Barack Obama a dû prêter serment 4 fois pour 2 mandats

Proposé par
le

Deux fois président, Barack Obama prêta serment à 4 reprises. Lors de sa première investiture, le président de la Cour suprême des États-Unis se trompa dans les paroles du serment, qui furent répétées par Obama qui dut recommencer le lendemain avec la bonne version. Son second mandat commençant un dimanche avec une investiture prévue le lundi, il prêta serment en privé le dimanche avant de recommencer en public le lundi.

Seul Franklin Roosevelt l'avait fait autant de fois jusque-là.


Commentaires préférés (3)

Je me demandais si le juge Roberts avait fait une erreur qui changeait complètement le sens du texte du genre dire "combattre les amis" au lieu de "combattre les ennemis" mais en fait il avait simplement changé la place de "faithfully" (fidèlement) dans une phrase, qui restait tout à fait correcte et qui gardait exactement le même sens. Donc s'ils ont recommencé le lendemain c'est uniquement de peur qu'on lui reproche par la suite de ne pas avoir prêté serment avec le texte exactement comme il était prévu par la constitution, et pas parce que ça changeait quelque chose au sens du serment qu'il avait prêté. La deuxième fois ils n'ont pas pris de risque et ont lu le texte sur la petite carte prévue à cet effet alors que la première fois le juge avait voulu dire le texte de mémoire...

Posté le

android

(91)

Répondre

Voici le texte issu de Wikipédia :
« I do solemnly swear (or affirm) that I will faithfully execute the office of President of the United States, and will to the best of my ability, preserve, protect, and defend the Constitution of the United States. »
« Je jure (ou affirme) solennellement que j'exécuterai loyalement la charge de président des États-Unis et que du mieux de mes capacités, je préserverai, protégerai et défendrai la Constitution des États-Unis. »

Posté le

android

(34)

Répondre

En France, contrairement à beaucoup de pays, il n'y a pas de cérémonie pour "préter serment"... En fait, il n'y a pas du tout de protocole particulier (chaque nouvel élu organise ça à sa convenance) hormis la "passassion des pouvoirs" (obligatoire) entre l'ex et le nouveau Président, à l'Elysée.
Alors j'en connais qui vont dire : "Et bien ils feraient mieux de préter serment" ! :) Certes, mais si on y regarde bien aux USA, ils jurent de respecter la Constitution... Du coup, ils se mettent pieds et poings liés ! Interdire le port d'armes, par exemple, ou plus généralement vouloir simplement modifier la constitution, deviendrait un parjure :)
Que se passerait-il si, par exemple, un nouvel élu disait au moment de préter serment : "non, moi je vais interdire le port d'armes, je ne jure pas de respecter la constitution ; je préfère être franc avec vous"... Joli buzz non ? :)
Bref, tout ça pour dire que préter serment n'apporte pas grand chose et ne veut pas dire grand chose :)


Tous les commentaires (17)

Je me demandais si le juge Roberts avait fait une erreur qui changeait complètement le sens du texte du genre dire "combattre les amis" au lieu de "combattre les ennemis" mais en fait il avait simplement changé la place de "faithfully" (fidèlement) dans une phrase, qui restait tout à fait correcte et qui gardait exactement le même sens. Donc s'ils ont recommencé le lendemain c'est uniquement de peur qu'on lui reproche par la suite de ne pas avoir prêté serment avec le texte exactement comme il était prévu par la constitution, et pas parce que ça changeait quelque chose au sens du serment qu'il avait prêté. La deuxième fois ils n'ont pas pris de risque et ont lu le texte sur la petite carte prévue à cet effet alors que la première fois le juge avait voulu dire le texte de mémoire...

