Apocalypse Now, en vrai

Proposé par
le

Une expédition coloniale française au Tchad en 1899 connut un scénario proche de celui d'Apocalypse Now. Les deux officiers, devenus fous, semèrent la terreur parmi les tribus locales, n'hésitant pas à massacrer les populations sur leur passage. Devenus incontrôlables, Paris envoya une garnison pour les arrêter, mais ils tuèrent son commandant.

Par la suite, les deux officiers furent tués par leurs propres troupes. Mais il demeure un doute, car à l'ouverture de leurs tombes en 1923, elles étaient vides. Une légende raconte que l'un des deux officiers aurait pu fuir et serait devenu l'Émir blanc du Tibesti" dont l'existence est contestée.


Commentaires préférés (3)

Soudanite aigüe ? Méningo-encéphalite ? Ambition personnelle ? Pression hiérarchique ?

Par rapport au passé des deux officiers, l'histoire reste étonnante. Difficile de faire la part des choses entre la réalité, les explications données par l'armée et l'interprétation des journalistes de l'époque puis des historiens d'aujourd'hui.

Si l'histoire s'était arrêtée en juillet 1899, date de leurs morts, il n'y aurait pas de mystère mais juste un constat dramatique d'une dérive mentale... Maladies, sentiment d'impunité, mégalomanie ?.. Ou un mélange de tout cela ? Mais aussi racisme familial exacerbé très certainement : l'un des deux était le fils d'un général anti-Dreyfusard que l'affaire venait de mettre à mal.
Bref, on a là une conjonction d'évènements et de situations qui permettent de bien imaginer ce qui a pu se passer ; y compris le fait de tirer sur un bataillon français qui venait arrêter le massacre, et y compris, juste après ça, la mutinerie des soldats pour lesquels la situation était devenue intenable, et qui tuent les deux capitaines.
Non, le mystère c'est de retrouver, 24 ans après, les tombes vides... Et là, l'imagination a libre court car, du coup, tout peut être remis en cause depuis le début ! Ont-ils vraiment été tués le lendemain d'avoir tiré sur l'armée française ? Si non, le mystère de tout ce qui s'est passé avant est total... Mais si oui, où sont les corps ?

Il faut quand même se rendre compte que le gouvernement français a envoyé une armée de 600 soldats avec deux officiers à sa tête pour conquérir des territoires et étendre l'empire colonial français, ce n'étaient pas des civils chargés d'une mission de bons offices ! C'étaient des guerriers et des envahisseurs et ils avaient donc des méthodes de guerre, avec la bénédiction du gouvernement. Le fait qu'ils aient massacré des populations ne faisait sans doute pas partie de l'ordre de mission et on peut dire que leur mission leur est montée à la tête mais le gouvernement s'est quand même donné le beau rôle en disant que cette armée était devenue incontrôlable suite aux massacres après qu'elle avait quand même été envoyée pour conquérir des territoires et soumettre des populations locales par la force en se servant sur place pour se ravitailler au fur et à mesure qu'elle avancerait. Sans doute le gouvernement croyait-il que la population locale allait se laisser envahir sans résister ou que cette armée allait se contenter de quelques petits massacres acceptables seulement quand c'était rendu nécessaire par des populations particulièrement résistantes ?


Tous les commentaires (59)

Soudanite aigüe ? Méningo-encéphalite ? Ambition personnelle ? Pression hiérarchique ?

Par rapport au passé des deux officiers, l'histoire reste étonnante. Difficile de faire la part des choses entre la réalité, les explications données par l'armée et l'interprétation des journalistes de l'époque puis des historiens d'aujourd'hui.

Si l'histoire s'était arrêtée en juillet 1899, date de leurs morts, il n'y aurait pas de mystère mais juste un constat dramatique d'une dérive mentale... Maladies, sentiment d'impunité, mégalomanie ?.. Ou un mélange de tout cela ? Mais aussi racisme familial exacerbé très certainement : l'un des deux était le fils d'un général anti-Dreyfusard que l'affaire venait de mettre à mal.
Bref, on a là une conjonction d'évènements et de situations qui permettent de bien imaginer ce qui a pu se passer ; y compris le fait de tirer sur un bataillon français qui venait arrêter le massacre, et y compris, juste après ça, la mutinerie des soldats pour lesquels la situation était devenue intenable, et qui tuent les deux capitaines.
Non, le mystère c'est de retrouver, 24 ans après, les tombes vides... Et là, l'imagination a libre court car, du coup, tout peut être remis en cause depuis le début ! Ont-ils vraiment été tués le lendemain d'avoir tiré sur l'armée française ? Si non, le mystère de tout ce qui s'est passé avant est total... Mais si oui, où sont les corps ?

