Abîmer a deux sens

Proposé par
le

Commentaires préférés (3)

Merci pour cette anecdote. Je me faisais toujours la remarque quand les infos parlaient d'un avion qui s'abîmait en mer. Je pensais qu'ils enjolivaient volontairement la phrase pour ne pas employer des mots plus durs comme "crasher", "s'écraser" "désintégrer".

Posté le

android

(68)

Répondre

a écrit : Merci pour cette anecdote. Je me faisais toujours la remarque quand les infos parlaient d'un avion qui s'abîmait en mer. Je pensais qu'ils enjolivaient volontairement la phrase pour ne pas employer des mots plus durs comme "crasher", "s'écraser" "désintégrer". Je trouve justement intéressent qu'on utilise aujourd'hui le terme "abîmer" comme un simple endommagement, du style "j'ai abîmé ma voiture en ratant mon créneau, maintenant elle est rayé", alors que le sens premier implique une destruction complète.

Dans le même style d'expression ayant changé en ampleur, on peut parler du verbe décimer : a la base, c'est éliminer spécifiquement un dixième d'un groupe (ça se faisait dans l'armée, pour punir les soldats peu combatif), mais on l'utilise aujourd'hui comme synonyme de massacre, y compris quand ça dépasse largement les 10%

a écrit : Je trouve justement intéressent qu'on utilise aujourd'hui le terme "abîmer" comme un simple endommagement, du style "j'ai abîmé ma voiture en ratant mon créneau, maintenant elle est rayé", alors que le sens premier implique une destruction complète.

Dans le même style d
'expression ayant changé en ampleur, on peut parler du verbe décimer : a la base, c'est éliminer spécifiquement un dixième d'un groupe (ça se faisait dans l'armée, pour punir les soldats peu combatif), mais on l'utilise aujourd'hui comme synonyme de massacre, y compris quand ça dépasse largement les 10% Afficher tout
Lorsque j'étais petit, j'avais compris la notion de décimer mathématiquement (10% d'un tout) mais je pensais, vu qu'on l'utilisait pour parler de massacres ou d'extinction de masse, que les 10% c'étaient les restants.


Tous les commentaires (17)

Merci pour cette anecdote. Je me faisais toujours la remarque quand les infos parlaient d'un avion qui s'abîmait en mer. Je pensais qu'ils enjolivaient volontairement la phrase pour ne pas employer des mots plus durs comme "crasher", "s'écraser" "désintégrer".

Posté le

android

(68)

Répondre

a écrit : Merci pour cette anecdote. Je me faisais toujours la remarque quand les infos parlaient d'un avion qui s'abîmait en mer. Je pensais qu'ils enjolivaient volontairement la phrase pour ne pas employer des mots plus durs comme "crasher", "s'écraser" "désintégrer". Ceci dit j'ai jamais entendu parler d'avion qui s'abîmais en mer et qu'on avait réparé par la suite...

a écrit : Merci pour cette anecdote. Je me faisais toujours la remarque quand les infos parlaient d'un avion qui s'abîmait en mer. Je pensais qu'ils enjolivaient volontairement la phrase pour ne pas employer des mots plus durs comme "crasher", "s'écraser" "désintégrer". Je trouve justement intéressent qu'on utilise aujourd'hui le terme "abîmer" comme un simple endommagement, du style "j'ai abîmé ma voiture en ratant mon créneau, maintenant elle est rayé", alors que le sens premier implique une destruction complète.

Dans le même style d'expression ayant changé en ampleur, on peut parler du verbe décimer : a la base, c'est éliminer spécifiquement un dixième d'un groupe (ça se faisait dans l'armée, pour punir les soldats peu combatif), mais on l'utilise aujourd'hui comme synonyme de massacre, y compris quand ça dépasse largement les 10%

a écrit : Je trouve justement intéressent qu'on utilise aujourd'hui le terme "abîmer" comme un simple endommagement, du style "j'ai abîmé ma voiture en ratant mon créneau, maintenant elle est rayé", alors que le sens premier implique une destruction complète.

Dans le même style d
'expression ayant changé en ampleur, on peut parler du verbe décimer : a la base, c'est éliminer spécifiquement un dixième d'un groupe (ça se faisait dans l'armée, pour punir les soldats peu combatif), mais on l'utilise aujourd'hui comme synonyme de massacre, y compris quand ça dépasse largement les 10% Afficher tout
Lorsque j'étais petit, j'avais compris la notion de décimer mathématiquement (10% d'un tout) mais je pensais, vu qu'on l'utilisait pour parler de massacres ou d'extinction de masse, que les 10% c'étaient les restants.

