Alcatraz était réputée pour sa nourriture

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

Je viens justement de demander un transfert… J’attends

Je crois que la réputation d'Alcatraz n'était pas particulièrement celle d'être "terrible", mais surtoût d'être une prison d'où on ne s'évadait pas...
Sa visite est intéressante. Bien entretenue, on y voit l'étroitesse des cellules quand même (pas si gai que ça) et la photo du dernier occupant des lieux ; dont Al Capone, bien sûr, dont la cellule n'était pas plus grande que les autres.
Je trouve assez bien, assez sain, de conserver en état ces souvenirs, bons ou mauvais, d'une société. De pouvoir les montrer comme ils étaient. En comparaison notre bagne de cayenne n'est qu'une ruine. On dirait que la honte nous a submergé à l'époque, et qu'il ne fallait surtoût pas laisser de trace. C'est dommage à mon sens de ne pas assumer son histoire.

C’est la première prison à avoir la lumière électrique et non pas éclairé par les lampes à huile
Elle avait aussi le chauffage centralisé
Les cellules disposait aussi de prises pour que les prisonniers bénéficient de la radio (le casque audio était retiré pour les détenus qui se comportait mal)
La visite de la prison est très intéressante


Tous les commentaires (41)

Je viens justement de demander un transfert… J’attends

Je crois que la réputation d'Alcatraz n'était pas particulièrement celle d'être "terrible", mais surtoût d'être une prison d'où on ne s'évadait pas...
Sa visite est intéressante. Bien entretenue, on y voit l'étroitesse des cellules quand même (pas si gai que ça) et la photo du dernier occupant des lieux ; dont Al Capone, bien sûr, dont la cellule n'était pas plus grande que les autres.
Je trouve assez bien, assez sain, de conserver en état ces souvenirs, bons ou mauvais, d'une société. De pouvoir les montrer comme ils étaient. En comparaison notre bagne de cayenne n'est qu'une ruine. On dirait que la honte nous a submergé à l'époque, et qu'il ne fallait surtoût pas laisser de trace. C'est dommage à mon sens de ne pas assumer son histoire.

C’est la première prison à avoir la lumière électrique et non pas éclairé par les lampes à huile
Elle avait aussi le chauffage centralisé
Les cellules disposait aussi de prises pour que les prisonniers bénéficient de la radio (le casque audio était retiré pour les détenus qui se comportait mal)
La visite de la prison est très intéressante

a écrit : Je crois que la réputation d'Alcatraz n'était pas particulièrement celle d'être "terrible", mais surtoût d'être une prison d'où on ne s'évadait pas...
Sa visite est intéressante. Bien entretenue, on y voit l'étroitesse des cellules quand même (pas si gai que ça) et la
photo du dernier occupant des lieux ; dont Al Capone, bien sûr, dont la cellule n'était pas plus grande que les autres.
Je trouve assez bien, assez sain, de conserver en état ces souvenirs, bons ou mauvais, d'une société. De pouvoir les montrer comme ils étaient. En comparaison notre bagne de cayenne n'est qu'une ruine. On dirait que la honte nous a submergé à l'époque, et qu'il ne fallait surtoût pas laisser de trace. C'est dommage à mon sens de ne pas assumer son histoire.
Afficher tout
C'est peut-être aussi une question de climat et de qualité de construction : une prison très solide pour qu'on ne puisse pas s'en échapper et soumise à dans un climat frais se conserve mieux que des baraquements livrés à la végétation luxuriante d'un climat équatorial humide.

Posté le

android

(28)

Répondre

Je me permet d'en douter. Les conditions étaient exécrables tout du moins avant les années 1950. La prison fut construite sur un rocher au tout début des années 30, dans une période ou le taux de criminalité aux États-Unis avait littéralement explosé (prohibition, crise de 29) augmentant de 1000% en 30 ans. Le "rocher" était alors à la pointe de la technologie (première prison disposant d'ouverture de cellule électrique), et elle était destinée aux criminels les plus dangereux "tous les œufs pourris dans le même panier". La prison était situé de telle sorte que pendant leur promenade les prisonniers puissent voir et entendre la ville de San Francisco. Il faut aussi savoir que les prisonniers n'avaient pas le droit de communiquer avec leur partenaire de cellule 22h par jour sauf pendant la promenade. Ainsi éclaté en 1946 un épisode appelé bataille d'Alcatraz ou des prisonniers réussirent à s'emparer d'armes et tuèrent même un gardien, c'est l'armée qui intervint. À partir des années 1950 une série de réforme va venir adoucir les conditions de détentions aux États-Unis,ce qui va permettre l'évasion de 1962. Évasion, qui va sonner le glas de la prison. Donc non, je ne pense pas que la réputation d'Alcatraz soit exagérée.
En revanche il est absolument vrai que des détenus aient demandé à y être envoyé. Et ce pour une raison simple, la violence carcérale (entre détenus) étaient inexistante à Alcatraz car elle était la prison la plus surveillée des États-Unis (1 gardien pour 3 prisonniers alors que dans les autres prisons il fallait compter un gardien pour plus de 8 prisonniers)

