Les tomates sous serre sont un désastre écologique

Proposé par
le

En France, 80% des serres sont chauffées aux énergies fossiles. Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, une tomate sous serre produite en France émet sept fois plus de gaz à effet de serre qu’une tomate de saison et quatre fois plus qu’une tomate importée d’Espagne.


Tous les commentaires (82)

a écrit : Hmm c'est pas que le bio interdit les pesticides les plus efficaces , c'est qu'elle interdit les pesticides avec des molécules de synthèse (faites en labo)
Sont autorisés les produits d'origines "naturels"
Alors oui du coup ceux de synthèse sont surement toujours les plus effi
caces mais dans l'idée si ceux d'origines naturels étaient plus efficaces ils ne seraient pas interdit Afficher tout
CQFD.

Le bio, c’est de l’idéologie basée sur le sophisme de l’appel à la nature.
fr.m.wikipedia.org/wiki/Appel_%C3%A0_la_nature

a écrit : CQFD.

Le bio, c’est de l’idéologie basée sur le sophisme de l’appel à la nature.
fr.m.wikipedia.org/wiki/Appel_%C3%A0_la_nature
Affirmer cela à 100% est faux, un peu de nuance svp. Il est évident que chez les consommateurs de bio l'appel à la nature est très présent. Mais c'est loin d'être la seule motivation. Les dérives de l'agriculture industriel ont poussé les consommateurs vers le (ou la)bio. Et je suis content que ce mouvement, idéologique, tire vers le haut les normes sanitaires agro-alimentaire. Maintenant c'est vrai, la bio est un dogme, et on ne peut pas parler d'intrant de synthèse agricole sans s'attirer les foudres, même si ceux ci peuvent être efficace /sans danger. C'est aussi une philosophie de vie, un appel à la tradition :"les légumes étaient meilleur avant-les pesticides". On ne peut pas leur donner tort sur tout il me semble. Une tomate d'un biocoop est meilleure et à un coup carbone moins élevé qu'une tomate carrefour. Les filières bio sont aussi davantage locale (mieux qu'en supermarché). Maintenant Carrefour qui fait du bio, on est d'accord ça ne vaut pas grand chose. Du bio d'Amérique du sud, aux normes différentes de l'UE, à 6000km...et de façon industriel. Non je crois que l'agriculture bio si elle veut rester qualitative doit rester paysanne et locale, et donc se multiplier sur le territoire. Le bio qui s'industrialise ne peut que suivre le chemin sinueux du conventionnel. Maintenant si on a rien contre des légumes hors sol, aux engrais issu de l'industrie du pétrole, aux pesticides parfois hautement dosé et au bilan carbone de ce qu'on mange... Alors oui, aucune raison de manger bio.

a écrit : Affirmer cela à 100% est faux, un peu de nuance svp. Il est évident que chez les consommateurs de bio l'appel à la nature est très présent. Mais c'est loin d'être la seule motivation. Les dérives de l'agriculture industriel ont poussé les consommateurs vers le (ou la)bio. Et je suis content que ce mouvement, idéologique, tire vers le haut les normes sanitaires agro-alimentaire. Maintenant c'est vrai, la bio est un dogme, et on ne peut pas parler d'intrant de synthèse agricole sans s'attirer les foudres, même si ceux ci peuvent être efficace /sans danger. C'est aussi une philosophie de vie, un appel à la tradition :"les légumes étaient meilleur avant-les pesticides". On ne peut pas leur donner tort sur tout il me semble. Une tomate d'un biocoop est meilleure et à un coup carbone moins élevé qu'une tomate carrefour. Les filières bio sont aussi davantage locale (mieux qu'en supermarché). Maintenant Carrefour qui fait du bio, on est d'accord ça ne vaut pas grand chose. Du bio d'Amérique du sud, aux normes différentes de l'UE, à 6000km...et de façon industriel. Non je crois que l'agriculture bio si elle veut rester qualitative doit rester paysanne et locale, et donc se multiplier sur le territoire. Le bio qui s'industrialise ne peut que suivre le chemin sinueux du conventionnel. Maintenant si on a rien contre des légumes hors sol, aux engrais issu de l'industrie du pétrole, aux pesticides parfois hautement dosé et au bilan carbone de ce qu'on mange... Alors oui, aucune raison de manger bio. Afficher tout Je suis assez d'accord avec vous. Mais par contre sur des cultures en plein champ le bilan Carbonne est bien moins bon que sur du conventionnel.
Par exemple pour du soja, chez moi je le desherbe en passant 1 fois dans mon champ avec un désherbant chimique alors que mon voisin en bio cette année est passer 12 fois avec sa bineuse pour désherber le sien. Avec un tracteur qui consomme environs 15L par hectare, ca fait 180L de gasoil par hectare de soja la où je n'en utilise qu'une dizaines.
Personnellement je pense que l'agriculture conventionnelle raisonnée est le meilleur compromis a faire.

