techtonique des plaques , plus que les radiomarqueur on utilise des traces ou des formations rocheuses caractéristiques d’une activité tectonique ancienne. Ainsi les océans ont une couche rocheuse différente de celle des continents ( plus fine et plus dense) et le fait d’en retrouver âne plein cœur d’un continent est une preuve de l’existence d’un ancien océan ( comme c’est le cas dans less alpes ou lon peut retrouver des roches océaniques sur certains sommets.
Ces « cicatrices » d’océans ou d’autres formation ( subduction, orogenèses, sont précieuses car elle indiquent les mouvements antérieures qu’ils a fallu aux plaques tectoniques pour arriver à ces états .
De plus le cycle de condensation est de dispersion des continents répond au nom de cycles de Wilson et effectivement d’après les modèles actuel le supercontinent deNuna aurait precede celui de Rodinia.

Cette période à du être difficile à vivre!
On ne sait plus quoi nous inventer.

La datation au carbone 14 est remise en cause depuis quelques temps. Plus la recherche avance, plus des doutes persistent....

a écrit : La datation au carbone 14 n'est pas utilisable car il a une demi-vie d'environ 5600 ans, donc il disparait bien trop rapidement. Pour ce genre de datation, on peut utiliser par exemple la datation Rubidium/Strontium (programme de terminale S) Une demi-vie??? Merci pour les demi-explications. On se couchera a demi- moins bête.

a écrit : Mais comment peut on savoir de tel choses ?? Quand tu marches dans la neige et que tu vois des traces de pas devant toi : tu te dis « tiens, une personne a marché là avant moi ».

Étais-tu là quand cette personne a fait ces traces ? Non.
As-tu vu cette personne ? Non.

Alors comment tu sais qu’une personne a marché là il n’y a pas longtemps ?

C’est simple : tu as déduit ça des indices laissé dans la neige.

La forme des traces te permettraient peut-être même de déduire le sexe, l’âge, la taille, l’allure de déplacement, et le nombre de personnes qui ont marqué ces pas. À partir de là, on peut également formuler des hypothèses plus avancées (qu’il faudra tester en cherchant d’autres indices) : classe sociale (via la marque des chaussures), destination, origine, adresse, métier…


Dans le cas présent, c’est pareil : la Terre laisse des traces dans la roche :
– éléments chimiques ;
– type de roches (granite, basalte…)
– restes biologiques (fossiles) ;
– magnétisme rémannant (la roche ferreuse enregistre l’orientation du champ magnétique dans lequel elle baigne quand la lave refroidit pour la former)
– etc.

La science, la géologie, c’est juste ce méticuleux travail de recherche, d’analyse, de réflexion autour de tous ces indices, puis de formuler des hypothèses et de conclusions dessus.

a écrit : Une demi-vie??? Merci pour les demi-explications. On se couchera a demi- moins bête. Pour la demi-vie.

Un élément radioactif est un élément qui se désintègre tout seul.
Si tu as un objet dont le matériau aurait une demi-vie de 1 heure, alors dans 1h, la moitié aura disparu.
Encore une heure plus tard, la moitié de ce qui restait aura également disparu (il te reste alors 1/4 du total initial).
Encore une heure plus tard, de nouveau la moitié a disparu (il te reste 1/8e).
Au bout de 10 heures, il reste environ 1/1000e de la masse de départ.

Si tu laisses un objet comme ça, que tu reviens plus tard et que tu vois qu’il reste 1/4 de la masse de matière, ça signifie que deux heures se sont écoulés. Tu viens donc de dater ton objet initial à « 2 heures d’âge ».

Pour la roche et les fossiles, on fait pareil. On utilie du carbone 14 pour les fossiles récents (moins de 50 000 ans) : sa demi-vie est de 5600 ans : la moitié du carbone 14 disparaît tous les 5600 ans.

Pour les roches plus anciennes, on utilise d’autre éléments radioactifs, comme le Strontium mentionné par CollinErwan, ou encore l’uranium. Ce dernier a une demi-vie de 4 milliards d’années. C’est donc parfait pour dater les roches terrestres (qui ont un âge d’environ 4 Md d’années aussi).

Plus d’explications ici : couleur-science.eu/?d=2017/11/10/20/08/17-comment-fonctionne-la-datation-au-carbone-14

a écrit : Pour la demi-vie.

Un élément radioactif est un élément qui se désintègre tout seul.
Si tu as un objet dont le matériau aurait une demi-vie de 1 heure, alors dans 1h, la moitié aura disparu.
Encore une heure plus tard, la moitié de ce qui restait aura également disparu (il te reste alors 1/4
du total initial).
Encore une heure plus tard, de nouveau la moitié a disparu (il te reste 1/8e).
Au bout de 10 heures, il reste environ 1/1000e de la masse de départ.

Si tu laisses un objet comme ça, que tu reviens plus tard et que tu vois qu’il reste 1/4 de la masse de matière, ça signifie que deux heures se sont écoulés. Tu viens donc de dater ton objet initial à « 2 heures d’âge ».

Pour la roche et les fossiles, on fait pareil. On utilie du carbone 14 pour les fossiles récents (moins de 50 000 ans) : sa demi-vie est de 5600 ans : la moitié du carbone 14 disparaît tous les 5600 ans.

