Le saké des restaurants n'en est pas vraiment un

Proposé par
le
dans

Contrairement à la croyance populaire, le saké n’est pas un digestif. Cet alcool japonais issu de la fermentation du riz titre seulement entre 11° et 17° d’alcool. Le digestif servi dans les restaurants asiatiques, appelé à tort saké, est de l’alcool de sirop de rose appelé Meiguilujiu, tirant à 50°.

La confusion pourrait provenir du terme saké pouvant également désigner toutes boissons alcoolisées.


Tous les commentaires (41)

Dans une ferme perdue au confins nord du Vietnam, j ai vu (et bu) ça: le paysan garde toujours une année de récolte de riz pour re-semer en cas de catastrophe. Si rien d hostile ne se passe, le vieux riz de reserve est mis à fermenter dans de grandes jarres de terre cuite avec de l eau. La fermentation produit des gaz qui font bouger le riz gonflé, ainsi on dirait des asticots qui grouillent. Le jus doit titrer une douzaine de degrés. Il est bu non distillé. Mais c’est vraiment degeulasse...

a écrit : Dans une ferme perdue au confins nord du Vietnam, j ai vu (et bu) ça: le paysan garde toujours une année de récolte de riz pour re-semer en cas de catastrophe. Si rien d hostile ne se passe, le vieux riz de reserve est mis à fermenter dans de grandes jarres de terre cuite avec de l eau. La fermentation produit des gaz qui font bouger le riz gonflé, ainsi on dirait des asticots qui grouillent. Le jus doit titrer une douzaine de degrés. Il est bu non distillé. Mais c’est vraiment degeulasse... Afficher tout Tu ne crois pas plutôt que c'étaient vraiment des asticots ?

a écrit : Au Japon, le saké est l’équivalent de notre vin. Il s’agit d’une boisson de table consommée au déjeuner et au souper.
Il existe quasiment autant de sortes de saké que de vins français. D’ailleurs les termes pour désigner les caractéristiques d’un saké diffèrent peu de ceux utilisés pour le vin. Ainsi, on retrou
ve des sakés plutôt doux et fruités avec différentes notes florales (type Ginjo), les sakés secs et demi secs, un peu plus acide avec des notes de céréales (type Junmaï et Honjozo), des sakés troubles un peu vieillis, des sakés pétillants, de grands crus, le saké nouveau, etc. Il peut se boire très frais, frais, tiède, voire parfois chaud. Tout comme le vin, le saké est à accorder avec les mets servis durant le repas. Par contre, à la différence de certains vins, il ne s’agit pas d’un alcool de garde. La plupart du temps, un saké est à boire durant l’année de sa production.

Le procédé de fabrication du saké nécessite de faire une sakéification. Il s’agit d’une méthode spécifique et plutôt complexe qui utilise le kôji ainsi qu’une double fermentation en parallèle. Le saké est donc sakéifié tout comme le vin est vinifié ou la bière brassée. Le koji est le nom du riz utilisé pour produire du saké. Ce n’est pas le même que pour le riz basique. Des rizières de kôji sont spécifiques à différent type de saké, un peu comme nos domaines vinicoles.

Enfin, on retrouve parfois, sur l’étiquette des bouteilles de saké, une mention en pourcentage type 50 %. À ne pas confondre avec un éventuel titrage alcoolique, il s’agit simplement du taux de nettoyage du riz responsable des différents arômes de la boisson. Un saké à 40 % a donc été produit avec du kôji dont 40 % de la couche extérieure du grain lors du processus de polissage a été retiré.

Pour ceux qui aiment le vin et les nuances, je vous conseille de faire un tour dans l’univers du saké, c’est délicieux et passionnant.
Afficher tout
Merci Siri

a écrit : Au Japon, le saké est l’équivalent de notre vin. Il s’agit d’une boisson de table consommée au déjeuner et au souper.
Il existe quasiment autant de sortes de saké que de vins français. D’ailleurs les termes pour désigner les caractéristiques d’un saké diffèrent peu de ceux utilisés pour le vin. Ainsi, on retrou
ve des sakés plutôt doux et fruités avec différentes notes florales (type Ginjo), les sakés secs et demi secs, un peu plus acide avec des notes de céréales (type Junmaï et Honjozo), des sakés troubles un peu vieillis, des sakés pétillants, de grands crus, le saké nouveau, etc. Il peut se boire très frais, frais, tiède, voire parfois chaud. Tout comme le vin, le saké est à accorder avec les mets servis durant le repas. Par contre, à la différence de certains vins, il ne s’agit pas d’un alcool de garde. La plupart du temps, un saké est à boire durant l’année de sa production.

