Les terribles vols de la mort argentins

Proposé par
le
dans

Entre 1976 et 1983, en Argentine, sous l'emprise d'une dictature militaire, les forces en place faisaient disparaître des opposants en utilisant des "vols de la mort". Lors de prétendus transferts aéroportés, les détenus étaient drogués puis jetés vivant en plein vol dans l’océan Atlantique. L'Uruguay et le Chili en auraient également réalisé.


Commentaires préférés (3)

Comme ma grand tante soeur Alice Domon disparue en 77

a écrit : En fait, il n'est même pas sûr qu'ils étaient drogués, et au Chili, il y en a quelques uns qui ont été jetés au-dessus des terres En fait chaque pays avait des processus différents. En gros, les argentins sous la dictature de Videla embarquait des prisonnier pour les "transférer dans une autre prison", et pour éviter les maladies, il fallait les "vacciner". Comme tu le dis, le Chili sous Pinochet en balançait parfois dans les Andes. Cependant, ce n’était pas toujours pour les buter mais parfois juste pour ce débarrasser d'un corps, donc a ce niveau la, plus trop besoin de drogue...
Dans le style dégueulasse, il y a aussi le vols des bébés d'opposants politique, qui étaient ensuite adoptés dans des bonnes familles militaires fidèles au régime.


Tous les commentaires (25)

Comme ma grand tante soeur Alice Domon disparue en 77

On peut dire que les détenus planaient totalement à cause de la drogue...

a écrit : On peut dire que les détenus planaient totalement à cause de la drogue... En fait, il n'est même pas sûr qu'ils étaient drogués, et au Chili, il y en a quelques uns qui ont été jetés au-dessus des terres

a écrit : En fait, il n'est même pas sûr qu'ils étaient drogués, et au Chili, il y en a quelques uns qui ont été jetés au-dessus des terres En fait chaque pays avait des processus différents. En gros, les argentins sous la dictature de Videla embarquait des prisonnier pour les "transférer dans une autre prison", et pour éviter les maladies, il fallait les "vacciner". Comme tu le dis, le Chili sous Pinochet en balançait parfois dans les Andes. Cependant, ce n’était pas toujours pour les buter mais parfois juste pour ce débarrasser d'un corps, donc a ce niveau la, plus trop besoin de drogue...
Dans le style dégueulasse, il y a aussi le vols des bébés d'opposants politique, qui étaient ensuite adoptés dans des bonnes familles militaires fidèles au régime.

Je fais un peu de pub pour la super oeuvre de Grangé "La forêt des manes" qui évoque le sujet

a écrit : VOLDEMORTTT !!!! Wouaaa ! T'as réussi à avoir -2. Je croyais qu'il n'était plus possible d'avoir des notes négative... :-/

a écrit : En fait chaque pays avait des processus différents. En gros, les argentins sous la dictature de Videla embarquait des prisonnier pour les "transférer dans une autre prison", et pour éviter les maladies, il fallait les "vacciner". Comme tu le dis, le Chili sous Pinochet en balançait parfois dans les Andes. Cependant, ce n’était pas toujours pour les buter mais parfois juste pour ce débarrasser d'un corps, donc a ce niveau la, plus trop besoin de drogue...
Dans le style dégueulasse, il y a aussi le vols des bébés d'opposants politique, qui étaient ensuite adoptés dans des bonnes familles militaires fidèles au régime.
Afficher tout
Pour le cas du vol de bébé, le livre "Lettre à une disparue" est un petit roman épistolaire qui se situe en Amérique du sud suite à une dictature (sans plus de détails) ça prend environ une heure à lire je vous le conseille.

a écrit : Comme ma grand tante soeur Alice Domon disparue en 77 Requiescat In Pace...

C'est pas gentil tout ça, mais disperser les cadavres dans les Andes et dans l'Atlantique c'est plus propre que de faire des charniers (spécialité Argentine)

Il est bon de savoir que l'Argentine a été un élève de la France en terme d'enlèvements d'opposants (en général des cocos), de techniques d'interrogatoire (torture), et de dissimulation des corps. En effet, les Argentins étant traditionnellement anti-yankis, ils ont préféré apprendre de professeurs français, qui avaient développés leurs techniques "contre-insurectionnelles" (de fait fort efficaces) pendant la guerre d'Indochine mais surtout pendant la Bataille d'Alger. Ces mêmes techniques ont été d'ailleurs partiellement reprises par les US en Irak. Les autres pays sudaméricains collaboraient plutôt avec les Yanquis, cela étant les Français ont eu une influence réelle au Chili et au Brésil. Même si on peut dire que la tactique chilienne est assez différente de l'argentine.