Posté le

android

(91)

Répondre

Voici le texte issu de Wikipédia :
« I do solemnly swear (or affirm) that I will faithfully execute the office of President of the United States, and will to the best of my ability, preserve, protect, and defend the Constitution of the United States. »
« Je jure (ou affirme) solennellement que j'exécuterai loyalement la charge de président des États-Unis et que du mieux de mes capacités, je préserverai, protégerai et défendrai la Constitution des États-Unis. »

Posté le

android

(34)

Répondre

En France, contrairement à beaucoup de pays, il n'y a pas de cérémonie pour "préter serment"... En fait, il n'y a pas du tout de protocole particulier (chaque nouvel élu organise ça à sa convenance) hormis la "passassion des pouvoirs" (obligatoire) entre l'ex et le nouveau Président, à l'Elysée.
Alors j'en connais qui vont dire : "Et bien ils feraient mieux de préter serment" ! :) Certes, mais si on y regarde bien aux USA, ils jurent de respecter la Constitution... Du coup, ils se mettent pieds et poings liés ! Interdire le port d'armes, par exemple, ou plus généralement vouloir simplement modifier la constitution, deviendrait un parjure :)
Que se passerait-il si, par exemple, un nouvel élu disait au moment de préter serment : "non, moi je vais interdire le port d'armes, je ne jure pas de respecter la constitution ; je préfère être franc avec vous"... Joli buzz non ? :)
Bref, tout ça pour dire que préter serment n'apporte pas grand chose et ne veut pas dire grand chose :)

a écrit : En France, contrairement à beaucoup de pays, il n'y a pas de cérémonie pour "préter serment"... En fait, il n'y a pas du tout de protocole particulier (chaque nouvel élu organise ça à sa convenance) hormis la "passassion des pouvoirs" (obligatoire) entre l'ex et le nouveau Président, à l'Elysée.
Alors j'en connais qui vont dire : "Et bien ils feraient mieux de préter serment" ! :) Certes, mais si on y regarde bien aux USA, ils jurent de respecter la Constitution... Du coup, ils se mettent pieds et poings liés ! Interdire le port d'armes, par exemple, ou plus généralement vouloir simplement modifier la constitution, deviendrait un parjure :)
Que se passerait-il si, par exemple, un nouvel élu disait au moment de préter serment : "non, moi je vais interdire le port d'armes, je ne jure pas de respecter la constitution ; je préfère être franc avec vous"... Joli buzz non ? :)
Bref, tout ça pour dire que préter serment n'apporte pas grand chose et ne veut pas dire grand chose :)
Afficher tout
Si c'était aussi simple de modifier la Constitution US en se mettant en porte à faux de la sorte, ça se saurait... Enfin, ça n'a pas empêché le président de prêter serment et de faire voter l'abolition du Volstead Act !

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : En France, contrairement à beaucoup de pays, il n'y a pas de cérémonie pour "préter serment"... En fait, il n'y a pas du tout de protocole particulier (chaque nouvel élu organise ça à sa convenance) hormis la "passassion des pouvoirs" (obligatoire) entre l'ex et le nouveau Président, à l'Elysée.
Alors j'en connais qui vont dire : "Et bien ils feraient mieux de préter serment" ! :) Certes, mais si on y regarde bien aux USA, ils jurent de respecter la Constitution... Du coup, ils se mettent pieds et poings liés ! Interdire le port d'armes, par exemple, ou plus généralement vouloir simplement modifier la constitution, deviendrait un parjure :)
Que se passerait-il si, par exemple, un nouvel élu disait au moment de préter serment : "non, moi je vais interdire le port d'armes, je ne jure pas de respecter la constitution ; je préfère être franc avec vous"... Joli buzz non ? :)
Bref, tout ça pour dire que préter serment n'apporte pas grand chose et ne veut pas dire grand chose :)
Afficher tout
"that I will support and defend the Constitution of the United States against all enemies, foreign and domestic, that I will bear true faith and allegiance to the same"

Soutenir, défendre et y prêter allégeance ça empêche pas d'y apporter des changements sinon ça fait des siècles qu'ils auraient rien changé aux États-Unis.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : En France, contrairement à beaucoup de pays, il n'y a pas de cérémonie pour "préter serment"... En fait, il n'y a pas du tout de protocole particulier (chaque nouvel élu organise ça à sa convenance) hormis la "passassion des pouvoirs" (obligatoire) entre l'ex et le nouveau Président, à l'Elysée.
Alors j'en connais qui vont dire : "Et bien ils feraient mieux de préter serment" ! :) Certes, mais si on y regarde bien aux USA, ils jurent de respecter la Constitution... Du coup, ils se mettent pieds et poings liés ! Interdire le port d'armes, par exemple, ou plus généralement vouloir simplement modifier la constitution, deviendrait un parjure :)
Que se passerait-il si, par exemple, un nouvel élu disait au moment de préter serment : "non, moi je vais interdire le port d'armes, je ne jure pas de respecter la constitution ; je préfère être franc avec vous"... Joli buzz non ? :)
Bref, tout ça pour dire que préter serment n'apporte pas grand chose et ne veut pas dire grand chose :)
Afficher tout
En effet, il ne peut même pas croiser les doigts, car la main droite est levée et la gauche est sur la bible.
S’il arrive à croiser ses doigts de pieds avant de mettre ses chaussures et tenir jusqu’à la cérémonie, sa promesse sera caduc et il pourra faire ce qu’il veut sans parjure.

