Les trajets en avion sont fortement impactés par le vent

Proposé par
le

Si certains trajets aériens ont une différence de temps de vol entre l'aller et le retour, ce n'est pas directement à cause de la rotation de la Terre, mais à de puissants vents, appelés jet-stream (courant-jet). A très haute altitude, ils poussent ou ralentissent les avions. Ces vents pouvant atteindre 300 km/h ont une forte dominance ouest-est et les plus puissants se situent au niveau des cercles polaires.

Le décalage de temps de vol aller/retour se fait donc typiquement sentir, depuis la France, pour des trajets vers l'Amérique du Nord ou bien L'Asie du Nord (type Corée ou Japon).


Commentaires préférés (3)

Je me demande si celà a une incidence sur la consommation de carburant. L'avion, contre le vent, a une meilleure portance, il est peut être moins gourmand en carburant ? Si quelqu'un (qui s'y connait vraiment) aurait la réponse, ça m'intéresse.
Ça m'est venu en faisant le lien avec le lancer du disque. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, le disque va plus loin quand le vent est contraire parce qu'il est "porté".

a écrit : Je me demande si celà a une incidence sur la consommation de carburant. L'avion, contre le vent, a une meilleure portance, il est peut être moins gourmand en carburant ? Si quelqu'un (qui s'y connait vraiment) aurait la réponse, ça m'intéresse.
Ça m'est venu en faisant le lien avec le lan
cer du disque. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, le disque va plus loin quand le vent est contraire parce qu'il est "porté". Afficher tout
L'avion n'a pas une "meilleure portance" face au vent. Qu'il ait 300km/h de vent de face ou 100km/h de vent de dos, rien ne change à sa vitesse air, qui est la seule à impacter ses performances.

S'il va à 300km/h avec 300km/h de vent de face, il n'y a aucune différence pour lui avec la situation où il est à 300km/h sans vent, il vole à 300km/h et c'est tout.
Par contre, dans le premier cas sa vitesse sol sera nulle (un observateur au sol le verra "rester sur place") et dans le second cas il aura aussi une vitesse sol de 300km/h ; le vent s'ajoute ou retranche la vitesse sol.

C'est pour cela que l'on décolle et atterrit toujours face au vent, car la vitesse sol est alors amoindrie et cela épargne un peu la mécanique et surtout réduit les distances nécessaires.

a écrit : L'avion n'a pas une "meilleure portance" face au vent. Qu'il ait 300km/h de vent de face ou 100km/h de vent de dos, rien ne change à sa vitesse air, qui est la seule à impacter ses performances.

S'il va à 300km/h avec 300km/h de vent de face, il n'y a aucune différence
pour lui avec la situation où il est à 300km/h sans vent, il vole à 300km/h et c'est tout.
Par contre, dans le premier cas sa vitesse sol sera nulle (un observateur au sol le verra "rester sur place") et dans le second cas il aura aussi une vitesse sol de 300km/h ; le vent s'ajoute ou retranche la vitesse sol.

C'est pour cela que l'on décolle et atterrit toujours face au vent, car la vitesse sol est alors amoindrie et cela épargne un peu la mécanique et surtout réduit les distances nécessaires.
Afficher tout
Et donc ça impacte fortement la consommation de carburant ! Par exemple l'avion qui vole à 300 km/h dans un vent favorable de 300 km/h va consommer 2 fois moins pour parcourir la même distance puisque c'est le vent qui fait la moitié du travail pour l'amener à destination et il vole donc 2 fois moins longtemps (mais il aura un peu de mal à atterrir s'il y a vraiment 300 km/h de vent au sol). Au contraire, l'avion qui vole à 300 km/h dans un vent de face de 300 km/h ne bouge pas par rapport au sol et sa consommation est infinie par rapport aux km parcourus !


Tous les commentaires (44)

Quand on vole contre le vent on va moins vite (et vice versa). JMCMB

Expérience déjà réalisée en faisant pipi contre le vent... Je confirme !

