Les éléphants interagissent socialement via leur corps

Proposé par
le
dans

Des comportementalistes ont réussi à démontrer l’intelligence des éléphants, qui utilisent leur corps comme langage pour des interactions sociales bien plus complexes que ce que l'on pensait et parfois proches de celles des humains. Il y a par exemple des individus plus populaires ou extravertis que d'autres, et avant tout déplacement, il existe de longues négociations sur où il faut aller.


Commentaires préférés (3)

J'avais toujours entendu dire, lu, regardé dans les reportages, que c'était la matriarche qui déterminait la direction à suivre, et que tout le monde "suivait comme un seul homme" ; mais non, ils "discutent" :)
Cette étude semble sérieuse... On en apprend tous les jours.

Je vous recommande le roman 'La tristesse des éléphants' de Jodi Picoult. Un polar dans lequel on en apprend beaucoup sur le comportement et la communication des éléphants. La fin très étonnante est digne du 6e sens.

Posté le

android

(41)

Répondre

a écrit : J'avais toujours entendu dire, lu, regardé dans les reportages, que c'était la matriarche qui déterminait la direction à suivre, et que tout le monde "suivait comme un seul homme" ; mais non, ils "discutent" :)
Cette étude semble sérieuse... On en apprend tous les jours.
Ils discutent mais ils écoutent bel et bien la matriarche. Les documentaires ne mentent pas. La matriarche connait les points d'eau, la où il y a des bulbles, la où il y a plein de fruits, le meilleur moment pour changer de territoire.

Pour l'exemple des directions, il y a discussion, mais c'est comme un chef d'entreprise s'entretenant avec ses conseillers avant de prendre la décision.
Si le troupeau a soif, elle va prendre la direction la plus courte au point d'eau. Mais s'ils ont faims et ont le choix, alors il va y avoir discussion. Quoiqu'il arrive c'est la matriarche qui va guider le groupe vers le meilleur coin.

De toute façon le comportement des éléphants est bien trop complexe pour être décrit en une anecdote. Par exemple les jeunes mâles vont être encadrés par un vieux mâles (un patriarche en soit) qui va leur expliquer comment se comporter en société.
Ce rôle est très important, car un jour de jeunes éléphants mâles (entre 10 et 15 ans) ont été introduit dans un parc avec 0 vieux éléphant. Les jeunes aggressaient les femelles, faisaient de gros ravages et étaient un danger pour tous les animaux (ils cassaient pour un oui ou un non tous les arbres, chargaient les femelles et les animaux passant trop près d'eux...). Ils ont tous été abattus.
L'erreur n'a pas été reproduite et on a mis un vieux mâle avec des jeunes. Le vieux mâle leur apprenait comment interagir avec la faune et la flore, quand aller voir les femelles, comment les séduire (pour les plus curieux c'est à base de rouler des mécaniques, ignorer mais pas trop la femelle, lui faire des cadeaux puis se caliner avec la trompe et enfin utiliser l'autre trompe), quand s'énerver, quand rester calme etc.
Il n'y a eu aucun problème par la suite.

Les enfants sont aussi très joueurs et espiègles.
Ils n'hésitent pas à simuler leur fatigue et à venir voir leur mère pour lui piquer les bulbes qu'elle a déterré (en avançant avec un pas lent et en chancelant, ils se collent à elle comme un ado qui dirait "Papa tu es le meilleur, tu me prêtes ta voiture ?").
Bah oui pourquoi se fatiguer quand maman fait tout. Sauf qu'elles devinent quand les enfants simulent. Ce qui donnent lieu à une maman de 2 tonnes qui disputent un enfant de 1 tonne.

En tout cas, un éléphant qui dit fuck à la matriarche est soit chassé (un jeune mâle par exemple, on lui dira "Bon bah tu es grand, aller va rejoindre les autres mâles. Petit con." Le tout à coup de défense dans les fesses) soit va fonder un nouveau groupe (nouvelle matriarche). Rarement mourir si combat et que la défense l'empalle.
Donc l'écoute et le respect à la matriarche est très fort.


Tous les commentaires (12)

J'avais toujours entendu dire, lu, regardé dans les reportages, que c'était la matriarche qui déterminait la direction à suivre, et que tout le monde "suivait comme un seul homme" ; mais non, ils "discutent" :)
Cette étude semble sérieuse... On en apprend tous les jours.