a écrit : En France, contrairement à beaucoup de pays, il n'y a pas de cérémonie pour "préter serment"... En fait, il n'y a pas du tout de protocole particulier (chaque nouvel élu organise ça à sa convenance) hormis la "passassion des pouvoirs" (obligatoire) entre l'ex et le nouveau Président, à l'Elysée.
Alors j'en connais qui vont dire : "Et bien ils feraient mieux de préter serment" ! :) Certes, mais si on y regarde bien aux USA, ils jurent de respecter la Constitution... Du coup, ils se mettent pieds et poings liés ! Interdire le port d'armes, par exemple, ou plus généralement vouloir simplement modifier la constitution, deviendrait un parjure :)
Que se passerait-il si, par exemple, un nouvel élu disait au moment de préter serment : "non, moi je vais interdire le port d'armes, je ne jure pas de respecter la constitution ; je préfère être franc avec vous"... Joli buzz non ? :)
Bref, tout ça pour dire que préter serment n'apporte pas grand chose et ne veut pas dire grand chose :)
Afficher tout
La nuance tient peut-être dans le fait que depuis la création des États-Unis d'Amérique par le biais de la déclaration d'Indépendance en 1776, la Constitution n'a jamais été modifiée (contrairement à la France qui, avec sa Constitution du 4 octobre 1958, en est à sa 15ème version de texte fondamental depuis 1791) mais amendé.
Modifier un amendement n'est pas un non respect de la constitution ou un changement fondamental de celle-ci.

C'est en autre le cas de la France depuis la Ve République.
La Constitution actuelle est une version consolidée notamment par la suppression du septennat et la création du quinquennat par référendum en 2000 et par les derniers changement majeur effectués en juillet 2008. Cependant la Constitution en elle-même n'a plus fondamentalement changé depuis 1958.

Tout ça pour dire : non le président n'est pas pieds et poings liés lorsqu'il jure protection et respect de la Constitution.
Il a toujours possibilité de l'amendé.
Le vrai problème du 2ème amendement (droit de détention d'armes) c'est surtout la NRA.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : En effet, il ne peut même pas croiser les doigts, car la main droite est levée et la gauche est sur la bible.
S’il arrive à croiser ses doigts de pieds avant de mettre ses chaussures et tenir jusqu’à la cérémonie, sa promesse sera caduc et il pourra faire ce qu’il veut sans parjure.
Les États-Unis sont un pays laïc depuis 1791. Le nouveau président peut prêter serment sur ce qu’il veut. Bien entendu, la plupart des présidents américains étaient chrétiens et ont prêté serment sur la Bible. Tradition oblige, les nouveaux présidents font généralement de même.
Les deux seuls contre-exemples sont John Quincy Adams et Théodore Roosevelt qui ont prêté serment sur le Code civil américain et non sur la Bible.

Il est donc tout à fait possible de prêter serment sur le Coran, sur la Torah ou sur le catalogue IKEA. Reste à déterminer pour le futur président, quel message veut-il faire passer à son électorat.