Il n’en reste pas moins que la « conquête » du Tchad a été une boucherie... qu’ils soient devenus fous n’a rien d’étonnant.

Il faut quand même se rendre compte que le gouvernement français a envoyé une armée de 600 soldats avec deux officiers à sa tête pour conquérir des territoires et étendre l'empire colonial français, ce n'étaient pas des civils chargés d'une mission de bons offices ! C'étaient des guerriers et des envahisseurs et ils avaient donc des méthodes de guerre, avec la bénédiction du gouvernement. Le fait qu'ils aient massacré des populations ne faisait sans doute pas partie de l'ordre de mission et on peut dire que leur mission leur est montée à la tête mais le gouvernement s'est quand même donné le beau rôle en disant que cette armée était devenue incontrôlable suite aux massacres après qu'elle avait quand même été envoyée pour conquérir des territoires et soumettre des populations locales par la force en se servant sur place pour se ravitailler au fur et à mesure qu'elle avancerait. Sans doute le gouvernement croyait-il que la population locale allait se laisser envahir sans résister ou que cette armée allait se contenter de quelques petits massacres acceptables seulement quand c'était rendu nécessaire par des populations particulièrement résistantes ?

a écrit : Il faut quand même se rendre compte que le gouvernement français a envoyé une armée de 600 soldats avec deux officiers à sa tête pour conquérir des territoires et étendre l'empire colonial français, ce n'étaient pas des civils chargés d'une mission de bons offices ! C'étaient des guerriers et des envahisseurs et ils avaient donc des méthodes de guerre, avec la bénédiction du gouvernement. Le fait qu'ils aient massacré des populations ne faisait sans doute pas partie de l'ordre de mission et on peut dire que leur mission leur est montée à la tête mais le gouvernement s'est quand même donné le beau rôle en disant que cette armée était devenue incontrôlable suite aux massacres après qu'elle avait quand même été envoyée pour conquérir des territoires et soumettre des populations locales par la force en se servant sur place pour se ravitailler au fur et à mesure qu'elle avancerait. Sans doute le gouvernement croyait-il que la population locale allait se laisser envahir sans résister ou que cette armée allait se contenter de quelques petits massacres acceptables seulement quand c'était rendu nécessaire par des populations particulièrement résistantes ? Afficher tout J'appellerai ça: une horde, c'était la norme à l'époque de l'agrandissement des empires coloniaux.
Le ravitaillement des armées par le pouvoir central est devenu la norme à cause de la mécanisation, on peut trouver à bouffer sur place, éventuellement des balles, mais des pièces détachées et du carburant, c'est une autre histoire.

Après, que des chefs de corps finissent par péter un câble en confondant "Feu à volonté" et "tuez tout le monde", m'est avis que c'était pas la première fois que ça arrivait.
Dans l'anecdote, on peut peut être dire que c'est la première fois que ça arrivait à l'ère moderne (y'avait déjà le télégraphe et le transport par voie ferrée... et les mitrailleuses)

ça me rappelle l'Affaire de Fort Crampel en centre afrique : Georges Toqué, et Fernand Gaud, décident de faire exécuter Pakpa, un ancien guide, en utilisant de la dynamite. « Ça a l’air idiot ; mais ça médusera les indigènes. Si après ça ils ne se tiennent pas tranquilles ! Le feu du Ciel est tombé sur le noir qui n’avait pas voulu faire amitié avec le blanc. »

Bordel, mais il faut en faire un film !!! BESSON, sors de ta chambre à LA et reviens à Paris, les afffaires reprennent !

Bonjou dsl pour le hors sujet. Depuis 2 jours impossible de me connecter avec mon compte scmb sur l'app. Je suis le seul dans ce cas là ???
Phillippe c'est quoi ce bazars !

Pourquoi ne pas les nommer? Pourquoi dire "les deux officiers" comme s'il ny en avait que deux?

