Le plus haut monument aux morts français a une erreur

Proposé par
le
dans

Le poilu du fort d'Antibes est une statue imposante d'un combattant de la Première Guerre mondiale. Avec ses 22 mètres de hauteur, c'est le plus haut monument aux morts de France. Son sculpteur Bouchard a commis une erreur inhabituelle en plaçant l'arme du soldat sur sa gauche.


Commentaires préférés (3)

Pour un monument en souvenir de soldats qui ont passé l'arme à gauche, c'est plutôt cohérent

Posté le

android

(129)

Répondre

a écrit : C'est ce que je me suis dit. Mais ça ne se faisait pas en fait. Le symbole ne véhicule pas assez d'espoir. La légende dit que le sculpteur se serait suicider par la suite à cause de ça Tu es sur, il est mort en 1960 et la statue date de 1926 il me semble.

Pour l'anecdote une photo aurait été pas mal grr !

D'ailleurs l'origine de l'expression "passer l'arme à gauche" n'est pas certaine mais il existe plusieurs hypothèses :
- Au 17e siècle, lorsque les soldats devaient charger leur fusil, ils avaient pour habitude de le tenir de la main gauche pour utiliser la droite afin de déchirer la cartouche plus facilement. Mais ces mouvements répétitifs et nombreux rendaient les soldats particulièrement vulnérables aux tirs ennemis. Passer l'arme à gauche était donc synonyme de mort à ces occasions.
- Lors des funérailles suivies des honneurs militaires, les soldats passaient leur arme à gauche, canon vers le sol, en signe de deuil et de respect envers le défunt.
- Dans le domaine de l'escrime : là où c'est la main droite qui détient le plus souvent le fleuret, passer l'arme à gauche au duelliste revient à la lui arracher de la main droite pour mieux le vaincre.
- Au Moyen-Âge, après un mariage, les écus des deux familles étaient accolés afin de former un nouveau blason : les armoiries de l'époux à droite, et celles de l'épouse à gauche. Mais si l'homme venait à mourir, ses armes étaient transférées à gauche du blason, et c'est ainsi que passer l'arme à gauche signifiait que l'on venait de rendre l'âme.


Tous les commentaires (30)

Pour un monument en souvenir de soldats qui ont passé l'arme à gauche, c'est plutôt cohérent

Posté le

android

(129)

Répondre

a écrit : Pour un monument en souvenir de soldats qui ont passé l'arme à gauche, c'est plutôt cohérent C'est ce que je me suis dit. Mais ça ne se faisait pas en fait. Le symbole ne véhicule pas assez d'espoir. La légende dit que le sculpteur se serait suicider par la suite à cause de ça

a écrit : C'est ce que je me suis dit. Mais ça ne se faisait pas en fait. Le symbole ne véhicule pas assez d'espoir. La légende dit que le sculpteur se serait suicider par la suite à cause de ça Si le chaque légende qui existe sur un artiste qui s'est suicidé à la suite d'une œuvre ratée était vrai, il y aurait une sacrée chute démographique !

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : C'est ce que je me suis dit. Mais ça ne se faisait pas en fait. Le symbole ne véhicule pas assez d'espoir. La légende dit que le sculpteur se serait suicider par la suite à cause de ça Tu es sur, il est mort en 1960 et la statue date de 1926 il me semble.

Pour l'anecdote une photo aurait été pas mal grr !

D'ailleurs l'origine de l'expression "passer l'arme à gauche" n'est pas certaine mais il existe plusieurs hypothèses :
- Au 17e siècle, lorsque les soldats devaient charger leur fusil, ils avaient pour habitude de le tenir de la main gauche pour utiliser la droite afin de déchirer la cartouche plus facilement. Mais ces mouvements répétitifs et nombreux rendaient les soldats particulièrement vulnérables aux tirs ennemis. Passer l'arme à gauche était donc synonyme de mort à ces occasions.
- Lors des funérailles suivies des honneurs militaires, les soldats passaient leur arme à gauche, canon vers le sol, en signe de deuil et de respect envers le défunt.
- Dans le domaine de l'escrime : là où c'est la main droite qui détient le plus souvent le fleuret, passer l'arme à gauche au duelliste revient à la lui arracher de la main droite pour mieux le vaincre.
- Au Moyen-Âge, après un mariage, les écus des deux familles étaient accolés afin de former un nouveau blason : les armoiries de l'époux à droite, et celles de l'épouse à gauche. Mais si l'homme venait à mourir, ses armes étaient transférées à gauche du blason, et c'est ainsi que passer l'arme à gauche signifiait que l'on venait de rendre l'âme.

a écrit : Pour un monument en souvenir de soldats qui ont passé l'arme à gauche, c'est plutôt cohérent En réalité, la statue (comme de nombreuses statues de monuments aux morts représentant un soldat) met en scène un soldat «qui rend hommage aux morts» et non un éventuel soldat qui aurait été tué et qui permettrait de «coller» avec l'expression.