a écrit : Je suis assez d'accord avec vous. Mais par contre sur des cultures en plein champ le bilan Carbonne est bien moins bon que sur du conventionnel.
Par exemple pour du soja, chez moi je le desherbe en passant 1 fois dans mon champ avec un désherbant chimique alors que mon voisin en bio cette année est passer 12
fois avec sa bineuse pour désherber le sien. Avec un tracteur qui consomme environs 15L par hectare, ca fait 180L de gasoil par hectare de soja la où je n'en utilise qu'une dizaines.
Personnellement je pense que l'agriculture conventionnelle raisonnée est le meilleur compromis a faire.
Afficher tout
Ceci n'est pas une attaque :
Votre bilan carbone devrait aussi comprendre ce qu'il a fallu pour fabriquer engrais chimiques (extraction minière, transformations, transports) et pesticides (pétrole, transformations, transports...). De même, l'agriculture traditionnelle érode beaucoup les sols, ce qui est aussi responsable de dégagement indirect de GES...
Bref, un gros casse tête.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Attention a ne pas trop écouter les sondages ;-)
Le premier consommateur de gliphosate en France est la SNCF.
Ensuite on est peux être les plus gros consommateurs de produits mais on est aussi un des plus gros producteurs d'Europe. Il faut tout regarder et pas que ce qui t'arrange.
Il faut
faire aussi le ratio de produits utilisés par hectare si tu veux faire une étude un minimum sérieux car là ça veux rien dire.
Et sinon je ne me documente pas a la TV je suis Agriculteur donc les normes je les connais et l'inégalité avec les autres pays aussi.
Afficher tout
Je vais me renseigner ;-)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Affirmer cela à 100% est faux, un peu de nuance svp. Il est évident que chez les consommateurs de bio l'appel à la nature est très présent. Mais c'est loin d'être la seule motivation. Les dérives de l'agriculture industriel ont poussé les consommateurs vers le (ou la)bio. Et je suis content que ce mouvement, idéologique, tire vers le haut les normes sanitaires agro-alimentaire. Maintenant c'est vrai, la bio est un dogme, et on ne peut pas parler d'intrant de synthèse agricole sans s'attirer les foudres, même si ceux ci peuvent être efficace /sans danger. C'est aussi une philosophie de vie, un appel à la tradition :"les légumes étaient meilleur avant-les pesticides". On ne peut pas leur donner tort sur tout il me semble. Une tomate d'un biocoop est meilleure et à un coup carbone moins élevé qu'une tomate carrefour. Les filières bio sont aussi davantage locale (mieux qu'en supermarché). Maintenant Carrefour qui fait du bio, on est d'accord ça ne vaut pas grand chose. Du bio d'Amérique du sud, aux normes différentes de l'UE, à 6000km...et de façon industriel. Non je crois que l'agriculture bio si elle veut rester qualitative doit rester paysanne et locale, et donc se multiplier sur le territoire. Le bio qui s'industrialise ne peut que suivre le chemin sinueux du conventionnel. Maintenant si on a rien contre des légumes hors sol, aux engrais issu de l'industrie du pétrole, aux pesticides parfois hautement dosé et au bilan carbone de ce qu'on mange... Alors oui, aucune raison de manger bio. Afficher tout Vous avez des sources sérieuses sur toutes ces affirmations ? Parce qu’il y en a plein qui démontrent le contraire : que le bio n’a ni meilleur goût en test en aveugle, ni meilleur pour la santé ou les qualités nutritionnelles, ni meilleur pour l’environnement. C’est même fréquemment pire.