Posté le

android

(51)

Répondre

« Le terme “Alcatraz” provient de l’espagnol ancien “Alcatraces” qui signifie pélican. Servant de refuge à ces oiseaux, l’ile fut nommée ainsi par l’explorateur espagnol Juan Manuel de Ayala en 1775. »

Depuis l’abandon de la prison, l’ile est de nouveau un sanctuaire pour les oiseaux avec de nombreuses espèces : le goéland d’Audubon, le pélican brun, le guillemot colombin, l’huîtrier de Bachman, l’aigrette neigeuse, le bihoreau gris, le bruant à couronne blanche, le bruant chanteur, le colibri d’Anna ou le moucherolle noir, le cormoran de Brandt, le cormoran à aigrettes et le cormoran pélagique (Wiki)

Ils avaient aussi de l'eau forcément chaude pour les douches afin qu'ils ne puissent pas s'acclimater à l'eau froide pour préparer une évasion.

a écrit : « Le terme “Alcatraz” provient de l’espagnol ancien “Alcatraces” qui signifie pélican. Servant de refuge à ces oiseaux, l’ile fut nommée ainsi par l’explorateur espagnol Juan Manuel de Ayala en 1775. »

Depuis l’abandon de la prison, l’ile est de nouveau un sanctuaire pour les oiseaux avec de nombreuses e
spèces : le goéland d’Audubon, le pélican brun, le guillemot colombin, l’huîtrier de Bachman, l’aigrette neigeuse, le bihoreau gris, le bruant à couronne blanche, le bruant chanteur, le colibri d’Anna ou le moucherolle noir, le cormoran de Brandt, le cormoran à aigrettes et le cormoran pélagique (Wiki) Afficher tout
Et ironiquement c'est là que fut enfermé Robert Stroud dis "bird man"

Posté le

android

(13)

Répondre

a écrit : Je crois que la réputation d'Alcatraz n'était pas particulièrement celle d'être "terrible", mais surtoût d'être une prison d'où on ne s'évadait pas...
Sa visite est intéressante. Bien entretenue, on y voit l'étroitesse des cellules quand même (pas si gai que ça) et la
photo du dernier occupant des lieux ; dont Al Capone, bien sûr, dont la cellule n'était pas plus grande que les autres.
Je trouve assez bien, assez sain, de conserver en état ces souvenirs, bons ou mauvais, d'une société. De pouvoir les montrer comme ils étaient. En comparaison notre bagne de cayenne n'est qu'une ruine. On dirait que la honte nous a submergé à l'époque, et qu'il ne fallait surtoût pas laisser de trace. C'est dommage à mon sens de ne pas assumer son histoire.
Afficher tout
Cayenne a fermé en 1938, quand la prison d'Alcatraz a "ouvert" en 1934 (fermé en 1963).
Wiki : Le bagne de Cayenne mérite bien le surnom de « guillotine sèche » : les châtiments inhumains, la malaria, les mauvais traitements, la « dépravation » font des ravages. Sur 17 000 hommes envoyés à Cayenne entre 1854 et 1867, il n'y a que 7 000 survivants.

Ce n'est pas la même époque : une prison qui est une "honte" et dans une rėgion francaise qui n'a pas la capacitė financière de la sauvegarder; en face une ile situė dans un pays riche et dans une baie emblématique d'une ville reconnu internationalement.
Je rajoute que le climat de la guyane n'a pas du aidé à la conservation, et que la région n'est pas aussi attractive que Frisco.
Accessoirement Alcatraz est aussi un parc protégé pour l'observation des oiseux.

Je ne comprends pas trés bien ton etonnement.

Source : wikipedia.

