Adolphe Thiers fut haï dans la mort

Proposé par
le

La violente répression de la Commune de Paris en 1871 fit de nombreux ennemis à Adolphe Thiers, premier président de la IIIème République. Cette haine demeura longtemps et amena par exemple au plastiquage de sa tombe lors du centenaire du soulèvement, malgré son décès 94 ans plus tôt.

Sa sépulture est située au cimetière du Père-Lachaise.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Avec les compliments des amis de Gavroche J'ignore si c'est volontaire, mais je vais faire mon chiant XD
En fait, la scène de la mort de Gavroche se déroule lors de l'insurrection de 1830, et pas lors de la Commune

a écrit : Du coup on accepte "plasticage" de l'anglais plastic et "plastiquage" du français plastique ? Les deux sont valables apparemment, et celui vient du plastic, un explosif composé entre autres de plastifiants et qui est utilisé dans le Semtex ou encore le C-4.
Ce n'est pas en lien directe avec la matière plastique.
fr.m.wikipedia.org/wiki/Plastic

a écrit : Je ne vois pas l'intérêt de profaner une tombe. À moins de croire à une vie après la mort, ça n'a aucun sens. Les morts s'expriment et réagissent rarement... Il est évident que la raison des profanations n'est pas pour emmerder les morts ; mais bien pour envoyer un "message" aux vivants.


Tous les commentaires (45)

Avec les compliments des amis de Gavroche

a écrit : Avec les compliments des amis de Gavroche J'ignore si c'est volontaire, mais je vais faire mon chiant XD
En fait, la scène de la mort de Gavroche se déroule lors de l'insurrection de 1830, et pas lors de la Commune

a écrit : Le mot "plasticage" désigne le résultat du verbe "plastiquer", qui signifiant lui-même provoquer une explosion ou commettre un attentat avec du plastic.
www.cnrtl.fr/definition/plasticage
Du coup on accepte "plasticage" de l'anglais plastic et "plastiquage" du français plastique ?

Les gilets jaunes de l'époque :-) !!!

a écrit : Du coup on accepte "plasticage" de l'anglais plastic et "plastiquage" du français plastique ? Les deux sont valables apparemment, et celui vient du plastic, un explosif composé entre autres de plastifiants et qui est utilisé dans le Semtex ou encore le C-4.
Ce n'est pas en lien directe avec la matière plastique.
fr.m.wikipedia.org/wiki/Plastic

Parce que la commune de Paris est devenu un symbole. En occultant la réalité. Comme le fait de retrouver la tête de Ché Guevara partout alors que c'est un meurtrier, un tortionnaire et un terroriste, une tête prôné aujourd'hui par de nombreux pacifistes qui s'indignent des installations du style guantanamo. La commune de Paris est un mouvement anti-démocratique pris comme référence aujourd'hui par des mouvements et partis politiques demandant plus de démocratie à tout les niveaux...

a écrit : Les gilets jaunes de l'époque :-) !!! J'avoue avoir du mal à comprendre

Je ne vois pas l'intérêt de profaner une tombe. À moins de croire à une vie après la mort, ça n'a aucun sens. Les morts s'expriment et réagissent rarement...

a écrit : Les deux sont valables apparemment, et celui vient du plastic, un explosif composé entre autres de plastifiants et qui est utilisé dans le Semtex ou encore le C-4.
Ce n'est pas en lien directe avec la matière plastique.
fr.m.wikipedia.org/wiki/Plastic
Deux anecdotes en une ! Merci JMCMB

La vengeance est un plat qui se mange givré..

Même les morts ne peuvent se reposer tranquillement.

a écrit : Je ne vois pas l'intérêt de profaner une tombe. À moins de croire à une vie après la mort, ça n'a aucun sens. Les morts s'expriment et réagissent rarement... Il est évident que la raison des profanations n'est pas pour emmerder les morts ; mais bien pour envoyer un "message" aux vivants.

a écrit : Parce que la commune de Paris est devenu un symbole. En occultant la réalité. Comme le fait de retrouver la tête de Ché Guevara partout alors que c'est un meurtrier, un tortionnaire et un terroriste, une tête prôné aujourd'hui par de nombreux pacifistes qui s'indignent des installations du style guantanamo. La commune de Paris est un mouvement anti-démocratique pris comme référence aujourd'hui par des mouvements et partis politiques demandant plus de démocratie à tout les niveaux... Afficher tout La démocratie, en France, en 1871, c'est un concept, pas une réalité. Le massacre des Communards a été présenté comme la vengeance des généraux fusillés, mais c'est surtout l'expression de l'immense trouille des Versaillais contre les Partageux. Il fallait exterminer cette vermine, c'est tout.