Je me demande si celà a une incidence sur la consommation de carburant. L'avion, contre le vent, a une meilleure portance, il est peut être moins gourmand en carburant ? Si quelqu'un (qui s'y connait vraiment) aurait la réponse, ça m'intéresse.
Ça m'est venu en faisant le lien avec le lancer du disque. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, le disque va plus loin quand le vent est contraire parce qu'il est "porté".

Pourquoi la dominance ouest est et non est ouest? Et il y a t une similitude ou identité de causalité avec les AMOC?

a écrit : Je me demande si celà a une incidence sur la consommation de carburant. L'avion, contre le vent, a une meilleure portance, il est peut être moins gourmand en carburant ? Si quelqu'un (qui s'y connait vraiment) aurait la réponse, ça m'intéresse.
Ça m'est venu en faisant le lien avec le lan
cer du disque. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, le disque va plus loin quand le vent est contraire parce qu'il est "porté". Afficher tout
L'avion n'a pas une "meilleure portance" face au vent. Qu'il ait 300km/h de vent de face ou 100km/h de vent de dos, rien ne change à sa vitesse air, qui est la seule à impacter ses performances.

S'il va à 300km/h avec 300km/h de vent de face, il n'y a aucune différence pour lui avec la situation où il est à 300km/h sans vent, il vole à 300km/h et c'est tout.
Par contre, dans le premier cas sa vitesse sol sera nulle (un observateur au sol le verra "rester sur place") et dans le second cas il aura aussi une vitesse sol de 300km/h ; le vent s'ajoute ou retranche la vitesse sol.

C'est pour cela que l'on décolle et atterrit toujours face au vent, car la vitesse sol est alors amoindrie et cela épargne un peu la mécanique et surtout réduit les distances nécessaires.

a écrit : L'avion n'a pas une "meilleure portance" face au vent. Qu'il ait 300km/h de vent de face ou 100km/h de vent de dos, rien ne change à sa vitesse air, qui est la seule à impacter ses performances.

S'il va à 300km/h avec 300km/h de vent de face, il n'y a aucune différence
pour lui avec la situation où il est à 300km/h sans vent, il vole à 300km/h et c'est tout.
Par contre, dans le premier cas sa vitesse sol sera nulle (un observateur au sol le verra "rester sur place") et dans le second cas il aura aussi une vitesse sol de 300km/h ; le vent s'ajoute ou retranche la vitesse sol.

C'est pour cela que l'on décolle et atterrit toujours face au vent, car la vitesse sol est alors amoindrie et cela épargne un peu la mécanique et surtout réduit les distances nécessaires.
Afficher tout
Et donc ça impacte fortement la consommation de carburant ! Par exemple l'avion qui vole à 300 km/h dans un vent favorable de 300 km/h va consommer 2 fois moins pour parcourir la même distance puisque c'est le vent qui fait la moitié du travail pour l'amener à destination et il vole donc 2 fois moins longtemps (mais il aura un peu de mal à atterrir s'il y a vraiment 300 km/h de vent au sol). Au contraire, l'avion qui vole à 300 km/h dans un vent de face de 300 km/h ne bouge pas par rapport au sol et sa consommation est infinie par rapport aux km parcourus !

Il n’y a malheureusement pas que le vent à prendre en compte. On peut aussi rajouter les problèmes géopolitique qui dévie des routes optimales, ainsi que les taxes des espaces aériens qui peut rendre le vol plus long car un pays coûte plus cher à utiliser.

a écrit : Expérience déjà réalisée en faisant pipi contre le vent... Je confirme ! Qui urine au vent mouille son pantalon :-)

a écrit : L'avion n'a pas une "meilleure portance" face au vent. Qu'il ait 300km/h de vent de face ou 100km/h de vent de dos, rien ne change à sa vitesse air, qui est la seule à impacter ses performances.

S'il va à 300km/h avec 300km/h de vent de face, il n'y a aucune différence
pour lui avec la situation où il est à 300km/h sans vent, il vole à 300km/h et c'est tout.
Par contre, dans le premier cas sa vitesse sol sera nulle (un observateur au sol le verra "rester sur place") et dans le second cas il aura aussi une vitesse sol de 300km/h ; le vent s'ajoute ou retranche la vitesse sol.