Et un soldat rend hommage en se fixant avec l'arme à droite par respect.

L'arme à gauche est irrespectueux car irrespectueuse de l'ordre militaire.

Quand au suicide de l'auteur c'est faux, maaaaiiiis, il y a une statue identique en Lorraine dont l'auteur s'est suicidé après avoir fait une erreur identique

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : En réalité, la statue (comme de nombreuses statues de monuments aux morts représentant un soldat) met en scène un soldat «qui rend hommage aux morts» et non un éventuel soldat qui aurait été tué et qui permettrait de «coller» avec l'expression.

Et un soldat rend hommage en se fixant avec l'arme à
droite par respect.

L'arme à gauche est irrespectueux car irrespectueuse de l'ordre militaire.

Quand au suicide de l'auteur c'est faux, maaaaiiiis, il y a une statue identique en Lorraine dont l'auteur s'est suicidé après avoir fait une erreur identique
Afficher tout
Donc il y a une erreur sur la statue d'Antibes ou pas ?
C'est irrespectueux l'arme à gauche pour le soldat ou pour celui qui regarde ?
J'y connais rien aux militaires :D

a écrit : D'ailleurs l'origine de l'expression "passer l'arme à gauche" n'est pas certaine mais il existe plusieurs hypothèses :
- Au 17e siècle, lorsque les soldats devaient charger leur fusil, ils avaient pour habitude de le tenir de la main gauche pour utiliser la droite afin de déchi
rer la cartouche plus facilement. Mais ces mouvements répétitifs et nombreux rendaient les soldats particulièrement vulnérables aux tirs ennemis. Passer l'arme à gauche était donc synonyme de mort à ces occasions.
- Lors des funérailles suivies des honneurs militaires, les soldats passaient leur arme à gauche, canon vers le sol, en signe de deuil et de respect envers le défunt.
- Dans le domaine de l'escrime : là où c'est la main droite qui détient le plus souvent le fleuret, passer l'arme à gauche au duelliste revient à la lui arracher de la main droite pour mieux le vaincre.
- Au Moyen-Âge, après un mariage, les écus des deux familles étaient accolés afin de former un nouveau blason : les armoiries de l'époux à droite, et celles de l'épouse à gauche. Mais si l'homme venait à mourir, ses armes étaient transférées à gauche du blason, et c'est ainsi que passer l'arme à gauche signifiait que l'on venait de rendre l'âme.
Afficher tout
Une explication que j'ai lu est que lorsque 2 duellistes se battaient dans un escalier en colimaçon, celui qui montait ne pouvaient plus se battre de la main droite étant géné par l'axe vertical dudit escalier. Il était donc obligé de tenir son arme de la main gauche et vu qu'il est très handicapant pour un droitier de se battre de la main gauche, il avait beaucoup de chances de mourir. D'où l'expression :
Passer l'arme à gauche=mourir.

Posté le

android

(5)

Répondre

Et si un soldat est gaucher on lui met forcément l'arme à droite? Racisme anti gauchers.. elles sont où toutes les assocs?... m'en vais créer ma ligue pour la défense de nos droits, nous aussi on veut s'exprimer et passer à la télé!

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : D'ailleurs l'origine de l'expression "passer l'arme à gauche" n'est pas certaine mais il existe plusieurs hypothèses :
- Au 17e siècle, lorsque les soldats devaient charger leur fusil, ils avaient pour habitude de le tenir de la main gauche pour utiliser la droite afin de déchi
rer la cartouche plus facilement. Mais ces mouvements répétitifs et nombreux rendaient les soldats particulièrement vulnérables aux tirs ennemis. Passer l'arme à gauche était donc synonyme de mort à ces occasions.
- Lors des funérailles suivies des honneurs militaires, les soldats passaient leur arme à gauche, canon vers le sol, en signe de deuil et de respect envers le défunt.
- Dans le domaine de l'escrime : là où c'est la main droite qui détient le plus souvent le fleuret, passer l'arme à gauche au duelliste revient à la lui arracher de la main droite pour mieux le vaincre.
- Au Moyen-Âge, après un mariage, les écus des deux familles étaient accolés afin de former un nouveau blason : les armoiries de l'époux à droite, et celles de l'épouse à gauche. Mais si l'homme venait à mourir, ses armes étaient transférées à gauche du blason, et c'est ainsi que passer l'arme à gauche signifiait que l'on venait de rendre l'âme.
Afficher tout
Je confond peut être mais je connaissais l’explication du sens des escaliers en colimaçon au Moyen-Age, les défenseurs , en descendant les escaliers pouvaient utilisé leurs épées de la main droite, mais les assaillants en montant l’escalier ne pouvaient sortir leur épée côté droite et donc, devaient se battre avec la main gauche.. ce qui réduit les chances de gagner. Après je le mets vraiment avec des pincettes, anecdote de mes cours d’histoire de 5ème, les souvenirs sont pas fou fou .. :D