Je vous recommande le roman 'La tristesse des éléphants' de Jodi Picoult. Un polar dans lequel on en apprend beaucoup sur le comportement et la communication des éléphants. La fin très étonnante est digne du 6e sens.

Posté le

android

(41)

Répondre

a écrit : J'avais toujours entendu dire, lu, regardé dans les reportages, que c'était la matriarche qui déterminait la direction à suivre, et que tout le monde "suivait comme un seul homme" ; mais non, ils "discutent" :)
Cette étude semble sérieuse... On en apprend tous les jours.
Ils discutent mais ils écoutent bel et bien la matriarche. Les documentaires ne mentent pas. La matriarche connait les points d'eau, la où il y a des bulbles, la où il y a plein de fruits, le meilleur moment pour changer de territoire.

Pour l'exemple des directions, il y a discussion, mais c'est comme un chef d'entreprise s'entretenant avec ses conseillers avant de prendre la décision.
Si le troupeau a soif, elle va prendre la direction la plus courte au point d'eau. Mais s'ils ont faims et ont le choix, alors il va y avoir discussion. Quoiqu'il arrive c'est la matriarche qui va guider le groupe vers le meilleur coin.

De toute façon le comportement des éléphants est bien trop complexe pour être décrit en une anecdote. Par exemple les jeunes mâles vont être encadrés par un vieux mâles (un patriarche en soit) qui va leur expliquer comment se comporter en société.
Ce rôle est très important, car un jour de jeunes éléphants mâles (entre 10 et 15 ans) ont été introduit dans un parc avec 0 vieux éléphant. Les jeunes aggressaient les femelles, faisaient de gros ravages et étaient un danger pour tous les animaux (ils cassaient pour un oui ou un non tous les arbres, chargaient les femelles et les animaux passant trop près d'eux...). Ils ont tous été abattus.
L'erreur n'a pas été reproduite et on a mis un vieux mâle avec des jeunes. Le vieux mâle leur apprenait comment interagir avec la faune et la flore, quand aller voir les femelles, comment les séduire (pour les plus curieux c'est à base de rouler des mécaniques, ignorer mais pas trop la femelle, lui faire des cadeaux puis se caliner avec la trompe et enfin utiliser l'autre trompe), quand s'énerver, quand rester calme etc.
Il n'y a eu aucun problème par la suite.

Les enfants sont aussi très joueurs et espiègles.
Ils n'hésitent pas à simuler leur fatigue et à venir voir leur mère pour lui piquer les bulbes qu'elle a déterré (en avançant avec un pas lent et en chancelant, ils se collent à elle comme un ado qui dirait "Papa tu es le meilleur, tu me prêtes ta voiture ?").
Bah oui pourquoi se fatiguer quand maman fait tout. Sauf qu'elles devinent quand les enfants simulent. Ce qui donnent lieu à une maman de 2 tonnes qui disputent un enfant de 1 tonne.

En tout cas, un éléphant qui dit fuck à la matriarche est soit chassé (un jeune mâle par exemple, on lui dira "Bon bah tu es grand, aller va rejoindre les autres mâles. Petit con." Le tout à coup de défense dans les fesses) soit va fonder un nouveau groupe (nouvelle matriarche). Rarement mourir si combat et que la défense l'empalle.
Donc l'écoute et le respect à la matriarche est très fort.

Grégaire, ils sont matriarcales. Et ils ont une mémoire d'éléphant capable de retrouver un endroit généreux vu dans leur enfance. C'est la plus ancienne qui dirige normalement. Les mâles ne restent pas dans le groupe. Et leur musth les rend terriblement dangereux

a écrit : Grégaire, ils sont matriarcales. Et ils ont une mémoire d'éléphant capable de retrouver un endroit généreux vu dans leur enfance. C'est la plus ancienne qui dirige normalement. Les mâles ne restent pas dans le groupe. Et leur musth les rend terriblement dangereux Ce n'est pas forcement la plus vieille qui dirige.
La matriarche élève sa fille à reprendre le flambeau. Lorsqu'elle meurt, sa fille devient la matriarche.
C'est ce que me disaient les guides et documentaires en tout cas.

"Il y a par exemple des individus plus populaires ou extravertis que d'autres, et avant tout déplacement, il existe de longues négociations sur où il faut aller."
J'ai tout de suite pensé aux Ents, arbres vivants du seigneur des anneaux, lors de leurs longues discussions pour savoir si Merry et Pipin étaient des Orcs ou des Hobbits.