Oui, le bio est clairement du marketing basé sur l’appel à la nature, et tes affirmations clairement fausses montrent bien que ça marche, malheureusement.

Des terres agricoles, on n’en fabrique pas de nouvelles en Europe, on en fabrique plutôt au Brésil en détruisant le peu qu’il reste de la forêt primaire. Donc on a tout intérêt à optimiser les terres que l’on a de manière raisonnée, durable et efficace.

Et ça n’est pas le bio, avec des récoltes plus hasardeuses et moins importantes que le conventionnel, demandant donc (et c’est démontré) plus de terres agricoles pour la même récolte que le conventionnel, qui est la solution.

Le bio n’est pas ce que l’on fantasme, mais ce que la réalité nous montre. Et payer beaucoup plus cher quelque chose qui n’est meilleur sur aucun plan, juste parce que c’est « naturel », c’est simplement de fourvoyer.

Ça n’est vraiment pas un commentaire dirigé contre vous, juste une exaspération sur ces mythes du bio qui ne font pas avancer l’agriculture en respect avec les données factuelles.

Voici par exemple une petite vidéo très bien faite de Matadon avec plein de liens sérieux pour aller plus loin :
youtu.be/2P4Pw1V_ou0

a écrit : Je suis assez d'accord avec vous. Mais par contre sur des cultures en plein champ le bilan Carbonne est bien moins bon que sur du conventionnel.
Par exemple pour du soja, chez moi je le desherbe en passant 1 fois dans mon champ avec un désherbant chimique alors que mon voisin en bio cette année est passer 12
fois avec sa bineuse pour désherber le sien. Avec un tracteur qui consomme environs 15L par hectare, ca fait 180L de gasoil par hectare de soja la où je n'en utilise qu'une dizaines.
Personnellement je pense que l'agriculture conventionnelle raisonnée est le meilleur compromis a faire.
Afficher tout
C’est tout à fait ça. Et un désherbant chimique ne va pas bousiller le biotope de la couche superficielle du sol comme le ferait un labourage.

Et bientôt peut-être :
www.cnbc.com/video/2018/06/04/ecorobotix-and-blue-river-built-smart-weed-killing-robots.html

Un petit article très fournit qui examine et compare le bio et le conventionnel sur tout un tas de critères pour répondre à la question « le bio est-il meilleur pour l’environnement ? » :
ourworldindata.org/is-organic-agriculture-better-for-the-environment

Spoiler : non.

@jall je vais checker vos sources et les miennes et je vous refait un commentaire afin d'arrêter avec les approximations, même si dans le milieu de l'agro-alimentaire avoir des sources sûr est très compliqué.

Concernant l'exemple de la bineuse tracteur, ou de labour, il existe aussi des micro ferme qui n'utilisent pas ces techniques, et respectent donc le sol. Je parle de désherbage mécanisée... Quand à la rentabilité de ces fermes, oui j'en connais qui sont rentable... (je précise car la question de l'argent viens vite des qu'on parle de désherbage mécanique).

a écrit : C’est tout à fait ça. Et un désherbant chimique ne va pas bousiller le biotope de la couche superficielle du sol comme le ferait un labourage.