Posté le

android

(24)

Répondre

a écrit : « Le terme “Alcatraz” provient de l’espagnol ancien “Alcatraces” qui signifie pélican. Servant de refuge à ces oiseaux, l’ile fut nommée ainsi par l’explorateur espagnol Juan Manuel de Ayala en 1775. »

Depuis l’abandon de la prison, l’ile est de nouveau un sanctuaire pour les oiseaux avec de nombreuses e
spèces : le goéland d’Audubon, le pélican brun, le guillemot colombin, l’huîtrier de Bachman, l’aigrette neigeuse, le bihoreau gris, le bruant à couronne blanche, le bruant chanteur, le colibri d’Anna ou le moucherolle noir, le cormoran de Brandt, le cormoran à aigrettes et le cormoran pélagique (Wiki) Afficher tout
Alcatraces se traduit plutôt par albatros.
Je pense que c'est de cet oiseau là que vient le nom de l'Ile.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Alcatraces se traduit plutôt par albatros.
Je pense que c'est de cet oiseau là que vient le nom de l'Ile.
Je crois que c'est encore plus compliqué que ça. En espagnol, « Albatros » se dit « Albatros » et « Pélican » se dit « Pelicano » et « Alcatraces » se traduit par « Fou de Bassan ». Par contre, en ancien espagnol, « Alcatraces » désignait bien le pélican qui est d’ailleurs l’oiseau le plus présent sur l’île.

La forme moderne « albatros » a été empruntée à l’anglais au milieu du XVIIIe siècle. L’anglais a altéré le mot espagnol « alcatraz » en albatros. Les marins anglais ont commencé à désigner certains oiseaux de grande envergure par le mot « albatros » au lieu de désigner uniquement les pélicans.

Le mot espagnol « Alcatraz » pourrait provenir de l’arabe al-ghattas « aigle de mer » ou de l’arabe al-qadus « noria, cruche » (du grec kados, cruche), par allusion à la poche du pélican mais rien de certain.

Bref, que ce soit pélican ou albatros, ces mots ont vogué longtemps sur les mers et il est possible qu'au même moment, ces mots aient eu plusieurs significations à différents endroits du monde.

a écrit : Je me permet d'en douter. Les conditions étaient exécrables tout du moins avant les années 1950. La prison fut construite sur un rocher au tout début des années 30, dans une période ou le taux de criminalité aux États-Unis avait littéralement explosé (prohibition, crise de 29) augmentant de 1000% en 30 ans. Le "rocher" était alors à la pointe de la technologie (première prison disposant d'ouverture de cellule électrique), et elle était destinée aux criminels les plus dangereux "tous les œufs pourris dans le même panier". La prison était situé de telle sorte que pendant leur promenade les prisonniers puissent voir et entendre la ville de San Francisco. Il faut aussi savoir que les prisonniers n'avaient pas le droit de communiquer avec leur partenaire de cellule 22h par jour sauf pendant la promenade. Ainsi éclaté en 1946 un épisode appelé bataille d'Alcatraz ou des prisonniers réussirent à s'emparer d'armes et tuèrent même un gardien, c'est l'armée qui intervint. À partir des années 1950 une série de réforme va venir adoucir les conditions de détentions aux États-Unis,ce qui va permettre l'évasion de 1962. Évasion, qui va sonner le glas de la prison. Donc non, je ne pense pas que la réputation d'Alcatraz soit exagérée.
En revanche il est absolument vrai que des détenus aient demandé à y être envoyé. Et ce pour une raison simple, la violence carcérale (entre détenus) étaient inexistante à Alcatraz car elle était la prison la plus surveillée des États-Unis (1 gardien pour 3 prisonniers alors que dans les autres prisons il fallait compter un gardien pour plus de 8 prisonniers)
Afficher tout
Qu'entends-tu par "condition exécrables"?
Alcatraz était la première prison ultramoderne de ultra haute sécurité au monde, les conditions de vie n'entrent pas en ligne de compte, c'est juste une prison où il faut demander l'autorisation au maton pour ne serais ce que de lui demander l'autorisation de lui poser une question:
-Chef, je peux parler?
-Oui.
-Chef, je peux vous poser une question?
-Oui.
-Chef, je peux aller aux chiottes?
-Non.
-Merci, chef.