a écrit : La démocratie, en France, en 1871, c'est un concept, pas une réalité. Le massacre des Communards a été présenté comme la vengeance des généraux fusillés, mais c'est surtout l'expression de l'immense trouille des Versaillais contre les Partageux. Il fallait exterminer cette vermine, c'est tout. Voilà, idée reçu en voici en voilà. Une illustration de ce que je dénonçais précisément. En sachant très bien que je faisis un coup d'épée dans l'eau, mais bon l'espoir fait vivre.

L'élection de 1871 c'est fait sur la base de la loi électorale de 1848 ou 49, je ne sais plus exactement. Ce qui est important c'est que c'est celle qui instaure le suffrage universel masculin. Avec majorité à 21 ans mais surtout sans aucun critère censitaire. Bref l'élection de 1871 n'a rien d'un concept démocratique, elle est autant légitime que celles de nos jours. Le résultat a été largement en faveur des royalistes. Il n'y avait rien à redire dessus. Et oui, la France après la Révolution (et je dirais même pendant la Révolution), à longtemps été majoritairement royaliste ou bonapartiste. Sauf qu'il manque une certaine homogénéité à l'élection car ce sont les campagnes qui on majoritairement votés pour ces derniers, alors que les villes étaient plutôt republicaines. Les ouvriers et artisans de Paris n'ont pas respectés le vote de l'ensemble des français et se sont soulevés. Des partageux oui, mais pas pour l'égalité dans le droit de vote en tout cas...
Bref la commune de Paris est ce qu'il y a de plus strictement anti-démocratique. Avec exécutions sommaires et dirigé par un sympathique comité de Salut public en souvenir du bon vieux temps. Mais non, vive la Commune, à bat les bourgeois et c'est royalistes anti peuple youhouu !!!!

a écrit : Parce que la commune de Paris est devenu un symbole. En occultant la réalité. Comme le fait de retrouver la tête de Ché Guevara partout alors que c'est un meurtrier, un tortionnaire et un terroriste, une tête prôné aujourd'hui par de nombreux pacifistes qui s'indignent des installations du style guantanamo. La commune de Paris est un mouvement anti-démocratique pris comme référence aujourd'hui par des mouvements et partis politiques demandant plus de démocratie à tout les niveaux... Afficher tout Oui enfin il y avait des elections, representatif du peuple (ya combien d'ouvrier a l'assemblé nationale aujourd'hui ?), et revocables. Et c'etait des elections libres, avec des modérés faisant partie des classes aisées. Peux tu donner des exemples concrets pour montrer en quoi la commune etait plus anti-democratique que la seconde republique/second empire qu'il y avait avant, et la troisieme republique qu'il y eu ensuite?

a écrit : Oui enfin il y avait des elections, representatif du peuple (ya combien d'ouvrier a l'assemblé nationale aujourd'hui ?), et revocables. Et c'etait des elections libres, avec des modérés faisant partie des classes aisées. Peux tu donner des exemples concrets pour montrer en quoi la commune etait plus anti-democratique que la seconde republique/second empire qu'il y avait avant, et la troisieme republique qu'il y eu ensuite? Afficher tout Cette élection de 1871 répondrait aux standards de la représentativité moderne si elle avait accorder le droit de vote aux femmes. On est au XIXeme siècle, c'est déjà un énorme pas en avant démocratique que cette élection. Comme je le disais tous hommes de 21 ans, quelque soit son statut social et ses revenus pouvait voter (je crois qu'il y avait simplement un critère de résidence de quelques mois au même endroit, ce qui a exclu un peu d'ouvrier de grand chemin mais ce n'est pas significatif).
Élection libre évidemment, il y avait un large choix, royalistes légitimites ou orleaniste, bonapartistes, libéraux, republicains modérés, l'union républicaine.