Et bientôt peut-être :
www.cnbc.com/video/2018/06/04/ecorobotix-and-blue-river-built-smart-weed-killing-robots.html

Un petit article très
fournit qui examine et compare le bio et le conventionnel sur tout un tas de critères pour répondre à la question « le bio est-il meilleur pour l’environnement ? » :
ourworldindata.org/is-organic-agriculture-better-for-the-environment

Spoiler : non.
Afficher tout
Il est difficile de trouver des informations qui soient neutre dans ce genre de débats.
Par contre, mis à part avoir un intérêt dans l'industrie des pesticides and co, j'ai du mal à croire qu'on puisse affirmer que ces produits sont bon pour les sols. Il n'y a qu'à voir les "carotages" de sols en culture "traditionnelle" (quelle blague aussi ce terme), pour voir que tout est mort (pas de verts de terre, pas d'insectes, etc) et que la structure du sol est elle aussi perdue (terre compacte et dense), d'où l'érosion des sols au niveau mondial.
cf le PDF sur le site de la FAO sur la perte de terres fertiles au niveau mondial (impossible de copier le lien ici)

www.science-et-vie.com/archives/alerte-a-l-appauvrissement-des-sols-21616

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Vous avez des sources sérieuses sur toutes ces affirmations ? Parce qu’il y en a plein qui démontrent le contraire : que le bio n’a ni meilleur goût en test en aveugle, ni meilleur pour la santé ou les qualités nutritionnelles, ni meilleur pour l’environnement. C’est même fréquemment pire.

Oui, le bio est
clairement du marketing basé sur l’appel à la nature, et tes affirmations clairement fausses montrent bien que ça marche, malheureusement.

Des terres agricoles, on n’en fabrique pas de nouvelles en Europe, on en fabrique plutôt au Brésil en détruisant le peu qu’il reste de la forêt primaire. Donc on a tout intérêt à optimiser les terres que l’on a de manière raisonnée, durable et efficace.

Et ça n’est pas le bio, avec des récoltes plus hasardeuses et moins importantes que le conventionnel, demandant donc (et c’est démontré) plus de terres agricoles pour la même récolte que le conventionnel, qui est la solution.

Le bio n’est pas ce que l’on fantasme, mais ce que la réalité nous montre. Et payer beaucoup plus cher quelque chose qui n’est meilleur sur aucun plan, juste parce que c’est « naturel », c’est simplement de fourvoyer.

Ça n’est vraiment pas un commentaire dirigé contre vous, juste une exaspération sur ces mythes du bio qui ne font pas avancer l’agriculture en respect avec les données factuelles.

Voici par exemple une petite vidéo très bien faite de Matadon avec plein de liens sérieux pour aller plus loin :
youtu.be/2P4Pw1V_ou0
Afficher tout
Je veux bien croire que vous pensiez être de bonne foi quand vous affirmez cela, seulement une étude de terrain de l'INRA, c'est à dire dans une exploitation labellisée bio et utilisant des techniques permaculturelles (la ferme du Bec Hellouin), à non seulement démontré les meilleurs rendements, mais aussi la valeur économique d'une telle exploitation.
Il y a deux bouquins sur ces gens que je vous conseille ;-).
inra-dam-front-resources-cdn.brainsonic.com › ...PDF
Résultats Web
Rapport étude 2011-2015 Bec Hellouin_30112015

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Je veux bien croire que vous pensiez être de bonne foi quand vous affirmez cela, seulement une étude de terrain de l'INRA, c'est à dire dans une exploitation labellisée bio et utilisant des techniques permaculturelles (la ferme du Bec Hellouin), à non seulement démontré les meilleurs rendements, mais aussi la valeur économique d'une telle exploitation.
Il y a deux bouquins sur ces gens que je vous conseille ;-).
inra-dam-front-resources-cdn.brainsonic.com › ...PDF
Résultats Web
Rapport étude 2011-2015 Bec Hellouin_30112015
Afficher tout
En même temps bio et permaculture n'est pas la même chose... Autant le bio est une immense arnaque commerciale autant la permaculture est l'avenir de la culture responsable et durable avec des rendements intéressants...