Des conditions exécrables, effectivement, le bagne de Cayenne (où n'importe quel autre bagne d'ailleurs) est un bon exemple, les taulards y allaient en général pour y crever noyés dans la merde, la vermine et les maladies plus qu'autre chose, un peu comme au goulag de tonton Staline (c.f voir anecdote plus bas^^)

Pour l'anecdote, il me semble avoir vu dans un doc sur l'évolution des prisons que celle-ci a fermé à cause de son coût d'entretien prohibitif mais aussi et surtout parce que le béton avait pourri à cause de l'air chargé en sel. Il aurait fallu la raser entièrement et la reconstruire de A à Z, et vu les progrès technologiques en matière d'anti-évasion, cela ne valait pas le coup financièrement (à noter qu'aux US les prisons sont gérées par des entreprises privées, ceci explique cela).

Bizarrement, j ai vu un documentaire hier qui précisait plutôt que les conditions de détentions n étaient pas si bonnes que cela, d ou les tentatives d évasion fréquentes (torture psychologique, silence imposé, isolement, « le donjon », enfermé en cellule de 18h à 7h du matin, pas de bibliothèque et autres « services »...) ou les demandes de transferts vers le continent (un détenu se serait même coupé sa main à la hache pour être sûr de quitter cet endroit!)

a écrit : Qu'entends-tu par "condition exécrables"?
Alcatraz était la première prison ultramoderne de ultra haute sécurité au monde, les conditions de vie n'entrent pas en ligne de compte, c'est juste une prison où il faut demander l'autorisation au maton pour ne serais ce que de lui demander
l'autorisation de lui poser une question:
-Chef, je peux parler?
-Oui.
-Chef, je peux vous poser une question?
-Oui.
-Chef, je peux aller aux chiottes?
-Non.
-Merci, chef.

Des conditions exécrables, effectivement, le bagne de Cayenne (où n'importe quel autre bagne d'ailleurs) est un bon exemple, les taulards y allaient en général pour y crever noyés dans la merde, la vermine et les maladies plus qu'autre chose, un peu comme au goulag de tonton Staline (c.f voir anecdote plus bas^^)

Pour l'anecdote, il me semble avoir vu dans un doc sur l'évolution des prisons que celle-ci a fermé à cause de son coût d'entretien prohibitif mais aussi et surtout parce que le béton avait pourri à cause de l'air chargé en sel. Il aurait fallu la raser entièrement et la reconstruire de A à Z, et vu les progrès technologiques en matière d'anti-évasion, cela ne valait pas le coup financièrement (à noter qu'aux US les prisons sont gérées par des entreprises privées, ceci explique cela).
Afficher tout
Évidemment qu'à Cayenne c'était pire, mais ça ne veux pas dire que Alcatraz c'était le club med à côté. Les prisonniers étaient dépossédé de leur identité. Lorsqu'ils arrivaient les Gardiens leurs donné un matricule et ne les appeler plus que par ce nombre pour les briser moralement

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Je crois que la réputation d'Alcatraz n'était pas particulièrement celle d'être "terrible", mais surtoût d'être une prison d'où on ne s'évadait pas...
Sa visite est intéressante. Bien entretenue, on y voit l'étroitesse des cellules quand même (pas si gai que ça) et la
photo du dernier occupant des lieux ; dont Al Capone, bien sûr, dont la cellule n'était pas plus grande que les autres.
Je trouve assez bien, assez sain, de conserver en état ces souvenirs, bons ou mauvais, d'une société. De pouvoir les montrer comme ils étaient. En comparaison notre bagne de cayenne n'est qu'une ruine. On dirait que la honte nous a submergé à l'époque, et qu'il ne fallait surtoût pas laisser de trace. C'est dommage à mon sens de ne pas assumer son histoire.
Afficher tout
Je trouve qu’en France on assume bien notre histoire. Colonisation, collaboration, génocides,...

Cuisine de qualité... C'est Resnikov aux fourneaux ?

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : « Le terme “Alcatraz” provient de l’espagnol ancien “Alcatraces” qui signifie pélican. Servant de refuge à ces oiseaux, l’ile fut nommée ainsi par l’explorateur espagnol Juan Manuel de Ayala en 1775. »

Depuis l’abandon de la prison, l’ile est de nouveau un sanctuaire pour les oiseaux avec de nombreuses e
spèces : le goéland d’Audubon, le pélican brun, le guillemot colombin, l’huîtrier de Bachman, l’aigrette neigeuse, le bihoreau gris, le bruant à couronne blanche, le bruant chanteur, le colibri d’Anna ou le moucherolle noir, le cormoran de Brandt, le cormoran à aigrettes et le cormoran pélagique (Wiki) Afficher tout
Ce complément mérite une anecdote :)

Les prisonniers avaient aussi l'eau chaude pour toutes leurs douches. La raison est simple, il ne fallait pas que les détenus soient habitués à l'eau froide, afin de les dissuader d'avantage de toutes tentatives d'évasion. L'eau et les courants sont réputés comme étant glaciale dans la baie de San Francisco.