Les résultats a donné une écrasante majorité aux monarchistes qui a formé un gouvernement dans la foulé. Les monarchistes étaient pour la paix avec l'Allemagne. Paris a voté majoritairement pour les républicains bellicistes. Ils n'ont pas accepté les résultats de l'élection ainsi que l'assemblée nationale et le gouvernement qui en ont découlé. C'est pour ça que les ouvriers de Paris se sont soulevés. Qu'est-ce qu'il faut de plus pour en conclure que la Commune était anti-démocratique ?

Et l'argument de la non représentativité d'une assemblée élu par le pourcentage de la profession ou le statut sociale de ses membres est complètement irrecevable. C'est un argument populiste. Déjà aujourd'hui moins de 20% de la population active sont des ouvriers. Ce qui fait de la population votante sûrement bien moins de 10%.
Et si on veut appliquer cette logique, on doit aussi mettre un quota de retraité à l'assemblée. Et 50% de femme obligatoire. Et 15% de personnes aux origines magrebine. Mais alors combien de femme retraitée d'origine magrebine ?... Bref c'est complètement absurde comme logique. Et c'est partir du principe fallacieux qu'on vote que sur ce genres de considération.

Surtout l'assemblée doit représenter les idées des votant, et pas la vie privée des votants. Enfin les membres de l'assemblée individuellement ne représentent rien, c'est l'assemblée entière qui représente les citoyens, or que je sache une assemblée ne peut pas être un ouvrier, un cadre, une femme, un protestant etc.

a écrit : Voilà, idée reçu en voici en voilà. Une illustration de ce que je dénonçais précisément. En sachant très bien que je faisis un coup d'épée dans l'eau, mais bon l'espoir fait vivre.

L'élection de 1871 c'est fait sur la base de la loi électorale de 1848 ou 49, je ne sais plus exacte
ment. Ce qui est important c'est que c'est celle qui instaure le suffrage universel masculin. Avec majorité à 21 ans mais surtout sans aucun critère censitaire. Bref l'élection de 1871 n'a rien d'un concept démocratique, elle est autant légitime que celles de nos jours. Le résultat a été largement en faveur des royalistes. Il n'y avait rien à redire dessus. Et oui, la France après la Révolution (et je dirais même pendant la Révolution), à longtemps été majoritairement royaliste ou bonapartiste. Sauf qu'il manque une certaine homogénéité à l'élection car ce sont les campagnes qui on majoritairement votés pour ces derniers, alors que les villes étaient plutôt republicaines. Les ouvriers et artisans de Paris n'ont pas respectés le vote de l'ensemble des français et se sont soulevés. Des partageux oui, mais pas pour l'égalité dans le droit de vote en tout cas...
Bref la commune de Paris est ce qu'il y a de plus strictement anti-démocratique. Avec exécutions sommaires et dirigé par un sympathique comité de Salut public en souvenir du bon vieux temps. Mais non, vive la Commune, à bat les bourgeois et c'est royalistes anti peuple youhouu !!!!
Afficher tout
Quelques extraits de Wikipédia sue ces fameuses élections :
«...le pays est occupé par les troupes du nouvel Empire allemand, proclamé en janvier 1871. Les élections sont organisées à sa demande, alors que 43 départements étaient occupés par l'armée allemande, qui y interdisait les réunions, que 372 000 soldats français étaient encore retenus en détention en Allemagne et que plusieurs milliers de réfugiés français n'avaient pas encore pu regagner leur domicile.»
«Bismarck ne donne que trois semaines pour organiser les élections. Faute de temps, il n'y a donc presque pas de véritable campagne électorale, excepté à Paris où les comités électoraux restent très actifs.»
«Dans les régions occupées, les réunions publiques sont interdites et c'est l'occupant qui se charge de l'organisation des élections. En province non occupée, les préfets soutiennent les listes favorables à la capitulation. À Paris le vote est républicain. C'est Louis Blanc qui y arrive en tête, suivi de Victor Hugo, Léon Gambetta, Giuseppe Garibaldi et, en 27e position, le jeune Clemenceau. Les deux négociateurs de la paix, Adolphe Thiers et Jules Favre, n'arrivent respectivement qu'en 20e et 34e position...»
Sic