Ha si Fancat était encore là sur le site. Elle aurais assurément résolu l affaire :)

a écrit : Bonjou dsl pour le hors sujet. Depuis 2 jours impossible de me connecter avec mon compte scmb sur l'app. Je suis le seul dans ce cas là ???
Phillippe c'est quoi ce bazars !
C'est pareil pour moi.

Je plussoie le commentaire de AARPL, même si ceux-si ont dérivé dans leur mission et ont un peu craqué, faut quand même se dire que c’était sur ordre du gouvernement que ces deux là étaient partis soumettre des populations. Je trouve ça gros que l’état français montre du doigt ces hommes alors que c’est bien de son ordre a l’origine et que même sans ça, les méthodes préconisées de base n’étaient pas celle d’enfant de coeur !
D’ailleurs, je suis curieuse de ne pas voir leurs noms apparaître sur l’anecdote.
Fait intéressant en tout cas.

a écrit : Si l'histoire s'était arrêtée en juillet 1899, date de leurs morts, il n'y aurait pas de mystère mais juste un constat dramatique d'une dérive mentale... Maladies, sentiment d'impunité, mégalomanie ?.. Ou un mélange de tout cela ? Mais aussi racisme familial exacerbé très certainement : l'un des deux était le fils d'un général anti-Dreyfusard que l'affaire venait de mettre à mal.
Bref, on a là une conjonction d'évènements et de situations qui permettent de bien imaginer ce qui a pu se passer ; y compris le fait de tirer sur un bataillon français qui venait arrêter le massacre, et y compris, juste après ça, la mutinerie des soldats pour lesquels la situation était devenue intenable, et qui tuent les deux capitaines.
Non, le mystère c'est de retrouver, 24 ans après, les tombes vides... Et là, l'imagination a libre court car, du coup, tout peut être remis en cause depuis le début ! Ont-ils vraiment été tués le lendemain d'avoir tiré sur l'armée française ? Si non, le mystère de tout ce qui s'est passé avant est total... Mais si oui, où sont les corps ?
Afficher tout
Mon cher, vous oubliez dans votre conjonction d'événements le fait qu'ils sont venus de 6000 km et en agresseurs, dans un pays absolument innocent qui n'avait rien demandé et ont massacré des êtres bien humains, contrairement à ceux qu'eux croyaient hier et que leurs descendants continuent d'encore croire aujourd'hui. Ceci m'a semblé "un événement" important.

a écrit : Je plussoie le commentaire de AARPL, même si ceux-si ont dérivé dans leur mission et ont un peu craqué, faut quand même se dire que c’était sur ordre du gouvernement que ces deux là étaient partis soumettre des populations. Je trouve ça gros que l’état français montre du doigt ces hommes alors que c’est bien de son ordre a l’origine et que même sans ça, les méthodes préconisées de base n’étaient pas celle d’enfant de coeur !
D’ailleurs, je suis curieuse de ne pas voir leurs noms apparaître sur l’anecdote.
Fait intéressant en tout cas.
Afficher tout
Mission. Madame, vous employez là un bien terrible mot pour nous les victimes qui n'avons toujours pas compris pourquoi ils ont agi ainsi. Pouvez-vous avoir la bonté de nous expliquer quelle était donc cette "mission"? Merci d'avance.

a écrit : Il faut quand même se rendre compte que le gouvernement français a envoyé une armée de 600 soldats avec deux officiers à sa tête pour conquérir des territoires et étendre l'empire colonial français, ce n'étaient pas des civils chargés d'une mission de bons offices ! C'étaient des guerriers et des envahisseurs et ils avaient donc des méthodes de guerre, avec la bénédiction du gouvernement. Le fait qu'ils aient massacré des populations ne faisait sans doute pas partie de l'ordre de mission et on peut dire que leur mission leur est montée à la tête mais le gouvernement s'est quand même donné le beau rôle en disant que cette armée était devenue incontrôlable suite aux massacres après qu'elle avait quand même été envoyée pour conquérir des territoires et soumettre des populations locales par la force en se servant sur place pour se ravitailler au fur et à mesure qu'elle avancerait. Sans doute le gouvernement croyait-il que la population locale allait se laisser envahir sans résister ou que cette armée allait se contenter de quelques petits massacres acceptables seulement quand c'était rendu nécessaire par des populations particulièrement résistantes ? Afficher tout Eh bien, vos "méthodes de guerre", nous semblent bien être des méthodes de génocides. Des canons contre des sagaies et des frondes, ce n'est pas précisément l'esprit olympique, n'est-ce point? Évidemment, je vois les choses de mon angle de petit-fils qui voudrait bien un peu de respect pour ses ancêtres assassinés. Paix.

a écrit : Soudanite aigüe ? Méningo-encéphalite ? Ambition personnelle ? Pression hiérarchique ?