Pour les roches plus anciennes, on utilise d’autre éléments radioactifs, comme le Strontium mentionné par CollinErwan, ou encore l’uranium. Ce dernier a une demi-vie de 4 milliards d’années. C’est donc parfait pour dater les roches terrestres (qui ont un âge d’environ 4 Md d’années aussi).

Plus d’explications ici : couleur-science.eu/?d=2017/11/10/20/08/17-comment-fonctionne-la-datation-au-carbone-14
Afficher tout
Merci pour ces commentaires toujours très intéressants.

a écrit : Quand on voit les changements incroyables que notre planète a vécu, les bouleversements, les périodes glaciaires, les réchauffements violents, les explosions volcaniques, etc...etc... on se dit que les "climato-sceptiques" (dont je ne fais pas partie) ont quand même quelques arguments forts à avancer quand on parle de l'action humaine au milieu de ces "tumultes" tellement plus importants et violents que ce que notre humanité peut produire...
Attention, qu'on ne se méprenne pas : je n'aime pas dire ça... mais il y a honnêtement un débat.
Afficher tout
Vous oubliez les platistes.

a écrit : Probablement grâce à l'étude de la composition chimique des sols en profondeur et une datation au carbone 14, ou autre procédé plus précis (si cela existe) ? L'éloignement des continents fait que sur chacun d'entre eux on y trouve des espèces animales et végétales endémiques (= qui ne se trouvent qu';à un endroit), en appliquant la même pensée, l'étude des sols grâce à des forages en profondeur en différents endroit du globe peut certainement permettre de trouver des éléments provenant de végétaux ou animaux fossilisés (comme des feuilles ou des coquillages ?) mais sur différents lieux de la planète, permettant de penser que ces espaces étaient connectés à un moment X. Et la datation au carbone 14 permettrait de savoir de quand date ces éléments.
Enfin c'est comme ça que je m'imagine la chose, avec les connaissances très générales et limitées que je possède sur le sujet. Si quelqu'un est calé sur le sujet n'hésitez pas à me reprendre et à nous expliquer le pourquoi du comment !!
Afficher tout
On ne t'a pas demandé de nous décrire comment tu imagines la chose, on demandait des faits a quelqu'un qui les connait. Donc prochaine fois abstient toi s'il.te plait, plutot que d'induire les autres lecteurs en erreur...

a écrit : Pour la demi-vie.

Un élément radioactif est un élément qui se désintègre tout seul.
Si tu as un objet dont le matériau aurait une demi-vie de 1 heure, alors dans 1h, la moitié aura disparu.
Encore une heure plus tard, la moitié de ce qui restait aura également disparu (il te reste alors 1/4
du total initial).
Encore une heure plus tard, de nouveau la moitié a disparu (il te reste 1/8e).
Au bout de 10 heures, il reste environ 1/1000e de la masse de départ.

Si tu laisses un objet comme ça, que tu reviens plus tard et que tu vois qu’il reste 1/4 de la masse de matière, ça signifie que deux heures se sont écoulés. Tu viens donc de dater ton objet initial à « 2 heures d’âge ».

Pour la roche et les fossiles, on fait pareil. On utilie du carbone 14 pour les fossiles récents (moins de 50 000 ans) : sa demi-vie est de 5600 ans : la moitié du carbone 14 disparaît tous les 5600 ans.

Pour les roches plus anciennes, on utilise d’autre éléments radioactifs, comme le Strontium mentionné par CollinErwan, ou encore l’uranium. Ce dernier a une demi-vie de 4 milliards d’années. C’est donc parfait pour dater les roches terrestres (qui ont un âge d’environ 4 Md d’années aussi).

Plus d’explications ici : couleur-science.eu/?d=2017/11/10/20/08/17-comment-fonctionne-la-datation-au-carbone-14
Afficher tout
J'ajouterais pour que l'explication soit complète, que le carbone 14 (la version radioactive du carbone "normal" qui est le carbone 12), est fabriqué en permanence dans l'atmosphère par l'action du soleil. Tout organisme vivant va absorber via la respiration (ou l'ingection de nourriture vivante qui a elle même pris le carbone dans l'atmosphère) du carbone pour construite ses cellules dont la proportion de carbone 14 est donc connue puisqu'elle correspond à celle de l'atmosphère (mais qui est très faible de l'ordre d'un atome de carbone 14 pour 1 billion (1 suivi de 12 zeros) d'atomes de carbone). Quand l'organisme meurt, il ne renouvelle plus ses cellules et la proportion de carbone 14 va diminuer au fur et à mesure qu'il se désintégre spontanément à la vitesse donnée par sa demi-vie. Donc s'il y a 1 atome de carbone 14 pour 2 billions d'atomes de carbone dans un objet trouvé au cours de fouilles archéologiques (ça ne marche que sur les restes organiques car il faut qu'ils contiennent du carbone), c'est moitié moins que dans l'atmosphère et ça veut dire qu'il est mort depuis 5600 ans et ainsi de suite... C'est quand même bizarre de parler de la datation au carbone 14 dans une anecdote qui n'a rien à voir avec ça mais tant mieux si on peut apprendre d'autres choses à tout moment.

a écrit : Mais comment peut on savoir de tel choses ?? C'est dans l'autobiographie de Michel Drucker.