Le procédé de fabrication du saké nécessite de faire une sakéification. Il s’agit d’une méthode spécifique et plutôt complexe qui utilise le kôji ainsi qu’une double fermentation en parallèle. Le saké est donc sakéifié tout comme le vin est vinifié ou la bière brassée. Le koji est le nom du riz utilisé pour produire du saké. Ce n’est pas le même que pour le riz basique. Des rizières de kôji sont spécifiques à différent type de saké, un peu comme nos domaines vinicoles.

Enfin, on retrouve parfois, sur l’étiquette des bouteilles de saké, une mention en pourcentage type 50 %. À ne pas confondre avec un éventuel titrage alcoolique, il s’agit simplement du taux de nettoyage du riz responsable des différents arômes de la boisson. Un saké à 40 % a donc été produit avec du kôji dont 40 % de la couche extérieure du grain lors du processus de polissage a été retiré.

Pour ceux qui aiment le vin et les nuances, je vous conseille de faire un tour dans l’univers du saké, c’est délicieux et passionnant.
Afficher tout
Ta culture général me sidère à chaque fois ! Chapeau bas... J’aimerais que la mienne soit aussi étendue !

a écrit : Et que tu boive du saké du rhum ou du pinard tu bois de l'alcool éthylique Non, c'est l'autre qu'on boit. Un moyen mnémotechnique pour s'en souvenir: Méthylène=Miam. ;)

Pour avoir été producteur de saké, je préfère le parallèle avec la bière car on part d'une céréale (le riz) et le koji n'est ni plus ni moins qu'un riz sur lequel on fait croitre un champignon pendant un couple temps/température donné, ce qui va permettre de transformer l'amidon en ose (sucre plus simple), un peu comme dans la bière lors de l'étape d'empâtage. Alors que pour le vin, cette transformation n'a pas lieu, le sucre est directement fermenté après pressage.
La comparaison avec le vin vient du fait que c'est LE produit représentatif du pays, et par son taux d'alcool équivalent

Ah oui précision, au Japon le saké ne s'appelle pas Saké (si veut dire alcool), le nom de l'alcool de riz est Nihonshu qui veut dire alcool japonais

a écrit : Non, c'est l'autre qu'on boit. Un moyen mnémotechnique pour s'en souvenir: Méthylène=Miam. ;) Absolument pas, le méthanol est toxique, bien plus que l'éthanol, et c'est bien l'éthanol qu'on boit en grande partie dans l'alcool

a écrit : Le "tirant à 50degres" est il une faute de frappe? Sinon je ne comprends pas cette phrase. Oui
Il aurait fallu écrire titrage

a écrit : Non, c'est l'autre qu'on boit. Un moyen mnémotechnique pour s'en souvenir: Méthylène=Miam. ;) Si tu bois du méthanol, tu risques fort de ne plus voir grand chose au bout d'un moment.
Par contre du méthylène, je vois pas où tu peux en trouver.

a écrit : Si tu bois du méthanol, tu risques fort de ne plus voir grand chose au bout d'un moment.
Par contre du méthylène, je vois pas où tu peux en trouver.
C'est d'ailleurs le problème de l'alcool de bois entre autres (alcool de contrebande préparé à partir de bois, à défaut de disposer de fruits) : il contient du méthanol. D'où la réplique (culte) dans "Les tontons flingueurs" à propos d'une bouteille d'alcool : "Il date du Mexicain, du temps des grandes heures. Seulement on a dû arrêter la fabrication. Y’a des clients qui devenaient aveugles, alors ça faisait des histoires." Et c'est aussi l'une des rares indications, à ma connaissance, pour laquelle on peut administrer de l'alcool éthylique par intraveineuse à un patient à l’hôpital quitte à le rendre saoul (ou encore plus saoul qu'il n'est déjà) : s'il a absorbé du méthanol (en buvant de l'antigel par exemple), on lui administre de l'éthanol pour qu'il soit métabolisé avant le méthanol et éviter que les sous-produits toxiques du méthanol ne se répandent dans l'organisme !

a écrit : Absolument pas, le méthanol est toxique, bien plus que l'éthanol, et c'est bien l'éthanol qu'on boit en grande partie dans l'alcool Vous savez quoi, je me pose la question à chaque fois à cause de la confusion, méthylène où l'éthylène, mais sur ma P... de bouteille d'alcool ménager, y'a écrit: éthanol et pas méthanol et c'est écrit que c'est un dangereux poison dessus alors je comprends pas...