Bravo mimoum pour la diversitée et la pertinence de tes anecdotes

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : Une explication que j'ai lu est que lorsque 2 duellistes se battaient dans un escalier en colimaçon, celui qui montait ne pouvaient plus se battre de la main droite étant géné par l'axe vertical dudit escalier. Il était donc obligé de tenir son arme de la main gauche et vu qu'il est très handicapant pour un droitier de se battre de la main gauche, il avait beaucoup de chances de mourir. D'où l'expression :
Passer l'arme à gauche=mourir.
Afficher tout
Cela peut être une explication c’est sur. Impossible de savoir la vraie.
Vu qu’on a le droit de choisir du coup, personnellement, j’aime bien l’histoire des blasons ;)

J'ai visité le fort lors de la dernière journée du patrimoine. Et le guide nous a dit que la statue représente un grenadier qui donc tient dans la main droite un grenade et dans la gauche le fusil.
Pas d erreur. Pas de suicide. Dire que je me suis inscrit pour ça

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : D'ailleurs l'origine de l'expression "passer l'arme à gauche" n'est pas certaine mais il existe plusieurs hypothèses :
- Au 17e siècle, lorsque les soldats devaient charger leur fusil, ils avaient pour habitude de le tenir de la main gauche pour utiliser la droite afin de déchi
rer la cartouche plus facilement. Mais ces mouvements répétitifs et nombreux rendaient les soldats particulièrement vulnérables aux tirs ennemis. Passer l'arme à gauche était donc synonyme de mort à ces occasions.
- Lors des funérailles suivies des honneurs militaires, les soldats passaient leur arme à gauche, canon vers le sol, en signe de deuil et de respect envers le défunt.
- Dans le domaine de l'escrime : là où c'est la main droite qui détient le plus souvent le fleuret, passer l'arme à gauche au duelliste revient à la lui arracher de la main droite pour mieux le vaincre.
- Au Moyen-Âge, après un mariage, les écus des deux familles étaient accolés afin de former un nouveau blason : les armoiries de l'époux à droite, et celles de l'épouse à gauche. Mais si l'homme venait à mourir, ses armes étaient transférées à gauche du blason, et c'est ainsi que passer l'arme à gauche signifiait que l'on venait de rendre l'âme.
Afficher tout
L’autre explication daterait du Moyen-âge, et s’appuie sur un détail architectural. A l’époque, les escaliers en colimaçon étaient à la mode, et si vous y avez prêté attention, ils tournent tous dans le sens horaire… Et ce dans un souci de défense ! En effet, les édifices possédant ce genre d’escaliers étaient des demeures souvent riches, le reste de la population se contentant d’échelles ou d’escaliers en bois. En cas d’attaque, de cambriolage ou autre faits divers fréquents à l’époque, on suppose que les habitants se trouvaient dans les étages, pendant que les assaillants entraient par le rez-de-chaussée. Partant du principe que la majorité des personnes vivant à cette période étaient droitières, les gauchers étant forcés de vivre et d’agir comme des droitiers, on remarque que les personnes se trouvant en amont de l’escalier avaient tout le côté droit libre, tant pour dégainer que pour se battre. De leur côté, les assaillants, en aval, étaient gênés par la colonne centrale. De ce fait, l’attaquant, pour avoir autant de champ que son adversaire, devait passer l’arme à gauche. Il se trouvait alors nettement désavantagé, et avait plus de « chance » de mourir.

a écrit : Tu es sur, il est mort en 1960 et la statue date de 1926 il me semble.

Pour l'anecdote une photo aurait été pas mal grr !
2 clics...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Pour un monument en souvenir de soldats qui ont passé l'arme à gauche, c'est plutôt cohérent Je ne suis pas certain... je pense me souvenir d’une codification concernant les statues équestres montées mais sur les représentations de soldat en pieds, ça ne me parle pas. Si d’aventure d’autres on des infos, je suis preneur.

a écrit : J'ai visité le fort lors de la dernière journée du patrimoine. Et le guide nous a dit que la statue représente un grenadier qui donc tient dans la main droite un grenade et dans la gauche le fusil.
Pas d erreur. Pas de suicide. Dire que je me suis inscrit pour ça
Exact, c’est une légende urbaine de plus, confirmée par plusieurs sources dont celle là:
fr.m.wikipedia.org/wiki/Liste_de_b%C3%A2timents_dont_l%27architecte_se_serait_pr%C3%A9tendument_suicid%C3%A9

a écrit : 2 clics... Depuis mon telephone je n'ai pas acces au sources parfois (a part wikipedia) et donc je dois attendre d'etre devant un ordi...