Slavoutytch, ville refuge de la catastrophe de Tchernobyl

Proposé par
le

A l'opposé du destin de la ville Prypiat abandonnée suite à l'accident de Tchernobyl, Slavoutytch (à 43 km à peine) a été bâtie en limite de zone d'exclusion pour reloger les milliers d'évacués. C'est là que les employés de la centrale, dont le dernier réacteur n'a été arrêté qu'en 2000, logeaient.


Commentaires préférés (3)

La société Vault-tec approuve cette anecdote.

a écrit : Autant dire qu’ils ont tous pris leur dose de radiation, et pas à moitié. Justement pas tant que ça. La grande majorité des fumées s’est dirigée vers l’Ouest et la ville de Slavoutytch est au Nord-Est.

Il est de toute façon très difficile de déterminer si la radioactivité tue plus dans cette région que dans d’autres, car l’isolement de la ville, l’ennui et la pauvreté font que l’alcoolisme est la 1re cause de mortalité de la région. Difficile dans ce cas de faire des études sur le long terme sur d’autres maladies.

Je ne connaissais pas Slavoutytch, mais je savais que la centrale avait fermé 14 ans après l'accident qui a fait sa renommée. C'est beaucoup quand même !
Ça devait être sympa, l'ambiance de travail là bas, juste à côté du Sarcophage et du réacteur n°4 fermé. Je ne sais pas si les travailleurs ont subit beaucoup de radiation en habitant à Slavoutytch ; mais ils ont forcément du en subir beaucoup lorsqu'ils étaient au travail.


Tous les commentaires (7)

Autant dire qu’ils ont tous pris leur dose de radiation, et pas à moitié.

La société Vault-tec approuve cette anecdote.

a écrit : Autant dire qu’ils ont tous pris leur dose de radiation, et pas à moitié. Justement pas tant que ça. La grande majorité des fumées s’est dirigée vers l’Ouest et la ville de Slavoutytch est au Nord-Est.

Il est de toute façon très difficile de déterminer si la radioactivité tue plus dans cette région que dans d’autres, car l’isolement de la ville, l’ennui et la pauvreté font que l’alcoolisme est la 1re cause de mortalité de la région. Difficile dans ce cas de faire des études sur le long terme sur d’autres maladies.

Je ne connaissais pas Slavoutytch, mais je savais que la centrale avait fermé 14 ans après l'accident qui a fait sa renommée. C'est beaucoup quand même !
Ça devait être sympa, l'ambiance de travail là bas, juste à côté du Sarcophage et du réacteur n°4 fermé. Je ne sais pas si les travailleurs ont subit beaucoup de radiation en habitant à Slavoutytch ; mais ils ont forcément du en subir beaucoup lorsqu'ils étaient au travail.

a écrit : Je ne connaissais pas Slavoutytch, mais je savais que la centrale avait fermé 14 ans après l'accident qui a fait sa renommée. C'est beaucoup quand même !
Ça devait être sympa, l'ambiance de travail là bas, juste à côté du Sarcophage et du réacteur n°4 fermé. Je ne sais pas si les travailleurs ont s
ubit beaucoup de radiation en habitant à Slavoutytch ; mais ils ont forcément du en subir beaucoup lorsqu'ils étaient au travail. Afficher tout
Deux semaines de travail puis deux semaines de vacances pour rester en dessous des durées d'exposition déconseillées.
Du coup, deux semaines en zone radioactive puis deux semaines en zone alcoolisée. On ne sait pas si les cancers sont plus nombreux qu'avant car les personnes meurent de cirrhose avant de les développer.
Je suis volontairement ironique mais c'est réellement ce qu'il se passe la-bas.

Dur dur, en effet ! Il me semble aussi que les salaires proposés à ces travailleurs étaient exceptionnellement élevés aussi. Ça leur a permis d'acheter tout plein d'alcool comme ça !

a écrit : Justement pas tant que ça. La grande majorité des fumées s’est dirigée vers l’Ouest et la ville de Slavoutytch est au Nord-Est.

Il est de toute façon très difficile de déterminer si la radioactivité tue plus dans cette région que dans d’autres, car l’isolement de la ville, l’ennui et la pauvreté font qu
e l’alcoolisme est la 1re cause de mortalité de la région. Difficile dans ce cas de faire des études sur le long terme sur d’autres maladies. Afficher tout
En même temps l'alcoolisme est la 1ere cause de mortalité partout en Russie. Avec de mémoire une moyenne d'âge avoisinant 60 ans