a écrit : Je suis assez d'accord avec vous. Mais par contre sur des cultures en plein champ le bilan Carbonne est bien moins bon que sur du conventionnel.
Par exemple pour du soja, chez moi je le desherbe en passant 1 fois dans mon champ avec un désherbant chimique alors que mon voisin en bio cette année est passer 12
fois avec sa bineuse pour désherber le sien. Avec un tracteur qui consomme environs 15L par hectare, ca fait 180L de gasoil par hectare de soja la où je n'en utilise qu'une dizaines.
Personnellement je pense que l'agriculture conventionnelle raisonnée est le meilleur compromis a faire.
Afficher tout
Le problème est dans le raisonnée... votre raisonnement est inquiétant car il’confond Le problème carbone et le problème du poison des pesticides chimiques... votre désherbant chimique se retrouve dans les urines et pose des soucis clairs, alors que l agriculteur bio a utilisé plus de gasoil mais à moins empoisonné ses produits quand même. Ce sont deux soucis différents et malheureusement le fait de mélanger les problèmes de cette manière, je l ai souvent entendu de la part des sociétés qui vendent ces poisons

a écrit : Ah oui ? Et qui c'est qui achète des tomates Espagnole bio ?
Une minorité, la plupart du temps c'est du conventionnel qui se vend en magasin.
Sans compter que le bio Français et le bio de certains pays (comme l'Espagne par exemple) n'ont rien a voir.
Très peux de contrôle et dans
certain pays ils ont même le droit d'utiliser des produits phytosanitaires et d'etiquetter ça en bio.
On est un des pays les plus strict au Monde sur les phytosanitaires. L'état interdit tout les ans un paquets de produit phytosanitaires qui sont classés comme dangereux. Mais par contre ça ne le gène pas d'importer des millier de tonnes de nourriture traités avec ces même produits ...
Cherchez l'erreur.
Mais bon il faut des légumes et de la viande pas chère, pour satisfaire le pouvoir d'achat de la population quitte a jeter nos légumes car personnes ne veux les acheter.
Afficher tout
Dire qu’on est le plus strict au monde quand le produit le plus dangereux connu reste en vente est rigolo... perso j achèterai français quand les stocks de produits nocifs visibles parfois même de l extérieur ne seront plus utilisés...
on compare toujours avec les pays les pires mais pas avec ceux du nord qui ont déjà interdit le glyphe et qui bizarrement marchent pas mal alors que les associations d agriculteurs français expliquent que c est pas possible :-)

a écrit : Attention a ne pas trop écouter les sondages ;-)
Le premier consommateur de gliphosate en France est la SNCF.
Ensuite on est peux être les plus gros consommateurs de produits mais on est aussi un des plus gros producteurs d'Europe. Il faut tout regarder et pas que ce qui t'arrange.
Il faut
faire aussi le ratio de produits utilisés par hectare si tu veux faire une étude un minimum sérieux car là ça veux rien dire.
Et sinon je ne me documente pas a la TV je suis Agriculteur donc les normes je les connais et l'inégalité avec les autres pays aussi.
Afficher tout
Sympa les arguments des pro poisons. Les normes vous les connaissez oui justement. Et l’etude Minimum sérieuse c a a été de voir que les français qui mangeais des produits issus d agriculture française avaient dans leurs urines autant de produit interdit qu’ailleurs... sauf que les’produits Sont justement censés être interdits !!! Ça c est ennuyeux de la part de ceux qui connaissent les normes ... et pour être sérieux quand on est honnête, c est le ration de la dangerosité du produit par hectare, tous ne se valent pas et là en France on. N est hélas pas mauvais