D'ailleurs, les deux orthographes sont valables: abimer et abîmer...

J'imagine que l'expression d'origine est "un navire s'abîme en mer". Le sens original devait déjà avoir dévié à l'invention de l'avion.

a écrit : D'ailleurs, les deux orthographes sont valables: abimer et abîmer... C'est drôle moi je pensais que "abimer" c'était endommager, et "abîmer" c'était plonger dans les abîmes.

Génial ! Et demain, on apprendra les différents sens possibles du verbe "manger" !
Je ne savais pas que SCMB était devenu un dictionnaire...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Génial ! Et demain, on apprendra les différents sens possibles du verbe "manger" !
Je ne savais pas que SCMB était devenu un dictionnaire...
Nous sommes dans l’expectative pour apprendre quelque chose de ta part et nous coucher moins bête.

a écrit : Ceci dit j'ai jamais entendu parler d'avion qui s'abîmais en mer et qu'on avait réparé par la suite... Je devrais pas, mais j'ai ri... :D
Requiescat in pace quand même.

a écrit : Génial ! Et demain, on apprendra les différents sens possibles du verbe "manger" !
Je ne savais pas que SCMB était devenu un dictionnaire...
Toutes les anecdotes n'ont pas le même degré d'intérêt pour tout le monde, Raziel... (certaines sont + rocambolesques que d'autres, and that's ok)

Du coup peut on dire que :" s'abîmer en mer" est un pléonasme??

a écrit : Merci pour cette anecdote. Je me faisais toujours la remarque quand les infos parlaient d'un avion qui s'abîmait en mer. Je pensais qu'ils enjolivaient volontairement la phrase pour ne pas employer des mots plus durs comme "crasher", "s'écraser" "désintégrer". Et parce qu'on aime toujours apprendre un mot : tu pensais en fait que c'était un euphémisme. C'est exactement ça; utiliser un mot avec un sens moins "fort" (donc connotation moins "dure"), comme malvoyant au lieu d'aveugle par exemple. :)

a écrit : Et parce qu'on aime toujours apprendre un mot : tu pensais en fait que c'était un euphémisme. C'est exactement ça; utiliser un mot avec un sens moins "fort" (donc connotation moins "dure"), comme malvoyant au lieu d'aveugle par exemple. :) Ton exemple n'est pas exact. Un aveugle est forcement malvoyant mais pas l'inverse. Un malvoyant peut être une personne avec une vue bien inférieur à la normale. Lorsque tu croises une personne s'aidant d'une canne blanche, dit toi qu'elle n'est pas nécessairement aveugle...

a écrit : Nous sommes dans l’expectative pour apprendre quelque chose de ta part et nous coucher moins bête. Je n'ai jamais prétendu apprendre quoi que ce soit à qui que ce soit.
Je trouve juste que cette anecdote relève d'une connaissance du vocabulaire qui me semble assez simple et logique. Je n'ai jamais eu besoin que l'on m'explique la différence entre les deux sens possibles du verbe "abîmer", et je ne me considère pas pour autant supérieur aux autres.
En revanche, je considère sans honte que le niveau de culture a sacrément baissé avec les générations de ces dernières années. Et je ne fais pas de généralités, ce ne sont que des constatations de tous les jours...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : C'est drôle moi je pensais que "abimer" c'était endommager, et "abîmer" c'était plonger dans les abîmes. J'y ai cru aussi. C'est pourquoi j'ai vérifié avant de poster... ;-)

a écrit : Je trouve justement intéressent qu'on utilise aujourd'hui le terme "abîmer" comme un simple endommagement, du style "j'ai abîmé ma voiture en ratant mon créneau, maintenant elle est rayé", alors que le sens premier implique une destruction complète.

Dans le même style d
'expression ayant changé en ampleur, on peut parler du verbe décimer : a la base, c'est éliminer spécifiquement un dixième d'un groupe (ça se faisait dans l'armée, pour punir les soldats peu combatif), mais on l'utilise aujourd'hui comme synonyme de massacre, y compris quand ça dépasse largement les 10% Afficher tout
C'est certainement des marseillais qui ont repris le concept.