C'est pour cela que l'on décolle et atterrit toujours face au vent, car la vitesse sol est alors amoindrie et cela épargne un peu la mécanique et surtout réduit les distances nécessaires.
Afficher tout
Je suis le seul à trouver ton second paragraphe complètement illogique ? (Le premier aussi d'ailleurs)

Posté le

android

(15)

Répondre

a écrit : Je suis le seul à trouver ton second paragraphe complètement illogique ? (Le premier aussi d'ailleurs) Rassure-toi, tu n'es pas le seul : il y a sûrement d'autres personnes qui n'ont rien compris, comme toi, à ce qui est expliqué concernant la vitesse des avions par rapport au sol. Essaie de relire, c'est pas mal expliqué, tu va bien finir par y arriver !

a écrit : Et donc ça impacte fortement la consommation de carburant ! Par exemple l'avion qui vole à 300 km/h dans un vent favorable de 300 km/h va consommer 2 fois moins pour parcourir la même distance puisque c'est le vent qui fait la moitié du travail pour l'amener à destination et il vole donc 2 fois moins longtemps (mais il aura un peu de mal à atterrir s'il y a vraiment 300 km/h de vent au sol). Au contraire, l'avion qui vole à 300 km/h dans un vent de face de 300 km/h ne bouge pas par rapport au sol et sa consommation est infinie par rapport aux km parcourus ! Afficher tout Et donc l’anecdote dans le commentaire de acarotte00 concernant le lancer de disque est fausse !

a écrit : Expérience déjà réalisée en faisant pipi contre le vent... Je confirme ! Qui pisse contre le vent se rince les dents... ^^

a écrit : Je suis le seul à trouver ton second paragraphe complètement illogique ? (Le premier aussi d'ailleurs) Si c’est plutôt mal expliqué ^^.
La vitesse sol est la vitesse de l’avion par rapport au sol (logique) et la vitesse air et la vitesse de l’avion dans la masse d’air.
Si l’avion vole à 300km/h sol avec un vent de face de 300km/h (mesuré au sol), alors sa vitesse air est de 600km/h et on peut imaginer que sa consommation est le double de ce qu’il aurait consommé sans vent.

Donc oui un vent de face augmente la portance de l’avion (d’où les décollages face au vent) mais cela augmente la traînée (frottements aero induits).

a écrit : Rassure-toi, tu n'es pas le seul : il y a sûrement d'autres personnes qui n'ont rien compris, comme toi, à ce qui est expliqué concernant la vitesse des avions par rapport au sol. Essaie de relire, c'est pas mal expliqué, tu va bien finir par y arriver ! En complément de mon premier commentaire, concernant la consommation c’est complètement analogue à un bateau remontant un fleuve. Il consommera davantage pour vaincre que le courant que s’il allait dans le sens de l’eau.

a écrit : Et donc l’anecdote dans le commentaire de acarotte00 concernant le lancer de disque est fausse ! Je ne sais pas pour le lancer de disque (ça paraît contre-intuitif mais c'est possible, je ne peux rien affirmer), mais c'est complètement différent d'un avion car lors du lancer du disque : il est immobile par rapport au sol, ensuite tu lui communiques une accélération, ensuite il fait un court vol-plané pendant lequel il est plus ou moins porté par l'air qui se déplace ou non et ensuite il retombe au sol, donc il y a beaucoup d'effets dans tous les sens et c'est pas facile à comprendre quel est l'effet qui l'emporte pour savoir si le vent est favorable ou défavorable. Alors que pour l'avion c'est très simple : il évolue dans l'air qui l'environne (de manière identique quelle que soit la vitesse de l'air par rapport au sol), et l'air se déplace par rapport au sol, il suffit rajouter les deux vecteurs-vitesses (donc en tenant compte de leurs directions respectives) pour obtenir la vitesse de l'avion par rapport au sol. C'est comme si tu marchais sur un trottoir roulant (qui sont particulièrement longs dans les aéroports, d'où le rapport aux avions) : tu marches sur le trottoir roulant (comme si tu marchais sur un trottoir immobile) et le trottoir roulant se déplace par rapport au sol, donc la vitesse de ta marche s'additionne à celle du trottoir roulant et le résultat par rapport au sol dépend fortement de si tu marches dans le même sens ou dans le sens contraire au déplacement du trottoir roulant (je suis sûr que cet exemple parle à toutes les personnes qui, étant enfant, ont essayé de courir à l'envers sur un escalator ou un trottoir roulant (c'est à dire à peu près tous les enfants hormis ceux qui ont toujours vécu à la campagne)) !