Enfin, tant que les rayons des produits ménagers et les rayons de produits d'ivresses sont bien séparés dans le magasin y'aura pas de problèmes, c'est le principal.

Ah la chimie, c'est aussi chiant que les maths franchement. ^^

Absolument, le terme お酒 (osake) désigne le saké et l'alcool en général. Le "o" qu'on met devant "sake" est une marque de respect, qui souligne l'importance d'une chose ou d'une personne. On utilise aussi un "o" avant le terme "argent", par exemple.

Je sais pas vous, mais moi j'ai toujours trouvé que l'idéogramme saké ressemblait à une bouteille.

a écrit : Vous savez quoi, je me pose la question à chaque fois à cause de la confusion, méthylène où l'éthylène, mais sur ma P... de bouteille d'alcool ménager, y'a écrit: éthanol et pas méthanol et c'est écrit que c'est un dangereux poison dessus alors je comprends pas...

Enfin, tant que l
es rayons des produits ménagers et les rayons de produits d'ivresses sont bien séparés dans le magasin y'aura pas de problèmes, c'est le principal.

Ah la chimie, c'est aussi chiant que les maths franchement. ^^
Afficher tout
En vrai, éthanol et méthanol sont tous les deux des poisons à une certaine dose. D’ailleurs la DL50 (dose létale moyenne) du méthanol est étonnamment plus grande que celle de l’éthanol. Par contre son absorption par le foie est plus difficile et plus longue d’où sa toxicité ;)

a écrit : Vous savez quoi, je me pose la question à chaque fois à cause de la confusion, méthylène où l'éthylène, mais sur ma P... de bouteille d'alcool ménager, y'a écrit: éthanol et pas méthanol et c'est écrit que c'est un dangereux poison dessus alors je comprends pas...

Enfin, tant que l
es rayons des produits ménagers et les rayons de produits d'ivresses sont bien séparés dans le magasin y'aura pas de problèmes, c'est le principal.

Ah la chimie, c'est aussi chiant que les maths franchement. ^^
Afficher tout
Demande à Google, tu pourras constater que l'alcool ménager ou l'alcool à brûler ou tous les alcools qui ne sont pas destinés à être bus sont dénaturés en leur ajoutant différents produits et que le méthanol est un de ces additifs mais pas le seul...

a écrit : Au Japon, le saké est l’équivalent de notre vin. Il s’agit d’une boisson de table consommée au déjeuner et au souper.
Il existe quasiment autant de sortes de saké que de vins français. D’ailleurs les termes pour désigner les caractéristiques d’un saké diffèrent peu de ceux utilisés pour le vin. Ainsi, on retrou
ve des sakés plutôt doux et fruités avec différentes notes florales (type Ginjo), les sakés secs et demi secs, un peu plus acide avec des notes de céréales (type Junmaï et Honjozo), des sakés troubles un peu vieillis, des sakés pétillants, de grands crus, le saké nouveau, etc. Il peut se boire très frais, frais, tiède, voire parfois chaud. Tout comme le vin, le saké est à accorder avec les mets servis durant le repas. Par contre, à la différence de certains vins, il ne s’agit pas d’un alcool de garde. La plupart du temps, un saké est à boire durant l’année de sa production.

Le procédé de fabrication du saké nécessite de faire une sakéification. Il s’agit d’une méthode spécifique et plutôt complexe qui utilise le kôji ainsi qu’une double fermentation en parallèle. Le saké est donc sakéifié tout comme le vin est vinifié ou la bière brassée. Le koji est le nom du riz utilisé pour produire du saké. Ce n’est pas le même que pour le riz basique. Des rizières de kôji sont spécifiques à différent type de saké, un peu comme nos domaines vinicoles.

Enfin, on retrouve parfois, sur l’étiquette des bouteilles de saké, une mention en pourcentage type 50 %. À ne pas confondre avec un éventuel titrage alcoolique, il s’agit simplement du taux de nettoyage du riz responsable des différents arômes de la boisson. Un saké à 40 % a donc été produit avec du kôji dont 40 % de la couche extérieure du grain lors du processus de polissage a été retiré.

Pour ceux qui aiment le vin et les nuances, je vous conseille de faire un tour dans l’univers du saké, c’est délicieux et passionnant.
Afficher tout
Merci, c'est ce genre de commentaire ainsi que cette communauté passionnée et passionnante que je reviens sur SCMB depuis des années

Posté le

android

(3)

Répondre