A New York, des voitures passerelles régulaient le trafic de 2 tunnels

Proposé par
le
dans

Afin de réguler le trafic routier, la police de New York disposait de voitures "passerelles" dans le Lincoln Tunnel et le Holland Tunnel. Installées en 1955, ces voitures électriques étroites possédaient un siège pivotant afin de rouler dans les deux sens le long des voies. La voiture du Holland Tunnel a été opérationnelle jusqu'au printemps 2011.

Des boutons poussoirs permettaient de contrôler la vitesse, soit 6 ou 12 milles à l'heure, avec un moteur de 240 volts et 3 chevaux-vapeur.


Tous les commentaires (33)

a écrit : ca depend de l'unité. 12 milles "quoi?" par heure... l'unité de distance du système impérial est le mile, pas le mille (1000). il y a une faute de frappe dans l'anecdote.

Pour ceux qui n'auraient pas saisi la référence, la vitesse nécessaire au voyage dans le temps est de 86
miles/h (source: la trilogie de retour vers le futur). Afficher tout
C’était 88mph pour que le convecteur temporel s’active

a écrit : Et la carrosserie? ;) Ma phrase commence par "je trouve que", donc ce n'est pas une affirmation mais un constat, ensuite c'est un véhicule électrique qui circule sur des rails, enfin la carrosserie pourrait être celle d'une fusée cela ne voudrait pas dire que c'en est une ;-)
Pour finir, regardez l'autre photo de la première source.

a écrit : Ma phrase commence par "je trouve que", donc ce n'est pas une affirmation mais un constat, ensuite c'est un véhicule électrique qui circule sur des rails, enfin la carrosserie pourrait être celle d'une fusée cela ne voudrait pas dire que c'en est une ;-)
Pour finir, regardez l'autre photo de la première source.
oki oki c'est une draisine.


Une draisine carrossée! ^^

a écrit : 88 mph Merci ! Comment peut on confondre un 6 (burk) et un 8 (♥️) ?!?

a écrit : Pour le coup, je ne sais pas si une réponse est valable. Il faudrait appeler l'Académie.

Avant 1866, on écrivait "mille" pour les unités de longueur anglaises et américaines (qui n'avait d'ailleurs pas la même valeur avant). Nous avons ensuite écrit "mile" mais sans inté
grer le mot au dictionnaire, du moins pas pendant un siècle.

On pourrait contester et dire que "mile" est un mot anglais alors que la version francisé du mot existe depuis longtemps et qu'il faudrait utiliser le terme "mille" (prononcé [maïl]).
Puis on peut également se dire que vu le peu de fois où on utilise cette unité dans les textes français et la confusion évidente qui en résulterait avec notre système décimale et le nombre mille, il est bien plus aisé d'écrire "mile" pour les unités terrestres anglo-saxones et préciser nautique pour l'unité maritime du "mille nautique". De cette manière, aucune confusion entre le "mile", le nombre "mille" et le "mille nautique".

D'autres ne sont pas d'accord (comme les québécois) :
rouleaum.wordpress.com/2013/11/21/mile-ou-mille/
Afficher tout
Peut-être qu'en utilisant simplement les unités mph et le noeud ... ?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : On me dit dans l’oreillette qu’en 1955, la pollution automobile n’existait pas. On m’aurait menti ? Il est certain que l’air ne devait pas être très sain. Surtout que les exigences de ventilation n’étaient surement pas les mêmes qu’aujourd’hui.
Je me demande aussi quel était leur rôle véritablement, car dans un t
unnel soumis à des bouchons, la marge de manœuvre est assez limitée. Je ne vois pas trop en quoi il pouvait réguler le trafic à moins que ce soit plus un rôle dissuasif contre les comportements dangereux. Afficher tout
J'ai vu récemment dans un reportage sur le scandale des moteurs aux émissions falsifiées WW que les USA avaient des normes environnementales assez draconiennes depuis pas mal d'années en raison d'une pollution importante dans les grandes agglomérations. Donc effectivement dans le cas de cette police tunelière on peut supposer que c'était avant ces réglementation et l'air inhalé ne devait pas être de toute pureté !

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Tout simplement parce que, dans certaines circonstances, ralentir le trafic permet de faire circuler plus de véhicules (moins de distances de sécurité) et donc d'augmenter la fluidité et le débit en limitant l'effet "accordéon".
Ce concept n'est valable que sur des voies express (sans car
refours/stop/feux) et ce tunnel en est une, forcément^^, c'est pour cette raison, d'ailleurs que la vitesse limite sur le périph Parisien a été abaissée. C'est paradoxal, mais ça fonctionne. Afficher tout
Exact j'avais pu voir des simulations qui estimaient que le debit maximal sur une ou plusieurs voies été atteint à des vitesses comprises entre 60 et 70 km/h (meilleur rapport entre vitesse et distances de sécurité).
C'est vrai que ça paraît fou que ce soit pas des vitesses plus élevées.

Posté le

android

(0)

Répondre

Sinon il y a aussi la solution Men in Black (légèrement plus onéreuse) avec un véhicule qui roule sur les parois ou au plafond et muni de turbo-propulseurs !

a écrit : Sinon il y a aussi la solution Men in Black (légèrement plus onéreuse) avec un véhicule qui roule sur les parois ou au plafond et muni de turbo-propulseurs ! Pour maintenir la voiture au plafond, il faudrait que celle-ci soit munie d'au moins un propulseur dirigé vers le sol.
Ou bien tourner rapidement sur les parois du tunnel et bénéficier de la force centrifuge.

Franchement, je doute de la véracité documentaire de ce film... ;-)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Pour maintenir la voiture au plafond, il faudrait que celle-ci soit munie d'au moins un propulseur dirigé vers le sol.
Ou bien tourner rapidement sur les parois du tunnel et bénéficier de la force centrifuge.

Franchement, je doute de la véracité documentaire de ce film... ;-)
Ou simplement être une formule 1 ;)

a écrit : Ou simplement être une formule 1 ;) Même une formule 1 ne pourrait rouler en ligne droite au plafond. Sa grande vitesse ne saurait à elle seule contrer la gravité... ;-)

Posté le

android

(0)

Répondre