Les histoires d'addition de vecteur vitesse c'est assez évident... (vitesse de l'avion par rapport au sol = vitesse de l'avion par rapport à l'air + vitesse de l'air par rapport au sol)
Par contre que les vents aient une dominance Ouest ---> Est me paraît contre intuitif... Car la Terre tourne dans le sens inverse des aiguilles d'une montre (quand on regarde le pôle nord de haut), donc a priori l'atmosphère devrait tourner moins vite que la Terre et donc plutôt créer des vents d'Est en Ouest... Ça dépend peut-être de la latitude, et il y a aussi la force de Coriolis, bref, ça doit pas être si simple

:D personne ne réagit a la phrase « si certains trajets aériens ont une différence de temps de vol entre l’aller et le retour, ce n’est pas directement à cause de la rotation de la terre »

Si la rotation de la terre a effectivement une influence sur les vents qui ont eux même une influence sur les trajets en avion, la terre ne tourne pas « sous » l’avion en l air, l’avion tourne avec la terre. Heureusement car vu la vitesse de rotation de la terre, le sol se « déroberait » sous nos pieds a chaque fois que l’on sauterait en l’air :)

a écrit : Les histoires d'addition de vecteur vitesse c'est assez évident... (vitesse de l'avion par rapport au sol = vitesse de l'avion par rapport à l'air + vitesse de l'air par rapport au sol)
Par contre que les vents aient une dominance Ouest ---> Est me paraît contre intuitif... Car l
a Terre tourne dans le sens inverse des aiguilles d'une montre (quand on regarde le pôle nord de haut), donc a priori l'atmosphère devrait tourner moins vite que la Terre et donc plutôt créer des vents d'Est en Ouest... Ça dépend peut-être de la latitude, et il y a aussi la force de Coriolis, bref, ça doit pas être si simple Afficher tout
J’ai essayé de comprendre exactement comment se forment ces vents et j’avoue que cela reste compliqué. Entre les différences de pression, de température, et la force d’inertie de Coriolis, cela devient compliqué de savoir exactement pourquoi dans la direction ouest-est.
Je crois également qu’on a tendance (à tort) à tous imaginer la Terre comme un ballon de foot entouré d’air alors qu’il s’agit plus vraisemblablement d’un très gros ballon entouré d’une toute petite pellicule d’air en mouvement avec lui.

PS : Je me souviens de quelques cours de physique ou on se faisait reprendre toujours par le prof. On devrait dire pour être exacte « force d’inertie de Coriolis ou effet de Coriolis » et non « force de Coriolis », car il s’agit véritablement d’un effet lié au référentiel terrestre et non d’une force à proprement parler (selon la définition de Newton). Ce n’est pas un corps qui agit sur un autre corps, mais plutôt la résultante d’un mouvement. En gros, cette force n’existe pas dans un référentiel galiléen. C’est pareil pour la « force centrifuge » ou la « force d’inertie » qui ne sont pas des forces, mais des accélérations liées au mouvement du référentiel.
Certains parlent de pseudo-forces ou de forces fictives, car elles agissent comme des forces dans les équations de PFD en référentiel non galiléen.

PS2 : Attention aux majuscules pour les points cardinaux. On écrit "pole Nord" mais on écrit "hémisphère nord". On écrit "des vents d'ouest en est" mais "les pays d'Est".