Source documentaire sur la prison

a écrit : Cayenne a fermé en 1938, quand la prison d'Alcatraz a "ouvert" en 1934 (fermé en 1963).
Wiki : Le bagne de Cayenne mérite bien le surnom de « guillotine sèche » : les châtiments inhumains, la malaria, les mauvais traitements, la « dépravation » font des ravages. Sur 17 000 hommes envoyés à Cayenne
entre 1854 et 1867, il n'y a que 7 000 survivants.

Ce n'est pas la même époque : une prison qui est une "honte" et dans une rėgion francaise qui n'a pas la capacitė financière de la sauvegarder; en face une ile situė dans un pays riche et dans une baie emblématique d'une ville reconnu internationalement.
Je rajoute que le climat de la guyane n'a pas du aidé à la conservation, et que la région n'est pas aussi attractive que Frisco.
Accessoirement Alcatraz est aussi un parc protégé pour l'observation des oiseux.

Je ne comprends pas trés bien ton etonnement.

Source : wikipedia.
Afficher tout
Ce n'était pas un "étonnement", c'était une simple réflexion... Aujourd'hui, on visite Alcatraz comme un musée du souvenir. Quand la prison a fermée, le site a été entretenu "dans son dernier jus". On ressent l'atmosphère qui régnait à l'époque, des explications sont données, etc... et c'est très intéressant.
En "visitant" le bagne de Cayenne, ou plutôt ce qu'il en reste, on reste sur sa faim. Une grande partie a été démolie, des sites sont interdits, on a laissé la végétation reprendre ses droits. Bref, on ressent peu de choses, on a du mal à se mettre en perspective, alors que cela devrait nous retourner. Je pense qu'il y a eu à l'époque de la fermeture la volonté de ne pas laisser de trace de cette partie de l'histoire ; et c'est dommage à mon sens. "Pour savoir où l'on veut aller, il faut savoir d'où on vient", et il ne faut écarter aucun sujet si on ne veut pas refaire les mêmes erreurs.

a écrit : Ce n'était pas un "étonnement", c'était une simple réflexion... Aujourd'hui, on visite Alcatraz comme un musée du souvenir. Quand la prison a fermée, le site a été entretenu "dans son dernier jus". On ressent l'atmosphère qui régnait à l'époque, des explications sont données, etc... et c'est très intéressant.
En "visitant" le bagne de Cayenne, ou plutôt ce qu'il en reste, on reste sur sa faim. Une grande partie a été démolie, des sites sont interdits, on a laissé la végétation reprendre ses droits. Bref, on ressent peu de choses, on a du mal à se mettre en perspective, alors que cela devrait nous retourner. Je pense qu'il y a eu à l'époque de la fermeture la volonté de ne pas laisser de trace de cette partie de l'histoire ; et c'est dommage à mon sens. "Pour savoir où l'on veut aller, il faut savoir d'où on vient", et il ne faut écarter aucun sujet si on ne veut pas refaire les mêmes erreurs.
Afficher tout
Vous avez à mon sens complètement raison sur le sujet. Une société se doit de se souvenir de son passé, bon comme mauvais pour en tirer tous les enseignements et surtout ne pas commettre les mêmes erreurs. Pour le bagne de Cayenne, je crains que des considérations économiques aient pris largement le pas sur le devoir de mémoire. Un bâtiment historique, cela coûte très cher à entretenir et encore plus dans cette région du monde. Je ne suis pas certain que l’oubli ait été intentionnel, mais plutôt inéluctable par manque de moyens. Il me semble que l’ile d’Alcatraz dont parle l’anecdote génère pas mal de revenus liés au tourisme et cela grâce à sa réputation (à priori en partie fausse).
Pour le reste, je trouve de manière générale dans les médias, dans l’enseignement et dans la présentation de nos bâtiments historiques, que l’occultation volontaire de certains pans sombres du passé est de moins en moins pratiquée pour laisser place à une certaine « vérité » historique. Ce n’est pas encore parfait, mais l’amélioration est substantielle.