Pour le pouvoir français de l'époque, on fait d'une pierre deux ou trois coups. D'abord, on lutte contre le communisme international, ensuite on se débarrasse d'une certaine élite militaire, souvent anciens d'Algérie et d'Indochine, anti-gaullistes, et dont on se méfie (tendance au coup d'état), ainsi l'Amérique est pour eux un beau terrain de jeu. Puis, la France assoie une certaine influence en relations internationales, et sans pouvoir faire de l'ombre aux US, elle n'en reste pas moins influente. Il faut savoir aussi qu'en Argentine et au Chili certains collaborationnistes de la 2GM avaient trouvé refuge et avaient une certaine influence idéologique en termes d'anticommunisme et de catholicisme hardcore.

Il y a un très bon documentaire sur le sujet de Marie-Monique Robin.

ps. Les militaires argentins et parfois chiliens volaient les bébés des opposantes (qui souvent avaient été violées) et les donnaient en adoption à des familles de fachos.

ps2 sans les dictatures latinos, nos pays riches n'auraient sûrement pas pu devenir ce qu'ils sont. Dans ces années-là Brésil, Chili, et Argentine étaient sur le chemin du développement économique et une politique protectionniste aurait entravé l'explosion des 30 glorieuses. Les militaires au pouvoir permirent d'exploiter sans vergogne les matières premières pour l'exportation. Le pire c'est qu'au retour à la démocracie on a continué sur le même modèle (d'oú l'utilité d'avoir tué les gauchos, mais je ne peux non plus écrire un roman!).

a écrit : En fait, il n'est même pas sûr qu'ils étaient drogués, et au Chili, il y en a quelques uns qui ont été jetés au-dessus des terres C'est triste à dire mais terre ou mer importe peu dans ces cas là puisqu'à l'altitude où les malheureux sont largués l'eau se comporte comme du béton..

"Les folles de la place de mai"
Se nom est donné en argentine aux grand mères qui depuis des decennies manifestent sur la place de mai a santiago pour réclamer qu'on leur rende leurs petits enfants
Ses enfants volés pendant la dictature
Ils ont maintenant entre 30 et 40 ans
Il y a eu des retrouvailles dechirantes
Des vies douloureuses
Les enfants sont les 1ere victimes des dictatures
Franco a fait la meme chose en espagne

a écrit : En fait chaque pays avait des processus différents. En gros, les argentins sous la dictature de Videla embarquait des prisonnier pour les "transférer dans une autre prison", et pour éviter les maladies, il fallait les "vacciner". Comme tu le dis, le Chili sous Pinochet en balançait parfois dans les Andes. Cependant, ce n’était pas toujours pour les buter mais parfois juste pour ce débarrasser d'un corps, donc a ce niveau la, plus trop besoin de drogue...
Dans le style dégueulasse, il y a aussi le vols des bébés d'opposants politique, qui étaient ensuite adoptés dans des bonnes familles militaires fidèles au régime.
Afficher tout
Mon mari a faillit être l’un de ces bébés à Buenos Aires. Heureusement sa grand-mère a insisté pour monter dans l’ambulance avec lui lors de son « transfert totalement nécessaire vers un autre hôpital » la fausse ambulance est partie en trombe et sa grand-mère a pu le ramener auprès de sa mère dans sa chambre.
Ils ont connus la dictature argentine et uruguayenne, leurs souvenirs font froid dans le dos et ils restent traumatisés. Il y avait des contrôles dans les écoles tous les deux jours pour que les opposants n’oublient pas de craindre pour leurs enfants

Pour ceux qui l'ignorent pinochet a pris le pouvoir au chili en faisant assassiné en73 le président Allende avec le soutient de la CIA
Les etats unis ont autant de sang sur les mains que pinochet
Il y a eu aussi marcos et villeda et j'en passe
Ils sont pres a toutes les bassesses pour leurs interets

Plus haut j'ai fait une erreur
C'est au chili la place de mai

a écrit : En fait chaque pays avait des processus différents. En gros, les argentins sous la dictature de Videla embarquait des prisonnier pour les "transférer dans une autre prison", et pour éviter les maladies, il fallait les "vacciner". Comme tu le dis, le Chili sous Pinochet en balançait parfois dans les Andes. Cependant, ce n’était pas toujours pour les buter mais parfois juste pour ce débarrasser d'un corps, donc a ce niveau la, plus trop besoin de drogue...
Dans le style dégueulasse, il y a aussi le vols des bébés d'opposants politique, qui étaient ensuite adoptés dans des bonnes familles militaires fidèles au régime.
Afficher tout
En ce qui concerne les bébés volés, je vous conseille le très bon roman d’Elsa Osorio, Luz ou le temps sauvage.
Une pleine immersion dans le passé de Luz, enfant volée remise à la fille de l’un des tyrans de cette dictature.

a écrit : On peut dire que les détenus planaient totalement à cause de la drogue... La drogue c'est une longue descente, une fois qu'on a plongé

Il faudra se méfier de Melenchon Airlines dans le futur...