a écrit : En France, contrairement à beaucoup de pays, il n'y a pas de cérémonie pour "préter serment"... En fait, il n'y a pas du tout de protocole particulier (chaque nouvel élu organise ça à sa convenance) hormis la "passassion des pouvoirs" (obligatoire) entre l'ex et le nouveau Président, à l'Elysée.
Alors j'en connais qui vont dire : "Et bien ils feraient mieux de préter serment" ! :) Certes, mais si on y regarde bien aux USA, ils jurent de respecter la Constitution... Du coup, ils se mettent pieds et poings liés ! Interdire le port d'armes, par exemple, ou plus généralement vouloir simplement modifier la constitution, deviendrait un parjure :)
Que se passerait-il si, par exemple, un nouvel élu disait au moment de préter serment : "non, moi je vais interdire le port d'armes, je ne jure pas de respecter la constitution ; je préfère être franc avec vous"... Joli buzz non ? :)
Bref, tout ça pour dire que préter serment n'apporte pas grand chose et ne veut pas dire grand chose :)
Afficher tout
Prêter serment ou pas ne change pas grand-chose, la Constitution n'est qu'une liste de lois censées protéger le pays et les citoyens que le Président doit respecter.
En ce qui concerne la NRA, le poids qu'elle a au USA est surtout dû aux
50 milliards de chiffre d'affaires que les entreprises qui en font partie génèrent.

Ces 50 milliards proviennent en partie de la vente d'armes destinées aux armées, mais aussi en grande partie de la vente aux particuliers.
Si c'est dans les grandes villes que les gens manifestent contre la vente d'arme, il ne faut pas oublier que c'est dans les régions moins densément peuplées qu'il s'en vend le plus.

Pour conclure, il est plus difficile d'acheter légalement une arme à NY que dans une ville du Texas ou de l'Arizona et les lois sur le PORT d'arme sont très différentes d'un État à l'autre.
Cependant, si l'offre est si grande c'est que la demande l'est aussi.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Voici le texte issu de Wikipédia :
« I do solemnly swear (or affirm) that I will faithfully execute the office of President of the United States, and will to the best of my ability, preserve, protect, and defend the Constitution of the United States. »
« Je jure (ou affirme) solennellement que j'exécut
erai loyalement la charge de président des États-Unis et que du mieux de mes capacités, je préserverai, protégerai et défendrai la Constitution des États-Unis. » Afficher tout
A noter que deux possibilités sont prévues par la constitution dans ce texte, jurer (swear) ou affirmer (affirm), pour le cas ou un président élu ne pourrait ou ne voudrait pas jurer, par exemple à cause de sa religion : la religion des quackers notamment leur interdit de jurer, mais il semblerait que ça n'ait pas gêné les rares présidents de cette religion qui ont été élus au cours de l'histoire. Il faut dire aussi que, dans le temps, le président élu ne s'embêtait pas à tout répéter : la personne qui lui faisait prêter serment lui lisait le serment en lui posant une question ("jurez-vous... ?") et il se contentait de répondre 'I do' ou 'I will' (ou ce qu'il voulait pourvu que ce soit une réponse affirmative à la question qui lui était posée), exactement comme quand un prêtre procède à l'échange de voeux des futurs époux.

a écrit : En France, contrairement à beaucoup de pays, il n'y a pas de cérémonie pour "préter serment"... En fait, il n'y a pas du tout de protocole particulier (chaque nouvel élu organise ça à sa convenance) hormis la "passassion des pouvoirs" (obligatoire) entre l'ex et le nouveau Président, à l'Elysée.
Alors j'en connais qui vont dire : "Et bien ils feraient mieux de préter serment" ! :) Certes, mais si on y regarde bien aux USA, ils jurent de respecter la Constitution... Du coup, ils se mettent pieds et poings liés ! Interdire le port d'armes, par exemple, ou plus généralement vouloir simplement modifier la constitution, deviendrait un parjure :)
Que se passerait-il si, par exemple, un nouvel élu disait au moment de préter serment : "non, moi je vais interdire le port d'armes, je ne jure pas de respecter la constitution ; je préfère être franc avec vous"... Joli buzz non ? :)
Bref, tout ça pour dire que préter serment n'apporte pas grand chose et ne veut pas dire grand chose :)
Afficher tout
S'il modifie la Constitution selon les dispositions que celle ci prévoit, il la respecte et la protège. La Constitution est un texte au sommet de la hiérarchie des normes, fondateur pour un État, mais ceux qui les écrivent savent bien qu'il faudra le modifier au fil des années. Celle des US a été amendée des dizaines de fois !

Posté le

android

(2)

Répondre