Par rapport au passé des deux officiers, l'histoire reste étonnante. Difficile de faire la part des choses entre la réalité, les explications données par l'armée et l'interprétation des journalistes de l
'époque puis des historiens d'aujourd'hui. Afficher tout
En lieu de Soudanite aiguë, que direz-vous de "nation infâme et belliqueuse qui ne mérite aucunement son statut de chantre des droits de l'humain "? Simple proposition.

a écrit : Mon cher, vous oubliez dans votre conjonction d'événements le fait qu'ils sont venus de 6000 km et en agresseurs, dans un pays absolument innocent qui n'avait rien demandé et ont massacré des êtres bien humains, contrairement à ceux qu'eux croyaient hier et que leurs descendants continuent d'encore croire aujourd'hui. Ceci m'a semblé "un événement" important. Afficher tout Je n'oublie rien du tout... je parlais d'autre chose :)
Et si je reconnais bien volontiers des exactions et des horreurs commisent par mon pays alors que je n'étais même pas encore dans les c....... de mon arrière arrière arrière arrière arrière arrière arrière grand père, en aucune façon je ne "culpabilise" à titre personnel pour ces horreurs qui ne sont absolument pas de mon fait, de ma vie, de ma perception du monde... Le devrais-je ? :)

a écrit : Je n'oublie rien du tout... je parlais d'autre chose :)
Et si je reconnais bien volontiers des exactions et des horreurs commisent par mon pays alors que je n'étais même pas encore dans les c....... de mon arrière arrière arrière arrière arrière arrière arrière grand père, en aucune façon je ne &qu
ot;culpabilise" à titre personnel pour ces horreurs qui ne sont absolument pas de mon fait, de ma vie, de ma perception du monde... Le devrais-je ? :) Afficher tout
Absolument pas, cher ami. Vous le devriez si vous justifiiez leurs injustices, ce qui n'est pas le cas. Vous me concéderez peut-être le droit d'au moins veiller aux souvenirs des blessures historiques de ma chair, n'est-ce pas ? Car c'est bien là tout ce qui m'a été légué. Alors je fais de mon mieux en proposant par exemple des titres pour votre liste. Paix sur vous.

a écrit : En lieu de Soudanite aiguë, que direz-vous de "nation infâme et belliqueuse qui ne mérite aucunement son statut de chantre des droits de l'humain "? Simple proposition. C'est justement ma question.
Est-ce l'oeuvre de deux fous ou l'oeuvre d'un gouvernement et donc d'un pays à un instant t ? Cela modifie radicalement la façon de traiter le sujet.

a écrit : Eh bien, vos "méthodes de guerre", nous semblent bien être des méthodes de génocides. Des canons contre des sagaies et des frondes, ce n'est pas précisément l'esprit olympique, n'est-ce point? Évidemment, je vois les choses de mon angle de petit-fils qui voudrait bien un peu de respect pour ses ancêtres assassinés. Paix. Afficher tout Sans vouloir minimiser les exactions qui ont été commises, je ne pense pas que ces soldats ont été envoyés dans un but de génocide, c'est à dire une extermination systématique, car, au contraire, le gouvernement voulait garder la population locale en vie pour s'en servir de main d'oeuvre. Donc les méthodes de guerre dont je parle et qui avaient la bénédiction du gouvernement de l'époque n'incluaient pas le génocide. Si des massacres et possiblement un génocide ont été commis c'est bien parce que les soldats sont allés au-delà des ordres. Mais je n'exonère pas non plus le gouvernement et mon point de vue était bien de dire que si on déclenche une guerre il faut s'attendre à des dérapages et on ne peut pas ensuite jouer à la vierge effarouchée s'il y a des massacres. Et naturellement quand je dis "quelques petits massacres acceptables" c'est une figure de style pour dénoncer ces massacres, ça ne veut pas dire que je pense vraiment que des massacres puissent être acceptables.