Mais pourquoi tant d intelligence? Est-ce à cause d une vulnérabilité alimentaire?

a écrit : Je vous recommande le roman 'La tristesse des éléphants' de Jodi Picoult. Un polar dans lequel on en apprend beaucoup sur le comportement et la communication des éléphants. La fin très étonnante est digne du 6e sens. Merci

a écrit : Mais pourquoi tant d intelligence? Est-ce à cause d une vulnérabilité alimentaire? Ca c'est une excellente question.

Perso je mettrai ça sur le compte de la difficulté à faire des bébés pour la pérennité de l'espèce, je m'explique:

Au moins un animal peut se reproduire vite, au plus il devra inculquer à sa descendance les codes, les moyens, les cartes, pour comprendre le monde dans lequel il vit pour augmenter ses possibilités de survie et les chances qu'il puisse se reproduire, mais pour encaisser ces connaissances, il faut un citron fonctionnel.

Ce n'est que mon point de vue, mais en général les animaux qui se reproduisent vite sont très cons (la sauterelle: capacité de raisonnement proche de 0 mais prolifique comme une usine de gobelets en plastique) mais très efficaces dans la survie, quand les animaux qui se reproduisent lentement sont en général moins cons (capables de communiquer entre eux, et même avec d'autres espèces, nous, humains, en sommes un exemple intéressant)

L'humain doit se situer quelquepart entre les éléphants et les sauterelles, j'imagine! ^^

a écrit : Ca c'est une excellente question.

Perso je mettrai ça sur le compte de la difficulté à faire des bébés pour la pérennité de l'espèce, je m'explique:

Au moins un animal peut se reproduire vite, au plus il devra inculquer à sa descendance les codes, les moyens, les cartes, pour co
mprendre le monde dans lequel il vit pour augmenter ses possibilités de survie et les chances qu'il puisse se reproduire, mais pour encaisser ces connaissances, il faut un citron fonctionnel.

Ce n'est que mon point de vue, mais en général les animaux qui se reproduisent vite sont très cons (la sauterelle: capacité de raisonnement proche de 0 mais prolifique comme une usine de gobelets en plastique) mais très efficaces dans la survie, quand les animaux qui se reproduisent lentement sont en général moins cons (capables de communiquer entre eux, et même avec d'autres espèces, nous, humains, en sommes un exemple intéressant)

L'humain doit se situer quelquepart entre les éléphants et les sauterelles, j'imagine! ^^
Afficher tout
L'approche est intéressante. J'y rajouterais la "fragilité"... "l'Homme" est indiscutablement le plus intelligent du monde "animal" ; paradoxallement, il est aussi le plus fragile à la naissance semble-t-il : je ne vois pas, comme ça "à chaud", d'autre naissants plus fragiles, plus dépendants, sur une aussi longue période que la nôtre. C'est tellement criant qu'on se demande si on ne serait pas un peu "prématurés" à la naissance, en regard du reste du monde animal.
Alors il a bien fallu développer certaines autres aptitudes pour protéger notre progéniture.

a écrit : L'approche est intéressante. J'y rajouterais la "fragilité"... "l'Homme" est indiscutablement le plus intelligent du monde "animal" ; paradoxallement, il est aussi le plus fragile à la naissance semble-t-il : je ne vois pas, comme ça "à chaud", d'autre naissants plus fragiles, plus dépendants, sur une aussi longue période que la nôtre. C'est tellement criant qu'on se demande si on ne serait pas un peu "prématurés" à la naissance, en regard du reste du monde animal.
Alors il a bien fallu développer certaines autres aptitudes pour protéger notre progéniture.
Afficher tout
Y'a aussi les pandas et les kangourous qui sont aussi d'une fragilité déconcertante à la naissance quand les éléphanteaux sont direct capables de marcher, mais le point que tu soulève est aussi à prendre en compte.
D'ailleurs, les fourmis, on dit souvent que c'est un super-organisme au comportement général assez intelligent et leurs larves ont elles aussi besoin d'énormément de soins et de protection, ça ne peut pas être un hasard.

J'ai toujours trouvé hallucinant à quel point les animaux sont considérés comme pas intelligents et sans conscience juste parce qu'ils ne parviennent pas à impacter négativement et sciemment sur leur environnement.
Si ça n'est pas une preuve de manque de conscience généralisée propre a l'espèce humaine.

Posté le

android

(0)

Répondre