a écrit : Sympa les arguments des pro poisons. Les normes vous les connaissez oui justement. Et l’etude Minimum sérieuse c a a été de voir que les français qui mangeais des produits issus d agriculture française avaient dans leurs urines autant de produit interdit qu’ailleurs... sauf que les’produits Sont justement censés être interdits !!! Ça c est ennuyeux de la part de ceux qui connaissent les normes ... et pour être sérieux quand on est honnête, c est le ration de la dangerosité du produit par hectare, tous ne se valent pas et là en France on. N est hélas pas mauvais Afficher tout Pardon mais j'ai rien compris à ce que vous avez dis.
Par contre je veux bien voir votre étude qui montrent que l'ont retrouve des produit interdit dans les aliments français. A part peux être exeption car il ya un tricheur. Mais des tricheur il y'en a partout même dans le bio.
Il faut arrêter avec le gliphosate. Y'a 15 ans que je n'en ai pas acheter un bidon et je suis pas une exception.

a écrit : Le problème est dans le raisonnée... votre raisonnement est inquiétant car il’confond Le problème carbone et le problème du poison des pesticides chimiques... votre désherbant chimique se retrouve dans les urines et pose des soucis clairs, alors que l agriculteur bio a utilisé plus de gasoil mais à moins empoisonné ses produits quand même. Ce sont deux soucis différents et malheureusement le fait de mélanger les problèmes de cette manière, je l ai souvent entendu de la part des sociétés qui vendent ces poisons Afficher tout Ce n'est pas une solution de régler un problème en en créant un autre. On s'inquiète beaucoup a cause du dérèglement climatique, nous les agriculteurs on est déjà vu comme des "salop" de polueur alors imaginez si on était tous en bio a faire la même chose.
Je ne suis pas contre le bio, je trouve ça même plutôt vertueux mais on ne peux pas dire pour autant que c'est la solution ultime.

a écrit : Dire qu’on est le plus strict au monde quand le produit le plus dangereux connu reste en vente est rigolo... perso j achèterai français quand les stocks de produits nocifs visibles parfois même de l extérieur ne seront plus utilisés...
on compare toujours avec les pays les pires mais pas avec ceux du nord qui o
nt déjà interdit le glyphe et qui bizarrement marchent pas mal alors que les associations d agriculteurs français expliquent que c est pas possible :-) Afficher tout
De une j'ai pas dis qu'on était les plus strict du monde mais "un des pays", il y a quand même une nuance non ?
Tenez ensuite un peux de lecture pour vous redonnez confiance dans l'agriculture Française. agriculture.gouv.fr/lagriculture-francaise-primee-modele-le-plus-durable-du-monde .
Et ensuite vous me parlez de poison mais savez vous que en bio aussi il est autorisé d'en utiliser ?
Environ 30% des produit phytosanitaires français sont autorisé en agriculture biologique.
e-rse.net/agriculture-biologique-pesticides-autorises-271256/#gs.mo47w5
Et ne me dites pas que c'est fait avec des produits naturels. Ce n'est pas parce que c'est naturel que c'est inofensif.
Et pour finir un petit exemple personnel.
Je fais du poulet plein air en label rouge, donc c'est a dire que il ont 1ha de parcours. Ils sont vacciné a 18 jours et sont vermifugé a 40 jour. Et c'est tout on n'utilise pas d'antibiotiques sauf si vraiment il y'a une grosse maladies (et encore on privilégie des produit en phytothérapie). C'est a dire que depuis plus de 2 ans que je fait du poulet, sur 10 bandes effectué j'ai utilisé une seule fois un antibiotique car il n'y avait pas d'alternative.
Mon cousin qui fait du poulet en bio il a exactement les mêmes normes et il a le droit d'utiliser 1 antibiotique par bandes de poulet. Donc autant dire il en utilise autant que moi.
Il ne faut pas vous mentir a vous même des "produit" il y'en a même dans des aliments bio.