a écrit : Quelques extraits de Wikipédia sue ces fameuses élections :
«...le pays est occupé par les troupes du nouvel Empire allemand, proclamé en janvier 1871. Les élections sont organisées à sa demande, alors que 43 départements étaient occupés par l'armée allemande, qui y interdisait les réunions, que 372 000 sol
dats français étaient encore retenus en détention en Allemagne et que plusieurs milliers de réfugiés français n'avaient pas encore pu regagner leur domicile.»
«Bismarck ne donne que trois semaines pour organiser les élections. Faute de temps, il n'y a donc presque pas de véritable campagne électorale, excepté à Paris où les comités électoraux restent très actifs.»
«Dans les régions occupées, les réunions publiques sont interdites et c'est l'occupant qui se charge de l'organisation des élections. En province non occupée, les préfets soutiennent les listes favorables à la capitulation. À Paris le vote est républicain. C'est Louis Blanc qui y arrive en tête, suivi de Victor Hugo, Léon Gambetta, Giuseppe Garibaldi et, en 27e position, le jeune Clemenceau. Les deux négociateurs de la paix, Adolphe Thiers et Jules Favre, n'arrivent respectivement qu'en 20e et 34e position...»
Sic
Afficher tout
Oui, des extraits..

Une partie du pays est occupé en effet par les allemands, 30 départements au moment de l'élection, et non 48. Que ce soit eux qui ont demandé des élections ne change rien, il y en aurait eu de toute façon. L'interdiction des réunions ne change pas grand chose non plus. Surtout qu'il faut voir les conditions de l'occupation, il n'y avait pas de caserne allemande à chaque villes et villages du nord et de l'Est de la France, les allemands n'occupaient que les grands axes routier pour le passage des troupes. De ce fait les allemands ne contrôlaient pas grand chose. La population circulait librement entre les zones à présence allemande et celles totalement libre. On estime que la population était informé à un degré suffisamment neutre et élevé.

Quelques milliers de personnes qui n'ont pas pu voté car réfugié... tu crois sérieusement que quelques milliers de voix aurait changé quelque chose sur un vote à plusieurs millions de personnes ?
Quant aux 300 000 militaires ils n'ont pas le droit de vote de toute façon ! Il a fallu attendre 1945 pour qu'ils l'obtiennent.

Si l'élection c'était joué à 49% pour un partis et 51 pour un autre j'avoue que ça aurait été problématique, mais la marge d'influence sur le résultat n'est pas assez importante. On est sur du 65 / 35 alors que moins d'un quart de la France subit une présence allemande.

Je suis d'accord que la situation n'était pas optimale, mais que devons en tirer vis à vis de la commune Paris ? Elle n'était pas du tout, mais alors pas du tout plus légitime à former un gouvernement que celui issu de ces élections.

a écrit : Quelques extraits de Wikipédia sue ces fameuses élections :
«...le pays est occupé par les troupes du nouvel Empire allemand, proclamé en janvier 1871. Les élections sont organisées à sa demande, alors que 43 départements étaient occupés par l'armée allemande, qui y interdisait les réunions, que 372 000 sol
dats français étaient encore retenus en détention en Allemagne et que plusieurs milliers de réfugiés français n'avaient pas encore pu regagner leur domicile.»
«Bismarck ne donne que trois semaines pour organiser les élections. Faute de temps, il n'y a donc presque pas de véritable campagne électorale, excepté à Paris où les comités électoraux restent très actifs.»
«Dans les régions occupées, les réunions publiques sont interdites et c'est l'occupant qui se charge de l'organisation des élections. En province non occupée, les préfets soutiennent les listes favorables à la capitulation. À Paris le vote est républicain. C'est Louis Blanc qui y arrive en tête, suivi de Victor Hugo, Léon Gambetta, Giuseppe Garibaldi et, en 27e position, le jeune Clemenceau. Les deux négociateurs de la paix, Adolphe Thiers et Jules Favre, n'arrivent respectivement qu'en 20e et 34e position...»
Sic
Afficher tout
D'ailleurs regarde les revandications des communards. Ils ne se sont pas soulevé contre un scrutin supposément biaisé par l'occupation, mais contre le "scrutins des ruraux". La dimension d'occupation n'est pas la plus pertinente sur le sujet loin de là.

a écrit : Il est évident que la raison des profanations n'est pas pour emmerder les morts ; mais bien pour envoyer un "message" aux vivants. Sans compter que sauf erreur ceux qui croient à la vie après la mort ne croient pas à la vie dans le même corps ! Les catholiques pensent plutôt à la survie de l'âme tandis que les adeptes de la réincarnation (les hindouistes ?) pensent que l'âme subsiste dans un autre corps il me semble...